SOUTENIR, AIDER ET SAVOIR TENDRE LA MAIN : VISITE DU REMORQUEUR ABEILLE BOURBON BREST le dimanche 2 septembre 2018 de 13h30 à 18h30 à Brest au quai du Commandant Malbert,

L’ABEILLE BOURBON, navire affrété par la marine nationale au profit de l’Action de l’État en Mer pour effectuer diverses missions de service public (sauvetage, aide à navire en difficulté, antipollution)  ouvrira sa passerelle pour la bonne cause (sauf mauvaise météo ou mission).

Ces visites sont organisées par : l’Association du Remorquage, BOURBON, LES ABEILLES  et les équipages de l’ABEILLE BOURBON.

Ces visites peuvent être organisées et réalisées grâce au soutien : de la Marine Nationale, de BOURBON, de sa filiale « Les ABEILLES », du Groupe HUMANIS, de l’Union Maritime de Brest et de sa Région (UMBR) de la municipalité de BREST Métropole, des membres des Equipages de l’ABEILLE BOURBON   et à de nombreux bénévoles qui sont  toujours présents,  pour  accueillir les milliers de visiteurs.

La visite est payante : 3€ par personne « gratuite pour les enfants de moins de 12 ans ». Les visiteurs pourront participer à une tombola 1€ le ticket (les lots sont offerts par l’Association du Remorquage et les commerçants du port de commerce).

En attendant de monter à bord vous pourrez Chanter et danser en compagnie des Groupes « LES GABIERS DU DRELLAC’H »  « LIIKOFA » de la Compositrice et interprète « JOHANNA ALANOIX » qui effectuera quelques duos avec « ALYCIA CHAMPION » et le retour de « CHLOE LE BRIS » ! 

L’intégralité de la recette  sera reversée aux associations :

« LA RECHERCHE CONTRE LA MUCOVISCIDOSE » et  l’Association pour les Œuvres Sociales De la Marine (ADOSM)

Lors de cette journée les Posters de l’ABEILLE BOURBON du photographe Charles MARION  seront vendus 10€  au profit des deux associations précitées.

En 2018 les visites sont soutenues par la chanteuse Nolwenn LEROY

Ces visites sont soutenues depuis plusieurs années par les  personnalités suivantes :

Jacques Chateauvieux Président de Bourbon et son épouse Caroline, Christian Munier, Jacqueline Tabarly, Patrick Poivre d’Arvor, Claire Chazal, Audrey CrespoMara, Journaliste, présentatrice et animatrice de plusieurs rendez-vous sur LCI, présentatrice du 20h de TF1,  Thierry Ardisson,  Jean-Loup Chrétien cosmonaute, Erik Orsenna Membre de l’Académie Française, Hervé Hamon, écrivain/scénariste/journaliste, et ami des marins, Frédéric Moncany de Saint-Aignan Président du Cluster Maritime Français, Francis Vallat Président de SOS Méditerranée et Président  d’honneur du Cluster Maritime Français, Alain Eveno « sonneur » médaille d’argent de la défense Nationale, médaille de bronze de la jeunesse et des sports, Annie Blanchet Marraine de l’Abeille Liberté, les personnels sédentaires et navigants « des Abeilles » et de « BOURBON », les épouses des marins des Abeilles,  l’Association du Remorquage (organisatrice de ces opérations) les Membres du bureau de l’Association MOR GLAZ et plusieurs Membres,   et bien d’autres personnes actives qui ont souhaité conserver l’anonymat.  Nous remercions  tous nos  fidèles partenaires, ainsi que toutes les personnes qui nous  accompagnent depuis  des années, sans elles nous ne pourrions pas « SOUTENIR, AIDER ET POUVOIR TENDRE LA MAIN ».

Jean-Paul  HELLEQUIN Président de l’association du Remorquage  

                       06 84 62 44 52      association.remorquage@orange.fr

Le 25 juillet 2018 le cargo « St ELIAS » faisait route vers le port de La Rochelle.

Après une immobilisation de 25 jours dans le port de Lorient où il était venu livrer une cargaison de tourteaux de soja d’une valeur de 2 Millions d’Euros !

L’association MOR GLAZ, était assez sceptique  quant à l’état du navire au moment du départ de Lorient et  des prétextes évoqués par le Chef du Centre de Sécurité des Navires de Lorient – « On a réuni les conditions nécessaires pour un seul voyage, mais la détention sera poursuivie à La Rochelle, le bateau n’est pas libre »-« Des réparations restent à effectuer ».

L’armateur prétend que le port n’est pas adapté pour les travaux et qu’il n’y a pas d’entreprises suffisamment qualifiées ici ».Le cargo doit notamment se faire livrer de nouvelles chambres froides et des amarres.

L’association MOR GLAZ reste convaincue, qu’il doit y avoir  des  subtilités bien plus obscures  que celles évoquées ci-dessus, elles apparaîtront tôt ou tard ! Pas assez de moyen à Lorient pour réparer ce navire, mais est-il seulement possible de le remettre en état pour un « pseudo-armateur » qui doit régler 65.000 dollars a des Marins Roumains !

Depuis le 27 juillet 2018 le cargo armé par deux Officiers Grecs et 16 Marins Ukrainiens est au mouillage en face du port de La Rochelle. L’association MOR GLAZ demande aux Autorités Sociales Maritimes Françaises de s’assurer que tout se déroule bien à bord de ce navire, et de constater que l’Equipage est bien nourri et que tout se passe normalement dans tous les domaines! L’association MOR GLAZ émet un doute sur les motifs  de cette escale devant le port de La Rochelle ! Qui pourrait  bien encore affréter un tel navire, sachant que les Marins Ukrainiens qui sont à bord ne seront peut-être jamais payés, et qu’ils ont payé 1500 dollars US chacun pour pouvoir embarquer, scandaleux, honteux, inacceptable, dans une Europe qui se voulait irréprochable ! Le cargo « St ELIAS » n’est pas un cas isolé, dans la première activité « force » mondiale, qui ne devrait réserver aucune place aux « bricoleurs » ni aux « pseudo-armateurs ».

L’association MOR GLAZ réitère ses demandes : le Centre de Sécurité des Navires du port de La Rochelle, ne doit pas mollir face à l’Etat du Pavillon, ni à la société de classification, ni devant le représentant du « pseudo-armateur » ! Ce cargo doit remplir toutes les conditions sociales et techniques avant d’appareiller du port de  La Rochelle ! Les Marins Ukrainien embarqués depuis le 7 juillet 2018, devraient déjà  se méfier. Chaque jour qui passe les dettes s’amoncèlent.  Méfions-nous des pavillons trop colorés issus de pays paradisiaques, et des « pseudo-armateurs » y compris européens  bien plus organisés qu’ils ne le paraitraient !

Ces « pseudo-armateurs » créent une concurrence, une compétition sociale entre les Marins et les Armateurs. Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, l’Etat du pavillon, les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant d’utiliser et d’assurer des navires ! Qui va oser « pouvoir »  affréter ce navire en connaissant toutes ces dérives sociales et autres … la tentation peut-être grande, mais les risques aussi !

Pour l’association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Le 25 juillet 2018 le cargo « St ELIAS » faisait route vers le port de La Rochelle.

Après une immobilisation de 25 jours dans le port de Lorient où il était venu livrer une cargaison de tourteaux de soja d’une valeur de 2 Millions d’Euros !

L’association MOR GLAZ, était assez sceptique  quant à l’état du navire au moment du départ de Lorient et  des prétextes évoqués par le Chef du Centre de Sécurité des Navires de Lorient – « On a réuni les conditions nécessaires pour un seul voyage, mais la détention sera poursuivie à La Rochelle, le bateau n’est pas libre »-« Des réparations restent à effectuer ».

L’armateur prétend que le port n’est pas adapté pour les travaux et qu’il n’y a pas d’entreprises suffisamment qualifiées ici ».Le cargo doit notamment se faire livrer de nouvelles chambres froides et des amarres.

L’association MOR GLAZ reste convaincue, qu’il doit y avoir  des  subtilités bien plus obscures  que celles évoquées ci-dessus, elles apparaîtront tôt ou tard ! Pas assez de moyen à Lorient pour réparer ce navire, mais est-il seulement possible de le remettre en état pour un « pseudo-armateur » qui doit régler 65.000 dollars a des Marins Roumains !

Depuis le 27 juillet 2018 le cargo armé par deux Officiers Grecs et 16 Marins Ukrainiens est au mouillage en face du port de La Rochelle. L’association MOR GLAZ demande aux Autorités Sociales Maritimes Françaises de s’assurer que tout se déroule bien à bord de ce navire, et de constater que l’Equipage est bien nourri et que tout se passe normalement dans tous les domaines! L’association MOR GLAZ émet un doute sur les motifs  de cette escale devant le port de La Rochelle ! Qui pourrait  bien encore affréter un tel navire, sachant que les Marins Ukrainiens qui sont à bord ne seront peut-être jamais payés, et qu’ils ont payé 1500 dollars US chacun pour pouvoir embarquer, scandaleux, honteux, inacceptable, dans une Europe qui se voulait irréprochable ! Le cargo « St ELIAS » n’est pas un cas isolé, dans la première activité « force » mondiale, qui ne devrait réserver aucune place aux « bricoleurs » ni aux « pseudo-armateurs ».

L’association MOR GLAZ réitère ses demandes : le Centre de Sécurité des Navires du port de La Rochelle, ne doit pas mollir face à l’Etat du Pavillon, ni à la société de classification, ni devant le représentant du « pseudo-armateur » ! Ce cargo doit remplir toutes les conditions sociales et techniques avant d’appareiller du port de  La Rochelle ! Les Marins Ukrainien embarqués depuis le 7 juillet 2018, devraient déjà  se méfier. Chaque jour qui passe les dettes s’amoncèlent.  Méfions-nous des pavillons trop colorés issus de pays paradisiaques, et des « pseudo-armateurs » y compris européens  bien plus organisés qu’ils ne le paraitraient !

Ces « pseudo-armateurs » créent une concurrence, une compétition sociale entre les Marins et les Armateurs. Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, l’Etat du pavillon, les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant d’utiliser et d’assurer des navires ! Qui va oser « pouvoir »  affréter ce navire en connaissant toutes ces dérives sociales et autres … la tentation peut-être grande, mais les risques aussi !

 

Pour l’association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Le cargo « St ELIAS » fait route vers le port de La Rochelle à 12 nœuds.

Ce cargo a effectué les essais des moteurs,  sécurité et autres …après une immobilisation de 25 jours dans le port de Lorient dans lequel il était venu livrer une cargaison de tourteaux de soja d’une valeur de 2 Millions d’Euros ! visitez.

Les essais sont visiblement concluants au regard  des Agents du Centre de Sécurité des Navires (SCN) de Lorient, Le navire ayant mis le cap  vers le port de La Rochelle, où il devrait être ré-inspecté par le Centre de Sécurité des Navires de ce port ! L’association MOR GLAZ émet un doute sur le sérieux de cet arrêt technique un peu forcé ! Qui peut bien encore affréter un tel navire, sachant que les Marins Ukrainiens qui sont à bord ne seront peut-être jamais payés, et qu’ils ont payé 1500 dollars US chacun pour pouvoir embarquer, scandaleux, honteux, inacceptable, dans une Europe qui se veut irréprochable ! Le cas du cargo « St ELIAS » n’est pas un cas isolé.

Sans la vigilance de l’Inspectrice ITF/CGT Laure TALLONNEAU  et de quelques autres, le vendredi 6 juillet 2018 ce cargo aurait repris la  mer sans être inquiété ! Qui ne veut pas voir ces situations, sociales tristes des Marins et la dangerosité d’un tel navire ? Dans une Europe qui détient 40% de la flotte mondiale. Une Europe qui devait protéger ses Marins, elle devait améliorer la vie des Marins, elle  devait harmoniser les acquis sociaux vers le haut, elle devait rendre plus fiable et sécurisé le transport maritime après avoir édité des milles feuilles administratifs qui semblent protéger bien plus les « pseudo-armateurs » que les Marins ! L’association MOR GLAZ réitère ses demandes : le Centre de Sécurité des Navires du port de La Rochelle, ne doit pas mollir face à l’Etat du Pavillon, ni à la société de classification, ni devant le représentant du « pseudo-armateur » ! Ce cargo doit remplir toutes les conditions sociales et techniques avant d’appareiller du port de  La Rochelle !

Le « pseudo armateur » doit régler les 65.000 dollars qu’il doit aux Marins Roumains !

Les Marins Ukrainien embarqués depuis le 7 juillet 2018, devraient déjà  se méfier. Car chaque jour qui passe les dettes s’amoncèlent.  Méfions-nous des pavillons trop colorés issus de pays paradisiaques, et des « pseudo-armateurs » y compris européens  bien plus organisés qu’ils ne le paraitraient !

Ces « pseudo-armateurs » ces bandits des Mers, sont la honte de la communauté maritime, ils n’ont aucun respect pour les Marins du Monde, ils créent une concurrence, une compétition déloyale entre les Marins et les Armateurs. L’association MOR GLAZ  dénonce  ces  dérives dans la première activité mondiale ! Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, l’Etat du pavillon, les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant de donner ses autorisations de naviguer, d’utiliser et d’assurer les navires ! Qui va oser affréter ce navire en connaissant toutes ces dérives sociales et autres …  

La journaliste Kattalin LANDABURU écrivait  en 2002 après une enquête de plusieurs mois sur le transport maritime : « Aboli formellement le 20 décembre 1848, l’esclavage a pris de nouvelles formes sur les mers du globe. Si le commerce du « bois d’ébène » fait parti d’un passé révolu, les navires continuent de transporter, avec eux, un monde d’inégalité et de précarité sociale. Pourtant ce monde de transport est loin d’être marginal, en 30 ans il a enregistré une progression de près de 430% et son coût, lui, a baissé de plus de 30%. Ces économies ont été réalisées en exploitant des vieux navires âgés parfois de plus de 30 ans, mal ou pas entretenus, ils acheminent en grande quantité des marchandises coûteuses. Que font les Etats membres pour protéger leurs gens de mer, pas grand-chose, pour ne pas dire rien du tout. Pavillon « bis » ou pavillon de complaisance : les nouveaux négriers, la convention de Genève sur l’immatriculation des navires existe. Elle vise à un meilleur contrôle de l’Etat de pavillon et à la protection de ses marins.

Pour l’association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Comment le « pseudo armateur » Grec propriétaire du cargo « St ELIAS » qui doit 65.000 Dollars US de salaire à des Marins Roumains depuis le mois de décembre 2017 et avril 2018 dont 2 mois pour certains, pouvait-il effectuer son business en Europe (ou ailleurs) sans être inquiété, et combien sont-ils dans le même cas en Europe et dans le Monde ?

L’escale du navire « St ELIAS » venu livrer pour 2 Millions d’Euros de tourteaux de Soja dans le port de Lorient en Bretagne le 2 juillet 2018 aurait pu sans la vigilance de l’Inspectrice ITF/CGT Laure TALLONNEAU et de l’Association MOR GLAZ repartir sans être inquiété ! Qui ne veut pas voir ces situations, sociales tristes des Marins et la dangerosité d’un tel navire ?  Honteux et scandaleux dans une Europe qui détient 40% de la flotte mondiale.

Une Europe qui devait protéger ses Marins, elle devait améliorer la vie des Marins, elle  devait harmoniser les acquis sociaux vers le haut, elle devait rendre plus fiable et sécurisé le transport maritime après avoir édité des milles feuilles administratifs !

L’Association MOR GLAZ  rétiaire ses demandes : le Centre de Sécurité des Navires de Lorient et l’Agence Européenne de Sécurité Maritime ne doivent pas être influencés ni par l’État du Pavillon le Panama, ni par la société de classification POLSKI REJESTR STATKOW,… ni par quiconque !

Ce cargo « St ELIAS »doit remplir toutes les conditions sociales et techniques avant d’appareiller de Lorient !

Le « pseudo armateur » doit régler les 65.000 dollars qu’il doit aux Marins Roumains !

Les Marins Ukrainien embarqués depuis le 7 juillet 2018, devraient déjà  se méfier, car chaque jour qui passe les dettes s’amoncèlent. Si chacun  avait joué son rôle lors des escales, ce navire détenu 4 fois depuis 2016, aurait été  banni du Mémorandum de Paris. Les règles sont les mêmes pour tous !

Ces « pseudo-armateurs » ces bandits des Mers, sont la honte de la communauté maritime, ils n’ont aucun respect pour les Marins du Monde. L’Armateur Philippe Louis Dreyfus écrivait pour MOR GLAZ en 2014

« Aucune activité maritime ne serait possible sans les navigants, prêts à défier la Mer avec passion et respect. Merci donc à Mor Glaz, vigie attentive de leurs conditions de vie et de travail. Bon vent et bonne Mer à Mor Glaz ».   

L’association MOR GLAZ  dénonce  ces  dérives dans la première activité mondiale ! Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, l’État du pavillon (ici le Panama), les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant de donner ces autorisations de naviguer, d’utiliser et d’assurer les navires !

La journaliste Kattalin LANDABURU écrivait  en 2002 après une enquête de plusieurs mois sur le transport maritime : « Aboli formellement le 20 décembre 1848, l’esclavage a pris de nouvelles formes sur les mers du globe. Si le commerce du « bois d’ébène » fait parti d’un passé révolu, les navires continuent de transporter, avec eux, un monde d’inégalité et de précarité sociale. Pourtant ce monde de transport est loin d’être marginal, en 30 ans il a enregistré une progression de près de 430% et son coût, lui, a baissé de plus de 30%. Ces économies ont été réalisées en exploitant des vieux navires âgés parfois de plus de 30 ans, mal ou pas entretenus, ils acheminent en grande quantité des marchandises coûteuses. Que font les États membres pour protéger leurs gens de mer, pas grand-chose, pour ne pas dire rien du tout. Pavillon « bis » ou pavillon de complaisance : les nouveaux négriers, la convention de Genève sur l’immatriculation des navires existe. Elle vise à un meilleur contrôle de l’État de pavillon et à la protection de ses marins.

Pour l’association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

L’escale du navire « St ELIAS » venu livrer pour 2 Millions d’Euros de tourteaux de Soja dans le port de Lorient en Bretagne le 2 juillet 2018 se prolonge.

L’Association MOR GLAZ qui avait largement médiatisé l’arrivée de ce navire est satisfaite. Elle souhaite que le Centre de Sécurité des Navires de Lorient et l’Agence Européenne de Sécurité Maritime ne se laissent influencer ni par l’État du Pavillon le Panama, ni par la société de classification POLSKI REJESTR STATKOW, ni par d’autres ! Ce cargo doit remplir toutes les conditions sociales et techniques avant d’appareiller de Lorient !

Les Marins Roumains sont rentrés chez eux depuis le 7 juillet 2018 après avoir perçu la totalité de leurs salaires et retrouver leur dignité de Marin ! Remplacés par des Marins Ukrainiens, ces derniers devront  se méfier. Car le « pseudo-armateur » Grecque  a plus d’un tour d’Hélice à son actif, il doit des salaires à plusieurs  marins depuis le mois de décembre 2017, il aurait nous dit-on oublié de payer la société de Manning en Roumanie !  Les  20 défaillances « déficiences »  et les conditions de vie des Marins du « St ELIAS », viennent de montrer que, la complaisance maritime n’est jamais très loin ! L’Agence Européenne de Sécurité Maritime AESM et tous les Services et autorités portuaires européens doivent  mettre ce navire et son « pseudo armateur » sur une liste noire !

Ce navire ne peut, ne doit pas repartir que s’il remplit toutes les conditions au plus haut niveau. Ce navire sortait d’arrêt technique ! Ce navire détenu 4 fois depuis 2016, doit-être banni du Mémorandum de Paris. Les règles sont les mêmes pour tous les Marins, elles doivent être appliquées !

Ces « pseudo-armateurs » ces bandits des Mers, sont la honte des activités maritimes, ils n’ont aucun respect pour les Marins du Monde. Sans des interventions  parfois verbalement musclées, ce navire aurait vraisemblablement   effectué son business sans être inquiété comme trop souvent ! Il transportait environ 2 millions d’Euros de marchandises. 

L’association MOR GLAZ s’interroge souvent sur la frilosité des Centre de Sécurité des Navires et des autorités portuaires face à de telles situations ! L’association MOR GLAZ  dénonce  ces  dérives dans la première activité mondiale ! Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, l’État du pavillon (ici le Panama), les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant de donner ses autorisations de naviguer, d’utiliser et d’assurer les navires !

Dans son bulletin du mois de mars 2018 ISEMAR « l’Institut Supérieur d’Économie Maritime »,  confirme ce que l’association MOR GLAZ dénonce depuis longtemps : les Marins subissent une machine bien huilée qui trop souvent les dessert et leur nuit (ceci est notre nous analyse) !

La journaliste Kattalin LANDABURU écrivait  en 2002 après une enquête de plusieurs mois sur le transport maritime : « Aboli formellement le 20 décembre 1848, l’esclavage a pris de nouvelles formes sur les mers du globe. Si le commerce du « bois d’ébène » fait parti d’un passé révolu, les navires continuent de transporter, avec eux, un monde d’inégalité et de précarité sociale. Pourtant ce monde de transport est loin d’être marginal, en 30 ans il a enregistré une progression de près de 430% et son coût, lui, a baissé de plus de 30%. Ces économies ont été réalisées en exploitant des vieux navires âgés parfois de plus de 30 ans, mal ou pas entretenus, ils acheminent en grande quantité des marchandises coûteuses. Que font les États membres pour protéger leurs gens de mer, pas grand-chose, pour ne pas dire rien du tout. Pavillon « bis » ou pavillon de complaisance : les nouveaux négriers, la convention de Genève sur l’immatriculation des navires existe. Elle vise à un meilleur contrôle de l’État de pavillon et à la protection de ses marins.

Pour l’association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Les Marins Roumains du cargo « St ELIAS » sont rentrés chez eux après avoir perçu la totalité de leurs salaires et retrouver ainsi leur dignité!

Ces Marins ont été remplacés par des Marins Ukrainiens « les pauvres ». L’Association MOR GLAZ demande à ces Marins remplaçants de bien faire attention à eux, car le « pseudo-armateur » a plus d’un tour d’Hélice à son actif, il doit toujours des arriérés de salaires à des marins depuis le mois de décembre 2017 et il aurait nous dit-on oublié de payer la société de Manning en Roumanie !  Les  20 défaillances « déficiences »  et les conditions de vie des Marins du « St ELIAS », viennent de montrer que, la complaisance maritime n’est jamais très loin ! L’Agence Européenne de Sécurité Maritime AESM et tous les Services et autorités portuaires européens devraient  mettre ce navire et son « pseudo armateur » sur une liste noire   !

Félicitation à Laure TALLONNEAU pour ses engagements et son efficacité pour tous les Marins du Monde, mais aussi, un grand merci à Madame Emmanuelle TROCADERO Directrice de Marin’Accueil et aux Dockers du port de commerce de Lorient, merci pour leur humanisme envers ces Marins Roumains ! Un grand merci aux discrets adhérents de l’association MOR GLAZ qui ont œuvré, frappé aux bonnes portes comme d’habitude !

Maintenant que  les 17400 tonnes de tourteaux de Soja sont débarqués (d’une valeur de 2 millions d’Euros environ), l’association MOR GLAZ demande que : la société de classification Polonaise POLSKI REJESTR STATKOW et l’Etat du pavillon le Panama soient particulièrement surveillés, que le navire ne reparte que s’il remplit toutes les conditions au plus haut niveau. La société de classification doit s’expliquer, pourquoi « comment » a-t-elle pu laisser ce navire partir de  Gibraltar il y a deux mois dans des conditions aussi dangereuses et inhumaines pour les marins ? Ce navire sortait d’arrêt technique !   Ce navire détenu 4 fois depuis 2016, doit-être banni du Mémorandum de Paris. Le Centre de Sécurité doit appliquer la règle « du traitement pas plus favorable » comme si ce navire était Français. Les règles de sécurité sont les mêmes pour tous le Marins !

Ces « pseudo-armateurs » ces bandits des Mers, sont la honte des activités maritimes, ils n’ont aucun respect pour les Marins du Monde. Sans des interventions  parfois musclées verbalement, ce navire aurait vraisemblablement   effectué son business sans être inquiété comme trop souvent ! Il transportait environ 2 millions d’Euros de marchandises. 

L’association MOR GLAZ s’interroge souvent sur la frilosité des Centre de Sécurité des Navires et des autorités portuaires face à de telles situations, lors de tels évènements ! L’association MOR GLAZ  dénonce  ces  dérives dans la première activité mondiale ! Les agents, les affréteurs, les assureurs, les receveurs de la cargaison, État du pavillon (ici le Panama), les sociétés de classification,  les autorités portuaires et autres … devraient être plus rigoureux, scrupuleux, avant de donner ses autorisations de naviguer, d’utiliser et d’assurer les navires !

Pour l’association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

SUITE… LE 15 JUILLET 2018 L’escale du navire « St ELIAS » venu livrer pour 2 Millions d’Euros de tourteaux de Soja dans le port de Lorient en Bretagne le 2 juillet 2018 se prolonge.

L’ Association MOR GLAZ tient à féliciter et remercier Laure TALLONNEAU pour ses engagements pour les Marins, mais aussi, la communauté portuaire de Lorient, et tout particulièrement Madame Emmanuelle TROCADERO Directrice de Marin’Accueil et les Dockers de ce port de commerce qui permettent aux malheureux Marins du « SAINT ELIAS » d’utiliser leurs douches ! Si la solidarité portuaire était aussi « active » et « présente » dans tous les ports d’ici et d’ailleurs la situation de certains Marins seraient meilleures, il suffit d’un peu de courage et d’humanisme !

Depuis le samedi 30 juin 2018  le cargo « St ELIAS » composé d’un Équipage de 22 Marins Roumains en escale commerciale dans le port de Lorient en Bretagne fait parler de lui  dans la presse spécialisée et Régionale ! Les  20 défaillances « déficiences »  et les conditions des Marins sont sans limites, un retour en arrière de 50 ans ! La complaisance dans toute sa « splendeur » au sein même de l’Europe Maritime, si surveillée et réglementée nous dit-on par l’Agence Européenne de Sécurité Maritime AESM et les Services portuaires !

L’Association MOR GLAZ tient par ce communiqué à féliciter et remercier Laure TALLONNEAU pour ses engagements pour les Marins, tous les Marins du Monde, mais aussi, la communauté portuaire de Lorient, et tout particulièrement Madame Emmanuelle TROCADERO Directrice de Marin’Accueil et les Dockers de ce port de commerce qui permettent aux malheureux Marins du « SAINT ELIAS » d’utiliser leurs douches ! Si la solidarité portuaire était aussi « active » et « présente »  dans tous les ports d’ici et d’ailleurs la situation de certains Marins seraient meilleures, il suffit d’un peu de courage et d’humanisme !

Une fois les 17400 tonnes de tourteaux de Soja débarqués, l’Association MOR GLAZ demande que : les affréteurs Grecques, le « pseudo-armateur » Grecque, Sea Light  Maritime, l’État du pavillon le Panama, la société de classification Polonaise soient sanctionnés sévèrement autant que le permettront les lois Maritimes !

Ce navire détenu 4 fois depuis 2016,  aurait dû être banni du Mémorandum de Paris, alors pourquoi cette clémence « tolérance honteuse » envers ces « pseudo-armateurs » ces bandits des Mers, qui maltraitent les Marins du Monde, et, qui forcément  sont capables aussi de polluer les Océans !  Depuis le 2 juillet 2018 les Ministères et Administrations concernés, sont prévenus, l’Association MOR GLAZ compte sur eux pour arrêter définitivement ce navire si nécessaire. Sans les interventions de Madame Laure TALLONNEAU ITF/CGT et celle de l’Association MOR GLAZ, ce navire aurait vraisemblablement   effectué son business sans être inquiété comme trop souvent !  

L’association MOR GLAZ s’interroge, sur le fait que des navires avec autant de dérives sociales et techniques, escalent sans rencontrer des difficultés  « problèmes » de la part des inspecteurs et autres autorités portuaires et maritimes. L’association MOR GLAZ  dénonce  de telles dérives dans la première activité mondiale ! Les agents, affréteurs, assureurs, Etat du pavillon (ici le Panama), société de classification,  ports,   etc…  sont concernés eux aussi par ces dérives graves, qu’elles soient sociales ou techniques !

Pour l’association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN