Il y a 5 ans aujourd’hui que le  » Ivoli-Sun  » chimiquier battant pavillon Italien bis sombrait au large de Cherbourg en bordure de la fosse des Casquets devenue tristement célèbre par les déversements passés de déchets de toutes sortes y compris nucléaires……

Quelles ont été les véritables conséquences pour les hommes et l’environnement……. La cargaison du chimiquier  » Ivoli-Sun  » était composée de trois produits dont 4000t de Styrène (produit hautement toxique et dangereux au contact de l’eau) et de deux autres produits moins dangereux paraît-il….

Ces produits étaient transportés pour trois affréteurs différents, pourquoi avoir plutôt affrété ce navire qu’un autre……

Le  » Ivoli-Sun  » battait pavillon Italien économique (le même que celui mis en place depuis par la France le Registre International Français RIF)

Ce navire âgé de douze ans, ayant une double coque, pavillon d’un Etat membre, remplissait apparemment toutes les conditions imposées par l’Union Européenne sauf que son facteur de risques était de 35 (celui de l’Erika était officiellement de 12 ). Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné pour que ce navire se casse en deux ….le sérieux de la société de classification, les contrôles dans les ports où ce navire a fait escale, ou bien le laisser-faire dans un secteur où tout est permis….Ce type de pavillon échapperait-il à certaines règles élémentaires de sécurité….

Pour l’association MOR GLAZ ce genre d’accident est un acte  » volontaire  » de pollution causée par négligence grave pouvant nuire à autrui dans la mesure où personne n’a osé immobiliser ce navire avec un facteur de risque de niveau 35 et transportant des produits dangereux.

Le transport par la mer de produits chimiques et très toxiques ne cesse de progresser.

*Dans quelles conditions ces produits sont-ils réellement transportés….

*sur quels types de navires,

* lorsque ces produits sont transportés par conteneurs ceux-ci sont-ils bien identifiés…… Lorsque certains de ces conteneurs tombent à la mer, leur perte est-elle immédiatement signalée…..Quels sont les moyens pour les récupérer…Les armateurs, affréteurs, assureurs et autres ont-ils vraiment envie de les récupérer…..

*Comment et où sont lavées les citernes des chimiquiers….avec quelles conséquences sur l’environnement donc à très court terme sur les hommes.

Pourquoi le Ivoli-Sun a-t-il sombré précisément à cet endroit…..dans quelles conditions…..le port du Havre était-il prêt à accueillir ce navire…..Quels ont été les dommages sur la faune et la flore marines et sur la santé des personnes…..

Qu’est-ce qui a changé depuis tous ces naufrages médiatisés même si des essais semblent été marqués.

*l’Union Européenne a mis sur liste noire plusieurs navires dont des chimiquiers. Ces navires ne peuvent plus théoriquement escaler dans les ports de l’Union Européenne, mais ils peuvent toutefois continuer à escaler ailleurs dans des pays où les contrôles sont inexistants ou presque. Un navire pas ou peu fiable chez nous devrait l’être partout dans le monde et devrait être détruit pour ne pas nuire.

L’association MOR GLAZ demande des chantiers de destruction de navires dans l’Union Européenne afin que toutes les normes d’hygiène, de sécurité et environnementales soient respectées. Aujourd’hui, trop de navires sont détruits par des enfants, des femmes et des hommes dans des pays où aucune règle n’est respectée.

Les contrôles des navires sont trop souvent des contrôles papiers : Les Etats des pavillons sont toujours aussi peu responsabilisés, ainsi que l’Etat du port qui immatricule et contrôle les navires, les sociétés de classification ont toujours les mêmes prérogatives. Ce milieu du transport maritime est toujours aussi impénétrable et obscur……

L’Agence Européenne de Sécurité Maritime (AESM) » est installée  » mais qu’a-t-elle comme pouvoir…… et quelles sont ses réelles ambitions…. face aux armateurs, aux sociétés de classification, aux affréteurs, aux Etats des pavillons etc….

L’association MOR GLAZ revendique

toujours une antenne Régionale de Sécurité Maritime à Brest .

Notre rencontre avec monsieur Williem de Ruiter directeur de (AESM) nous a plutôt encouragé à continuer de défendre l’implantation d’une agence régionale à Brest.

Les responsables politiques ont-ils cette volonté……l’association MOR GLAZ en doute…..

Pour l’association MOR GLAZ, le président  Jean-Paul Hellequin

« TOUS MENACÉS DONC TOUS CONCERNÉS » LE COMBAT CONTRE LE MARÉE NOIR, EXEMPLE FINLANDAIS VIGIPOL, 25eme anniversaire,

Texte rédigé en français

par Per-Hakan Slotte, maire de Porvoo en Finlande

24.09.2005

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, Chers Amis,

Je vous remercie de m’avoir invité à participer aux célébrations du anniversaire de Vigipol et présenter le combat contre le marée noir en Finlande. J’ai fait connaissance avec la Bretagne 1974 et lors d´une visite en France au printemps 1978 je me rappelle le choc, le désespoir et la colère du peuple de Bretagne lors de la tragédie de l’Amoco Cadiz. Et plus tard le désespoir et la colère ont été transformées en énergie et à Vigipol. Depuis, il a toujours été très naturel pour moi de me soucier des marées noires qui menacent la ligne côtière de cette région.

Jusqu’à présent, le Golfe de Finlande et la Mer Baltique ont été épargnés par les grandes catastrophes pétrolières. La région avec un immense archipel et la ville bilangue de Porvoo, en suedois Borgå, où je suis maire est situe à l’est de la capitale finlandaise Helsinki. Nous avons été confrontés à une poignée d’accidents mineurs depuis les années 1960. En février 1987, le vaisseau Antonio Gramsci s’est échoué, provoquant une marée noire d’environ 650 tonnes au milieu d’un archipel très fragile.

Le transport de pétrole le long du Golfe de Finlande a connu un développement spectaculaire ces dernières années. On estime que en 2010 les volumes sont près de 200 millions de tonnes. En sus de ce développement, le va?et?vient constant entre Helsinki et Tallin travers le Golfe de Finlande, connaît également un développement incessant. Dans la partie orientale du Golfe, les passages sont étroits et difficilement navigables, et le archipel tout au long de la côte de Finlande subirait de plein fouet une éventuelle marée noire d’importance, le cas échéant.

L’Agence Finlandaise pour l’Environnement, placée sous la tutelle du gouvernement et chargée des questions environnementales, est responsable des questions liées aux marées noires en mer. Elle dispose des vaisseaux et autres équipements utilisés pour combattre ces phénomènes. Le long de la côte et sur les terres, les communes et les services de sauvetage des régions sont chargés de combattre les marées noires. Ces opérations sont menées par les unités régionales des services de sauvetage, qui sont relativement bien équipées de véhicules, de vaisseaux et d’autres équipements. En cas de catastrophe, les agences environnementales de l´état et les unités régionales des services de sauvetage rassembleraient tout naturellement leurs ressources. En outre, nous disposons d’une foule de casernes de pompiers volontaires le long de la ligne côtière. L’unité régionale des services de sauvetage, placé sur la tutelle de Borgå, dispose d’environ 600 personnes pour traiter une éventuelle catastrophe.

Le gouvernement finlandais supporte l’essentiel du fardeau économique lié au combat contre les marées noires. Le coût des opérations qui constituent ce combat est remboursé par le Fonds de Protection contre les marées noires. Ce fonds est constitué, d’une part, de fonds issus du budget national et, d’autre part, de contributions prélevées sur l´importation de chaque ton de pétrole en Finlande. Le fonds rembourse le coût de tous les équipements utilisés pour combattre les marées noires. Il se charge également d’intenter les éventuelles procédures judiciaires à l’encontre de la ou des parties responsables de la marée noire. Ainsi, chaque commune, le service de sauvetage ou les entreprises privées qui fournissent les équipements et le personel n’ont pas besoin d’intenter par elles?mêmes de quelconque action ou attendre des années pou eventuellement etre remboursées.

Les risques de grande marée noire ayant augmenté de manière significative ces dernières années, le gouvernement finlandais a décidé, en 2002, de renforcer ses capacités de combat contre les catastrophes. Au printemps 2005, un groupe de travail nommé par le Ministère de l’Environnement, proposa de fonder un centre pour le combat contre les dégâts provoqués par les marées noires au sud de la Finlande

La ville de Borgå, en collaboration avec deux autres villes (Kotka et Anjalankoski), proposa que les trois villes se partagent le centre pour le combat contre les dégâts provoqués par les marées noires. Le dépôt et la formation du personnel nécessaire à l’utilisation du matériel seront situées à Borgå ou se trouve aussi le raffinerie du petrole en Finlande, la formation et education general du personel pour ces types d´actions seront situés à Kotka, un des plus grands ports de la Finlande, tandis que le traitement des matières polluées se fera à Anjalankoski.

La ville de Borgå a mis un terrain à la disposition du dépôt et se dit prête à prendre en charge une partie des coûts de construction du centre. En collaboration avec une entreprise chargée de participer au combat contre les marées noires, nous avons engagé des négociations avec l’état pour définir comment devra fonctionner le centre, comment il sera administré et comment il sera géré. Une possibilité serait de constituer une société anonyme, dont l’état et l’industrie fourniraient le capital social. L’objectif serait de mettre en place une activité commerciale viable à Borgå. D’après nos estimations, le centre pourrait fonctionner d’ici 2 ans.

Le centre pour le combat contre les dégâts provoqués par les marées noires que nous prévoyons de construire, exercera différentes activités. L’état et l’industrie devraient conjointement supporter la responsabilité de l’achat de l’ensemble des équipements et du matériel. Le matériel et les compétences du centre sont commercialisés et proposés soit à des fins préventives, soit en cas de catastrophe subite. Pour l’état, l’intérêt de participer serait basé sur l’idée qu’en cas d’accident, du matériel et de l’équipement seraient immédiatement accessibles. Pour l’industrie, l’intérêt serait la disponibilité d’un dépôt de matériel accessible, qui pourrait servir de lieu d’exposition et de commercialisation des opérations de contrôle des marées noires proposées à travers toute l’Europe. C’est ce qui incite l’industrie à renouveler sans cesse son équipement. Ce concept permettrait un combat efficace contre les marées noires et serait créateur d’emplois locaux. Nous ne croyons pas tellement aux dépôts où l’équipement peut rester des années durant sans être jamais utilisé voire, au pire, court le risque de devenir obsolète et inutilisable.

Les entreprises du secteur de la lutte contre les marées noires et les financiers aptes à se constituer en réseau, sont convaincues de l’efficacité de ce concept commercial. A l’heure qu’il est, des négociations sont en cours un peu partout dans le monde pour savoir comment il peut renforcer l’efficacité du combat contre les dégâts provoqués par les marées noires.

Parallèlement à cela, nous lançons des projets inter?régionaux en coopération avec St Petersbourg, la region de Leningrad et les universités et autres institutions de la région. Un projet de ce type devrait également voir le jour en Estonie. L’objectif de tout cela est de créer une base de connaissances et une formation communes qui permettraient de diriger et d’organiser les contributions en matière de lutte contre les marées noires dans le Golfe de Finlande et la Mer Baltique. Je viens juste de rentrer de St Petersbourg où, en ma qualité de président d’une équipe chargée d’un projet d’éco?logistique, j’ai participé à un séminaire avec des participants représentant les partenaires finlandais et russes.

Mesdames, Messieurs, cheres collegues et chers Amis, le combat contre les dégâts provoqués par les marées noires doit être développé en collaboration avec tous les acteurs. Nous n’avons pas la même longue expérience que vous autres en Bretagne, mais par exemple Lamor Corporation à Borgå ont pour marché le monde entier et possèdent de grandes compétences. En outre, nous sommes convaincus qu’une coopération enthousiaste avec le secteur privé ne pourra qu’être bénéfique à ce combat et le rendra plus efficace. Un réseau qui, en cas de grande catastrophe, peut rapidement rassembler de l’équipement et du personnel, est une idée qui mérite une attention particulière. Rien, sauf les obstacles commerciaux et, j´espers qu´ils n´existent pas, ne saurait empêcher, par exemple, le centre pour le combat contre les marées noires de Borgå, d’apporter du matériel et de l’équipement en moins de 48 heures sur la côte bretonne si et lorsque cette dernière est menacée de pollution.

Sur ces bonnes paroles, je souhaite à Vigipol et à ses dirigeants et avec toutes les partenaires, le plus grand succès dans leurs travaux pour protéger la ligne côtière bretonne contre la pollution. Je vous remercie pour l´attention .

 à Monsieur Dominique de Villepin

Monsieur le Premier ministre,

L’association MOR GLAZ a rencontré le 24 septembre 2005 dans le cadre du 25ème anniversaire de VIGIPOL ( syndicat mixte de protection du littoral Breton mis en place après l’accident de l’AMOCO CADIZ) l’un des représentants monsieur Emilio Martin Gauza de la toute jeune Agence Européenne de Sécurité Maritime (AESM) implantée à Lisbonne. Nous avons appris par ce représentant lors d’ un échange public que les Agences Régionales de Sécurité Maritime (ARSM) n’étaient pas abandonnées et que leurs implantations régionales étaient uniquement liées à des raisons budgétaires.

L’association MOR GLAZ a défendu depuis 2003 ces Agences Régionales de Sécurité Maritime. Pour l’association MOR GLAZ , ces agences régionales doivent être une priorité pour permettre de réguler la première activité internationale qui devrait augmenter en volume durant les prochaines années ( rappelons que 90% des échanges mondiaux s’effectuent par la mer)

Monsieur le Premier ministre, l’association MOR GLAZ compte sur le dynamisme de votre gouvernement pour réactiver le dossier sur les Agences Régionales de Sécurité Maritime sur l’ensemble du littoral européen. Pour la France cette Agence Régionale de Sécurité Maritime doit être implantée à Brest pour des raisons évidentes ( depuis l’accident de l’AMOCO CADIZ, la pointe de Bretagne a montré un véritable dynamisme dans le domaine de la sécurité maritime avec la Préfecture Maritime, le CROSS , le CEDRE, IFREMER, l’UBO, VIGIPOL, plusieurs associations et syndicat actifs dans le domaine de la sécurité maritime et de la prévention des accidents en mer).

L’association MOR GLAZ va ce jour envoyer copie de cette lettre ouverte à toutes les régions et tous les départements du littoral français ainsi qu à la communauté urbaine de Brest qui doit défendre avec conviction ce dossier.

En l’attente, Veuillez recevoir, Monsieur le Premier ministre, nos sincères et respectueuses salutations.

Pour l’association MOR GLAZ,le président

Jean-Paul Hellequin

ABEILLE LIBERTE (sister-ship de l’Abeille Bourbon) lors de ses essais en Norvège le 12 octobre 2005

photo Harald Valderhaugt©

L’ABEILLE LIBERTE a été livré ce jour, 14 octobre 2005

à la société  » les Abeilles Internatioal  » filiale de Bourbon

aux essais » l’ABEILLE LIBERTE » a atteint la vitesse de 19,90 noeuds et une traction au point fixe de 209 Tonnes

 

Construction: en Norvège

Pavillon: Français 1er registre

équipage: 12 personnes de nationalité française

longueur hors tout: 80 mètres

largeur : 16,50 mètres

tirant d’eau maxi: 6 mètres

tonnage: 3200tonnes

puissance propulsive totale: 16 000 KW/ 21 740HP

capacité lutte anti-incendie: FiFi 2

pompe: 2 x 4200m3/heure

canons à eau: 3 x 2400m3/heure

canons à mousse: 1 x 600m3/heure

ARCHIVES 2005

31 décembre 2005 – une barge en perdition au large de la Bretagne prise en remorque par  » l’Abeille Bourbon »

22 décembre 2005- L’association MOR GLAZ souhaite réagir aux propos de monsieur Jean-Yves Besselat ( député du Havre et rapporteur du budget de la mer à l’Assemblée nationale) lors de la réunion publique qu’il a organisée à Paris le 16 décembre 2005.

20 décembre 2005– 26 ans après son naufrage, le cargo danois  » PETER SIF » suinte encore dans la baie de Lampaul à Ouessant.

17 novembre 2005-Baptême de l’Abeille Liberté à Cherbourg le 17 novembre 2005cliquez….discours de Monsieur Munier, Directeur Général Délégué de BOURBONCliquez…..discours de la marraine. cliquez photos…..

13 novembre 2005– le cargo Maltais le ‘BLACK PEARL’ en difficulté au large de la Bretagne le 12 novembre 2005.

1 novembre 2005– Lettre ouverte adressée ce jour par fax à Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président de la commission Européenne, Madame la Ministre de l’environnement. Le 18 août 2005, l’association MOR GLAZ vous adressait le courrier ci-joint. Nous reconnaissons que les réponses ne se sont pas faites attendre, sauf de la part de madame la Ministre chargée de l’écologie et du développement durable……. Que c’est il réellement passé depuis le 18 août……

31 octobre 2005– Il y a 5 ans aujourd’hui que le  » Ivoli-Sun  » chimiquier battant pavillon Italien bis sombrait au large de Cherbourg en bordure de la fosse des Casquets devenue tristement célèbre par les déversements passés de déchets de toutes sortes y compris nucléaires……

14 octobre 2005- L’association MOR GLAZ a défendu depuis 2003 ces Agences Régionales de Sécurité Maritime. Pour l’association MOR GLAZ , ces agences régionales doivent être une priorité pour permettre de réguler la première activité internationale qui devrait augmenter en volume durant les prochaines années ( rappelons que 90% des échanges mondiaux s’effectuent par la mer)

12/14 octobre 2005-ABEILLE LIBERTE (sister-ship de l’Abeille Bourbon)lors de ses essais en Norvège le 12 octobre 2005

24 octobre 2005– 25ème anniversaire du Syndicat Mixte de Protection du Littoral breton, VIGIPOL.

24 septembre 2005 – pour découvrir le texte rédigé en français  par Per-Hakan Slotte, maire de Porvoo en Finlande « TOUS MENACÉS DONC TOUS CONCERNÉS » LE COMBAT CONTRE LES MARÉES NOIRES,L’ EXEMPLE FINLANDAIS…..VIGIPOL, 25eme anniversaire, 24.09.2005

22 septembre 2005– nappe dépollution record( 61Kms) au large de la Bretagne. La caution de 500 000€ … pour le deuxième transporteur maritime mondial est insuffisante …

31 août 2005 : L’association MOR GLAZ se félicite, de la décision prise par la société Blystad Shipmanagement basée en Grande-Bretagne de faire escaler l’un de ses 18 navires le  » ANETTE  » navire citerne pour effectuer le débarquement de ses déchets de ballasts et autres ( 100m3) à Brest.

18 août 2005- Lette ouverte adressée le 18 août 2005 à :Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président de la Commission Européenne, Madame Nelly Olin, ministre chargée de l’Environnement.

16 août 2005- Lettre adressée le 16 août 2005 à : Madame Nelly Olin, ministre chargée de l’Environnement;Madame Alliot-Marie, ministre de la Défense Monsieur Perben, ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la MerMonsieur Nicolas Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire.

15 août 2005- Suite à l’échouage en Corse du Yacht le  » LAND’S END  » le 09 août 2005, l’association MOR GLAZ (dans un communiqué daté du 10 août 2005) se posait des questions sur l’efficacité de l’Etat français et des moyens face à ce genre de situation.

9 août 2005– Première intervention de « l’ABEILLE FLANDRE » en Méditerranée. Un yacht le « LAND’S END » battant pavillon Britanique s’est échoué à deux Kms de la plage du Liamone, près de Sagone en Corse,laissant échapper du fioul en mer

3 août 2005 Dans la nuit du 2 au 3 août 2005,l’Abeille Bourbon a ramené à Brest sous remorque le cargo  » OKAPI »battant pavillon de Antiga et Barbuda aux Antilles.

2 août 2005- L’association MOR GLAZ déplore la collision survenue entre un porte conteneurs et un vraquier au large des côtes Bretonnes.

30 juillet 2005- L’association MOR GLAZ est plutôt satisfaite d’apprendre le  » changement  » de cap qui pourrait être pris par l’Union Européenne à l’encontre des pollueurs des mers. Enfin les principaux responsables sont évoqués dans le texte qui pourrait entrer en vigueur dès mars 2007.

22 juillet 2005- Espace des sciences : un débat sur les marées noires.

12 juin 2005 : lettre ouverte à monsieur de Villepin  » le développement du cabotage… priorité Européenne et Nationale pour l’Homme et l’Environnement »

30 mai 2005 l’Association MOR GLAZ reçue au SENAT

11 mai 2005Le conseil Municipal des enfants de « Villedieu les Poêles »à Cherbourg le 11 mai 2005

18 avril 2005 L’ association MOR GLAZ souhaite connaître la position et les actions menées par France Télécom Marine pour réintégrer le marin magache suite aux sanctions prises à l’encontre de ce marin débarqué du « Léon Thévenin

2 avril 2005 seconde lettre adressée à monsieur Didier Lombard, président de France Télécom suite aux sanctions prises à l’encontre d’un marin malgache à bord du « Léon Thévenin

30mars 2005 lettre à monsieur Didier Lombard, président de France Télécom suite aux sanctions prises à l’encontre d’un marin malgache à bord du « Léon Thévenin

17/18 mars 2005la sécurité et la santé des pêcheurs Kenyans sur des navires de pêche industrielle.

11 mars 2005L »Enrico Levoli « ,chimiquier italien,dérouté à Brest, pour faits de pollution par hydrocarbures vendredi 11 mars 2005.

10 mars 2005 Le capitaine et l’armateur du navire pollueur « Silver Pearl » condamnés à 300 000 euros d’amende.

7 mars 2005 « ERIKA » 5 ans après …….. »PRESTIGE » 2 ans après…. Quelles mesures concrètes ont été prises pour que  » le plus jamais çà » ne soit qu’un slogan.

20 février 2005Le mardi 22 février 2005, le capitaine du pétrolier  » ATLANTIC HERO  » sera à la  » barre  » du Tribunal de Grande Instance de Brest à 13H30. Ce capitaine LTUSTINA Srdjan est soupçonné d’avoir pollué au large de la Bretagne le 10 septembre 2004.

12 février 2005 -En Europe qui dirige…. les fonctionnaires nommés…ou les hommes politiques élus par les peuples….

29 janvier 2005 – Assemblée générale de MOR GLAZ. Les promoteurs d’un système anti-collision intégrant l’optique, avaient été invités à intervenir.

28 janvier 2005 –L’association MOR GLAZ est solidaire de la justice française, de la marine nationale, de la douane et des services compétents face aux pollueurs des mers.

8 janvier2005 –L’association MOR GLAZ, se félicité des déclarations faites par l’un des capitaines du  » PRESTIGE « 

Nappe de pollution record ( 61Kms) au large de la Bretagne. La caution de 500 000€ … pour le deuxième transporteur maritime mondial est insuffisante …

Pour l’association MOR GLAZ, la caution doit être certes proportionnelle à la pollution, mais c’est l’acte de polluer qui doit être avant tout sanctionné.

L’association MOR GLAZ a rencontré hier sur le port de Brest, madame Nelly Olin ministre de l’environnement, nous lui avons fait part de nos inquiétudes face à ces pollutions que certains pourraient croire mineures…… et pourtant très destructrices….

Nous lui avons aussi rappelé

*que les déballastages représentent chaque année 6 à 8 millions de rejets d’hydrocarbures, eaux usées etc…

*que tous les déchets d’un navire en escale devraient être systématiquement débarqués…..

*que tous les armateurs devraient désormais avoir ce réflexe.

* pour l’association MOR GLAZ, les pollueurs doivent être de plus en plus sanctionnés.

Pour l’association MOR GLAZ, le deuxième armateur mondial, propriétaire du MAERSK BARCELONA doit montrer l’exemple en se donnant les moyens de ne jamais polluer.. ici au large de la Bretagne et ailleurs….

*L’association MOR GLAZ regrette que tous les armateurs n’aient pas le respect de l’environnement…..La mer ne souhaite pas  » plus  » et ne peut plus digérer tout ce que les hommes y déversent pour effectuer des économies au détriment du bien commun  » la mer « .

*Il faudrait que tous les armateurs et capitaines de navires aient enfin le réflexe de respecter l’environnement marin.

*Pour l’association MOR GLAZ, tous les déchets doivent rester à quai et être systématiquement débarqués pour être détruits dans le respect de la législation existante. Tous les ports devraient imposer les mêmes règles et être suffisamment équipés pour que les navires puissent respecter la législation en vigueur.

*l’association MOR GLAZ demande une traçabilité de tous les déchets des navires.

L’association MOR GLAZ se félicite, de la décision prise par la société Blystad Shipmanagement, basée en Grande-Bretagne de faire escaler l’un de ses 18 navires le  » ANETTE  » navire citerne pour effectuer le débarquement de ses déchets de ballasts et autres ( 100m3) à Brest.

L’association MOR GLAZ regrette cependant que tous les armateurs n’aient pas ce réflexe de respect envers les hommes l’environnement et la mer……La mer ne souhaite pas  » plus  » et ne peut plus digérer tout ce que les hommes y déversent pour effectuer des économies au détriment du bien commun  » la mer « .

Il faudrait que tous les armateurs et capitaines de navires aient enfin ce réflexe de respect de l’environnement marin.

Pour l’association MOR GLAZ, tous les déchets doivent rester à quai et être systématiquement débarqués pour être détruits dans le respect de la législation existante. Tous les ports devraient imposer les mêmes règles et être équipés pour que les navires puissent respecter la législation en vigueur.

Même si l’armateur du  » ANETTE  » a trouvé la facture plutôt salée, cette opération doit désormais faire partie du coût d’exploitation d’un navire. Les 72 000€ de frais de déballastage et d’escale ne sont pas significatifs comparés à la pollution évitée et à la cargaison de ce navire avec un baril de pétrole à 70 dollars (soit une cargaison d’une valeur de 17/18 Millions de dollars….)

Pour l’association MOR GLAZ, le coût du déballastage et autres opérations  » écologiques  » devraient être compris dans le taux d’affrètement d’un navire pétrolier et autres……

Le  » ANETTE  » immatriculé à Monrovia permet à l’armateur d’échapper déjà aux règles fiscales et sociales. Ce coût est nouveau pour bon nombre d’armateurs du fait de débarquer les déchets à quai . Cette démarche doit désormais devenir une obligation, une habitude… il faut changer les us et coutumes. Ces coûts doivent faire partie des frais d’escale et être partagés par tous les acteurs du transport maritime (Rappelons que 90% des échanges s’effectuent par la mer et que ce moyen de transport est encore appelé à se développer dans les années à venir). Rendons obligatoire le débarquement de tous les déchets à quai y compris les poubelles plastiques et autres……L’Union Européenne et l’Organisation Maritime Internationale doivent imposer la législation pour tous et continuer a sanctionner les contrevenants…. 72 000€ c’est dérisoire dans le coût d’exploitation d’un navire de 38 000Tonnes, selon les périodes 2/3 jours d ‘affrètements de temps en temps….mais que de pollutions volontaires évitées….. L’association MOR GLAZ milite pour une pollution volontaire zéro, y compris en Afrique, en Asie etc…

l’association MOR GLAZ attire une nouvelle fois l’attention des pouvoirs politiques européens et nationaux sur la convention de Bâle….

Lettre ouverte adressée le 18 août 2005 à :

Monsieur le Président de la République Française,

Monsieur le Premier ministre,

Monsieur le Président de la Commission Européenne,

Madame Nelly Olin, ministre chargée de l’Environnement;

                    Le NORWAY ( ex Paquebot France) doit être dépollué    

            l’association MOR GLAZ attire une nouvelle fois l’attention des pouvoirs politiques européens et nationaux sur la convention de Bâle….

Madame, messieurs,

Le paquebot le  » NORWAY  » ex France, qui bat pavillon de BAHAMAS devrait d’après nos informations être revendu par la société la  » STAR CRUISE  » ( l’actuel armateur du  » NORWAY  » ex France) à un chantier de démolition en Inde.

Madame, messieurs vous ne pouvez ni devez laisser des hommes voire des enfants démolir ce navire bourré d’amiante, produit classé rouge par sa dangerosité pour les hommes et l’environnement.

Le  » NORWAY  » ex France, qui est actuellement au mouillage devant le port de KLANG en Malaisie a été visité il y a quelques jours par 14 personnes de nationalité indienne. Toujours d’après notre informateur le  » NORWAY  » ex France devrait être remorqué jusqu’à  » GOA  » en Inde pour y être démoli……..Nous connaissons toutes et tous les conditions de  » travail  » des ouvriers dans ces chantiers de démolition, ne soyez pas complices de l’exploitation de ces ouvriers….

Rappelons que le  » NORWAY  » ex France avait quitté le port de BREMERHAVEN fin mai 2005 remorqué par le remorqueur Chinois  » DE DA  » le convoi a escalé au Cap le 1er juillet 2005. Le commandant aurait débarqué, ou aurait été remercié…..par la société la  » STAR CRUISE  » avant le départ de BREMERHAVEN. Ce même commandant déclarait sur M6 lors d’un reportage, qu’il ne conduirait pas le navire dans un chantier de démolition, qu’il préférerait débarquer.

Madame, messieurs, le but de cette lettre ouverte est d’attirer votre attention et celle du plus grand nombre de citoyens de la réalité des pratiques dans le milieu maritime malgré les conventions et autres textes qui devraient  » devaient  » protéger les hommes et l’environnement. Ayons tous en mémoire le feuilleton du porte-avions  » CLEMENCEAU  » qui a bien failli sans l’intervention des associations et d’un syndicat maritime Brestois finir à la démolition sans être désamianté, et débarrassé de divers produits dangereux .

Le  » NORWAY  » n’aurait pas dû pouvoir quitter l‘Allemagne, l’Europe sans que le désamiantage ne soit effectué, même si ce coût est estimé par l’armateur à 8 millions d’Euros…..Un armateur quel qu’il soit devrait prévoir le coût de démolition du navire lors de sa construction, cela devrait faire l’objet d’une loi internationale…. que fait l’Organisation Maritime Internationale (OMI)….

La convention de Bâle qui réglemente le trafic des déchets toxiques considère que les navires anciens, sont susceptibles de recevoir la qualification de  » déchets  » et donc de se voir appliquer les règles de ladite convention.

La convention de Bâle du 22 mars 1989, sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, signée par la France et l’Inde prévoit que ces mouvements sont interdits si l’Etat exportateur dispose de moyens permettant l’élimination de ces déchets, (art 4-9-a) Nous sommes bien dans cette configuration.

Madame, messieurs, l’association MOR GLAZ vous demande de réagir et d’agir, auprès de la société  » STAR CRUISE  » pour que toutes les normes de sécurité, d’hygiène et de conditions de travail soient appliquées lors de la démolition de ce navire.Il faut aussi responsabiliser l’Etat du pavillon du navire.

Le  » NORWAY «  ex France doit être dépollué de la même manière et avec le même sérieux que s’il était démoli dans un chantier de l’Union Européenne.

L’association MOR GLAZ demande depuis plusieurs années un chantier de déconstruction de navire en Europe, nous réitérons cette demande.

Madame, messieurs pensons aux hommes voire aux enfants qui vont devoir démolir ce navire (ancien fleuron de la flotte mondiale).

L’association MOR GLAZ espère bien que vous mettrez tout en œuvre pour éviter que des hommes et l’environnement ne soient encore une fois agressés, parce qu’un armateur à choisi l’économie et va la faire subir, payer à des gens qui n’ont pas le choix et qui ne peuvent qu’accepter et subir les conditions de travail les pires qui soient.

Madame, messieurs ne soyez pas de simples observateurs, faites respecter les textes que vous avez signés. Montrez-vous très fermes si vous voulez regagner la confiance des électeurs.

L’économie que veut réaliser l’armateur pour ce désamiantage (de 8 millions €), ne peut pas se faire en négligeant la santé des hommes parce qu’ils sont dans des pays pauvres, ni de sacrifier l’environnement parce que cela se passe ailleurs, loin de chez nous……La mondialisation c’est aussi savoir faire appliquer des règles sociales, sanitaires et environnementales ailleurs……. Les discours c’est bien, agir c’est mieux.

Madame, messieurs, nous vous remercions de votre attention et nous comptons sur vous pour faire appliquer les conventions qui  » protègent  » les hommes et l’environnement

Recevez, madame, messieurs, nos très respectueuses et sincères salutations.

Pour l’association MOR GLAZ , le président

le président Jean-Paul Hellequin

Lettre adressée le 16 août 2005 à : Madame Nelly Olin, ministre chargée de l’Environnement; Madame Alliot-Marie, ministre de la Défense Monsieur Perben, ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la MerMonsieur Nicolas Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire.

Monsieur le Ministre,

Le 9 août 2005, un yacht de luxe le « LAND’S END  » battant pavillon britannique, immatriculé aux îles Anglo-Normandes s’est échoué à 1,08Mille de la plage du Liamone près de Sagone en Corse du Sud en période de vigipirate, comment cela est-il possible…..

Rapidement le remorqueur  » Abeille Flandre  » qui se trouvait à Bastia a été dépêché sur place par le Préfet Maritime de la région Méditerranée, cette même autorité a mis en demeure l’armateur de ce yacht d’éviter toute pollution.

Le 12 août 2005, le  » LAND’S END  » a sombré …… l’association MOR GLAZ craint une pollution provoquée par les 70m3 de gazole que contiennent les soutes de ce navire. L’association MOR GLAZ demande à l’État Français de tout mettre en œuvre pour éviter toute pollution et tout danger pour la population et la navigation.

A un moment où la France à juste titre sanctionne les pollueurs des mers pour dégazage et déballastage, nous souhaitons une sanction sans complaisance pour les auteurs de ces faits.

Depuis des années, la France est au sein de l’Union Européenne le seul pays à sanctionner les pollueurs des mers… L’association MOR GLAZ souhaite que la France continue à suivre ce cap.

Nous vous remercions de votre attention, et nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en nos sincères et respectueuses salutations.

Pour l’association MOR GLAZ, le président

Jean-Paul Hellequin

1ère intervention de « l’ABEILLE FLANDRE » en Méditerranée. Un yacht le « LAND’S END » battant pavillon Britanique s’est échoué à deux Kms de la plage du Liamone, près de Sagone en Corse,

le 9 août 2005 laissant échapper en mer des hydrocarbures.

L’association MOR GLAZ demande

aux autorités maritimes, civiles et militaires de responsabiliser

les auteurs de cet accident.

Souhaitons que la faune et la flore

n’auront pas à souffrir de cet maladresse…….le 16 août 2005

Le 15 août 2005 COMMUNIQUE

Suite à l’échouage en Corse du Yacht le  » LAND’S END  » le 09 août 2005, l’association MOR GLAZ (dans un communiqué daté du 10 août 2005) se posait des questions sur l’efficacité de l’Etat français et des moyens face à ce genre de situation.

Pour l’association MOR GLAZ, les hommes, les moyens nautiques, les barrages flottants etc…manquent et ne sont pas au bon endroit.

Quelles sont les réels pouvoirs des autorités face au monde maritime, armateurs, affréteurs, assureurs etc……pour faire appliquer la mise en demeure de renflouer ce yacht devenu encore plus dangereux pour les hommes et l’environnement depuis qu’il a sombré

. La manière d’armer ce yacht de luxe ressemble de très près à la complaisance, immatriculé dans les îles Anglo-Normandes, (paradis-fiscal afin d’échapper à toutes les règles fiscales et sociales), capitaine britannique, les autres membres de l’équipage de la communauté internationale (vraisemblablement embauchés par une société de Manning).

Suite au naufrage du yacht  » LAND’S END  » l’association MOR GLAZ maintient la demande du renforcement des moyens en Méditerranée avec un navire d’intervention supplémentaire type  » Abeille Flandre  » basé en permanence dans les Bouches de Bonifacio et sollicite plus de moyens en hommes et en matériel de la part de l’Etat mis à la disposition du Préfet Maritime. Une autre zone d’ombre existe également entre le sud de la Sardaigne et les îles Baléares.

L’association MOR GLAZ demande aux autorités françaises de responsabiliser et de pénaliser sans complaisance tous les auteurs de cet échouage puis de ce naufrage.

Tous les naufrages occasionnent des pollutions qui ne sont jamais mineures, elles sont très destructrices de la faune et de la flore ( www.morglaz.org ).

L’association MOR GLAZ demande une sanction exemplaire à l’encontre de l’armateur, de l’agence de location du navire et de tous ceux qui n’ont pas su prendre une décision rapide pour évacuer ce navire. Les soutes (70 m3) représentent  » sont  » un danger pour l’environnement voire pour la population.

L’association MOR GLAZ écrit ce jour aux ministres concernés ( des transports, de l’environnement, de la défense et de l’intérieur) afin d’obtenir des explications sur un tel immobilisme face à cette situation.

Les réponses devraient être rapides et précises puisque :

*ce navire se trouve dans les eaux territoriales françaises,

*le navire bat le pavillon d’un Etat de l’Union Européenne,

*le capitaine est européen et de même nationalité que le pavillon du navire.

*l’armateur ?…..l’assureur ?……

L’analyse de l’association MOR GLAZ, à 1,08mille des côtes françaises les autorités ont plutôt des difficultés à faire appliquer la loi et à se faire respecter, mise en demeure ou pas…..

Pour l’association MOR GLAZ, ce naufrage ressemble bien à un naufrage comme les autres, des discutions interminables pour se mettre d’accord sur un prix pour renflouer le navire qui finit par sombrer, cela ressemble bien à un autre temps et pourtant…….

· Les autorités françaises doivent imposer à tout prix l’évacuation de cette épave après pompage des 70 m3 de carburant.

· Les autorités maritimes françaises devraient s’interroger sur le prix réel du navire et du montant de la prime d’assurance qui va être remboursée à l’armateur.

· Les autorités françaises doivent interdire la navigation à proximité des côtes à un certain type de navires dangereux pour les populations et l’environnement.

Espérons que l’enquête définisse les causes réelles du naufrage du LAND’S END.

Pour l’association MOR GLAZ, le président    Jean-Paul Hellequin