Ce week-end du 16 octobre 2020, les Associations MOR GLAZ et du Remorquage étaient présentes à TREBEURDEN dans les Côtes d’Armor,  pour la 5ème édition du festival du film et de l’image des mondes sous-marins.

 

Lors de ce festival, nous avons participé à plusieurs  conférences, et plus particulièrement à celle sur le transport maritime avec comme support le documentaire « EN RADE » du réalisateur Roy LEKUS.

 

Nous avons aussi apporté nos réflexions sur « SOS MEDITERRANEE » et leurs remarquables  missions de sauvetage de vies humaines en Mer, effectuées par cette Organisation souvent décriée «contestée » mais si méconnue !

Durant ce week-end, nous avons réalisé de belles rencontres avec les autres invités

« RÉSEAU CÉTACÉS »

« la SNSM »

 

 « PEUPLES DES DUNES DE BATZ à BREHAT »

« Ligue pour la Protection des Oiseaux LPO »

 

« L’ASSOCIATION LES FRÈRES LEBRUN véritable saga du film sous-marin

 

« Charles MARION Photographe/Reporter »

 

de belles rencontres, de bons contacts afin d’élargir le réseau de l’Association MOR GLAZ.

Nous avons rencontrés des Militants qui ont les mêmes démarches que nous (Humaines, Environnementales et Animales) afin de dégager l’horizon un peu bouché !

Merci aux organisateurs de ce 5ème Festival du film et de l’image des mondes sous-marins. Un grand merci à Patrick BOURGES et à tous les Bénévoles de l’Association Embarque à Treb !

 

Le  Président des Associations                Jean-Paul HELLEQUIN

Une visite Ministérielle……. Pour quoi faire?

Le lundi 12 octobre 2020, la Ministre de la Défense, Madame Florence PARLY était en déplacement à Brest, afin de s’assurer des moyens dont disposait l’Action de l’Etat en Mer, sous l’autorité du Préfet Maritime de l’Atlantique, en ce qui concerne la zone maritime de la pointe Finistère à la frontière Espagnole.

Lors de la conférence de presse, une question « inattendue » a été posée à la Ministre au sujet des moyens héliportés pour  effectuer le sauvetage en Mer.

L’Association MOR GLAZ, le 25 janvier 2020 dans un communiqué s’inquiétait du temps de disponibilité des Hélicoptères et des Equipages affectés à ces missions de sauvetages en Mer, en s’appuyant sur des faits et des rapports du BEAMer. Après quelques jours, les services de communication  de la Marine Nationale nous firent une réponse laconique, illisible et hors sujet comme souvent lorsque les questions sont précises et dérangeantes. Hier, la réponse de Madame la Ministre fut tout aussi laconique, la Ministre reconnaissant toutefois, que le nombre d’appareils disponibles restaient sous les prévisions  –« Nous avons lancé la réorganisation du maintien en condition opérationnelle de nos aéronefs ».

L’Association MOR GLAZ aurait souhaité que la question lui soit aussi posée sur le renouvellement des remorqueurs Abeilles Flandre et Languedoc, et du rafistolage effectué par les responsables de ces marchés publics. Un appel d’offres bricolé  -« qui suggère, motive et accepte que les concurrents  puissent répondre avec des navires d’occasions (qui ne seront pas des remorqueurs), sur des contrats de dix ans non renouvelables, accompagnés d’une enveloppe de 120 Millions d’Euros (nettement insuffisante lorsque l’on connait le prix d’un remorqueur de haute mer moderne).

Hier à Brest aucune déclaration, de l’auto satisfaction et rien de plus. Il ne suffit pas de faire quelques  déclarations comme trop souvent et de s’auto satisfaire, il faut reconnaitre ses mauvais choix, le manque de moyens et y remédier !

L’Association MOR GLAZ dénonce les manques de moyens des trois Préfets Maritimes, qu’ils soient nautiques ou héliportés pour faire face à des situations d’urgences !  Espérons que les Marins et les populations du littoral n’auront pas à subir ces mauvais choix !

L’Association MOR GLAZ  qui protège les marins du Monde, ne se satisfera jamais d’une communication laconique qui ne satisfait que les états-Majors en charge du sauvetage en Mer et quelques Administrations !

             Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre 2020, que s’est-il réellement passé en Corse du Sud lors du coup de vent ?

Nous souhaitons nos plus sincères condoléances à Madame Dominique DEBUYSER, seule rescapée du   naufrage du voilier de 11 mètres « BE-BOP » survenu dans la nuit du 25 septembre 2020.

Depuis quelques jours, l’un des Adhérents de MOR GLAZ séjournant en Corse nous appelle et essaie de glaner des renseignements « informations »  sur le refus ou l’impossibilité de trouver une place à quai dans plusieurs ports du Sud de la Corse pour le voilier le « BE-BOP » dont deux personnes ont perdu la vie lors du naufrage. D’après notre Sentinelle d’autres navires se seraient retrouvés dans la même situation (deux occupants auraient même abandonné leur navire au mouillage) !

L’Association MOR GLAZ demande toute la lumière, toute la clarté sur cette affaire qui nous parait tellement ubuesque et scandaleuse si cet échange était exact, quelle honte.

A bord du BE-BOP (un voilier qui faisait le tour de la Corse depuis deux mois) le couple DEBUYER et un ami avait tenté de gagner l’un des deux ports d’Ajaccio et se sont heurtés, assure Madame Dominique DEBUYSER à un refus. -« Je me suis mise à pleurer avec la personne au téléphone en lui disant qu’elle ne pouvait pas nous laisser en mer avec le coup de vent qui s’annonçait mais elle n’a rien voulu savoir », Après ce triste appel, le voilier avait gagné le golfe d’Ajaccio, où de puissantes bourrasques soufflaient du nord-ouest. Âgée de 66 ans Madame Dominique DEBUYSER est la seule survivante de ce naufrage.

Pour l’Association MOR GLAZ : une honte dans un pays qui se dit être une référence dans l’équipement des ports, des secours et de la prévention des accidents en Mer ! 

La rescapée met en cause les autorités portuaires qui auraient refusé d’accueillir leur voilier. Si ces « ses » propos sont exacts, nous ne pouvons que demander une enquête qui devra être rendue publique. La question, que s’est-il passé cette nuit-là, et les causes du refus si refus il y a eu ?

Il serait tout simplement impensable et inconscient qu’un navire de ce type avec des rafales à 90 km/h ait été refusé dans un port !

Nous adressons une copie conforme de ce courrier au Ministère de la Mer, au Secrétaire Général de la Mer et à la Direction des Affaires Maritimes. 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Alors que la France bricole en ce moment même les moyens de sauvetages maritimes, observez bien ce qui se passe en ce moment à l’île Maurice !

 

 

 

 

Depuis le 25 juillet 2020, l’île Maurice fait face à une marée noire après l’échouage du vraquier le « MV WAKASHIO » battant pavillon du PANAMA, il se trouve échoué sur un récif de la Pointe d’ESNY. A bord du vraquier de 300 mètres de long, officiellement 200 tonnes de diesel, 3800 tonnes de fuel et quelques tonnes d’huile de moteur.

Certains Mauriciens déplorent un appel trop tardif à la France ! –« La France n’a pas « plus » les moyens de sauvetages suffisants appropriés et efficaces ! En ce moment même la France rafistole ses moyens de sauvetage en Mer !

Face à ces crises trop souvent mal gérées, que faire ?  

prévoir : des navires en parfait état, des sociétés de classification, assureurs, affréteurs et contrôleurs de navires sérieux rigoureux, surveiller de près les « pseudo-armateurs ».

Équiper les navires du JLMD SYSTEM ECOLOGIC, si cela avait été le cas, le fioul, huile et autres produits seraient déjà débarqués dans une barge. Plusieurs grands Armateurs y équipent leurs navires y compris des Armements Français, ce System entre dans la Sécurité Passive Embarquée des navires, défendu depuis des années par l’Association MOR GLAZ !

L’Association MOR GLAZ déplore cette situation, une attaque de plus contre l’Environnement Marin dans cette Région très fragile, nous déplorons pour ceux qui dans cette Région ne vivent que du tourisme et de la pêche, que vont devenir tous ces Gens ?

 

Le conseil que peut se permettre de vous donner l’association MOR GLAZ, n’écoutez pas les beaux discours, ne vous laissez pas berner, tous ces accidents peuvent-être évités, il suffit de mettre en place certaines règles et abolir certaines us et coutumes dans le secteur maritime ! Bon courage et que cette catastrophe puisse servir à améliorer les activités maritimes ! 

Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ, croit savoir que le « RHÔNE » serait sur zone afin de  surveiller, et prélever les fuites de mazout provenant du navire « GRANDE AMERICA » qui avait sombré le 12 mars 2019 avec 2200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes, et bien d’autres hydrocarbures et produits dangereux .

Le navire Bâtiment de Soutien et d’Assistance Hauturier (BSAH) de la Marine Nationale « RHÔNE » est en escale depuis plusieurs jours au port de LA PALLICE.

Le type et les missions du « RHÔNE », type supply, missions soutenir les forces sous-marines nucléaires, les unités majeures, mais aussi les moyens maritimes en région avec le remorquage d’engins, des travaux d’ancrage, le relevage de coffres ou d’épaves… Il peut également être utilisé pour l’Action de l’État en Mer, sauvetage, des missions de police, de lutte contre la pollution d’hydrocarbures…

L’Association MOR GLAZ avait salué l’arrivée  en flotte de ces navires, moyens « complémentaires » à ceux existants pour effectuer des missions y compris lors des sauvetages.

La présence de ce navire dans le Golfe de Gascogne peut paraître rassurante, sauf que ce navire n’est pas le moyen de sauvetage approprié dans cette Région par gros temps avec ses 80 tonnes  de traction.

L’Association MOR GLAZ, revendique un remorqueur du type « Abeille BOURBON ou LIBERTE » pour couvrir cette vaste zone qu’est le Golfe de Gascogne. D’ailleurs nous ne sommes pas les seuls, puisque en 2012 le Président de la Région Bretagne Jean-Yves LE DRIAN l’exigeait auprès du Premier Ministre François FILLON après le départ du remorqueur « Abeille LANGUEDOC » du port de LA PALLICE. Plusieurs Elus de cette Région avaient eux aussi  demandé un moyen adéquat pour faire face aux navires en difficultés, ainsi que le Préfet Maritime de l’Atlantique de l’époque, qui soutenait la demande de l’Association MOR GLAZ et des Elus!

L’Association MOR GLAZ, croit savoir que le « RHÔNE » serait sur zone afin de  surveiller, et prélever les fuites de mazout provenant du navire « GRANDE AMERICA » qui avait sombré le 12 mars 2019 avec 2200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes, et bien d’autres hydrocarbures et produits dangereux .

Il fallait être d’une  naïveté  pour croire « ou faire semblant de croire » que le mazout et autres produits ne se retrouveraient pas tôt ou tard dans la Mer et sur le littoral !

La sécurité du transport maritime doit être traitée avec une grande rigueur en amont, il faut interdire si nécessaire à certains navires de prendre la Mer. La Sécurité Passive Embarquée devrait être obligatoire à bord de tous les navires, car toute pollution est dramatique, l’Armateur doit payer tous les frais qui seront engagés, mais cela ne dépolluera pas la Mer !

En 2019 l’Artiste peintre Dominique Abraham dédicaçait pour MOR GLAZ : -« Depuis le naufrage de l’Erika, j’ai décidé de prendre la mer comme unique sujet de travail… C’est ma révolte ! » Dominique Abraham  

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

LA LOI DES SÉRIES ?

Pour l’association MOR GLAZ, La mise en demeure, utilisée avec courage et responsabilité, évitera d’autres AMOCO CADIZ et autres accidents polluants….

 Samedi 22 février 2020 : Alors que l’ « ABEILLE BOURBON » effectuait le remorquage du porte-conteneurs « MSC Fabienne » vers BREST,

un autre cargo «  Missouriborg » s’est trouvé en avarie dans le nord-ouest du Finistère à 17 milles de la côte. Le « SAPEUR » également en alerte s’est porté à son secours et est arrivé en baie de Douarnenez ce dimanche.

Samedi 22 février 2020 : Remorquage d’un vraquier en difficulté dans le DST du Pas-de-Calais le «  SEA HERMES »

 le navire ne parvenant pas à réparer, demande autorisation de mouillage au CROSS ainsi que l’assistance d’un remorqueur. Le CROSS engage donc le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage (RIAS) « ABEILLE LANGUEDOC » affrété par la Marine nationale pour lui porter assistance.

voeux 2020

Les Membres de l’Association MOR GLAZ vous souhaitent une bonne et heureuse année 2020

Les Membres du bureau de l’Association MOR GLAZ  ont une pensée toute particulière pour les Marins qui sont éloignés de leurs Familles, de leurs Pays pour certains, et qui se trouvent en Mer où quelque part le long d’un quai éloigné de toute agglomération. Nous remercions les « SEAMEN’S CLUB » de les accueillir et de donner du réconfort aux Marins, un sourire, un geste qu’ils  méritent tant !

L’Association MOR GLAZ  a une pensée pour les disparus en Mer, ceux du  « BOURBON RHODE » et tous les autres Marins de la SNSM, Pêcheurs, du Commerce et Plaisanciers,   une pensée pour toutes ces Familles endeuillées qui sont un peu les nôtres.

Une admiration méritée, du respect et du courage aux Marins qui traversent les Océans souvent dans des conditions difficiles et qui permettent les échanges mondiaux. Ainsi plus de 10 milliards de tonnes seront échangés en 2019, ces Marins y contribuent largement,  en 2016 l’Armateur Philippe Louis Dreyfus écrivait –« Aucune activité maritime ne serait possible sans les navigants, prêts à défier la Mer avec passion et respect. Merci donc à Mor Glaz, vigie attentive de leurs conditions de vie et de travail. Bon vent et bonne Mer à Mor Glaz ».

L’Association MOR GLAZ, félicite les Armateurs qui unissent leurs efforts indispensables et nécessaires pour protéger les Océans, l’Atmosphère et qui respectent les Marins.

Dans le domaine de la sécurité maritime, il y a encore des efforts à réaliser, des obligations à mettre en place, telle la Sécurité Passive Embarquée, des disciplines que chacun devrait s’imposer, plus de contrôles dans les ports, plus de cohésion contre les « pseudo-armateurs » qui ne respectent ni les Marins ni l’espace de Liberté que sont les Océans !

MOR GLAZ quant à elle continuera de dénoncer les dérives des activités maritimes en y apportant des solutions simples et durables, elle continuera avec ses moyens une chasse sans relâche aux « pseudo-armateurs », aux pavillons de complaisance non respectueux de l’Homme, de l’Environnement, des règles de sécurité et de bien-être des Gens de Mer !

MOR GLAZ souhaiterait, que la protection du littoral soit effectuée en France par des remorqueurs plus adaptés face au gigantisme des navires. Les deux remorqueurs de haute mer âgés de plus de 40 ans doivent enfin être renouvelés.

La protection du littoral sous l’autorité des Préfets Maritimes doit-être une priorité.

Belle Mer, bon cap et tenez bon la barre pour 2020.

 

 

Il y a 20 ans ( le 12 décembre 2019)  au large de la Bretagne, les Autorités Maritimes Civiles et Militaires, l’Action de l’État en Mer, les Marins de « Abeille FLANDRE » après une nuit agitée venaient de comprendre après avoir joué chacun leur rôle avec professionnalisme et compétence, que le vieux trop vieux pétrolier « ERIKA » allait vomir sur les côtes Bretonnes des milliers de tonnes d’un déchet pétrolier.

 

Ce déchet pétrolier allait souiller plus de 400 kilomètres de notre littoral, tuer plus de 150.000 oiseaux, et vraisemblablement transformer pour plusieurs décennies la Flore et la Faune et mettre en difficulté des Entreprises etc. Lorsque cela est écrit, rien n’est fait, juste un triste constat !

Ce navire « ERIKA » n’aurait jamais dû quitter le port de Dunkerque, mais comme trop souvent, il vaut mieux tourner la tête  et ainsi ne pas voir les vieux navires en escale ici ou là, ne pas avoir de décision à prendre, afin de stopper un navire dangereux pour l’Homme et l’Environnement.

Cette catastrophe n’a pas renforcé les contrôles, elle a multiplié les mille-feuilles administratifs.  Tant que  les ports en France, en Europe et dans le Monde seront concurrentiels, il excitera, règnera un certain laxisme sur les contrôles des navires et les conditions sociales des Gens de Mer.

Oui ce genre d’accident reste possible mais en pis encore, aujourd’hui plusieurs navires transportent dans leurs soutes (réservoirs) bien plus que le volume transporté par « ERIKA ». Les moyens de secours existent-ils pour faire face à ces grands navires en cas de difficultés l’Association MOR GLAZ en doute !

Certains porte-conteneurs gigantesques transportent 23.000 conteneurs, que contiennent-ils ? souvent des  produits bien plus dangereux que le déchet transporté par « ERIKA ».

La Sécurité Passive Embarquée doit donc être rendue obligatoire par l’Organisation Maritime Internationale,  elle doit être impulsée par les Assureurs, Affréteurs et autres acteurs du transport maritime.

Après cette catastrophe écologique, que savons-nous de la santé des bénévoles qui se sont rués sur les plages en décembre 1999 ?

Que sont devenus les pétroliers double-coques? Cette bonne mauvaise idée prônée dans l’urgence et le déferlement médiatique 

Et ces 1.850 000 Marins recensés, sont-ils mieux traités ?, sont-ils mieux considérés ?, après que soit  refusé par l’Union Européenne le paquet « ERIKA 3 » qui devait protéger les Marins, traiter du droit social de ces derniers qui contribuent largement aux échanges entre les continents, et au business de la première activité mondiale qu’est le transport maritime.

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

En 1980 le vieux navire « TANIO » sombrait dans la Manche.

Le  « TANIO » navire sous pavillon de complaisance Sociale et technique, transporteur de produits en tous genres,  transportait cette fois du « mazout ».

Jean BULOT ancien Commandant de remorqueur de haute Mer  Adhérent à MOR GLAZ raconte ce naufrage dans un excellent ouvrage « Colères Noires Amoco, Tanio, Erika : trois naufrages de complaisance ».

Le naufrage du « TANIO » avait été la douloureuse cause du décès de 4 Marins et de 4 disparus, le savoir-faire de la Marine Nationale avait permis de sauver 31 Marins. L’Association MOR GLAZ a une pensée profonde pour ces 8 Marins, leurs Familles, Amis et Proches.

Le 12 décembre 2019 : il y aura 20 ans sombrait au large de la Bretagne le pétrolier «ERIKA»,

depuis, combien de navires se sont retrouvés au fond des Mers, parfois avec les Équipages ne suscitant que peu ou pas d’intérêt.

Depuis 42 ans, combien d’accidents évités au large de la Bretagne, mais aussi combien de navires y ont sombré avec leurs soutes, leurs cargaisons polluantes ?  Le dernier en date le « GRANDE AMERICA » qui forcément lui aussi polluera tôt ou tard et malgré les discours rassurants des Armateurs, parfois des « pseudo-armateurs » sans rigueur, ni scrupule !

Après chaque naufrage, nous sommes tous que les spectateurs impuissants, les spectateurs d’un manque de vigilance des Autorités maritimes Internationales qui voient passer ces vieux navires, mais qui  détournent trop souvent le regard. Il faut monter à bord des navires pour se rendre compte de certaines réalités d’un certain transport maritime.

Oui, de vieux navires transportent toujours des cargaisons dangereuses, ces navires armés par des Marins en dessous de toutes les normes sociales,

Oui, ces navires sont dangereux pour l’Homme et l’environnement, lorsqu’ils naviguent certes, mais également en cas de naufrage !

Oui, l’Association MOR GLAZ continuera de défendre la Sécurité Passive Embarquée à bord de tous les navires, cette installation à bord des navires est l’une des solutions en cas de naufrage pour remonter rapidement tous les fluides se trouvant à bord des navires.  Les assureurs devraient privilégier les navires équipés de ce system JLMD ECOLOGIC  simple et peu couteux ! Plusieurs Armateurs  Français et internationaux font le choix d’équiper leurs navires, ceux-là méritent le respect de notre Association.

 En 10 ans plus de 1100 navires ont sombré tous ces navires polluent ou pollueront !

 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le cargo « RHODANUS » battant pavillon Antigua & Barbuda  s’est échoué  ce dimanche 13 octobre 2019 dans les Bouches de Bonifacio. Cette fois le navire transporte du câble, mais la prochaine fois ?…

 

L’Association MOR GLAZ espère aucune incidence ni pollution même infime dans ce secteur si fragile, par lequel les navires ne devraient plus naviguer, pour de multiples raisons !

Si les faits rapportés dans le communiqué, de la Préfecture Maritime de Méditerranée sont exacts « le navire devait embouquer les Bouches de Bonifacio mais n’a pas viré à temps et poursuivi sa route vers la côte en dépit des appels répétés du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de sauvetage (CROSS) en Corse, du Sémaphore de Pertusato et la station italienne Maddalena pendant près de 50 minutes ».

Pour l’Association MOR GLAZ qui regroupe plusieurs Marins parmi ses adhérents « soit tous les appareils de communication du navire étaient stoppés, ou défectueux soit les oreilles de l’homme de veille étaient occupées à tout autre chose. Nous étions persuadés que dans ces parages très dangereux, que deux Marins devaient assurer la veille, encore faut-il que les effectifs à bord le permettent. Si ces obligations avaient changé, il faudrait imposer deux Marins à la passerelle dans ces chenaux ou interdire ces passages! Pour l’Association MOR GLAZ, nous pouvons déjà considérer que l’enquête est close.

Monsieur le Président Jean-Guy TALAMONI, vous préconisez des mesures de préventions et ceci est très bien, il faut les imposer.  l’Association MOR GLAZ demande depuis des années un remorqueur de haute Mer basé en Corse afin d’être à proximité de l’île et de ces endroits très dangereux  et fragiles. La route est longue entre Toulon et la Corse, parfois elle peut être difficile et encore plus longue par des conditions météorologiques défavorables !

Monsieur le Président TALAMONI, l’Association MOR GLAZ demande des moyens partout sur le littoral Français et plus précisément en Corse et dans le Golfe de Gascogne. Savez-vous Monsieur,  que le remorqueur de haute mer « ABEILLE FLANDRE » qui va arriver sur zone est âgé de 42 ans, l’État Français retarde son changement depuis trois ans pour des raisons ubuesques et infondées !

Monsieur le Président TALAMONI, l’abordage entre deux navires le 7 octobre 2018 au cap Corse n’aura pas servi de leçon, et là encore toutes les règles de navigation et de veille n’avaient pas été respectées, il faut donc des moyens nautiques basés en Corse !

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN