Ce 8 juin 2021 comme chaque année, ne doit pas être qu’un slogan, un de plus qui ne servirait à rien ! Ensemble, sachons protéger nos Océans et pas seulement les 8 juin.

La journée Mondiale des « Océans » : ces Océans qui jouent un rôle primordial dans notre subsistance, y compris dans celles et ceux qui les polluent sans scrupule, par manque de rigueur.

Le 25 juin sera la journée Internationale des Gens de Mer : ces Marins qui sont eux aussi les gardiens des Océans.

Une journée Internationale des « Océans » une journée Internationale de plus,  des journées de ce type,  pour se donner trop souvent bonne conscience, mais demain que restera-t-il de cette journée ! Cette  journée du 8 juin devrait pourtant nous rappeler que les Océans sont indispensables à la vie sur terre, qui ne représente elle que moins de 30% de la surface du globe ! 

Lorsque cette journée se sera retirée telle la marée que restera-t-il ? Organiser les ramassages de déchets très médiatisés sur le littoral, donne le bon cap aux enfants, mais cela ne suffit pas « plus », il faut agir en amont en obligeant  aux  efforts nécessaires, être attentionné certes, mais surtout concret  afin de préserver ce bien commun et vital pour toutes les espèces vivantes sur le globe !   Les Océans doivent faire l’objet d’une attention toute particulière si nous voulons tout simplement survivre.

Au fil des marées, les Océans sont de plus en plus pollués, vidés de leurs richesses, par des pilleurs ( communiqué du 28 mars 2020 ) et braconniers. D’autres utilisateurs de cet espace de liberté sont eux plus conscients que la Mer, les Océans sont pour eux des espaces privilégiés qui permet de pouvoir exercer, de pratiquer leurs activités en respectant les lieux. Les Marins pêcheurs des Côtes d’Armor qui voient des décennies de surveillance, de protection gâchées par des travaux pharaoniques sur et auprès de gisements de coquilles Saint Jacques ! A cet endroit aussi l’Océan va souffrir, mais les intérêts de quelques-uns paraissent l’ignorer !

La France doit mettre en avant ses fleurons de la recherche océanographique que sont IFREMER et GENAVIR, ils doivent être défendus ardemment, MOR GLAZ le fait !

Les Océans sont fragilisés par des comportements irresponsables, au moment où de nouvelles méthodes de pêche doivent être inventées, sans ces outils et connaissances, nous ne connaitrons jamais les ressources des Océans et les moyens pour combattre les pollutions et les mauvais comportements (car il y en a encore loin de notre littoral, mais ils existent chaque jour qui passe) ils doivent être fermement combattus, il faut éduquer, ou punir les contrevenants ! Ces milliers de pollutions invisibles, pertes de conteneurs et autres sont évitables, il faut sanctionner les indisciplinés, les pollueurs, et les malveillants envers les Océans !

La Mer est un bel espace, si nous voulons qu’elle reste une MOR GLAZ (MER BLEU) unissons-nous, mais pas uniquement le 8 juin de chaque année.

L’Association MOR GLAZ souhaite, que les Océans soient encore pour longtemps le poumon de la planète, qu’ils soient nourriciers certes mais en respectant certaines règles, les mêmes pour tous,  qu’ils nous protègent, qu’ils nous permettent de vivre, ses richesses sont infinies, utilisons les avec  intelligence et modération !

Pour l’Association MOR GLAZ    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Administration Maritime va-t-elle faire légiférer sur les conditions d’utilisation des gyrophares sur les navires français ?  

 

Suite à la parution du rapport du BEAMer concernant l’abordage entre le canot du lamanage CB 20 et la vedette de servitude « La CASSIDAIGNE » dans l’avant -port de Port-de Bouc (13110), le 07 Octobre 2020, l’Association MOR GLAZ s’interroge sur la finalité d’un rapport dont l’objectivité peut être remise en cause dans le cadre d’une enquête judiciaire.

Cet abordage a fait trois blessés dont un grave le patron du canot CB 20. Bien que la vitesse d’un  des navires  ne semble pas la piste prioritaire à l’origine de cette collision, le rapport d’enquête relate avec insistance que le gyrophare bleu d’une embarcation pneumatique de la Gendarmerie Maritime se trouvant non loin et faisant route inverse  aux navires  aurait  « pu » éblouir les patrons des embarcations entrées en collision.

Cette affirmation du BEAMer relève d’une hypothèse des enquêteurs dans le cadre d’une enquête technique et non judiciaire. Si l’analyse de cet événement n’a pas été conduite de façon à établir ou attribuer des fautes à caractère pénal ou encore à évaluer des responsabilités individuelles ou collectives à caractère civil, il est permis de douter de l’utilité d’un tel rapport et de son coût pour la collectivité. Au-delà de cette enquête technique du BEAMer, l’Association MOR GLAZ regrette qu’il ne soit pas fait mention de l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet de Marseille.

Cet accident de Mer doit-il rester confidentiel pour couvrir le vide juridique relatif au feu concerné ?

Pour l’Association MOR  GLAZ, ce dramatique accident met en lumière le laxisme de l’Administration Maritime dont dépend le BEAMer, qui en 40 ans d’usage du gyrophare à bord des navires de pêche, marine marchande ou Etat n’a jamais été capable de faire voter un texte de loi quant aux conditions d’utilisation de feu qu’il soit orange ou bleu !  A ce titre « l’Enseignement 2021-E -12 » de l’enquête sur les conditions de l’usage du gyrophare doit se transformer en une recommandation formelle à Madame la Ministre de la Mer !

Que s’est-il réellement passé dans le port de Port de Bouc dans la nuit du 7 au 8 octobre 2020 ?

 

Bernard Le BIHAN     Vice-président de MOR GLAZ

 

C/c : Aux Administrations et Ministères concernés 

Et si le Remorqueur « CHRISTO XXIV » ne reprenait jamais la Mer pour effectuer des missions ?

 

  En effet ce Remorqueur aurait été saisi par les Russes qui lui reprochent d’avoir failli dans sa mission, radicale comme méthode mais certainement efficace !  Le navire qu’il remorquait le « VARZUGA » quant à lui fait l’objet d’un nouvel appel d’Offres pour y être déconstruit. Courage aux Industriels Français compétiteurs.

L’Association  MOR GLAZ est satisfaite par ces décisions, nous rappelons aux Autorités Françaises, que notre pays a créé depuis quelques années une activité nouvelle Industrielle, longtemps décriée pour des raisons sans fondement.

Merci aux Industriels qui ont pris des risques en investissant afin de  déconstruire  et de recycler les vieux navires en France, dans le respect des règles Sociales et Environnementales !

Bref rappel des faits :

L’association MOR GLAZ écrivait le 5 mai 2021 avec une certaine satisfaction : -« cette fois encore tout a bien fonctionné sous l’autorité du Préfet Maritime de la Manche et de la Mer du Nord, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » dans la nuit du 4 au 5 mai 2021 en Manche ». puis le 8 mai 2021

 -« la mise en demeure, l’alerte des moyens existants Civils et Militaires, endroit refuge si peu ou pas utilisé, bravo aux services de l’Etat,  et de l’Action de l’Etat en Mer » !

Cette fameuse nuit du 4 au 5 mai 2021 le Remorqueur « CHRISTO XXIV » OMI 7041625 battant pavillon du Panama âgé de 50 ans propriété d’un Armateur Grec perdait le navire qu’il remorquait vers le chantier de « ALIAGA » en « TURQUIE ».

La recherche pour les « expéditeurs » de ces vieux navires est d’en tirer le maximum de profit en tirant les prix le plus bas possible, y compris le coût du Remorquage en oubliant certains critères sociaux et de sécurité.

 Une Remorque  de 46 millimètres de diamètre était-elle suffisante pour effectuer un aussi long voyage ?  Ce Remorqueur n’aurait pas dû pouvoir prendre la Mer, et quitter le port de « MOURMANSK » pour une telle mission. Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés de ces remorquages sur de longues distances.

L’Association MOR GLAZ, demande aux Autorités et Administrations Françaises, de faire en sorte que le « VARZUGA » soit déconstruit en France, et qu’il ne puisse en aucun cas reprendre la direction de la « TURQUIE » sous remorque comme l’indique certains bruits de coursives.

Le 16 décembre 2016 deux navires de la société « MAERSK » sombraient au large des Côtes Bretonnes, elles aussi elles partaient dans un chantier de déconstruction en « TURQUIE »  remorquées par un navire vétuste. A l’époque Madame Ségolène ROYAL avait mis rapidement la Société « MAERSK » face à ses responsabilités.

L’Associations MOR GLAZ demande aux Autorités Civiles et Militaires de garder le cap de la fermeté, nous demandons aux prestataires de service du port du Havre  (Lamanage, Remorquage et autres) de ne pas laisser repartir le Remorqueur « CHRISTO XXIV » tant que les factures ne seront pas acquittées

 

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN     WWW.MORGLAZ.ORG

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés.

Que de moyens nautiques en action pour ramener vers le port refuge « LE HAVRE » le convoi du Remorqueur CHRISTO XXIV et le VARZUGA avant qu’il reprenne sa route  vers la TURQUIE.

 

L’Association MOR GLAZ plutôt satisfaite, durant cette escale un peu forcée, chacun devra jouer son rôle afin que ce convoi reprenne la Mer dans des conditions optimales de sécurité !

Tous les services de l’État, ceux du port d’escale et les Administrations concernées doivent être zélés !

L’Association MOR GLAZ demande au Centre de Sécurité des Navires du port LE HAVRE  de ne délivrer aucune dérogation à ce Remorqueur, aucune dérogation Sociale ni technique, aurait-il une convention ITF .

Dans la nuit du 4 au 5 mai 2021, les Services de l’Action de l’État en Mer sous l’Autorité du Préfet Maritime  avaient  évité le pire dans le détroit du Pas de Calais, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » après la rupture de la remorque du Remorqueur  le « CHRISTO XXIV ».

Il faut donc éviter tout autre incident pouvant mettre en danger la vie des Marins du « CHRISTO XXIV » et des navires qu’il pourrait croiser. La route est longue pour aller jusqu’au chantier de déconstruction dans le port de «ALIAGA » en TURQUIE.

Un chantier aux normes douteuses, seul intérêt pour les Armateurs d’y faire déconstruire leurs vieux navires vraisemblablement  « des prix bas » !

Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés et les dangers de ces remorquages sur de longues distances, d’où la nécessité pour l’Association MOR GLAZ et notre argumentation depuis plusieurs années de recycler les navires en fin de vie au plus près. Le chantier du port de « ALIAGA » n’était peut-être pas la solution, mais le moins disant est toujours le mieux disant pour d’autres !

Ce convoi est passé et va passer devant des chantiers de déconstruction de navires qui ne pratiquent pas tout à fait la même activité Industrielle qu’en TURQUIE, ces chantiers eux, pratiquent l’Activité avec rigueur et pratique du  Recyclage en respectant des normes Sociales et Environnementales rigoureuses, que nous saluons et défendons.

Pour l’association MOR GLAZ, ce convoi était  celui de tous les dangers Maritimes, faisons qu’il soit aux normes strictes avant de repartir !

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés

 

 

Hier, l’Association MOR GLAZ félicitait les intervenants, tous les services de l’Etat et les Sauveteurs qui avaient  évité le pire dans le détroit du Pas de Calais, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » après la rupture de la remorque du Remorqueur  vétuste  le « CHRISTO XXIV ». Nous pensons qu’il serait plus facile, pour Madame la Ministre de la Mer d’empêcher à ce convoi de repartir dans de mauvaises conditions que de couper l’électricité aux iles anglo-normandes !

 

Ce Remorqueur n’aurait pas dû pouvoir prendre la Mer, quitter le port de « MOURMANSK » pour une telle mission,  devenue une aventure incertaine depuis 48 heures pour ce convoi !

La vétusté  du « pseudo-Remorqueur » et de la coque, en attente au large de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) «en zone refuge » inquiète l’Association MOR GLAZ : par ce communiqué nous demandons aux Autorités Françaises de ne pas laisser repartir ce convoi, qui serait un danger pour les autres navires, pour les Marins embarqués à bord du « CHRISTO XXIV » et pour l’Environnement !

Nous pensons qu’il serait plus facile, pour Madame la Ministre de la Mer d’empêcher à ce convoi de repartir dans de mauvaises conditions que de couper l’électricité aux iles anglo-normandes !

Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés de ces remorquages sur de longues distances ou pas, d’où la nécessité pour l’Association MOR GLAZ et notre argumentation depuis plusieurs années de recycler les navires en fin de vie au plus près, ou alors de respecter toutes les conditions et règles de sécurité imposées à ce type de remorquage (Visite du portage de la remorque, et un homme à bord du navire remorqué si nécessaire etc.)

Pour l’association MOR GLAZ, ce convoi est celui de tous les dangers Maritimes !

 Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

c/c : aux Ministères et Administrations concernés

L’association MOR GLAZ écrit avec une certaine satisfaction : -« cette fois encore tout a bien fonctionné sous l’autorité du Préfet Maritime de la Manche et de la Mer du Nord lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » dans la nuit du 4 au 5 mai 2021 en Manche ».

 Il s’agit d’un exercice grandeur nature non programmé avec : -« la mise en demeure, l’alerte des moyens existants Civils et Militaires, endroit refuge si peu ou pas utilisé, bravo aux services de l’État,  et de l’Action de l’État en Mer » !

L’Association MOR GLAZ attire l’attention depuis des années sur la dangerosité des vieilles coques de navires qui partent à la casse sous remorque de Remorqueurs parfois aussi vétustes que les engins remorqués, le Remorqueur « CHRISTO XXIV » OMI 7041625 battant pavillon du Panama propriété d’un Armateur Grec est âgé de 50 ans. 

La recherche pour les « expéditeurs » de ces vieux navires est d’en tirer le maximum de profit en tirant les prix le plus bas possible, en oubliant certains critères, sociaux et de sécurité !

Le « VARZUGA » ancien pétrolier effectuait son dernier voyage sous remorque pour rejoindre un chantier de déconstruction en Turquie. La remorque a cédé, pourquoi ?

L’Association MOR GLAZ demande, que toutes les règles de sécurité soient exigées par les Autorités Françaises, gréements adéquats, contrôle rigoureux  du passeport vert, quantité des produits polluants à bord  et comme il se doit, examiner de très près  des conditions de travail des Marins qui sont embarqués à bord du « CHRISTO XXIV ». Pour l’Association MOR GLAZ pas question de laisser repartir un tel convoi sans garanties qui feraient prendre des risques aux Marins du Remorqueur, à l’Environnement et aux Sauveteurs qui devraient intervenir !

L’Association MOR GLAZ demande une rigueur aux Administrations Civiles et Militaires Françaises avant de donner l’autorisation au convoi de reprendre la Mer : le 16 décembre 2016 deux navires de la société « MAERSK » sombraient au large des Côtes Bretonnes elles aussi elles partaient dans un chantier de déconstruction en Turquie remorquées par un navire vétuste. A l’époque Madame Ségolène ROYAL avait mis rapidement la Société « MAERSK » face à ses responsabilités.

Lorsque le convoi reprendra la Mer, l’Associations MOR GLAZ souhaite un bon voyage au Capitaine du Remorqueur « CHRISTO XXIV » et à son Équipage ! Mais cela pourrait être difficile à bord d’un tel navire.

Navire non visité par ITF. Mais 3 dernières visites des  Affaires  Maritimes en  Russie :   04/2021

Déficiences : Engins de sauvetage Inventaire des embarcations de sauvetage Pas conforme. Prévention de la pollution – MARPOL Annexe I 15 Dispositifs d’alarme PPM Inopérant.  Communications radio  Pas comme requis.  Cartes de sécurité de navigation non mises à jour. Sécurité de la navigation Boussole magnétique inopérante. Sécurité de la navigation Publications nautiques Non mis à jour. Lampe de signalisation de sécurité de navigation Inopérant. 2020  Espagne : Sécurité incendie : Moyens d’évacuation Pas comme requis. Clôtures autour de pièces de machines dangereuses: Matériel manquant  2019 Ukraine : Conditions de travail et de vie –Propreté de la salle des machines. Conditions de travail et de vie – Conditions de travail très Moyens. Accès au Navire dangereux.

 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

L’Association MOR GLAZ souhaite en toute objectivité communiquer sur le champ éolien qui va être implanté, imposé au large des Côtes Bretonnes puis ailleurs sur le littoral Français. Pourquoi les Pêcheurs se sont-ils si vite démobilisés sur un sujet aussi important, peut-être même vital pour le devenir de la pêche dans cette zone ?

L’Association MOR GLAZ n’est pas systématiquement  opposée à toutes les innovations, et modernités bien au contraire même, « et cela provoque des débats entre les Membres  du Bureau »  mais, encore faudrait-il, que ces innovations, présentées trop souvent comme des solutions miracles et nécessaires, ne suppriment pas d’autres activités contrôlées respectueuses de l’Homme et de l’Environnement. Il ne faut surtout pas non plus que ces « soi-disant » nécessités n’agressent, ni ne bousculent les fonds marins,  la faune et la flore au nom d’idéologies « de certitudes »  environnementales et autres qui n’en sont peut-être pas !

Il y aura certes les 62 éoliennes sur et à proximité du gisement de Coquilles Saint-Jacques, à 27 kms des Côtes Bretonnes. Une implantation qui va occasionner des chantiers importants, des tonnes de béton seront déversées à plus de trente mètres de profondeur, ce béton sera invisible, mais il sera bien là sous la Mer et déclaré inoffensif comme toujours. Puis  les souilles (sillons) qu’il faudra creuser pour enfouir les câbles conducteurs sur plus de 70 kms en cumulés ! Et tout ça pour produire moins de 10% de la consommation électrique des Bretons. L’Association MOR GLAZ, qui soutient la pêche Artisanale pour de bonnes et nombreuses  raisons, est  triste de constater que les Marins  Pêcheurs se soient aussi vite démobilisés, il y va pourtant de leur survie et de celle des fonds Marins dans cet espace qu’ils protègent depuis des décennies ! Cette zone sera soumise et  bousculée pour satisfaire quelques-uns.

L’un des Adhérents à L’Association MOR GLAZ homme d’Affaires Français connu écrivait –«   Cher Jean-Paul. S’agissant des éoliennes : je suis très opposé aux grandes éoliennes que ce soit sur terre ou en mer. Leur bénéfice écologique global est très faible voire négatif (cf. le bilan pour l’Allemagne de sa politique « verte » qui est un désastre en termes d’émissions de CO2). Et les grandes éoliennes sont toujours une pollution visuelle et un danger pour les oiseaux et par ailleurs, en mer, elles peuvent être dangereuses. Donc de petites éoliennes sur terre pourquoi pas … mais sur mer, à mon avis il faut se battre pour qu’il n’y en ait pas du tout. Les hydroliennes en sont à ma connaissance à un stade assez expérimental … Je suis de façon générale toujours partant pour que l’on cherche des technologies nouvelles, donc pourquoi pas étudier différents types d’hydroliennes… mais il faut être très rigoureux sur les études d’impact ( flore et faune) et par ailleurs je pense que le bilan financier va être désastreux ( elles vont s’encrasser, se couvrir d’algues etc….. et il va falloir en permanence aller les démonter et les réparer ou nettoyer …. sauf à faire le vide de toute vie autour d’elles et alors là ce serait un désastre !). A bientôt. Amitiés ».

Pour l’Association MOR GLAZ, ces chantiers n’apporteront pas d’emplois de Marins Français. Nous ne sommes plus certains, que cette solutions soit la bonne et qu’elle n’occasionne pas plus de mal que de bien y compris pour l’Environnement Marin. Est-ce une obligation de toujours vouloir se soumettre aux décisions de l’Union Européenne. L’Association MOR GLAZ déplore cette fois encore cette attaque contre les Pêcheurs Artisanaux. Une attaque contre la Mer car ne soyons pas dupe. Allons-nous d’ici quelques années assister à des voyages organisés en Mer afin d’observer et photographier ces champs d’éoliennes, en expliquant aux touristes ébahis que ces ventilateurs leurs permettront de consommer plus d’énergie que nécessaire !

Pour l’Association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ est attristée et endeuillée par le décès de notre Ami Marc BECAM adhérent depuis 2006.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à son épouse, ses enfants et toute sa famille.

Marc était un élu national, Sénateur, Député, mais aussi un élu régional, Maire de la ville de Quimper durant 12 ans, dans laquelle Marc a laissé diverses  empreintes et notamment ses fameux  ronds-points anglais, pas une seule rencontre sans qu’il en parlait.

Monsieur Marc BECAM et moi, nous avons passé des heures à parler de son parcours de syndicaliste agricole, de ses déboires et de ses victoires politiques, mais aussi du naufrage de l’AMOCO CADIZ survenu en 1978 au large de la Bretagne.

Marc avait reçu lors de cette catastrophe maritime les pleins pouvoirs du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing. A cette époque ils furent quelques-uns à décider de mettre en place un remorqueur de haute mer à Brest puis sur l’ensemble du littoral Français sous l’autorité des Préfets Maritimes.

Marc était pour moi un bon Ami, pour l’association MOR GLAZ, un conseillé de qualité dû à son parcours politique et aux importantes décisions qu’il avait été amené à prendre.

Le 27 mai 2010, nous avions passé ensemble une journée mémorable, visite de l’Abeille BOURBON puis la cérémonie à bord du porte hélicoptères JEANNE D’ARC. Ce jour-là il m’a donné des sueurs froides, il avait disparu, noyé dans la foule sur le quai du Commandant Malbert ! Imaginez-vous! …..et puis je l’ai retrouvé chantant le BRO GOZH MA ZADOU avec un groupe, en fin d’après midi  nous étions rentrés à Logonna, nous avions dégusté un petit verre, et il me fit découvrir son importante bibliothèque.

Marc tu laisseras ton empreinte positive tant dans le milieu Agricole que Maritime, ces deux activités qui font la Bretagne. Dans ton dernier courrier en 2020 tu avais toujours beaucoup d’humour…  Merci d’avoir été des nôtres.

le Président de l’Associatiion MOR GLAZ   Jean-Paul Hellequin

L’Association MOR GLAZ est satisfaite de l’obtention des marchés pour le remplacement des Remorqueurs Abeilles FLANDRE et LANGUEDOC âgées de 43 et 42 ans par la Société « LES ABEILLES ».

abeille languedoc
SONY DSC

Un premier succès Maritime pour le Groupe « ECONOCOM » qui a racheté la Société « LES ABEILLES » au mois de septembre 2020 au Groupe BOURBON.

SONY DSC

Les qualités des Équipages (souvent des Marins de proximité), des Personnels Sédentaires et Navigants, le savoir-faire et l’expérience reconnus depuis plus de 43 ans  au service des Marins du Monde sous l’autorité des Préfets Maritimes  auront vraisemblablement été parmi les critères retenus, nous ne pouvons que nous satisfaire du choix de l’Etat ! 

Enfin, la fin de procédures infinies, incompréhensibles, l’Association MOR GLAZ prônait pour des Remorqueurs neufs de qualité, performants en puissance de traction et nettement supérieure aux Abeilles BOURBON et LIBERTE. Une  capacité à accueillir des naufragés, mais, aussi à faire face au gigantisme des navires. Ces deux navires de type supplies une fois transformés devront satisfaire certes le Client qui est l’État et les utilisateurs que seront les Préfets Maritimes, nous comptons sur leur regard de professionnels et d’utilisateurs afin qu’il n’y ait pas d’économie lors de la transformation des deux navires pouvant remettre en cause certaines missions !

L’Association MOR GLAZ, sera très attentive aux navires supplies de moins de 10 ans, qui seront transformés pour secourir les Marins du Monde, les biens et diverses missions de service public.

Lorsque les nouveaux navires seront mis en service début 2022, aucune période d’essai ne sera, ne pourra être tolérée « autorisée ». Les navires devront être opérationnels dès la sortie du chantier qui sera chargé de la transformation des navires ! L’Association MOR GLAZ demande que les Chantiers soient Français, surtout ne pas copier les Armateurs qui se gavent d’aides publiques et qui construisent et entretiennent leurs navires à l’Étranger !

D’après nos informations, ces deux navires pourraient  être rachetés au Groupe  SIEM OFFSHORE, si c’était le cas, les navires de moins de 10 ans de ce grand Groupe Norvégien sont de bons navires, mais il faudra y mettre le prix pour les transformer en Remorqueur de sauvetage.

L’Association MOR GLAZ demande que lors des appels d’Offres pour transformer ces deux navires, que le  prix ne soit pas comme trop souvent  le seul critère. D’ailleurs selon certains des Adhérents de l’Association MOR GLAZ  il sera impossible de réaliser la moindre économie pour faire du neuf avec des navires âgés de 10 ans « il faudra donc y mettre le prix » aucun bricolage ne peut être toléré!  (voir sur le site MOR GLAZ les interventions sur ce sujet) !

                                                                                                                                                                         Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN