Il y a 20 ans ( le 12 décembre 2019)  au large de la Bretagne, les Autorités Maritimes Civiles et Militaires, l’Action de l’État en Mer, les Marins de « Abeille FLANDRE » après une nuit agitée venaient de comprendre après avoir joué chacun leur rôle avec professionnalisme et compétence, que le vieux trop vieux pétrolier « ERIKA » allait vomir sur les côtes Bretonnes des milliers de tonnes d’un déchet pétrolier.

 

Ce déchet pétrolier allait souiller plus de 400 kilomètres de notre littoral, tuer plus de 150.000 oiseaux, et vraisemblablement transformer pour plusieurs décennies la Flore et la Faune et mettre en difficulté des Entreprises etc. Lorsque cela est écrit, rien n’est fait, juste un triste constat !

Ce navire « ERIKA » n’aurait jamais dû quitter le port de Dunkerque, mais comme trop souvent, il vaut mieux tourner la tête  et ainsi ne pas voir les vieux navires en escale ici ou là, ne pas avoir de décision à prendre, afin de stopper un navire dangereux pour l’Homme et l’Environnement.

Cette catastrophe n’a pas renforcé les contrôles, elle a multiplié les mille-feuilles administratifs.  Tant que  les ports en France, en Europe et dans le Monde seront concurrentiels, il excitera, règnera un certain laxisme sur les contrôles des navires et les conditions sociales des Gens de Mer.

Oui ce genre d’accident reste possible mais en pis encore, aujourd’hui plusieurs navires transportent dans leurs soutes (réservoirs) bien plus que le volume transporté par « ERIKA ». Les moyens de secours existent-ils pour faire face à ces grands navires en cas de difficultés l’Association MOR GLAZ en doute !

Certains porte-conteneurs gigantesques transportent 23.000 conteneurs, que contiennent-ils ? souvent des  produits bien plus dangereux que le déchet transporté par « ERIKA ».

La Sécurité Passive Embarquée doit donc être rendue obligatoire par l’Organisation Maritime Internationale,  elle doit être impulsée par les Assureurs, Affréteurs et autres acteurs du transport maritime.

Après cette catastrophe écologique, que savons-nous de la santé des bénévoles qui se sont rués sur les plages en décembre 1999 ?

Que sont devenus les pétroliers double-coques? Cette bonne mauvaise idée prônée dans l’urgence et le déferlement médiatique 

Et ces 1.850 000 Marins recensés, sont-ils mieux traités ?, sont-ils mieux considérés ?, après que soit  refusé par l’Union Européenne le paquet « ERIKA 3 » qui devait protéger les Marins, traiter du droit social de ces derniers qui contribuent largement aux échanges entre les continents, et au business de la première activité mondiale qu’est le transport maritime.

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

En 1980 le vieux navire « TANIO » sombrait dans la Manche.

Le  « TANIO » navire sous pavillon de complaisance Sociale et technique, transporteur de produits en tous genres,  transportait cette fois du « mazout ».

Jean BULOT ancien Commandant de remorqueur de haute Mer  Adhérent à MOR GLAZ raconte ce naufrage dans un excellent ouvrage « Colères Noires Amoco, Tanio, Erika : trois naufrages de complaisance ».

Le naufrage du « TANIO » avait été la douloureuse cause du décès de 4 Marins et de 4 disparus, le savoir-faire de la Marine Nationale avait permis de sauver 31 Marins. L’Association MOR GLAZ a une pensée profonde pour ces 8 Marins, leurs Familles, Amis et Proches.

Le 12 décembre 2019 : il y aura 20 ans sombrait au large de la Bretagne le pétrolier «ERIKA»,

depuis, combien de navires se sont retrouvés au fond des Mers, parfois avec les Équipages ne suscitant que peu ou pas d’intérêt.

Depuis 42 ans, combien d’accidents évités au large de la Bretagne, mais aussi combien de navires y ont sombré avec leurs soutes, leurs cargaisons polluantes ?  Le dernier en date le « GRANDE AMERICA » qui forcément lui aussi polluera tôt ou tard et malgré les discours rassurants des Armateurs, parfois des « pseudo-armateurs » sans rigueur, ni scrupule !

Après chaque naufrage, nous sommes tous que les spectateurs impuissants, les spectateurs d’un manque de vigilance des Autorités maritimes Internationales qui voient passer ces vieux navires, mais qui  détournent trop souvent le regard. Il faut monter à bord des navires pour se rendre compte de certaines réalités d’un certain transport maritime.

Oui, de vieux navires transportent toujours des cargaisons dangereuses, ces navires armés par des Marins en dessous de toutes les normes sociales,

Oui, ces navires sont dangereux pour l’Homme et l’environnement, lorsqu’ils naviguent certes, mais également en cas de naufrage !

Oui, l’Association MOR GLAZ continuera de défendre la Sécurité Passive Embarquée à bord de tous les navires, cette installation à bord des navires est l’une des solutions en cas de naufrage pour remonter rapidement tous les fluides se trouvant à bord des navires.  Les assureurs devraient privilégier les navires équipés de ce system JLMD ECOLOGIC  simple et peu couteux ! Plusieurs Armateurs  Français et internationaux font le choix d’équiper leurs navires, ceux-là méritent le respect de notre Association.

 En 10 ans plus de 1100 navires ont sombré tous ces navires polluent ou pollueront !

 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

OUI… sans aucun doute la Mer et la Seine seront elles aussi agressées…..

Incendie de Rouen : l’Association MOR GLAZ avait réagi sur l’incendie survenu à Rouen dès que nous étions certains de nos sources !

Comme trop souvent, la parole de l’État n’est que partielle, une communication bien orchestrée se met en place bien plus que l’information réclamée par les citoyens !  Une partie des causes, et des conséquences seraient-elles cachées. L’Association MOR GLAZ est choquée sur le silence des autorités sur la pollution de la rivière et de la Mer !

L’Association MOR GLAZ est persuadée, que la Mer et la rivière ne seront pas épargnées. Cette fois encore la Seine et la Mer vont être soumises à de rudes épreuves ! Même invisibles ces pollutions sont dangereuses, car sournoises, au même titre que les naufrages, les pertes de conteneurs, déballastages et autres rejets en Mer qui deviennent rapidement invisibles !La pollution des eaux ne doit pas être sous-estimée.  

Pour l’Association MOR GLAZ il ne faut jamais minimiser un incendie sur un site industriel, surtout lorsque des additifs et des hydrocarbures y sont traités ou transformés !

L’association MOR GLAZ a souvent soutenu l’implantation de sites industriels notamment sur les ports (pour des raisons évidentes) dans le strict respect des Salariés, de l’environnement et accompagné  de sécurité optimale voire drastique. Nous parlons bien de sécurité au plus haut niveau, afin d’éviter ce genre d’accident, avec les provisions financières nécessaires pour faire face à ce genre de situation. Toute la transparence doit être faite sur les normes qui avaient « auraient »  été mises en place sur ce site industriel !

Oui, l’incendie de l’usine « LUBRIZOL » à Rouen laissera des traces de pollution, il y aura celles qui sont visibles et les autres, et la Seine, et la Mer seront aussi polluées ! Tous les services de l’État notamment « POLMAR » et autres ont-ils été consultés puis  utilisés, ou la gestion de cette crise aurait-elle été minimisée par le représentant de l’Etat ?

La facture devra être tôt ou tard présentée aux pollueurs, mais trop tard, le mal, l’attaque envers l’eau qu’elle soit douce ou salée aura été polluée une fois encore.

L’Association MOR GLAZ salue toutes celles et ceux qui manifestent contre cette omerta, nous soutenons ces manifestations tant qu’elles seront non violentes mais déterminées face à cette pagaille et ce manque d’information, face à cette pollution évidente y compris à la pollution de la rivière et de la Mer !!!

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN