Un papier de la Journaliste Solenne DUROX pour le Journal le « PARISIEN » mis en ligne avec son autorisation ….

 

Économie

Guerre en Ukraine : «C’est le flou total»… la longue attente des marins des cargos russes bloqués en France

Dans le cadre des sanctions prises contre Moscou, les douanes françaises empêchent plusieurs navires russes de reprendre la mer. À Saint-Malo, l’équipage du Vladimir Latyshev est coincé depuis plus d’un mois, sans savoir quand il pourra repartir.

Le cargo russe Vladimir Latyshev et ses 12 marins sont bloqués depuis plus d’un mois dans le port de Saint-Malo sur décision des douanes. LP/Solenne Durox

2

2Solenne Durox 

Le 9 avril 2022 à 18h35

On le reconnaît de loin à son pavillon blanc bleu rouge. Long de 141 m, le cargo russe Vladimir Latyshev est bloqué dans le port de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) depuis le 2 mars. En provenance de Saint-Pétersbourg, il était venu décharger une cargaison de magnésie pour une société du groupe Roullier spécialisé dans la nutrition végétale et animale, avant d’être immobilisé sur ordre des douanes. Une décision prise dans le cadre du gel des avoirs lié aux sanctions décrétées par l’Union européenne envers les soutiens russes à la guerre en Ukraine. À bord, les douze marins, dont une femme, commencent à trouver le temps long. Ils l’occupent tant bien que mal en faisant de la maintenance, du nettoyage.

« L’équipage est pris au piège. À chacune de mes visites, le commandant semble de plus en plus nerveux », explique Laure Tallonneau, inspectrice de la fédération internationale des transports. C’est déjà la cinquième fois qu’elle vient à la rencontre de ces 12 marins âgés de 22 à 56 ans afin de s’assurer de leur bien-être et faire respecter leurs droits. Malgré la barrière de la langue — ils ne parlent pas tous anglais —, elle a réussi à savoir qu’ils sortent peu du navire mais sont heureusement payés par leur employeur et reçoivent des provisions. « Le problème, c’est qu’ils n’ont aucune perspective de départ et les douanes ne communiquent pas. C’est le flou total », ajoute Laure.

Comme le Victor Andryukhin, un autre cargo russe immobilisé à Marseille depuis début mars, le Vladimir Latyshev appartient à la société JSC GTLK dont l’actionnaire est la Fédération de Russie. Visé par la liste de sanctions, le ministre des Transports Vitaly Savelyev en était le président du conseil d’administration jusqu’à ce qu’il démissionne de ses fonctions au sein de l’entreprise le 5 mars selon l’agence de presse russe Interfax.

Les douanes condamnées à payer 100 000 euros

Parmi tous les navires contrôlés par les douanes françaises, il y en a un qui a eu plus de chance que les autres : le Pola Ariake. Retenu à Lorient (Morbihan) depuis fin février, il a pu reprendre le large le 28 mars après moult péripéties. Ce vraquier qui bat pavillon panaméen appartient à une filiale hongkongaise de JSC GTLK. Son armateur Pola Maritime avait saisi la justice et obtenu gain de cause le 18 mars. Le soulagement des marins n’avait été que de courte durée. Le lendemain, alors que le navire s’apprêtait à appareiller, les douanes étaient montées à bord pour le saisir.

« Elles ont occulté l’ordonnance rendue la veille et se sont opposées à la décision de justice », affirme Bertrand Costes, l’avocat de l’armateur. Ce dernier a dû réassigner en référé pour demander la mainlevée de la saisie. Le tribunal lui a une nouvelle fois donné raison et a, en outre, condamné les douanes à payer 100 000 euros de dommages et intérêts. Selon Me Costes, il est impossible de relier directement la filiale de GTLK à Vitaly Savelyev. « La notion de contrôle n’est pas prouvée. »

Les douanes ont fait appel. Président de l’association Mor Glaz qui défend les marins, Jean-Paul Hellequin ne comprend pas pourquoi la France est aussi « zélée » pour appliquer les sanctions. Geler ces navires n’est pas sans conséquences sur « les marins qui ont déjà subi la pandémie et qui vivent ensemble 24 heures sur 24 sur un bateau ». « La situation peut se dégrader. »

Alors que l’Union européenne a acté le 7 avril de nouvelles sanctions contre la Russie, dont la fermeture des ports européens aux navires russes, Jean-Paul Hellequin doute que cette dernière mesure soit efficace. « Beaucoup de navires battant pavillon russe sont en train de changer de pavillon. C’est très simple à faire, en moins de 48 heures, tout comme de changer de propriétaire. Il suffit de créer une boîte à lettres dans un paradis fiscal. » Sollicitée, la direction générale des douanes n’a pas souhaité répondre à nos questions.

 

Il y a quelques semaines, la Direction Générale de la Société Maritime P&O Ferries annonçait                             « avec grand regret l’arme à l’œil » la mise à quai de 800 Marins Britanniques, qu’elle devait licencier. Elle annonçait leur sac à 800 Marins pour employer un terme du passé (avoir son sac, le pire de tout pour un Marin) !

 

Une rupture d’amarre sous cette forme :« Veuillez noter qu’une annonce majeure sera faite aujourd’hui qui, grâce au soutien de notre actionnaire DP World, garantira la viabilité à long terme de P&O Ferries. » Voici le mail que les employés Navigants ont reçu. L’Association MOR GLAZ ne fera aucun commentaire sur la brutalité de cette  déferlante !

Le culot n’ayant aucune limite : « Il avait été demandé à tous les navires de décharger leurs passagers et leurs cargaisons et de se tenir prêts à recevoir de nouvelles instructions » précise aussi le mail. Des licenciements « des débarquements »  avec effet immédiat !

Les syndicalistes de la Société Maritime confirment que 800 Marins britanniques ont été licenciés « sur le champ » pour être remplacés par des Marins Colombiens, embauchés par une agence de travail intérimaire.

Pour l’Association MOR GLAZ, ces Sociétés de Manning qui sévissent dans le Maritime, sont souvent implantées dans des paradis fiscaux, elles ont parfois des règles peu ou pas respectueuses envers les Marins que l’Association MOR GLAZ dénonce avec force depuis des décennies. Peu importe la nationalité des Marins, d’abord du business sur leur dos. Ces pauvres Marins souvent corvéables à merci et qui quittent leurs proches durant des mois pour quelques Dollars dont une partie est ponctionnée par ces Sociétés de Manning.

La Société Maritime P&O vient de permettre toutes les dérives Sociales et une concurrence déloyale sur le trafic transmanche. Ces comportements doivent faire l’objet d’une mobilisation importante des Salariés du portuaire, une information de grande ampleur doit être effectuée auprès de ces Marins Colombiens, qui seront peut-être les prochaines victimes après les 800 Marins Britanniques balancés sur le quai !

Parce qu’il faut dire et écrire, ces mêmes technocrates montent au créneau pour nous expliquer, élucubrer, qu’il faudrait un Salaire minimum dans le transport Maritime Européen. L’Association MOR GLAZ est méfiante face à ces déclarations, qui en fait ne sont que des  annonces, qui n’aboutissent jamais. Les représentants « défenseurs »  des Marins ne font pas souvent l’objet des grands colloques, conférences et autres sommets, lors desquels, les Marins sont souvent les grands oubliés et pourtant pas d’échanges, ni d’activités Maritimes sans Marins.

Seuls les Armateurs sérieux peuvent décider du bien-être de leurs Personnels navigants. Les Dirigeants de la Société   P&O Ferries  viennent d’avoir le comportement d’un « pseudo-armateur » et d’un pavillon de complaisance, des comportements qui ternissent les activités liées au Maritime.

Et pourtant un mécanisme de fixation du salaire minimum mensuel pour les Matelots qualifiés est le seul au sein de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à fixer un salaire de base pour une industrie donnée, mais malgré cela, les Marins sont de plus en plus mal payés, il suffit pour cela de les rencontrer, de les écouter et de les observer pour comprendre. Les comportements de certains Armateurs sont scandaleux ! La Société Maritime P&O par ces comportements vient de changer d’univers !  Certains en rêvaient, eux l’ont fait au détriment des Marins en bafouant les règles !

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ est inquiète pour les Marins Russes et Ukrainiens embarqués à bord des navires propriété de  Russes  visés par les sanctions décidées par l’Union Européenne.

Le  cargo « POLA ARIAKE » est toujours saisi à Lorient par les Douanes Françaises.

Les salaires du mois de février 2022 n’ont pas été payés aux membres de l’Equipage de ce navire. Un Marin sans salaire, c’est une Famille qui souffre !

L’Agent de ce navire est désengagé. Les frais de port s’accumulent.

Pour l’Association MOR GLAZ, l’abandon est caractérisé. Quelle Administration va prendre en charge ces Marins, l’Association MOR GLAZ constate, que ces Marins sont les souffre-douleurs d’une situation qui ne doit pas, ne doit pas s’éterniser ! Tous les Marins du Monde doivent être traités avec un grand respect.

Le Tribunal de Lorient devrait rendre sa décision ce 25 mars 2022 dans la matinée sur le départ ou pas du «POLA ARIAKE». La levée de la saisie permettrait le départ du navire, ce  serait une heureuse nouvelle pour les Marins, mais encore faut-il qu’ils touchent leurs salaires avant le départ !  

Autre situation du cargo « VLADIMIR LATYSHEV » à Saint-Malo dont le compte d’escale n’a jamais été approvisionné. Situation qui peut rapidement devenir encore plus dramatique !  

 Le règlement Européen prévoit la possibilité de débloquer des fonds afin de gérer ces tristes situations humaines. L’Association MOR GLAZ croit savoir que le Secrétariat Général de la Mer aurait les compétences afin de dénouer rapidement ces situations qui deviennent ingérables, pour en avoir souvent rencontré nous savons qu’il faut agir très vite.

Tout doit être mis en œuvre afin de pouvoir effectuer le paiement des salaires ainsi que tous  les frais engagés lors des escales de ces navires propriété d’Armateurs Russes visés par les sanctions.

A bord des autres « non gelés » en escale, les salaires de février des Marins Russes ne sont pas versés.

Les banques gelées  pourraient-elles également, à titre dérogatoire,  payer les salaires ?

La position de l’Association MOR GLAZ est inchangée, les Marins Russes et Ukrainiens doivent garder leurs droits.

Tous les Marins Russes et Ukrainiens qui se trouvent dans ces situations difficiles pour eux et leurs Familles doivent être traités sans aucun apriori. L’Association MOR GLAZ depuis plus de vingt ans défend tous les Marins, nous comptons sur l’impartialité de celles et ceux qui devront régler ces douloureuses situations !

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le cargo Russe le « POLA ARIAKE » « gelé » « bloqué » dans le port de Lorient en Bretagne depuis le 3 mars 2022 pourrait repartir dans la journée du 19 courant.

 

L’Association MOR GLAZ est satisfaite pour les Marins qui sont embarqués à bord de ce navire. Cet Equipage de Marins tous Russes d’après nos informations, ne sont responsables de rien eux, et surtout pas de ce conflit.

L’Association MOR GLAZ salue toutes celles et ceux qui se sont mobilisés afin que ces Marins puissent être « libérés » d’une délicate situation et reprendre la Mer et poursuivre leur missions essentielles, celles de permettre les échanges ! Cependant une précision importante, la décision de « dégeler » le « POLA ARIAKE » est une décision du Tribunal Judiciaire de Lorient, en effet ce navire n’appartient pas au Ministre des Transports Russe, mais, à la Fédération de Russie, et la Russie n’est pas mentionnée dans la liste des personnes sanctionnées, en effet nous n’avions pas tout le dessous des cartes !

 -« Prendre des décisions de geler les navires dans les ports est une chose, pour l’Association MOR GLAZ un heureux dénouement pour les ces Marins et leurs Familles. Les Marins seraient-ils Russes, ils ne doivent pas être les premiers naufragés  de la première puissance Mondiale, que sont les activités Maritimes ».

Pour l’Association MOR GLAZ, la situation des Marins est trop souvent déjà très difficile, ne doit jamais se transformer en situation ingérable, ni inhumaine pour eux.  Cette période, peut être une occasion de mieux contrôler certains navires durant ces escales prolongées !

Derrière les activités Maritimes Mondiales, se cachent souvent des « oligarques », il suffirait  de chercher un peu, souvenons-nous du naufrage du « PRESTIGE » et de ces « ses » 63 000 tonnes de « pétrole » au large de la Galice le 13 novembre 2002. Ces oligarques ne sont pas que des propriétaires de somptueux yachts, ils sont aussi très présents dans les activités Maritimes et des dérives: pavillons de complaisance, dérives Sociales, paradis fiscaux et autres…Leur présence dans la première activité Mondiale leur permet certainement l’acquisition de ces yachts et autres biens !

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/C : SGMER, Direction des Affaires Maritimes, Ministère de le Mer

Pour la énième fois, l’Association MOR GLAZ s’inquiète de la situation que pourraient rencontrer rapidement les Marins Russes, Ukrainiens et autres nationalités qui sont embarqués à bord de navires propriété de la Russie ou sous pavillon de ce pays ! Prendre des décisions de geler les navires dans les ports est une chose, mais quelles seront dans quelques jours les situations de ces Marins et de leurs Familles.  

 

L’Association MOR GLAZ, constate avec une certaine tristesse que lorsqu’un maillon de la chaîne du transport Maritime cède, et que le navire part à la dérive, que c’est toujours au détriment des pauvres Marins, qui sont les premiers naufragés, de la première puissance Mondiale.

Que va-t-il se passer le long des quais dans les ports dans lesquels sont accostés « gelés » des navires Russes, ou ayant des intérêts avec ce pays ?

L’Association MOR GLAZ est très inquiète pour la situation des Marins Russes et autres, embarqués à bord de ces navires gelés par les Douanes Françaises.

L’arrêt de l’activité de ces navires, risque de devenir rapidement des situations ingérables pour les Autorités portuaires,  Agents et autres !  Pour l’Association MOR GLAZ, celles et ceux qui prennent ces décisions doivent déjà anticiper afin de les assumer et faire face aux conséquences du gel sur les Marins dont les droits eux, ne sont pas gelés (salaires, rapatriement, sécurité etc..).

Si l’Etat étendait le gel à tous les navires d’intérêt Russe, nous allons vers le risque d’abandons des navires et des Equipages.

L’Association MOR GLAZ, aimerait connaitre concrètement les engagements de l’Etat Français, et  de l’Union Européenne en faveur des Marins, de tous les Marins qui vont rencontrer ces situations.

Pour l’Association MOR GLAZ, la situation des Marins ne doit pas se transformer en situation ingérable, ni inhumaine pour eux.  Cette situation doit être gérée par l’Administration la plus compétente et la plus rigoureuse, elle devra avoir des pouvoirs étendus afin de prendre les meilleures décisions en temps réel. Cette Administration devra être humaine, et, elle devra traiter tous les Marins de la même manière Sociale sens apriori. 

 Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ, apporte tout son soutien au plus de 274.000 Marins Russes et Ukrainiens, ces Marins représentent quasiment 15% des Marins du Monde ! Plus de 198.000 Russes et 76.000 Ukrainiens recensés, sans eux tout change, circulation des produits de première nécessité et autres.

 

Pour  avoir assisté plusieurs de ces Marins en difficultés, en Mer et le long des quais, nous savons, MOR GLAZ sait que ces Marins (Femmes et Hommes) forment des Equipages qui s’entendent depuis bien longtemps, la seule condition pour la bonne marche d’un navire en Mer et au port. Ces Marins pourtant parfois exploités, sur des vieux navires dans des conditions difficiles font toujours face, ils bravent ensemble des tempêtes météorologiques et Sociales, ces Equipages forment une chaine qui ne se rompt jamais, vous devez continuer.

Pour l’Association MOR GLAZ  les Equipages formés de Russes et d’Ukrainiens  doivent être bien traités par les Armateurs, tous les Armateurs  et les Sociétés de Manning, certains Marins souhaiteront peut-être rentrer chez eux, ou alors feront ils un autre choix. Selon le choix,  tout doit être mis en œuvre pour rendre la vie de ces Marins la meilleure qui soit. Pour l’Association MOR GLAZ, les Marins qui souhaiteraient rentrer chez eux, ils doivent être aidés, toutes les possibilités doivent-être étudiées puis mises en place !

Cette photo prise hier à Brest à bord du  navire « BBC BELEM » en escale,   un Marin Ukrainien entouré de deux Marins Russes

Les Marins seraient-ils plus intelligents que les faiseurs de guerre et que toutes celles et ceux qui ne peuvent empêcher ces conflits meurtriers ?

Marins restez unis, soyez solidaires les uns des autres, peu importe votre nationalité, cette fois encore restez en Equipage,  montrez que n’est pas Marins qui veut. MOR GLAZ vous souhaite beaucoup de courage, ne vous laissez pas abreuver par des discours de haines, le « un »  navire doit toujours garder le bon cap. vous Marins vous devez vous entendre, vous devez montrer au Monde que vous êtes des Femmes et des Hommes de paix, des Gens différents et si utiles aux autres !

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’insécurité au nom de la concurrence : L’Association MOR GLAZ apprend que sur la demande des chantiers de réparations navals Damen à Brest, Dunkerque et Marseille, qu’un arrêté serait en préparation au Ministère de l’Ecologie afin de modifier le Règlement des Ports Maritimes (RPM). Pour MOR GLAZ cette modification remettrait en cause la sécurité des Salariés, des Marins embarqués sur ces navires, mais pas seulement, il remettrait également en cause la sécurité des populations (Résidants, Commerçants et toutes  les activités humaines comme à Brest par exemple).

 

L’insécurité au nom de la concurrence :

L’Association MOR GLAZ apprend que sur la demande des chantiers de réparations navals Damen à Brest, Dunkerque et Marseille, qu’un arrêté serait en préparation au Ministère de l’Ecologie afin de modifier le Règlement des Ports Maritimes (RPM). Pour MOR GLAZ cette modification remettrait en cause la sécurité des Salariés, des Marins embarqués sur ces navires, mais pas seulement, il remettrait également en cause la sécurité des populations (Résidants, Commerçants et toutes  les activités humaines comme à Brest par exemple).

La modification de ce texte remettrait en cause le fait qu’un navire transportant des marchandises dangereuses doit avoir ses citernes (cuves) vides et nettoyées avant d’entrer en cale sèche. Le RPM  modifié permettrait aux navires citerniers d’entrer en cale sèche encore chargés ou contenant des résidus de matières dangereuses comme le pétrole et le Gaz Naturel Liquéfié (GNL). Est-il nécessaire de rappeler que le GNL est inflammable et dangereux et que ces navires citerniers sont dans la catégorie des très grands et dangereux navires !

Au nom de la concurrence toute « UBUESQUERIE » est-elle acceptable, pour l’Association MOR GLAZ ce projet d’arrêté doit sombrer avant même d’arriver sur le bureau de la Ministre qui serait bien capable de le signer !

L’Association MOR GLAZ dénonce toute pratique qui met en danger les Citoyens, les Salariés des chantiers et les Marins. La Sécurité des navires lors des arrêts techniques, doit être optimale, elle doit être sans faille la vie des Employés, des Équipages et des Riverains selon la situation des  Ports en dépend. L’Association MOR GLAZ  est  forcément complétement opposée à la modification du RPM (se réfugier derrière la concurrence pour remettre en cause certaines règles est absurde, et ubuesque). MOR GLAZ est pour une sécurité Maritime optimale en Mer au port  et plus encore lors des arrêts techniques pour tout type de navire, surtout lorsque les chantiers et les quais sont à proximité des habitations et des activités humaines.

En 2013 l’Association MOR GLAZ avait rencontré le Ministre de l’industrie Arnaud MONTEBOURG sur la sécurité concernant le port de Brest, 9 ans plus tard, nous ne pouvons pas changer de cap, ni écrire le contraire. Toute la sécurité doit-être respectée,  renforcée lorsqu’un navire entre dans un port, en réparation n’en parlons pas, tout doit être fait pour éviter tout accident, aucune ambiguïté pour l’Association MOR GLAZ. Pour l’Association MOR GLAZ la Sécurité Maritime commence, dès que le navire arrive sur rade, pris en charge par de bons Pilotes qui connaissent bien le port, des Remorqueurs portuaires en nombre suffisants et puissants, des Lamaneurs bien formés, des chantiers qui respectent toutes les règles  Sociales, Environnementales et de Sécurité, une bonne organisation de lutte contre les incendies et des plateformes hospitalières si nécessaires, d’ailleurs tous les ports remplissent-ils ces critères ?

Pour l’association MOR GLAZ                   Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

c/c : Cabinet du Premier Ministre, Direction des Affaires Maritime, Secrétaire Général de la Mer

 

LES ARRIMAGES MARITIMES SUR PORTE CONTENEURS Revue Maritime N° 506 page 54 à 57 Un bon arrimage est une condition majeure de la bonne conduite de tout navire, sa sécurité et celle de sa cargaison en dépend :

 

La logistique en mer hier

  • Arrimage en breton : notamment pour les fûts, qui sont arrimés en longueur, en bout de cale si la longueur n’est pas suffisante pour placer un fût supplémentaire, on arrime une dernière rangée de fûts « en breton » c’est à dire en travers.
  • Dans les voiliers les hamacs aussi étaient « en breton» on y dort mieux, le navire appuyé par ses voiles a moins d’effets dus au roulis, qu’à ceux du tangage.
  • Sur les « petits » navires actuels les couchettes sont souvent en breton, pour l’équipage on case ainsi davantage de cabines ! Mais avec le gigantisme c’est de moins en moins courant , en effet il est plus confortable de dormir dans le sens longitudinal avec au besoin bottes et cirés de chaque côté sous le matelas, il m’est même arrivé de mettre le matelas entre la cloison et le lit pour y former une gouttière se rapprochant de la forme du hamac.
  • Il y avait encore des hamacs dans les années 1950 et 1960 dans certaines Écoles d’apprentissage maritimes, dans la marine nationale aux incorporations du service militaire, sur La Duchesse Anne, le Tourville à Brest…
  • Les pontées de billes de bois ne laissaient aucun vide le tout s’auto-arrimait et était saisi.
  • Dans les cales, les chargements de divers s’auto-bloquaient, jusqu’à charger à barroter, par l’utilisation maximum des volumes mais surtout le blocage du chargement qui se trouve en dessous.
  • Même principe de blocage dans les grains en vrac avec les bardis et les feeders, chargement recouvert d’un ou deux plans de grains en sac pour tasser le grain et stabiliser la surface !
  • Même principe avec le cloisonnement latéral des pétroliers et leur cuve d’expansion, summer tank.
  • L’obligation d’écrêter et de repousser dans les 4 coins de cales (trimming), les tas de minerai, charbon et autres produits déversés en vrac au centre des cales  par les goulottes des tapis roulants.

 

La logistique à terre hier et aujourd’hui

  • Oubliées les charrettes aux plateaux incurvés (creux longitudinal), oubliés les camions de livraison des bougnats charbonniers et marchands de vins : grâce à ces plateaux incurvés les sacs de charbon et les caisses de bouteilles se bloquaient, se verrouillaient le long de l’axe longitudinal. Les caisses n’étaient pas en long, mais en large, plus faciles à prendre sans doute mais surtout beaucoup plus stables dans les virages sur ces plateaux alors sans ridelles.
  • Actuellement pour des parcours sans doute limités, des palettes peuvent être chargées par élévateur et alors il y des vides de chaque bord, le chargement n’est pas toujours suffisamment arrimé pour tout bloquer latéralement : résultat dans les courbes, en particulier des accès autoroutiers, la force centrifuge opère en toute innocence ! Combien d’accidents ? Oubli des enseignements du passé !

L’expérience, la mémoire… tout serait-il oublié ?

Constats étonnants :

  • Pour le moment les assureurs semblent admettre supportable le pourcentage actuel de perte ! Mais pendant combien de temps encore ? Surtout en cas de perte totale.
  • Les angles de chavirage statique sont de 42° pour tout conteneur en long ; de 57° pour un 20 pieds en travers, de 67° pour un trente pieds et de 72° pour un 40 pieds ! Un porte conteneur gite rarement de plus de 42° donc statiquement rien ne devrait se désarrimer, ce sont donc la dynamique et les vides qui causent les désarrimages. Passer de 42° à 57° à 67° et à 72° offrirait une nette diminution des risques.
  • Les conteneurs sont partout arrimés en long ! Le roulis impose aux conteneurs des mouvements plus importants que le tangage, occasionnant des contraintes plus importantes, le banal bougnat qui livrait son charbon ou son vin n’aurait jamais fait une telle erreur !
  • Les conteneurs ne sont pas empilés de façon homogène, il y a toujours des vides inadmissibles, là encore le bougnat n’aurait pas fait une telle erreur !
  • Seules les deux rangées inférieures sont solidarisées en croix et même souvent une seule et sur les extérieurs seulement !
  • Dans les hauts, aucun verrouillage autre que les twist-locks.

Encore tout l’inverse de l’expérience !

L’arrimage des marchandises à l’intérieur des conteneurs

Les progrès sont constants mais seulement dans les conteneurs tant sur la conception que la résistance des matériaux. Les outils à la disposition de l’empotage sont

  • Coussins de calage gonflables
  • Bandes d’arrimage adhésive
  • Boucleries variées, tendeurs, sangles et feuillards
  • Bâches hautes résistances
  • Barres de calage
  • Filets
  • Tapis et patins antiglisse

L’arrimage des conteneurs à bord des navires

Il utilise des moyens eux aussi en progrès constants

  • Les glissières de cales parfois prolongées au-dessus du pont
  • Les pièces de coin et les sabots d’ancrage
  • Les cônes simples ou doubles – twist-locks automatiques ou semi automatiques
  • Des barres de saisies, ridoirs, œils et crocs.

Mais a-t-on-pensé que

  1. Les conteneurs auraient dû être mis en travers, en breton comme les caisses de vins du banal bougnat qui lui avait retenu les leçons du passé. Cela n’imposerait aucune modification pour les conteneurs et leur manipulation, il suffirait que les chantiers le propose, OMI et tous les utilisateurs ne devraient pas s’y opposer.
  2. La surface supérieure de la pontée devrait être rigoureusement plane sans aucun vide, au moins par rangées transversales de conteneurs, de la sorte pourrait être inventé un outil comme les coussins internes des « épingles» pour
  • – combler en la partie supérieure le vide entre deux conteneurs de même niveau dans le sens de la largeur du navire au moyen de ces « épingles » envisagées qui solidariseraient au moins les piles en abord par le haut.
  • – verrouiller entre elles chacune des piles adjacentes, piles actuellement au nombre de près de vingt dans chaque rangée transversales mais ramenées au tiers si les conteneurs étaient arrimés en breton..
  • Ces « épingles » devraient être composées de deux twist locks pour s’adapter sur les coins supérieurs adjacents et libres des conteneurs supérieurs. Il pourrait en exister composées de quatre twist locks dans le cas où seraient adjacents au même niveau quatre conteneurs de deux rangées différentes.

Incidences

La mise en breton posera peu de problèmes aux ship-planners mais pourra occasionner des manipulations donc des frais.

Le point 2 va obliger à manipuler ces « épingles », lors de leurs poses, leurs enlèvements par les spreaders et évidemment leurs stockages.

Les faces des extrémités des conteneurs dorénavant en abord, plus petites que les grandes faces latérales actuelles, sont normalement plus résistantes que les grandes faces latérales. Aussi arrimés en breton comme proposé, les conteneurs présenteront une surface latérale de l’ensemble du volume embarqué en pontée plus résistant qu’avec l’arrimage en long actuel. Les grandes faces arrière du chargement en pontée sont rarement menacées, restent alors les grandes faces, des conteneurs de l’avant moins nombreux, sont plus aisées à protéger par brise un lame adapté !

L’amélioration de la sécurité ne peut faire longtemps l’impasse sur ces propositions !

Les frais ainsi occasionnés seraient compensés par une diminution du nombre des avaries, et donc aussi des frais d’assurances…

René de Cayeux janvier 2016

 

1 pièce de coin

2 palonniers (Ndlr)

Réflexions fin mars 2016

  1. Il est évident que les épingles ont une grande utilité dans le système actuel des conteneurs en long tout comme pour les barres de saisies, ridoirs, œils et crocs utilisées dans les deux rangées au-dessus du pont. Avec un arrimage en breton, ces épingles pourraient n’être utilisées que pour les deux rangées des piles en abord.
  2. Les barres de saisies, ridoirs, œils et crocs conserveront leur utilité dans le système proposé « conteneur en breton ».                                                                                Les conteneurs sur le barge sont bien en long, c’est un effet de zoom optique qui pourrait faire penser le contraire, témoin les faces supérieures des conteneurs ont l’apparence de presque carrés.

René de Cayeux  mars 2016 décembre 2016

 

 

 

Réactions de lecteurs :

Où en sont les choses ?

Ces propositions sont-elles débattues « en haut lieu » ?

A l’Organisation Maritime International  ou ailleurs ?

Qu’en pensent les armateurs ?

Qu’en pensent les manutentionnaires ?

Quels seraient les coûts de leurs applications ?

Les méthodes actuelles sont-elles appliquées partout dans le monde ?

Qu’a démontré exactement le Vendée Globe ?

Quelles sont les pertes exactes de conteneurs ?

Existe-t-il des statistiques fiables ?

Les assureurs les divulguent-elles ?

 

 

 

Quatre conteneurs déclarés perdus au large de la Bretagne par le porte-conteneurs « WEC VAN EYCK » battant pavillon Chypriote.

Quatre conteneurs déclarés perdus au large de la Bretagne par le porte-conteneurs « WEC VAN EYCK » battant pavillon Chypriote.

Un sujet que l’Association MOR GLAZ aurait souhaité voir abordé lors du Sommet International sur la prévention des Océans qui se tenait à Brest il y a quelques jours !

Sujet zappé par les organisateurs qui préfèrent faire du people et oublier un sujet aussi sérieux que celui-là.  Nous comptons sur les Armateurs sérieux pour remédier à ces pertes de conteneurs qui forcément polluent de manière invisible, et qui sont dangereux, très dangereux pour les petits navires lorsque qu’ils restent à fleur d’eau et bien plus encore la nuit sur des navires où le quart est souvent mal « peu »  assuré par cause d’effectifs insuffisants, fatigue etc…  ! Ces pertes de conteneurs peuvent atteindre parfois la crête de la vague, en dépassant plus de 1800 en une seule fois !

L’Association MOR GLAZ, demande aux Autorités Civiles et Militaires Françaises d’obtenir rapidement les documents du bord afin de connaitre le contenu de ces quatre conteneurs passés par-dessus bord. L’Association demande  que l’Armateur du « WEC VAN EYCK » et l’Etat du pavillon « CHYPRE » soient en obligation de les localiser, et de les récupérer, la Mer n’est pas une poubelle !

L’Océan, reste certes un espace de liberté, mais cet espace doit-être protégé, protégé contre toutes les pollutions et la perte des conteneurs en fait partie !

L’Association MOR GLAZ soutient la mise en demeure du Préfet Maritime de l’Atlantique, il faut aller jusqu’au bout de la procédure ! Il y a pollution, il y a aussi dangerosité pour les navires de pêche qui eux ne prennent pas la Mer pour le plaisir, navires sur lesquels les Marins peuvent parfois  être moins vigilants car fatigués par le métier.

Les Autorités Espagnoles doivent être intransigeantes sur l’état du navire, sur les causes de ces pertes de conteneurs, sur les conditions Sociales des Marins du « WEC VAN EYCK ». Sur ce navire, qui assurent l’arrimage des conteneurs, quel est l’effectif, et les conditions de travail ?……

 Pour l’Association MOR GLAZ            Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Compte rendu de la réunion du Bureau de l’Association MOR GLAZ qui se tenait  à  Brest au Pôle Social Maritime quai de la Douane le 16 février 2022.

Ouverture des travaux 10h30

Etaient présents :

Jean-Paul HELLEQUIN Président

Laure TALLONNEAU   Trésorière

Danielle HELLEQUIN    Trésorière Adjointe

Michel GLEMAREC       Vice-Président

Bernard Le BIHAN          Vice-Président

Excusés :

Françoise GAILL            Membre du bureau

Christian BUCHER        Vice-Président

Christian BUCHET        Membre du bureau

 

Landerneau le mercredi 16 févier 2022

Bilan des 2 années écoulées 2020/ 2021 :

 

Le bilan de la trésorerie est positif.

Un compte courant aux bilans positifs aux 31 décembre 2020 et 2021 qui nous permettent de fonctionner tout au long de l’année  et de concrétiser nos ambitions.

A ce jour les Adhésions sont de 190, un retard pris par une mauvaise distribution des cartes de vœux accompagnées des bulletins d’adhésion 2022 ( nous allons devoir effectuer un rappel ceci aura forcément un coût). 

La mobilisation de l’Association reste toujours la même indéfectible (sans faille) sur de nombreux sujets y compris portuaires, tel que le maintien et le développement de la zone portuaire au 1er Eperon du port de Brest.

Durant ces deux années de pandémie, l’Association MOR GLAZ a toujours été sur le front Maritime afin de défendre au mieux les Marins, tous les Marins et les dossiers Maritimes qui nous paraissaient les plus urgents, les plus Sociaux et Environnementaux.

Lors du Sommet International sur la préservation des Océans, nous avons fait connaitre (savoir)  via les médias, notre Site MOR GLAZ  (FACEBOOK, TWITTER et LINKEDIN) les points oubliés,  notre vision afin de préserver les Océans !

La perte des conteneurs est un vrai sujet, une vraie problématique,  nous allons nous y atteler en nous servant de nos leviers et de nos relations, nous savons que certains Armateurs nous suivront.

Notre  participation à la conférence organisée en parallèle du Sommet par le Groupe Navaleo sur la déconstruction et le recyclage des navires, nous aura démontré que l’Association MOR GLAZ a eu raison de maintenir la pression, face  aux détracteurs et autres qui n’en voulaient surtout pas à Brest ! Une activité industrielle respectueuse de l’Homme et de l’Environnement sur les ports reste la priorité pour l’Association MOR GLAZ !

Nous pensons qu’après avoir milité pour des Remorqueurs de haute Mer plus puissants, plus adaptés  face au gigantisme des navires et autres nouvelles missions,  que l’un de ces deux Remorqueurs dans le giron du Groupe « ECONOCOM » depuis le mois de septembre 2020 avec ses 285 tonnes de traction devrait être positionné à Brest pour des raisons évidentes…. il suffit pour cela de refaire l’historique depuis la marée noire provoquée par le pétrolier « AMOCO CADIZ » en 1978 pour comprendre  notre souhait,  nous allons d’ailleurs le suggérer à l’affréteur (utilisateur) qui est l’Etat.

Nous pensons également que l’un des Remorqueurs Abeille Flandre ou Languedoc devrait après des réparations sérieuses retrouver une place afin de protéger le Golfe de Gascogne qui est sans protection depuis le mois de septembre 2011, plusieurs Elus avaient mené ce combat à nos côtés durant plusieurs années.

Pour l’Association MOR GLAZ, les Marins Etrangers ne font pas l’objet des priorités qu’ils mériteraient de la part des Autorités portuaires et ce partout dans le monde.

Les membres du bureau présents se sont fixés des objectifs (rencontres, conférences etc….). L’Association MOR GLAZ reste avant tout une Association libre et indépendante.

Je vous remercie toutes et tous de votre attention.

Procès-verbal approuvé à l’unanimité des présents qui sera déposé à la sous-préfecture de Brest.

Le Président et rédacteur du Compte-rendu        Jean-Paul HELLEQUIN