Après la course effrénée au gigantisme des navires de tous types, voici la folie de la course –« Qui aura les plus grands camions  pollueurs et dangereux pour les autres usagés de la route» ?

En effet la révision de la Directive « Poids et dimensions » pourrait permettre aux camions de 60 tonnes et long de plus de 25 mètres de circuler sur nos routes et sur l’ensemble du territoire Européen.

La mode aux Méga y compris de Pêche « ANNELIS ILENA » si grand qu’il ne peut pas entrer au port de Saint-Malo et méga-camions !

Depuis des décennies, l’Association MOR GLAZ défend le transport Fluvial, Ferroviaire, et tous ceux qui transportent des personnes et  marchandes dans le respect de certaines normes, qu’elles soient Sociales, Environnementales et  de Sécurité.

Alors que la France et plusieurs Régions seraient fortement opposées aux méga-camions qui passeraient d’une charge de   40 à 45 tonnes sur l’ensemble de notre territoire, le Parlement Européen a voté en faveur de la circulation de méga-camion de 60 tonnes et de plus de 25 mètres de long, une folie.

Depuis 2009, le sujet revient inlassablement à la charge, mais les lobbystes ne lâchent jamais rien. La Commission Européenne et les Parlementaires Européens comme trop souvent se laissent berner par de beaux discours !

L’Association MOR GLAZ soutiendra la Région Bretagne et la France dans son opposition à cette nouvelle folie d’escalade vers le gigantisme.

Le 12 mars 2024 les Parlementaires Européens ont voté la révision des textes de la directive « Poids et dimensions ».

L’Association MOR GLAZ souhaiterait connaître le vote des Candidates et Candidats, qui depuis le début de la Campagne s’empoignent sur des sujets qui n’intéressent pas ou peu les Electeurs, le but étant lors des débats et prises de paroles, de paraître bien plus que d’être utile !

L’Association MOR GLAZ s’oppose à la révision de la Directive « Poids et dimensions » !

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Assistance aux navires en détresse à vendre

 

Le 4 Mars 2024 par communiqué de presse la société « ECONOCOM » a fait savoir qu’elle s’apprêtait la compagnie de remorquage et de sauvetage française « Les Abeilles International » qu’elle avait achetées en 2020.

Le groupe « ECONOCOM » a annoncé qu’il était entré en négociation exclusive avec le groupe espagnol de remorquage et de navigation « BOLUDA » pour lui céder 100 % de ses parts qu’il détient dans la firme « Les Abeilles International ». Cette transaction est prévue arrivée à son terme dans le second trimestre de 2024 mais reste suspendu à la finalisation de l’accord et aux conditions suspensives habituellement applicables de la part des autorités françaises.

Cette vente renforcera la structure financière d’ « ECONOCOM » dans la perspective de son plan stratégique « ONE ECONOCOM » s’appliquant sur la période 2024 – 2028. Ce plan annoncé en Novembre dernier incluse l’autofinancement du futur plan d’extension organique et externe d’ « ECONOCOM ».

Le groupe « ECONOCOM » a acheté « Les Abeilles International » en 2020. A la fin de 2023, « Les Abeilles International » ont été reclassifiées comme « actif destiné à la vente », en application du « standard IFRS 5 » et en droite ligne du plan stratégique « ONE ECONOCOM ».

Jean-Louis BOUCHARD, Président Directeur Général d’ « ECONOCOM » a dit : « Nous sommes ravis de cette transaction avec le groupe « BOLUDA », un leader mondial dans les services de remorquage. Au travers de cette vente, Les Abeilles International » vont pouvoir bénéficier du soutien d’un acteur majeur pour ses développements futurs. Cette vente s’inscrit dans notre plan « ONE ECONOCOM » annoncé en Novembre dernier pour vendre certains actifs qui ne sont pas stratégiques pour notre cœur de métier.

Samira DRAOUA, Présidente des « Abeilles International » ajoute : « Depuis que nous avons acheté les Abeilles International en Septembre 2020, nous avons été enthousiastes dans le renforcement et le développement de cette compagnie maritime au sein de ses activités. Nous avons acheté et modifié deux des plus puissants remorqueurs au monde (Abeille Méditerranée & Abeille Normandie). Nous avons aussi diversifié nos activités avec l’achat de l’ Abeille Horizon puis renforcé notre expertise en créant l’ école d’entraînement des Abeilles International. Au travers de cette vente à « BOLUDA », Les Abeilles International seront en mesure de poursuivre et accélérer dans cette trajectoire.

Vicente BOLUDA FOS, Président Directeur Général de BOLUDA, ajoute : « Notre groupe est présent en France depuis 2007 et est y est profondément implanté. Notre engagement en faveur de l’emploi français et son développement a toujours été une caractéristique essentielle de notre identité. BOLUDA est un groupe familial qui a plus de cent d’existence. Désormais, le groupe a atteint un moment clé de son histoire en devenant un leader incontesté de l’industrie du remorquage. L’arrivée des « Abeilles International », avec son expertise opérationnelle, au sein de notre groupe est une nouvelle étape dans notre développement »

Le service de remorquage d’assistance en France :

Il s’agit de la version moderne du positionnement en station de sauvetage de remorqueur dédié à l’assistance de navires en détresse. Le positionnement de remorqueurs en station a débuté en 1975 suite à l’échouement du pétrolier « AMOCO CADIZ » qui a déversé 223 101 tonnes de pétrole sur les côtes françaises. Mais c’est en 1922 que remonte ce principe de remorqueurs en station sauvetage en France. Même avant cette date des remorqueurs puissants opérés par des compagnies françaises, dont la plus importante d’entre elles « LES ABEILLES » crées au Havre en 1864, étaient déjà présents en station en particulier à Brest. Ces remorqueurs étaient cependant souvent absents de leur lieu de station. Par conséquent les opérations d’assistance aux navires en détresse devaient s’effectuer avec des remorqueurs portuaires moins adaptés au gros temps. La conséquence était que la plupart du temps il n’y avait aucun remorqueur adapté pour les assistances aux navires en détresse. Un autre problème à l’époque était que la radiotélégraphie embarquée à bord des navires en était à ses balbutiements et que la plupart des bateaux n’en avaient pas à bord !

Henri CANGARDEL, Directeur de l’ « Union Maritime Française », fut très choqué par le naufrage en 1922 du paquebot « AFRIQUE » des Chargeurs Réunis lors d’une forte tempête suite à la perte de sa propulsion au large des Sables d’Olonne. Le paquebot qui avait 609 passagers et 135 membres d’équipage à bord qui ne réussirent pas à réparer la machine fût drossé sur les récifs et se brisa. Il n’y eu que 34 survivants dont seulement 3 passagers. Suite à cette catastrophe Cangardel initia la mise en station de remorqueurs de sauvetage à Brest, Marseille, Bordeaux et Saint-Nazaire. Compte tenu de ses liens étroits avec le gouvernement on pouvait d’ores et déjà considérer ses mises en station de moyens d’intervention comme une action de l’état en mer semi parrainée tout comme c’est le cas actuellement avec l’affrêtement des remorqueurs d’assistance. A part les remorqueurs de la Marine Nationale dépendant directement de l’état un navire spécialement adapté à la mission a été acheté à l’étranger. Renommé « IROISE », il fût stationné à Brest et devint célèbre sous le commandement du Commandant Louis MALBERT.

Durant un peu plus d’une décennie l’activité des remorqueurs d’assistance aux navires en détresse s’avéra fort utile mais en 1935 l’ « Union Maritime Française » cessa d’exister avec la vente du dernier remorqueur. Une des raisons de cette cessation d’activité de l’ « Union Française Maritime » (U F M) était qu’à partir du milieu des années 20 des remorqueurs étrangers des compagnies SMIT, BUGSIER & WIJSMULLER avaient commencé à fréquenter les ports français en se plaçant comme concurrent de l’ « U F M ».

La place laissée vacante par les remorqueurs de l’ « Union Française Maritime » fut prise par les remorqueurs de la compagnie « LES ABEILLES » du Havre mais seulement une partie de l’année car les éventuelles pertes financières cumulées pendant les périodes d’hiver en station devaient être compensées par des opérations de remorquage au long cours.

Le dernier remorqueur des Abeilles ayant opéré en station d’assistance en mer d’Iroise a été l’ « Abeille 26 » (3000 Cv – Construit en 1952). En 1958 sa carrière sous pavillon français s’arrêta avec sa vente au Canada. Après lui aucun remorqueur français n’assura la station à Brest. Le « Jean Bart » (2500 Cv) de la « Société Dunkerquoise de remorquage » fut positionné en station d’assistance aux navires en détresse dans le port de Boulogne sur Mer de 1956 à 1965. Le bilan financier s’avérant hélas déficitaire le navire fut vendu à la compagnie hollandaise « Wisjmuller » qui l’exploita sur le marché de l’affrêtement de remorquage au long cours.

A partir de là il n’y avait plus de remorqueur de sauvetage dédié disponible toute l’année pour protéger les côtes françaises des conséquences d’accidents maritimes.

AVERTISSEMENTS :

En 1966 le pétrolier « ANNE MILDRED BROVIG » de 40 195 Tonnes de Port en Lourd aurait pu alerter. En route vers Hambourg avec une cargaison de 39 000 tonnes de pétrole brut il entra en collision avec le navire anglais « PENTLAND » au large de l’ile d’ Heligoland. Les citernes explosèrent et le navire pris feu. Les remorqueurs de la compagnie « BUGSIER » tentèrent d’éteindre l’incendie en vain puisque le navire finit par couler. Une opération de sauvetage sous la direction de la société hollandaise « SMIT » a été engagée permettant de renflouer la partie avant du pétrolier après 50 jours d’efforts. Cette opération permit de récupérer une partie de la cargaison mais 15 000 tonnes de pétrole brut engendrèrent une grave pollution.

Un an plus tard, en 1967, la deuxième alerte eu lieu avec l’échouement du pétrolier « TORREY CANYON » suite à une erreur de navigation sur le « Pollard Rock » sur la côte sud-ouest de l’Angleterre. Durant de nombreux jours il déversa ses 119 328 tonnes de pétrole brut à la mer. En outre à la faveur de la météo et des courants de marée les côtes françaises furent touchées par cette pollution.

Le dernier avertissement sur ce qui attendait les côtes françaises arriva en Janvier 1976 quand le pétrolier neuf « OLYMPIC BRAVERY » s’échoua sur l’ile d’Ouessant suite à une avarie machine. Le navire se cassa mais comme il sortait juste des Chantiers de l’Atlantique pour se rendre dans un fjord en Norvège il n’y eu quasiment pas de pollution puisque le navire n’avait pas de cargaison.

LE GRAND JOUR :

Le 16 Mars 1978 le pétrolier chargé « AMOCO CADIZ » tomba en avarie d’appareil à gouverner à environ 7,5 milles au large d’Ouessant lors d’une tempête. Les autorités françaises ne furent pas averties de cette avarie bien que le pétrolier émît des messages à l’intention des autres navires sur canal 16 leur demandant de se tenir à l’écart. Les tentatives de réparation de l’appareil à gouverner échouèrent. L’ « AMOCO CADIZ » demanda alors l’assistance d’un remorqueur par radio. La station radio côtière relaya cette demande au seul puissant remorqueur disponible dans les environs qui n’était autre que le « PACIFIC » de la Compagnie Allemande « BUGSIER ». A ce moment la tempête faisait rage avec des vents soufflant à force 10 !

Quand le « PACIFIC » arriva à proximité de l’ « AMOCO CADIZ » il proposa à son Commandant un Contrat « No Cure No Pay » ce que ce dernier refusa préférant un contrat de remorquage à prix fixe. Les négociations durèrent une heure et demi. Un semblant d’accord fut trouvé mais chaque Commandant n’était pas en phase sur le type de contrat. Pendant ce temps la compagnie « AMOCO », propriétaire du navire, continuait à essayer de négocier un contrat au forfait en vain. Deux heures et demi plus tard « AMOCO » approuva le contrat Lloyd Open Form « No Cure No Pay ». Le mauvais sévissait toujours avec des vents de secteur NW à force 10 et une mer grosse provoquant des creux de 10 mètres. Quand le pétrolier s’échoua la remorque cassa. Quinze minutes plus tard un deuxième remorqueur BUGSIER arriva sur zone pour doubler la puissance du « PACIFIC ».

Avec une telle météo le pétrolier se cassa provoquant le déversement sur les plages environnantes des 227 000 tonnes de pétrole brut contenu dans ses cuves. Une énorme et couteuse opération de nettoyage due être mise en place par les autorités françaises.

L’origine de ce désastre est le résultat d’une accumulation d’erreurs et d’échecs. Cela commence par la conception de l’appareil à gouverner, suivi par l’absence d’informations aux autorités françaises, puis par le comportement du capitaine du pétrolier totalement sous la pression des règles que lui imposait la compagnie « AMOCO » et enfin l’échec de la stratégie de cette société tentant de grappiller les frais engendrés par la signature d’un contrat « No Cure No Pay ». Si le commandant de l’ « AMOCO CADIZ » avait dès le début informé les autorités françaises et accepté le Contrat Lloyd Open Form (No Cure No Pay)  proposé par le « PACIFIC » il y aurait eu de fortes chances que ce pollution n’aurait pas eu lieu. Le pétrolier aurait été un peu plus loin des côtes et l’autre remorqueur BUGSIER « SIMSON », plus puissant que le « PACIFIC », serait arrivé à temps pour écarter davantage l’« AMOCO CADIZ » des dangers.

les positions de l’Association MOR GLAZ :                                             22/12/2023…..22/02/20244…..04/03/2024

Article à suivre en Anglais dans le magazine « Tug e Zine » de Février – Mars 2024

 

Le Transport Maritime vient de montrer cette fois encore qu’il reste une Activité essentielle et Mondiale, qu’un grain de sable dans la machine bien huilée peut geler toute une Région et plus largement –

«  La première Activité Mondiale plus puissante qu’imaginée, doit protéger toutes celles et ceux qui lui permettent de fonctionner » ! Derrière cette force Mondiale : des Armateurs, des Marins, respectueux les uns des autres ! mais, aussi des « pseudo-armateurs » des pavillons de complaisance, et autres dérives » !

Le 26 Mars 2024 le pont « Francis Scott Key » permettant de franchir le fleuve « PATAPSCO » à proximité du port de BALTIMORE était heurté par le porte-Conteneurs « DALI » de taille moyenne pour notre époque !

L’Armateur est basé à « SINGAPOUR », le navire bat ce pavillon. Cet Armateur est souvent épinglé pour des problèmes de Contrats de travail étendus, des Conditions de vie pas très respectueuses des Marins, pour nous il est important de la signaler, de le rappeler.

Après avoir consulté quelques experts de l’Association MOR GLAZ dont l’un est un ancien Commandant les constats sont les suivants –« Une avarie mécanique et avarie électrique, les feux du navire  se sont éteints peu avant le choc,  le navire  avait eu un soucis il y a un an dans un autre port. Ce qui s’est passé le 26 Mars2024 ressemble plutôt à un black-out: plus d’électricité donc plus de propulsion, le groupe de secours a peut être mis un certain temps à démarrer et reprendre la charge, le navire étant près du pont le choc n’a pas pu être évité. Les autorités ont été prévenues rapidement, il y avait obligatoirement un pilote à la passerelle du « DALI » avec liaison VHF vers la Capitainerie du port…La boite noire du navire révèlera toutes les conversations.

L’Association MOR GLAZ et du Remorquage, quant à elles continueront de défendre la présence des Pilotes sur tous les navires lors des entrées et sorties des ports. Nous revendiquons et défendrons la présence « l’assistance » de Remorqueurs Portuaires puissants supplémentaires dans toutes les zones à risques. Les seuls décideurs ne sont pas les Armateurs qui trouvent les frais d’escales toujours trop coûteux. Si le « DALI » avait été assisté de Remorqueurs, le pire aurait peut-être pu être évité ?

La prévention n’est jamais trop coûteuse, dans ce port de « BALTIMORE » le nombre de Remorqueurs devra vraisemblablement  être réétudié, lors des sorties et des entrées des navires jusque la sortie de l’estuaire du fleuve « PATAPSCO ».

Plusieurs Personnes sont décédées, il s’agit d’un drame !  L’arrêt momentané d’un port qui emploie 150.000 Personnes va perturber les chaînes logistiques et pas que dans l’Etat du « MARYLAND » plus 50 Millions de Dollars de perte journalière.

Pour l’Association MOR GLAZ    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Nous avons la douleur de vous annoncer le décès de Maître Michel QUIMBERT.

 

Michel avait adhéré durant plusieurs années à l’Association MOR GLAZ, il reconnaissait notre militantisme, nos engagements communs contre les navires poubelles et autres sujets Maritimes mettant en danger l’environnement et les Marins !

Nous pouvons écrire que le Monde Maritime est endeuillé, Michel m’avait été présenté la première fois par mon Ami Roland ANDRIEU, puis à plusieurs reprises par les Dirigeants du Groupe Maritime  BOURBON !  Maître QUIMBERT était impressionnant par sa voix, ses « ces » gestuelles, Avocat Maritimiste de talent. Souvent nous avions croisé le verbe, mais, pour celles et ceux qui connaissaient Michel QUIMBERT, une banalité du quotidien !

Inscrit au barreau de Nantes depuis plus de cinquante ans.  L’avocat au franc-parler était spécialisé en droit maritime, aérien et des affaires. Un défenseur de notre Activité, il a largué les amarres trop tôt !

Maître QUIMERT était présent partout où il pouvait servir les causes des Marins.

Nous adressons nos plus vives condoléances à ses Proches, aux Membres du Cabinet, Avocats, Secrétaires et autres Personnels.

Michel, espérons que cet embarquement t’amènera vers un quai sur lequel t’attendront tes Amis, ceux du Monde Maritime mais bien d’autres encore. Merci pour ce que tu as réalisé pour notre Communauté celle à laquelle tu appartenais depuis des décennies.

Pour l’Association MOR GLAZ    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le 15 février 2024 l’Association MOR GLAZ était aux côtés des Associations qui dénonçaient l’activité du Chalutier pélagique « ANNELIS ILENA ».

Lors des prises de paroles, l’Association MOR GLAZ avait rappelé que nous n’étions pas présents par idéologie, ni pour des raisons électorales, mais, que nous étions présents pour dénoncer une Pêche « dévastatrice », pour dénoncer les manières de laisser faire en regardant ailleurs ! L’Association MOR GLAZ défend depuis des décennies la Pêche Artisanale, celle qui Pêche sans détruire, celle qui essaie au mieux et à chaque sortie en Mer de préserver « ménager » les ressources !

Le Chalutier « ANNELIS ILENA » est l’exemple de ce qu’il ne faut surtout pas faire, ce Chalutier est celui de toutes les controverses, celui qui a affamé des Populations du littoral en Afrique, Pêcher sans compter, sans se soucier des lendemains avec des complicités locales, internationales même et sans s’inquiéter des conditions de vie des Marins. La règle laisser faire le business de la Pêche Industrielle. Communiqués des 28 janvier, 13 et 15 février 2024.  

36 Marins de la Compagnie des Pêches de Saint-Malo au chômage partiel : -« Scénario inquiétant, pour ces Marins, l’Association MOR GLAZ, n’est pas responsable de cette situation, nous la regrettons.  Pour nous, ces Marins certainement confirmés et habitués à une vie de Marin difficile devraient tous être reclassés par celles et ceux qui les ont entraînés vers ce possible abîme pour eux ».

Chantage aux emplois, les bonnes vieilles méthodes, il va falloir trouver des emplois stables pour ces Marins laissés sur le quai ! Et abandonner la pratique de Pêche avec ces chalutiers qui Pêchent souvent bien plus que nécessaire !    

Si l’Armateur compte sur le Secrétaire d’État de la Mer et de la Biodiversité, pour venir en aide aux Marins, il peut attendre ! 28 janvier 2024 ….13 février 202415 février 2024

Autre sujet de préoccupation pour l’Association MOR GLAZ : La triste mésaventure du Patron Pêcheur Claude HERRY de Plougastel Daoulas dans le Finistère. Le 1er février 2024 nous avions organisé un point presse en présence du Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest. Ce Patron Pêcheur, lui, il n’a pas d’aides, il n’a que peu ou pas de solution, il n’a pas de Cabinet de lobbyistes, il essaie tout simplement de sortir la tête de l’eau, et la remontée est pénible. Où sont les organismes censés défendre les Pêcheurs Artisans. Lors d’un appel téléphonique samedi matin, nous avons estimé que l’aide de l’Association MOR GLAZ lui serait utile.

Claude voulait être son Patron, Pêcher raisonnablement, vendre son poisson au juste prix, et rembourser son Bateau de 8,50 mètres le « MIKE OCEAN II » acheté neuf en 2004, un navire de série. Et puis la catastrophe, le bateau est inutilisable, il entame une procédure, le Chantier est condamné ! La galère commence et quelle galère voire l’article du quotidien LE TELEGRAMME de Brest et sur le site MOR GLAZ à dater du lundi 25 mars 2024 !

Claude est de ces Marins qui affrontent les pires tempêtes y compris à terre ! Il a autour de lui des Amis, des Artistes, des Associations qui se sont mobilisés, l’Association du village de KERZIOU à Plougastel organisatrice du concert. Ce concert programmé le vendredi 29 mars 2024 de 18h00 à minuit, vous permettra d’apporter votre contribution, et aussi de mieux connaître Claude HERRY !

Pour l’Association MOR GLAZ, défendre ce Patron Pêcheur est une évidence, lui, il ne peut compter que sur lui et cette solidarité pour reprendre la Mer et pratiquer la Pêche en Rade de Brest ! Claude sait qu’il devra rembourser la Banque et que seul ce sera difficile, la Maison Familiale fait l’objet d’une saisie judiciaire ! L’Association MOR GLAZ sera présente, nous, nous défendons la Mer et les Marins !  Nous n’avons aucune arrière-pensée politicienne ou autres….

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ et du Remorquage saluent le choix réalisé avec l’annonce du Groupe ECONOCOM de rentrer en négociation exclusive avec le Groupe Maritime BOLUDA pour le rachat de la Société « LES ABEILLES INTERNATIONAL ».

Peinture : Belbeoc’h       texte: Jean Bulot

Les fonds de pensions écartés, plutôt une bonne nouvelle pour les Salariés Sédentaires et Navigants de la Société « LES ABEILLES INTERNATIONAL », rassurant aussi pour les utilisateurs des navires que sont les Préfets Maritimes.

Le Groupe ECONOCOM vient par ce choix de montrer l’attachement qu’il avait pour la Société qu’il a gérée durant quelques années.

Le Groupe BOLUDA est le leadeur du Remorquage Mondial, cela ne peut que rassurer l’État Français pour celles et ceux qui connaissent l’historique de la protection du littoral en France  

communiqués du 5 décembre 2023 et du 22 décembre 2023

 Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Les Responsables du Chantier Naval PIRIOU de Concarneau en Bretagne viennent de prendre une décision certes difficile, peut-être même douloureuse mais positive pour le Chantier, les Salariés et la France. L’Association MOR GLAZ ne peut que soutenir celle-ci ! Les navires de notre Défense Nationale doivent être construits en France pour des raisons évidentes et stratégiques ! -« D’ailleurs en France seul le Chantier PIRIOU, aucun autre Chantier ne construit des Remorqueurs Civils ou Militaires de cette taille, ni de cette complexité ».

Chaque jour les Françaises et les Français entendent que notre souveraineté serait une vraie priorité, annonce faite à plusieurs reprises par le Président de la République aux Assises de la Mer et autres lieux. En fait cette souveraineté est galvaudée, la réalité est toute autre, elle est au bord du naufrage et les secteurs se multiplient. Le cap du non-retour est peut-être même franchi, par un manque de volonté ou de concurrence déloyale !

L’Association MOR GLAZ est forcément inquiète, nous avons multiplié les « MAYDAY », immatriculations de notre Marine Marchande sous des pavillons colorés, les arrêts techniques des navires dans des Chantiers peu ou pas contraints par des normes Sociales et Environnementales équivalentes aux nôtres, de même pour la déconstruction des navires ! Toutes ces dérives sous l’œil complice ou peu attentif des Ministères et Administrations concernés qui lorgnent trop souvent sur le moins disant.

Tout serait de la faute de la crise sanitaire, de la guerre en Ukraine ! La faute est peut-être simplement de ceux qui n’ont aucune anticipation, trop enfermés dans une bulle technocratique, et ne retiennent que le moins disant Economique, Social et Environnemental, la faute du profit et de certains discours qui ne sont plus perceptibles, ceux qui les tiennent y croient-ils encore !

En 2019 d’importants marchés avaient été passés entre la Marines Nationale et les Chantiers PIRIOU de Concarneau ! mais, comme souvent les Responsables des Marchés de la 6ème Puissance Mondiale tire les prix vers le bas, nous parlons de Défense et de Stratégie Militaire. Certains programmes d’armement notifiés avant 2021 n’entrent plus dans les enveloppes budgétaires, dont 20 Remorqueurs portuaires et côtiers pour la Marine Nationale. D’autres Marchés sont-ils menacés ? Si les Dirigeants du Chantier de Concarneau, n’avaient pas su prendre cette initiative, nous pouvions imaginer le pire.  La 6ème puissance Mondiale va devoir garder ces « ses » vieilles unités, comme une habitude ! –« Pour l’Association MOR GLAZ, après certains Marchés qui n’aboutissent qu’après des décennies et maintes et maintes réflexions, la grande muette vient cette fois de prendre une torpille !

L’Association MOR GLAZ défendra comme à son habitude les Industriels portuaires respectueux des normes Sociales et Environnementales auxquelles nous tenons, bon courage pour les futures négociations, ces constructions doivent rester en France !  

 Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Les Associations du Remorquage et MOR GLAZ qui défendent les moyens de sauvetage sont satisfaites par l’efficacité et la réactivité de toutes celles et ceux qui veillent 24h/24h sur le trafic Maritime ici et ailleurs !

photo: reproduction interdite

Le 19 février 2024, le Remorqueur « ABEILLE BOURBON » après avoir été positionné et mis en alerte par le Préfet Maritime de l’Atlantique remorquait le plus grand porte-conteneurs jamais pris en remorque au large de la Bretagne, le porte-conteneurs « CONTI CHIVALRY » de 334 mètres de long !

photo : reproduction interdite

Les avaries de ces grands navires, seront de plus en plus fréquentes, la garde ne doit jamais faiblir, bien au contraire, elle ne doit surtout pas être revue à la baisse pour des raisons comptables ou pire encore par manque d’anticipation.

Les Associations restent vigilantes quant à la qualité  et aux effectifs des Navigants embarqués à bord de ces navires de sauvetage, mais aussi  sur la qualité de certains Equipages embarqués à bord de ces grands porte-conteneurs.

Les Associations du Remorquage et MOR GLAZ restons vigilants sur la capacité de traction de ces Remorqueurs, sera-t-elle suffisante par toutes les conditions météorologiques :

-« au mois de novembre 2022 le porte-conteneurs « CARTAGENA EXPRESS » long de 333 mètres tombait lui aussi en avarie et avait été ramené en baie de Douarnenez » ! Que peuvent bien transporter ces navires et quels dangers pour les Populations, la Faune et la Flore !

Les Associations du Remorquage et MOR GLAZ  demandent que tous ces navires un peu trop grands à notre avis soient armés par des Equipages bien formés, en nombre suffisant. Que ces navires fassent l’objet d’un regard particulièrement attentif lors des escales de la part des Inspecteurs des Centres de Sécurité des Navires partout dans le Monde.

L’Organisation Maritime Internationale OMI   doit imposer sur ces navires la Sécurité Passive Embarquée dont le  JLMD ecologic system défendue par les Association depuis des décennies ! Plusieurs grands Armateurs équipent leurs navires de Sécurité Passive Embarquée , nous les saluons pour cette démarche qui devrait être obligatoire.

Pour les Associations précitées    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN