Ce 13 octobre 2021 rencontre avec des Elèves passionnés par nos métiers de la Mer !

La classe Défense du collège Jacques Prévert de Saint Pol de Léon , concerne 8 Elèves qui se sont engagés volontairement dans ce projet, destiné à leur faire découvrir des métiers autour de la Mer et de la Défense , et à travailler aussi en parallèle sur l’égalité filles/garçons dans ces métiers.

L’idée est aussi de leur permettre de rencontrer des Professionnels et de découvrir des lieux emblématiques.

Ces Elèves  auraient  aimé visiter l’Abeille BOURBON  (fermée au public  pour des raisons de Covid 19).

Ils auraient aimé  échanger avec des acteurs (les Marins)  de l’assistance et de la protection du littoral à bord de ce navire emblématique. Echanger avec des Marins  qui assurent  la protection de d’autres Marins du Monde, des biens et éviter des drames et pollutions  et ce, sous l’autorité des Préfets Maritimes.

J’ai tenu pour l’Association MOR GLAZ et du Remorquage une petite conférence (1h15)  devant ces Elèves, avec comme support, quelques images du Film Océan de Jacques PERRIN, et du sauvetage du cargo KROKUS par l’Abeille BOURBON en Mer d’Iroise.

Les questions des Elèves étaient spontanées, ciblées, et intéressantes, ils sont partis plutôt satisfaits, avec chacune et chacun un poster des Abeilles et des cartes postales. Je suis convaincu, que nous retrouverons certains de ces Elèves sur les bancs d’un Lycée Professionnel Maritime, ou d’une École Nationale Supérieure de la Marine Marchande.

Durant les mois d’octobre et novembre 2021 les rencontres  vont se multiplier, y compris pour le grand public qui est toujours passionné, curieux  par les activités liées au Maritime et aux emblématiques Marins des remorqueurs de haute Mer.

Les huit Elèves étaient encadrés par Madame Fabienne Anthoine, (Enseignante d’histoire géographie) et de Monsieur Stéphane VELLY Conseiller Principal d’Education).

J’espère avoir transmis des envies à ces Elèves comme cela se produit parfois, avoir donné des envies de pratiquer le plus beau des Métiers celui de devenir  Marin !

Jean-Paul HELLEQUIN

Président de l’Association MOR GLAZ et du Remorquage

L’Association MOR GLAZ défend les activités Maritimes respectueuses de l’Homme et de l’Environnement, y compris forcément sur le port de Brest. La Gare Maritime située au 1er Eperon en fait partie, même si le nom de Gare Maritime n’est pas très approprié pour un local mal adapté depuis très longtemps.

 

Le lundi 11 octobre 2021 à 11h00 dans les locaux du Département du Finistère à Quimper en Bretagne l’Association MOR GLAZ rencontrera le Président Maël De CALAN.

L’Association MOR GLAZ était la première dès le 9 mai 2021 à soutenir les Salariés Sédentaires et Navigants et plusieurs riverains  opposés à juste raison à l’implantation du Musée National des Phares et Balises à cet endroit sur le port de Brest.

Un port est une infrastructure qui permet de faire transiter des biens (plus de 10.000 tonnes par an)  et des Personnes (plus de 30.000 passagers par an)  en toute sécurité.  Même si le port de Brest dans cette zone ouverte au public, s’est agréablement transformé, certainement l’un des endroits des plus convoités par les Brestois et les gens de passage. –« Qui se plaindrait de cette heureuse métamorphose ».

Lorsque les porteurs de projets avancent en ordre désordonné cela peut entrainer de graves conséquences pour une activité « essentielle » et plus est de service public. Parfois même des chamboulements, des bouleversements pour les Sociétés occupant un espace au 1er  Eperon du port de Brest endroit où sont implantées la Gare Maritime et la Société Maritime Penn Ar Bed.

Il y a quelques années fut prise la décision, d’installer le Musée National des Phares et Balises sur la surface occupée par la « Maison Brest Marée » partie depuis au Bâtiment Grand Large 2ème Eperon , « la Gare Maritime », la « Société Maritime » et le Musée, sauf que toutes ces activités sont incompatibles voire même dangereuses pour les passagers qui prennent les navires de la Penn Ar Bed. Consultez le site WWW.MORGLAZ.ORG  L’Association MOR GLAZ avait activé son réseau durant la Campagne des élections Régionales et Départementales.

Un Musée National pourquoi pas, sur le port de Brest, mais le bon fonctionnement des activités Professionnelles « essentielles » également et en priorité. Un Musée serait-il National ne doit pas, ne peut pas remettre en cause la sécurité ni un ralentissement de l’activité à cet endroit ! Rien ne doit perturber l’activité existante, ni la sécurité en ce lieu. Une opportunité pour y implanter une Gare Maritime digne de ce nom et du besoin ! –« notre demande le 11 octobre 2021 sera bien celle-là ».

L’Association MOR GLAZ saluait la décision prise par le nouveau Président de l’Assemblée  Départementale dès son élection d’interrompre  les travaux après la démolition de la dalle et l’évacuation des gravats. Nous ne cachions pas notre enthousiasme face à cette décision du Président Maël De CALAN. Mais depuis des projets sont évoqués, dans la presse toujours bien informée, la Gare Maritime ne parait plus être à l’ordre du jour, ou pas la priorité, il nous faudra donc convaincre. La Gare Maritime serait-elle abandonnée définitivement sur un port qui n’en a pas ? Un projet peut-être pas suffisamment prestigieux comparé à une Ecole serait-elle Supérieure !

 

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Il y a des matins comme ça, des matins où nous ne devrions pas ouvrir la presse…

Il y a quelques jours, deux pages sur les Migrants dans la Manche, une catastrophe humaine (notre communiqué du 14 août 2021 salué par plusieurs de nos Adhérents) ! Un discours très politique qui ne mènera à rien, des mots, des disputes entre la France et la Grande Bretagne. Puis un encadré avec une interview du Préfet Maritime de la Manche Mer du Nord qui dit sans le dire, que les moyens nautiques ne sont pas là, et surtout pas très appropriés. Pendant ce temps, des Personnes sont en danger et risquent leur vie, car la Mer elle est toujours la plus forte !

Le jour suivant, une longue interview du nouveau Président du Département du Finistère Maël de CALAN qui devrait nous recevoir le 11 octobre 2021sur la problématique de l’activité essentielle sur le 1er Eperon du port de commerce de Brest. Il n’y aura pas de Musée National des Phares et Balises sur le port de Brest ? Des projets sont avancés y compris un équipement d’enseignement supérieur. La Gare Maritime serait-elle abandonnée définitivement sur un port qui n’en a pas ? Un projet peut-être pas suffisamment prestigieux ! et pourtant d’une réelle et indispensable utilité.

Et puis ce 12 septembre 2021, des pêcheurs qui seraient harcelés par l’Association Sea Shepherd au point de faire le choix au Patron du fileyeur EDEN de 10 mètres de rentrer au port et d’envisager de mettre en vente son navire ! Forcément ceux qui sont censés faire respecter le droit de la Mer et protéger les Marins ne répondent pas.

Mais comme le déclarait la Députée Européenne Catherine CHABAUD à Brest le 10 septembre 2021 « les Marins pêcheurs « des dogmatiques »  vont devoir apprendre à cohabiter et à partager leur espace Maritime…. » Madame, les pêcheurs eux ne naviguent pas pour et par plaisir, ils exercent un métier, une activité dangereuse et utile en essayant de respecter toutes règles imposées, pour nourrir les populations des territoires !

Ces méthodes,  ces discours n’inciteront pas les jeunes à embarquer alors que chaque année beaucoup de marins sortent des lycées professionnels maritimes.

L’Association MOR GLAZ quant à elle préfère La pêche artisanale à la pêche pratiquée par les chalutiers industriels qui embarquent pour certains que des Marins Etrangers au statut social  et conditions de vie discutables. Ces navires industriels qui peuvent traiter jusqu’à 400 tonnes de poissons par jour sans distinction des espèces ni contrôle,  (notre communiqué du 20 mars 2020).

 

 

Le 7 septembre 2021, l’Association MOR GLAZ et du Remorquage étaient  invitées à bord de la Goélette « LA RECOUVRANCE »  afin d’assister à une belle reconnaissance du travail effectué par les Salariés et les Bénévoles de  l’Association   LA TOULINE qui œuvre toute l’année et tout le temps pour le bien-être et le mieux-être des Marins…..

 un vrai Pilote pour les Marins qui sont parfois noyés face aux démarches Administratives. Un véritable travail Social, Intellectuel et parfois « souvent » Moral  auprès de jeunes et moins jeunes.

Les Associations que j’ai l’honneur de Présider s’adresse parfois à ces passionnées et passionnés de cette Association, d’ailleurs depuis plusieurs années nous versons un don selon nos moyens, un don utile pour les Marins !

Hier soir 7 septembre 2021 , il était remis à Anne Le PAGE la Directrice de LA TOULINE une haute très haute distinction la Croix d’Officier du Mérite Maritime,

et au Président le Commandant Cédric BOISSAYE la Croix de Chevalier du Mérite Maritime, distinctions « épinglées » par Armel Le STRAT Vice-Président de LA TOULINE et par Christian WOZNIAK Vice-Président de la Fédération Nationale du Mérite Maritime,

en présence du Président de la Fédération du Finistère Nord et de quelques Membres du Conseil d’Administration et soutiens de LA TOULINE. J’étais honoré de vous représenter lors de ces remises !

Au nom des deux Associations, j’ai remis à Anne Le PAGE une Orchidée d’une rare beauté pour le bureau de Brest : -« Chère Anne, Cher Cédric, cette belle Orchidée trouvera une belle place dans les locaux du bureau de Brest, si vous vous en occupez aussi bien d’elle que des Marins, tu vivras longtemps, je passerai de temps en temps au bureau pour prendre de tes nouvelles ».

Lors de ces remises Anne a appuyé sur le rôle indispensable des Marins, et notamment en cette période de pandémie, Cédric quant à lui a souhaité rendre hommage aux Epouses des Marins.   

 Jean-Paul HELLEQUIN     Président des deux Associations

Des appels d’offres qui ne prennent pas en compte les emplois Nationaux Maritimes et autres!…

Les Adhérents de l’Association MOR GLAZ, sont très partagés sur les parcs Eoliens en Mer et cela suscite à juste titre le débat.

Depuis quelques temps, nous nous posons de réels questionnements sur les conditions d’obtentions de ces juteux marchés par certains Groupes qui n’hésitent pas à sous-traiter, mettant souvent sur la touche des Armateurs Français y compris sur notre littoral ! Nous sommes aussi surpris, par certaines unions  industrielles pour obtenir  ces marchés qui représentent des sommes parfois considérables !

Nous allons prendre deux cas bien précis : le parc Eolien en baie de Saint-Brieuc 62 Eoliennes. Apparemment tous les paramètres n’ont pas été pris en compte par la Société Ailes Marines, qui découvre un sol trop dur, une barge qui ne peut pas remplir le contrat et qui pollue, mais pardon avec de l’huile non polluante ! Nous le développions dans notre communiqué de presse du 15 juin 2021.

Le Président de la Région Bretagne réélu Loïc CHESNAIS–GIRARD s’était engagé à créer une intercommission pour ce parc Eolien afin que tous les élus soient au même niveau d’information et puissent ainsi  poser les questions qui les taraudent au porteur de projet. Les représentants de la société Ailes Marines, devraient se plier au jeu des questions-réponses sur la gestion des incidents, l’impact des travaux, et la poursuite si celle-ci était maintenue. Les Elus ne seront-ils pas gênés par le peu d’emplois Français Marins et autres générés par ces millions d’Euros distribués et par si peu de transparence. L’Association MOR GLAZ compte sur les Membres de cette intercommission  pour faire toute la lumière sur ces appels d’Offres.

Pour l’Association MOR GLAZ, cette bonne idée d’intercommission devrait s’exporter, être étendue à l’ensemble du littoral Français et d’outre-Mer.

L’autre exemple : le projet Eolien du Golfe du Lion en Mer Méditerranée comporte l’installation de 3 Eoliennes flottantes au large de Port Leucate (16Km en Mer) pour une puissance totale de 30 MW.

Le budget du projet est de l’ordre de 215 M€ /230 M€ dont une partie financée par la Banque des territoires de la caisse des dépôts et l’Agence De l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie (ADEME) pour un montant de 60M€, cette Agence parfois si généreuse !

D’après nos informations : les turbines sont fournies par une société Dano-Japonaise  et construites au Danemark. La fourniture et la pose du raccordement électrique sont confiés à une  société Belge en consortium avec une Société Anglaise. Le contrat de constructions et installations des flotteurs supportant les turbines a été confié à Eiffage Marine France : Eiffage Métal assemble les structures acier à FOS sur Mer – Le sous-traitant et la préfabrication des structures en acier ne sont pas connus à ce jour mais pourrait avoir lieu en Europe du Nord ou dans un Pays de l’Est.

Pour l’installation incluant la fourniture des lignes d’ancres, l’installation et le remorquage des flotteurs, Eiffage Métal est entré en négociation exclusive avec la Société Danoise Maersk Supply ! Eiffage sélectionne comme installateur une société qui n’a aucune expérience ni référence en remorquage d’Eoliennes flottantes.

MAERSK SUPPLY  n’a pas démontré en France son expertise en remorquage dans ce domaine très spécialisé. Dans la nuit du 21 au 22 décembre 2016, MAERSK SUPPLY avait coulé et laissé au large de l’île de Sein en Bretagne  2 navires qu’il remorquait : le MAERSK SEARCHER et le MAERSK  SHIPPER, eux même remorqué par un navire du Groupe MAERSK partant lui aussi à la casse en Turquie.

Ces naufrages et l’abandon de ces coques avaient suscité un tel émoi que Madame Ségolène ROYAL après avoir auditionné l’Association MOR GLAZ avait sommé MAERSK de surveiller les épaves durant plusieurs années. L’Association MOR GLAZ s’interroge, pourquoi choisir une telle Société Maritime, alors qu’en France nous les avons ?

En conclusion, malgré tous les discours et le Fontenoy du Maritime qui devait rendre les Armateurs Français plus concurrentiels « compétitifs »  qu’en est-il réellement ?

Le projet Eolien du Golfe du Lion sous sa forme actuelle ne participe pas au développement d’une filière Maritime Française qui a pourtant déjà fait ses preuves en Europe et à l’International dans le domaine des Eoliennes flottantes. Sans mesures fortes, la France  ne fera pas émerger une filière de services d’installation et de maintenance Maritime Française. Les porteurs de projets seraient-ils  Français, si la redistribution en sous-traitance ne sélectionne  pas des services Maritimes Français de plus dans la zone économique Française, cela ne créera pas de dynamiques Maritimes, Industrielles ni d’emplois. Ce que déplore et dénonce sans arrêt l’Association MOR GLAZ, portons haut le pavillon.

Le dumping sur les prix empêchera l’émergence d’une filière d’installation et de maintenance pour l’Eolien flottant, et la création d’emploi en France. Par contre, ce projet permettrait à MAERSK SUPPLY s’il était confirmé comme opérateur, d’obtenir une belle référence en Europe lui permettant de continuer à se développer à l’International dans ce domaine, tout en bénéficiant indirectement d’un financement ADEME….

Ce type de contrat doit être surveillé de très près, il s’agit toujours d’argent public, et, d’espoir pour des emplois Nationaux, qu’ils soient Maritimes ou autres, défendons partout  le pavillon Français et le label du savoir-faire et de l’expérience.

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

c/c : Ministères et Administrations concernés

Les deux navires qui remplaceront les Remorqueurs de sauvetage  Abeilles Flandre et Languedoc âgés de 43 et 42 ans seront modifiés techniquement dans un Chantier en Allemagne,

dommage pour les Chantiers Français qui avaient répondu à l’appel d’Offres. Pour l’Association MOR GLAZ  pas de surprise, cela devient une habitude « la priorité » chez la plupart des  Armateurs Français.   Ce choix était nous semble-t-il arrêté depuis quelques semaines!

Les Associations  MOR GLAZ  et l’Association du Remorquage espèrent quant à elles un budget suffisamment important pour  transformer ces deux supplies en Remorqueurs de sauvetage, les missions ne sont pas les mêmes au sauvetage qu’à l’Offshore pétrolier. Car, ces deux supplies « Diamant et Grenat » une fois devenus Remorqueurs de sauvetage devront être  très performants afin d’assurer « d’assumer » de  » satisfaire » toutes les missions qui seront confiées aux Commandants et aux Equipages sous l’autorité des Préfets Maritimes !

Pour nous, les missions futures, ne seront pas que des missions de routines et  de remorquages mais, bien plus encore, depuis 1978 les missions se sont diversifiées, elles sont différents pour de nombreuses raisons.

 

Les Associations citées ci-dessus qui s’étaient beaucoup mobilisées depuis plusieurs années « au plus haut niveau de l’Etat »  pour obtenir des navires plus puissants, afin de pouvoir faire face  au gigantisme des navires et autres nouvelles missions sont satisfaites d’avoir été entendues ! Privilégier la force de traction, les espaces, la manœuvrabilité etc… à la vitesse !   

Les Associations remercient  tous ceux qui nous avaient consacré du temps, le temps nécessaire notamment aux Cabinets des  Premiers Ministres Manuel VALLS, Édouard PHILIPPE, au Cabinet du Secrétariat Général de la Mer, le Sénateur Philippe PAUL, Amiraux et autres personnes influentes.

Les Associations souhaitent  bonne Mer et heureuses missions à ces deux futurs Saint-Bernard des Mers…

 

Pour les Associations MOR GLAZ et du Remorquage

Jean-Paul HELLEQUIN

Les différents services de l’État Français malgré tous les discours, recommandations, prérogatives  et autres services du port de Brest, autorisaient début juin 2021 d’un dock flottant sur-amianté à entrer dans le port de Brest le 9 juin 2021 ! Certainement des négligences, pour des services parfois zélés…..

 

L’Association MOR GLAZ apprend, que certaines parties du dock ne seraient pas  désamiantées !  Ce dock qui devrait pourtant rejoindre le port de Rouen à la fin du mois d’août 2021, sera-t-il dangereux pour celles et ceux qui devront y travailler ? Nous savons que les travaux demandés et confiés à DAMEN Brest sont les suivants : Un lavage extérieur effectué par une Société spécialisée en désamiantage et uniquement dans les zones de travail et coursives.

Le pont a été sablé et peint, une couche d’antifouling a été appliquée.

Il peut cependant rester de l’amiante partout où le chantier n’est pas intervenu. 

L’Association MOR GLAZ pense qu’il peut également rester des joints amiantés partout où le chantier  n’a pas démonté.

Des contrôles Atmosphérique sont réalisés régulièrement et reviennent tous négatifs.

Le dock  reste donc potentiellement à risque suivant les types d’interventions qui seront commandées par les futurs clients.  S’il s’agit juste de  circuler, normalement, il ne représente plus de danger, à condition de ne pas toucher ou démonter quoi que ce soit ou DAMEN n’est pas déjà intervenu. L’Association sait que : le radier, les salles des pompes, les coursives Babord et Tribord, ainsi que le tunnel ont été principalement visités.

L’Association MOR GLAZ considère donc, que le dock n’a été que partiellement  désamianté  et ce,  suite à un repérage avant travaux ! Pour l’Association MOR GLAZ, il faudrait avant le départ du dock une cartographie complète des travaux commandés par le propriétaire, et effectuer une cartographie complète du dock avant son appareillage vers Rouen.   

Rappel des faits : Le 9 juin 2021 le navire semi-submersible « HAWK »  débarquait le nouveau dock flottant acheté par le port de Rouen afin d’être remis en état au chantier DAMEN SHIPREPAIR BREST.

Ce dock flottant est d’une longueur de 223 mètres, certainement très utile pour le port de Rouen. Le navire « HAWK »  provenait  des Emirats Arabes Unis, où il avait pris en « charge »  embarqué le dock flottant au chantier Abu Dhabi Ship Building. Ce Chantier  a cédé cet équipement construit en 2014 au port de Rouen pour  quasiment 8 millions d’€, un cadeau empoisonné. Ce voyage, était organisé par l’Agence Rouennaise Pro Maritime International. Cette Agence avait-elle prise toutes les précautions nécessaires avant que soit exporté vers la France ce colis bourré d’un poison qui tue chaque année des milliers de Travailleurs qu’ils soient de la réparation navale ou autres secteurs ? La fibre Tueuse : plus de 100.000 morts, zéro coupable, de 2500 à 5400 cancers, 1700 à 3800 morts liés à l’amiante  chaque année!

Comment ce colis empoisonné pollueur a-t-il pu quitter les Émirats Arabes Unis ?

Pourquoi la France donneuse de leçon n’a-t-elle pas été plus vigilante et exigeante avant le départ, était-elle informée de la quantité d’amiante contenue dans ce dock ?

L’Association MOR GLAZ veut  une transparence très complète sur certains manquements avant le départ, du choix de ce dock par le port de Rouen ?  Pour l’Association MOR GLAZ, il est scandaleux de laisser voyager un tel colis empoisonné et empoisonneur. A Paris le 30 juin 2021 , l’Association MOR GLAZ avait évoqué ce sujet avec quelques responsables du Ministère de la Mer et du Secrétariat Général de la Mer, ils étaient étonnés que ce dock soit passé entre les mailles d’un filet que nous qualifions de très complaisant. Mais depuis qu’ont-ils faits pour en savoir plus ? 

 

Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

LA COVID 19 à bord d’un navire de recherche Scientifique et Océanographique d’IFREMER.

L’atalante, port de Concarneau

Nous le savions depuis plusieurs jours : pour l’Association MOR GLAZ pas de chance pour une Société Maritime qui a été au-dessus de tous les protocoles sanitaires depuis le début de la pandémie.

L’Association MOR GLAZ souhaite bon courage aux Marins touchés par LA COVID 19 ainsi qu’à leurs proches, bon courage aussi à celles et ceux qui vont devoir gérer ces moments toujours difficiles pour un Armateur qui se veut  respectueux des Femmes, des Hommes, Marins,  Personnels Sédentaires ou « et » Scientifiques.

L’Association MOR GLAZ demande depuis plusieurs mois des tests, mais une vaccination obligatoire serait préférable pour tous les Marins, ceux d’ici et d’ailleurs !

Un navire étant un environnement particulièrement plus  propice que d’autres à la « propagation » des virus et maladies infectieuses. Le temps des réflexions est dépassé ! Les palabres, parapluies administratifs et recommandations ne suffisent plus, chaque Armateurs doit agir selon sa conscience et au mieux pour la santé des Personnels Navigants et Sédentaires.

Courage à toutes et tous, protégez-vous afin de pouvoir reprendre rapidement la Mer et vos missions. Vos activités Maritimes, Scientifiques et Océanographiques sont au centre de ce que nous voulons savoir sur l’évolution des Océans, des Mers des Ressources et autres !

Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Il y a quelques jours nos Amis Militants de l’Association Robin des Bois titraient dans un communique de presse « Un navire poubelle se fait la malle à Sète » !

Pour l’Association MOR GLAZ, cette histoire rocambolesque, ubuesque s’est déroulée le 23 juillet 2021 dans le port de Sète. Elle pourrait se dérouler dans une science-fiction de mauvais goût, dans un autre pays que la France, et surtout pas sur un continent nous dit-on très Maritime, avec tous ces « ses » mille feuilles, garde-fous, ports protégés et Administrations très soudées afin de garantir la meilleure sécurité pour les Marins et l’Environnement

 Et bien tout ceci en réalité n’est que du baratin, puisque le navire poubelle « ODEEP ONE » navire de 190 m de long, immobilisé dans le port de Sète depuis novembre 2019 est passé entre les maille du filet « virtuel » et a quitté le port de Sète en catimini sous pavillon de Saint-Kitts-et-Nevis. Guidé par un Pilote de port, et par deux Remorqueurs, il paraitrait que le Centre de Sécurité des Navires de Sète n’aurait pas été informé de cet appareillage.

Le CSN  qui pourtant aurait  prévenu le consignataire du navire  et le « pseudo-armateur » qu’une inspection à bord était obligatoire avant tout mouvement du navire ciblé par le Mémorandum de Paris sur le contrôle des navires par l’État du Port.

Le navire « ODEEP ONE » est stoppé en Mer Méditerranée au Sud de la Sardaigne, attendrait-il du fret ?  se dirige-t-il vers un chantier de déconstruction en TURQUIE ? L’Association MOR GLAZ qui a connu les assauts et les excès de zèle des Administrations portuaires, se demande comment de telles infractions peuvent être possibles.

 Le port de Sète aurait-il arrangé et contourné la loi afin de faire « laisser » appareiller ce navire ? Cela nous parait évident. Sans complicités, les amarres ne peuvent être larguées, un Pilote ne peut pas monter à bord et des Remorqueurs ne peuvent pas aider à la manœuvre sans l’autorisation des Officiers du port pour faciliter la fuite du navire, car il s’agit bien d’une évasion, d’une fuite, d’un pied de nez au CSN et aux Autorités.  Au moment de son départ le « ODEPP ONE » aurait provoqué un déballastage qui a obligé la ville de Sète à fermer momentanément et par précaution les plages des criques de la Vigie et de l’Anau.

 

 

L’Association MOR GLAZ s’interroge sur les suites qui seront données par les Ministères et les Administrations concernés, et le financier Hollandais auquel appartiendrait ce navire hors norme sera-t-il seulement interrogé, inquiété, pollueur payeur !

 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés

A Jean-Claude GAYSSOT Président du Directoire du port de Sète

Trop de défaillances depuis trop longtemps, manque de vigilance de la part des Autorités : deux Marins plaisanciers perdirent la vie toute la lumière doit-être faite, la justice doit être rendue !

Dans la nuit du 25 au 26 septembre 2020, deux des trois Marins plaisanciers du voilier BE BOP  perdaient la vie après s’être vu refuser une place à quai au port de plaisance d’AJACCIO . Le skipper avait pris la décision de se diriger vers un  mouillage (non adéquat pour de multiples raisons) avec des vents violents (le communiqué de l’Association MOR GLAZ du 10 octobre 2020 et le rapport interne du 9 décembre 2020 intitulé « Le constat de la législation des ports de plaisance en France suite au naufrage du voilier BE BOP dans le Golfe d’AJACCIO ». Rapport que nous avions fait parvenir aux Administrations et Ministères concernés.

Il y a quelques jours, le Bureau Enquêtes Accidents Mer publiait son rapport sur l’accident du voilier BE BOP.  Dès sa parution il nous a été conseillé « recommandé » de le lire. Envoyé à quelques-uns de nos Adhérents, les retours sont plutôt mitigés,  voire même violents ! –« Le rapport de l’entre soi, celui qui ne doit surtout pas obliger à remettre en cause certaines mauvaises habitudes, des us et coutumes , mais, rappelons que deux Marins plaisanciers se sont noyés » !

L’Association MOR GLAZ s’interroge sur les responsabilités « les prérogatives »  des Préfets Maritimes de la Méditerranée qui se sont succédés et la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, qui sont peu ou pas regardants sur une gestion discutable de la Zone de Mouillage et d’Équipements Légers  de PIETROSELLA !

Un observateur de proximité nous écrit ce qui suit :-«  Suite au rapport du BEA MER je vous rappelle que l’arrêté de concession de mouillages à la commune de PIETROSELLA de 2007 prévoit la mise en place de 30 mouillages pérennes dans l’anse de la STAGNOLE, cet arrêté n’ayant jamais eu d’avenant la commune ayant décrété seule de la création de mouillages « beau temps » cela reste en toute illégalité comme d’ailleurs le manque d’information aux usagers des mouillages de passage qui doivent correspondre à 20% des 450 mouillages prévus sur les zones et au personnel prévu sur les 3 sites pour informer les plaisanciers sur les qualités et tarifs des prestations mises à leur disposition. Si les utilisateurs des mouillages ne sont pas informés que les mouillages ne comportent qu’une longueur de chaîne sensiblement égale à la hauteur d’eau ils ne peuvent réaliser un mouillage sécurisé avec un amarrage depuis cette bouée d’une longueur minimum de 2 fois la hauteur d’eau sous la coque. Restant à votre disposition Cordialement ».

L’Association MOR GLAZ constate quelques graves dysfonctionnements la nuit du naufrage que vous retrouverez dans le rapport du BEAMer :

Intervention de la SNSM : Il a fallu une heure et vingt minutes entre la première mise en alerte de la SNSM d’Ajaccio et le départ effectif de la SNS732 vers le lieu du naufrage. La mise en alerte des personnels se fait à l’aide d’appels téléphoniques. Dans ce cas, la fiche embarcation à disposition du CROSS répertoriait les numéros de téléphone du président, du patron et du patron suppléant, aucun n’était disponible ou n’a pu répondre. Le sous CROSS Corse, fermé aux heures du naufrage, possède une fiche station avec une liste amplifiée de personnes à contacter en cas d’urgence. Le CROSS La Garde, en charge de l’opération a travaillé à partir d’une fiche moyen ne prenant en compte que l’unité principale de la station et n’a pu joindre immédiatement le patron de la SNS 732. La SNSM a mis en place un système de mise en œuvre des moyens dans plusieurs stations (Système WOALEN) permettant d’optimiser la mobilisation des membres d’équipage. La station d’Ajaccio devrait prochainement être équipée de ce dispositif.

Conclusion du BEAMer : Faute d’être accepté dans un port, parmi différentes options, le skipper a fait le choix d’un mouillage sur bouée. Cependant, ce mouillage de « beau temps » était inadapté aux conditions météo à venir et le skipper n’en avait pas conscience. Le voilier, après avoir rompu son amarrage sur la bouée de passage du mouillage de Sainte-Barbe, a tenté de se diriger vers le nord mais a heurté l’écueil de Dorbera où il s’est disloqué. Le skipper et l’équipier ont été retrouvés décédés sans brassière de sauvetage et l’équipière a pu regagner la côte à la nage. L’absence d’informations sur le mouillage de Sainte-Barbe et ses limitations par la mairie de Pietrosella, est un facteur contributif de l’accident. Le manque de préparation du skipper dans la gestion d’une situation d’urgence telle que la rupture d’un mouillage est un facteur contributif de l’accident. L’absence de brassière de sauvetage dans un moment critique a certainement contribué à la noyade du skipper et de l’équipier.

L’Association MOR GLAZ constate à la lecture de ce rapport du BEAMer  qu’il y a eu des dysfonctionnements évidents de plusieurs Services, dans son rapport du 9 décembre 2020 le Vice-Président de l’Association MOR GLAZ Bernard Le BIHAN est très précis sur ces dysfonctionnements qui ont certainement été les causes de  la noyade de deux Marins plaisanciers. Utile de rappeler que les deux corps retrouvés ne portaient pas de gilet de sauvetage, mais il faut s’imaginer la panique lorsque  le BE BOP est parti à la dérive cette fameuse nuit du 25 septembre 2020 ! Dans son rapport le BEAMer  nous rappelle à trois reprises la présence sur zone du Remorqueur Abeille Flandre, est-il nécessaire de rappeler à cet enquêteur, que ce Remorqueur à un tirant d’eau supérieur à 7,20 mètres.

Trop de défaillances depuis trop longtemps, manque de vigilance de la part des Autorités : deux Marins plaisanciers perdirent la vie toute la lumière doit-être faite, la justice doit être rendue !

Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN