L’association MOR GLAZ déplore la collision survenue le 2 août 2005 entre un porte conteneurs et un cargo au large des côtes Bretonnes sans victime ni pollution. · Qu’est ce qui n’a pas bien fonctionné sur l’un des deux navires p

Qu’est ce qui n’a pas bien fonctionné sur l’un des deux navires pour qu’il y ait eu abordage du porte conteneurs le  » SIERRA EXPRESS  » battant pavillon Grec par le cargo  » DOGGER  » battant pavillon Bahamas.

Le  » DOGGER  » (navire abordeur) est un vraquier de petite taille. Ce type de navire est des plus dangereux par leur conception ainsi que par les effectifs des équipages souvent réduits au minimum pour des raisons  » économiques « .

l’association MOR GLAZ a à plusieurs reprises attiré l’attention des pouvoirs publics sur les cadences de travail sur ces navires caboteurs.

Le  » SIERRA EXPRESS  » avait-il signalé sa position…… (43’22N 4’29W) et son arrêt pour effectuer des réparations…….dans cette zone très fréquentée par où transitent en moyenne chaque année plus de 142Millions de tonnes de marchandises à bord de plus de 54 000navires.

Tout navire stoppé représente un véritable danger pour la navigation. Un navire stoppé pour avarie dans cette zone devrait avoir l’obligation de se signaler et faire l’objet tant des autorités Britanniques que Françaises d’une attention toute particulière et rigoureuse y compris par beau temps.

L’association MOR GLAZ

demande que cette zone soit encore mieux surveillée

demande une meilleure formation des équipages internationaux

demande des effectifs suffisants sur tous les navires, et plus particulièrement sur les caboteurs.

Rappelons que dans ces zones dangereuses la législation internationale oblige le doublement du personnel de quart à la passerelle.

Pour une meilleur sécurité maritime, tous les moyens modernes et notamment le système anti-collision mis au point par la société Sea-On-Line devrait équiper tous les navires.

Le transport maritime reste un danger permanent dans cette zone au large de la Bretagne.

Le président de l’association Mor Glaz        Jean-Paul Hellequin

Transporter ce qui nous est présenté comme l’avenir «énergétique » le moins polluant à bien failli pourtant polluer la Mer à quelques milles de l’île de Groix dans le Morbihan ….

Photo MOR GLAZ

Une nuit certainement agitée pour les Marins Sauveteurs du Remorqueur « Abeille BOURBON »  la nuit du Samedi 22 au dimanche 23 octobre 2022. Mais très certainement aussi pour l’Equipage du cargo « HANJIN PIONEER ». Ce cargo  a été remorqué vers le port de Lorient  suite à une avarie de gouvernail survenue au large de l’île de Groix.

L’Association MOR GLAZ dénonce le manque de vigilance,  et une certaine  légèreté pour transporter des « pales d’éoliennes » sur un navire en si mauvais état que ce cargo « Coréen ».

Photo MOR GLAZ

Cargo  immobilisé par le Centre de Sécurité des Navires (CSN)  de Lorient, et pas que pour des babioles (d’ailleurs le Capitaine du cargo ne voulait pas entrer au port de Lorient, un signal fort que connait bien l’Association MOR GLAZ). Transporter ce qui nous est présenté comme l’avenir «énergétique » le moins polluant à bien failli pourtant polluer la Mer à quelques milles de l’île de Groix dans le Morbihan ….

Le cargo  « HANJIN PIONEER » armé par 19 Marins en provenance de « Malte »  se rendait au port de «Cuxhaven »  en Allemagne. Comment ce navire a-t-il pu quitter Malte dans un tel état, et aurait-il pu quitter le port de « Cuxhaven » après sa livraison ?

L’association MOR GLAZ dénonce le manque de vigilance de « sérieux »  des affréteurs, des Assureurs, et autres  qui affrètent ce type de navires, avec d’après nos informations des Equipages en manque de formation ou de professionnalisme.

L’Association MOR GLAZ suivra de très près la suite qui sera donnée à cette escale forcée. Pas un seul navire en mauvais état ne devrait pouvoir naviguer ici ou ailleurs, pensons aux Equipages qui sont à bord de tous ces navires beaucoup trop nombreux !

Pour l’Association MOR GLAZ, trop de dérives, trop de pseudo-armateurs, trop de Sociétés de classification, trop de services complaisants dans les ports, pas assez de contrôles sérieux des navires et des Equipages !

La première activité Mondiale doit être mieux « plus » surveillée, elle devrait aussi s’imposer une certaine discipline.

 Pour l’Association MOR GLAZ           Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

D’après nos informations, le remorqueur « ROTA ENDURANCE » et la plateforme de forage pétrolière «OCEAN PRINCESS »  qui part à la casse  en Turquie, au « chantier » de « ALIAGA » s’apprêterait à reprendre sa route après avoir passé plusieurs jours en baie de Seine pour des raisons « officielles » de logistique. Pour l’Associations MOR GLAZ un motif comme un autre, mais, pas aussi clair qu’évoqué ». Toujours d’après nos informations, ce convoi « n’avait » de toute manière pas de place à quai dans le port du Havre même s’il avait souhaité s’y rendre.

 

Ce genre de remorquage est toujours risqué tant au Port qu’en Mer  et plus précisément en cette période hivernale dans notre secteur !  Voyage risqué pour de nombreuses raisons comme évoquées dans notre communiqué du 19 octobre 2022 .

Si le convoi devait poursuivre sa route, nous souhaitons un bon voyage au Commandant du remorqueur « ROTA ENDURANCE » et à son Equipage. Tous les Marins doivent rester solidaires, nous faisons les mêmes métiers, mais pas forcément dans les mêmes conditions.

L’Association MOR GLAZ  a une pensée pour toutes celles et ceux qui devront rester vigilants et avoir toujours un œil rivé sur l’écran radar afin de porter une attention particulière sur ce convoi, les Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) premier maillon de la Sécurité Maritime. Une pensée aussi  pour les Personnels Civils et Militaires des trois Préfectures Maritimes.

Bon courage aux Equipages des remorqueurs de la Société « LES ABEILLES INTERNATIONAL » s’ils devaient récupérer la plateforme …. Dans le Golfe de Gascogne, aucun moyen de sauvetage n’existe pour lui porter secours sans démunir d’autres zones, une mauvaise décision prise par le Gouvernement Français en septembre 2011 !!!

L’Association MOR GLAZ demande pourquoi tous ces déchets ne sont-ils pas recyclés au plus près lorsque cela est possible.

Nous nous imaginons l’état de cette plateforme et les déchets qui doivent se trouver à bord. Une pensée aussi pour celles et ceux qui devront déconstruire cette plateforme en Turquie dans des conditions sous normes, espérons que les Associations se mobiliseront en Turquie afin d’éviter son arrivée à « ALIAGA ».

Pour l’Association MOR GLAZ, tous les Salariés partout dans le Monde doivent être protégés de la même façon lorsqu’ils effectuent des travaux comme ceux-là !

Le  Naufrage de deux coques de navires type Supply au large de la Bretagne, appartenant à l’armateur Danois MAERSK avait marqué les esprits. L’Armateur fut mis face à ses responsabilités par la Ministre Madame Ségolène ROYAL ! 

Des remorqueurs sous normes, peu ou pas  adéquats restent une vraie problématique pour effectuer ces missions très dangereuses avec  des contrats négociés toujours au plus bas.

 Pour l’Association MOR GLAZ                          Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Un communiqué de nos Amis de l’Association Robin des Bois signale un convoi à risque dans la Manche, dans quelques jours si  tout va bien, ce convoi sera au large de Brest et quelques heures plus tard dans le Golfe de Gascogne (où aucun moyen de sauvetage existant ne pourra lui porter secours). Pourquoi ce convoi est à risque pour les Marins du Remorqueur, pour l’Environnement, pour la Sécurité Maritime et dangereux  ici et ailleurs :

 

Le remorqueur « ROTA ENDURANCE » bat pavillon aux « Iles Marshall » un paradis fiscal par excellence, il permet dans le secteur Maritime toutes les dérives Sociales, de Sécurité et Environnementales. Être immatriculé « aux Îles Marshall » permet de payer nettement moins d’impôts – les pseudo-armateurs ne doivent verser pratiquement aucune taxe sur leurs bénéfices. Mais ce n’est pas le seul avantage. – « Ce qui est moins évident et en fait plus important, c’est qu’un pavillon de complaisance permet au pseudo-armateur du navire de fonctionner en gardant la main dans énormément de domaines : la main d’œuvre (via les sociétés de Manning), les règlementations en matière d’environnement et de sécurité… Le coût des Equipages de ces bateaux est extrêmement bas, et lorsque la situation se complique, les Equipages peuvent même se retrouver abandonnés au bout d’un quai. En conséquence, plus des trois quarts de la flotte Mondiale est sous pavillon de complaisance ».

Ce merveilleux « Remorqueur » détenu le 1er octobre 2022, a au bout de sa remorque la plateforme de forage pétrolière «OCEAN PRINCESS »  qui part à la casse  en Turquie, au « chantier » de « ALIAGA » labellisé par l’Union Européenne, et pourtant… ce chantier ressemble  aux chantiers de démolition de vieux navires  du « Bengladesh ».

Pour se rendre en Turquie, le voyage risque d’être long, les risques aussi, les conditions météorologiques en cette saison étant défavorables ! Afin d’effectuer ce type de remorquage, il faut des remorqueurs fiables, avec des Equipages performants, formés à ces remorquages océaniques, des Marins en nombre suffisant pour faire face à toutes les éventualités, ces navires doivent être contrôlés par des Inspecteurs sérieux et indépendants, des Assureurs plus rigoureux !

Les Préfets Maritimes, et le tout nouveau Secrétaire Général de la Mer doivent être particulièrement vigilants et attentifs à ce convoi, ils ne doivent faire prendre aucun risque aux Marins du remorqueur et aux autres, ni à l’Environnement. Les Autorités  doivent être capables  et refuser la poursuite du voyage à ce convoi s’ils jugent qu’il est dangereux (et il l’est). Le Capitaine du remorqueur d’après le tracé de Marine traffic parait hésitant sur son cap, ou alors rencontre-t-il d’autres difficultés à bord ?

Souvenons-nous du Naufrage de deux coques de navires type Supply au large de la Bretagne, appartenant à l’armateur Danois MAERSK. Du  pétrolier Russe « VARZUGA » à la dérive au large de Cherbourg après avoir cassé sa remorque (en déconstruction et recyclage en ce moment à Brest).

Des remorqueurs sous normes, ou pas adéquats restent une vraie problématique pour effectuer ces missions très dangereuses et des contrats négociés au plus bas.

 Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Total soutien de l’Association MOR GLAZ au Capitaine Achille MARTIN-GOUSSET.

 

Lors du point presse du 10 octobre 2022 l’Association MOR GLAZ, avait affiché sa colère et sa détermination  face aux comportements de la « Société Maritime Océane » à l’encontre de son Capitaine licencié contre l’avis de l’Inspection  du Travail, et un Classement Sans Suite   qui avait été décidé par le Procureur de la République de Brest. Ce Classement Sans Suite  équivaut à l’arrêt d’investigations et de procès au motif d’absence d’infraction.

Le 21 octobre, la Cour Administrative d’Appel de Nantes examinera la légalité de la procédure de licenciement au regard de ces nouveaux éléments.

L’Association MOR GLAZ dénonce le rapport à charge du BEA Mer.

L’Association MOR GLAZ dont les priorités sont d’identifier toutes les dérives dans le transport maritime, et proposer des solutions pour contenir et éviter les agissements des mauvais acteurs de ce secteur ne peut que dénoncer avec plus de recul « L’affaire du talonnage du BREIZ NEVEZ1 » par temps de brume au pied de la citadelle de Port-Louis, le 19 Février 2019 dans le port de Lorient.

Synthèse très explicite de Bernard LE BIHAN  vice-Président de l’Association MOR GLAZ.

Nous souhaitons que ce Capitaine retrouve tous ses droits, et sa dignité, que justice soit rendue.  L’Association MOR GLAZ  dit non aux agissements indignes dans un Etat de droit ! 

Pour l’Association MOR GLAZ    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Il serait prétentieux pour l’Association MOR GLAZ de vouloir détricoter le Registre International Français (RIF) mais, cependant, nous voulons attirer l’attention sur la présence de celui-ci sur certains marchés.

Le  RIF « rebaptisé »  par certains de « pavillon économique», certes il l’est dans certains armements (même parfois « économique » au sens le moins approprié et honorable  du terme).

Le Registre International Français, avec des Equipages plus ou moins respectés, recrutés par des Sociétés de Manning dont la réputation peut être discutée existe !

Les navires sous  RIF avec leurs dérives Sociales et techniques bien connues dans le milieu existent elles aussi ! Les quais manquent d’Inspecteurs de Navigation, des Centres de Sécurité des Navires démunis, sans moyen  ni autorité contre les « pseudo-Armateurs ». Ces Inspecteurs n’y peuvent pas grand-chose, et ce, au détriment des Marins du Monde.

Créé par la loi du 3 mai 2005, le RIF est le registre d’immatriculation Français des navires  au yachting puis au shipping.

L’Association MOR GLAZ dénonce la présence de ce  RIF sur des appels d’offres,  concernant des contrats pour des missions de service public en lien avec l’Action de l’Etat en Mer sous l’autorité des Préfets Maritimes.

L’Association MOR GLAZ souhaite, que l’Etat Français révise sa copie concernant ses « ces » appels d’offres et le RIF.

L’appel d’offre en 2000 lors du renouvellement des contrats pour la protection du littoral pour les Remorqueurs « Abeilles Flandre et Languedoc » stipulait, que seuls deux Officiers devraient « maîtriser » la langue Française, attention aux dérives !

Que les quelques Marins qui pensent y trouver leur compte aujourd’hui se méfient !

Malgré toutes les promesses en 2005, le pavillon Français RIF dégringole au classement du Mémorandum de Paris : La France a quitté le sommet du classement du « Paris Mémorandum of Understanding » (Paris MoU) de la qualité des pavillons Maritimes. La France habituée à la première place entre 2010 et 2018, avait glissé à la 4ème en 2019 et à la 15ème en 2020.

La France, si attachée à ses activités Maritimes, après avoir été dans le sillage de l’Union Européenne et autres pays, crée elle aussi  un pavillon « économique » tirant les conditions Sociales des Marins vers les abîmes.

Après avoir nommé un Préfet placardisé au Secrétariat Général de la Mer (SGMer que MOR GLAZ a toujours défendu)  , que peuvent espérer et attendre les Armateurs rigoureux et les Marins, rien ou pas grand-chose.

Et pourtant certains Armateurs font encore les efforts nécessaires pour défendre le pavillon Français 1er registre, et les activités Maritimes respectueuses de l’Homme et de l’Environnement !

Dans un contexte Maritime particulier et tendu, l’Association MOR GLAZ demandera un entretien lors du passage du Monsieur le Secrétaire d’Etat Chargé de la Mer dans le Finistère le vendredi 21 octobre 2022.

Pour l’Association MOR GLAZ                         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

La lettre du Président de la Brittany Ferries Monsieur Jean-Marc ROUE adressée  au Secrétaire d’Etat ayant en charge la Mer est très intéressante tant par la démarche que par le contenu. L’Association MOR GLAZ ne peut qu’être en accord avec le contenu de cette lettre, (nous aurions pu l’écrire)  Monsieur ROUE veut sauver la Société Maritime Brittany Ferries tout comme les Salariés Sédentaires et Navigants, veulent sauver leurs emplois.

 

Le contenu dans cette missive adressée au Secrétaire d’Etat est clair, les Salariés et l’Armateur unis comme un Equipage, dans un Monde qui change et en pleine mutation, certains changements  habitudes peuvent surprendre. L’Association MOR GLAZ, elle aussi applique parfois ces manières de faire, ces ruses, ces méthodes. L’Association a appris depuis longtemps lors de ses nombreux combats pour les Marins et les Activités Maritimes que seul compte le résultat !

Les Armateurs et les représentants du Personnel doivent parfois, êtres au même endroit au même moment, (arriver ensemble, s’assoir côte à côte et non face à face) pour défendre les mêmes intérêts avec les mêmes « convictions», sans que le jeu de cartes ne soit truqué. Ceux qui acceptent de recevoir doivent comprendre cette détermination commune tant des uns que des autres.

Monsieur Jean-Marc ROUE n’est pas un naïf, il sait que les Politiques ne font que de la Politique politicienne,  et, que trop souvent le navire va à la dérive et termine sa course sur les écueils. Comment pouvoir compter sur une Union Européenne qui a créé son propre pavillon si près de la Complaisance ? Comment faire confiance à une Union Européenne et aux pays à la remorque des mauvaises décisions prises ? Comment faire confiance dans ces conditions à celles et ceux qui auraient pu aider les activités Maritimes et les Marins ?

Monsieur le Président Jean-Marc ROUE, certains Délégués des Personnels sont prêts tout autant que vous à défendre leur Société, les forces qui pourraient vous accompagner sont dans la Société. Bon courage à toutes celles et ceux qui décideront d’être à vos côtés afin de défendre la Brittany Ferries.

 Le 24 aout 2022 l’Association MOR GLAZ écrivait

Lorsque le Premier Armateur employeur de Marins Français est l’invité de BFM Business, forcément que cela ne peut que créer une réaction de la part d’une Association telle que MOR GLAZ qui défend la Mer, les Marins et toutes les activités Maritimes respectueuses de l’Homme et de l’Environnement.

Mais cependant, nous avons des démarches qui restent communes et qu’il reconnait, défendre les Activités Maritimes et le pavillon Français 1er Registre donc les Marins Français et une certaine vision et approche  du régime social des Navigants.

Une autre démarche, créer, et innover un autre transport Maritime plus propre, respectant l’Environnement, donnant ainsi une autre image, une image propre et positive des activités Maritimes en Mer et en escale.

En fin d’interview, le Président Jean-Marc ROUE déclare avec son assurance habituelle  –« où sont les collectifs des représentants des Salariés  » ?  Le meilleur « le Premier »  défenseur de la Société Maritime Brittany Ferries le Président Jean-Marc ROUE lance un appel aux responsables Politiques Nationaux et Européens, à la Première Ministre Madame Elisabeth BORNE qu’il connait bien ! Il tend la main aux Délégués des Personnels pour, une sorte d’union sacrée afin de lutter contre le dumping social pratiqué par le pseudo armateur P&O sur certaines lignes Maritimes.

S’unir dans un combat comme celui-là devrait être un réflexe que devrait exiger les Salariés à leurs Représentantes et Représentants Syndicaux. Parfois prendre le même cap, et tenir la barre à deux peut être rassurant lors des forts coups de vent !

Les difficultés Sociales et météorologiques, rapprochent les Hommes tel un Equipage et montrent une détermination commune. Ce qui se passe en ce moment chez P&O est tout simplement un tsunami Social, le premier de cette envergure et cette brutalité. Pour mettre fin à ces pratiques, il faut non seulement le dénoncer ensemble et être autour de la même table…-« il faut arriver ensemble et tenir le même discours ce qui est redouté par les Politiques et les Cabinets Ministériels » !

L’Association MOR GLAZ souhaite que les Gouvernements Britanniques et Français mettent fin à ces méthodes de pirateries Sociales appliquées par certains pseudo armateurs sur le détroit du Pas-de-Calais. –« des Salariés jetés, balancés par-dessus bord sur le quai »!

L’Association MOR GLAZ a seulement voulu apporter sa réflexion sur un sujet très sensible qui tente de se développer et qui mettra fin aux Marins Français et au pavillon Français 1er Registre !

Pour  l’Association MOR GLAZ Le dumping Social est honteux et scandaleux partout, peu importe où il se trouve  –« Sur les quais des précaires ». 

Pour l’Association MOR GLAZ                 Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Point Presse le lundi 10 octobre 2022 à 14h00  à la Brasserie la « PRESQU’ILE » au port de commerce à Brest objet :« L’affaire du talonnage du BREIZ NEVEZ1 » le Commandant incriminé Achille MARTIN-GOUSSET sera présent.

L’Association MOR GLAZ dénonce le rapport à charge du BEA Mer.

L’Association MOR GLAZ dont les priorités sont d’identifier toutes les dérives dans le transport maritime, et proposer des solutions pour contenir et éviter les agissements des mauvais acteurs de ce secteur ne peut que dénoncer avec plus de recul « L’affaire du talonnage du BREIZ NEVEZ1 » par temps de brume au pied de la citadelle de Port-Louis, le 19 Février 2019 dans le port de Lorient.

Dans le cadre d’un événement de mer, le code des transports prévoit, que le Directeur interrégional de la mer peut procéder, dès qu’il est informé, à une enquête administrative, dite « enquête nautique ». Suite à cet accident et après certainement avis des autorités maritimes, un Classement Sans Suite   a été décidé par le Procureur de la République de Brest. Ce Classement Sans Suite  équivaut à l’arrêt d’investigations et de procès au motif d’absence d’infraction.

Sans attendre le résultat des enquêtes Nautiques, du BEA Mer et de l’inspection du travail, 9 jours après l’événement de mer, la SAS Compagnie Océane décide d’engager une procédure de licenciement à l’encontre du Capitaine.

Le 11 Juin 2019, l’Inspection du Travail refuse le licenciement du Capitaine, suite à l’absence de faute établie. Le BEA Mer rend son pré -rapport le 09 Juillet 2019 et à la lecture de ce dernier la Compagnie Océane lance un recours hiérarchique contre la décision de l’inspecteur du travail et procède le 4 Janvier 2020 à une requête auprès du Tribunal Administratif de Rennes contre le rejet implicite du Ministère du Travail. Le 30 Janvier 2020, le Ministère envisage de revenir sur sa décision de rejet implicite et d’autoriser le licenciement.  Le 13 Février 2020, le Ministère autorise le licenciement. Suite à cette décision, le Capitaine du BREIZ NEVEZ1 est licencié le 20 Février 2020, soit pratiquement un an avant la remise du rapport de l’Inspection du travail à Lorient.

Même si la Convention du Travail Maritime semble favorable pour garantir la défense du Marin, la SAS Compagnie Océane, selon les dires du Capitaine et de l’inspection du travail, n’a pas hésité à pratiquer un harcèlement moral en colportant toutes sortes de rumeurs comme le précise le rapport d’enquête de l’inspection du travail. Des agissements indignes dans un Etat de droit !

Peut-il avoir un jugement de qualité quand il y a présomptions de conflit d’intérêt ? Pour l’Association MOR GLAZ la réponse est Non.

Le rapport du BEA Mer rendu public le 19 Septembre 2019 ne présente pas d’objectivité et constitue un rapport à charge contre le Capitaine du BREIZ NEVEZ1.

Certes, si l’enquêteur désigné par le BEA Mer manquait d’indépendance vis à vis du Capitaine d’armement de la compagnie et du Capitaine du navire impliqué, ce dossier repose sur des suppositions où il n’existe aucune preuve matérielle tangible du fait de l’absence d’un enregistreur de données de voyages (VDR) sur ce navire roulier à passagers (capacité maximum à bord : 300 personnes). Ce dernier aurait peut-être pu empêcher le licenciement de cet Officier de la Marine Marchande, Délégué du personnel et père de famille de deux enfants.

Par ailleurs, aucune mention ne figure dans le rapport sur le système de navigation MAXSEA (ECS) non homologué par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et dont les cartes ne semblent  pas à jour selon le rapport de l’inspection du travail.

L’absence de concertation entre le BEA Mer et l’Inspection du Travail relève d’une énigme et d’une aberration déconcertante et ce malgré l’Arrêté portant organisation du BEA Mer.

Le 19 Mars 2021, l’inspecteur du travail de Lorient rend son rapport d’enquête sur cet accident et sur les motivations de son refus de licenciement. Son dossier révèle un élément important : au lendemain de l’accident, un courrier du Chantier PIRIOU demande à la société BOOP TREUIL JEB SAS intervenue dans la construction du navire d’effectuer le changement de cartes électroniques (convertisseurs).

Nous relevons également sur ce rapport que ce navire a connu des avaries récurrentes sur le système de barre. Le Centre de Sécurité des Navires de Lorient était-il informé de ces incidents par la SAS Compagnie Océane ? Contrairement au rapport de l’inspection du travail, le rapport du BEA Mer ne fait aucune mention de ces avaries !

 Malgré ces éléments et la posture du BEA Mer, le Capitaine a été licencié, rappelons-le, le 20 Février 2020 par la SAS Compagnie Maritime Océane.

Par ailleurs, si le rapport du BEA Mer n’a pas pour objectif de déterminer les responsabilités en présence, il n’en demeure pas moins qu’il a infléchi très certainement sur la décision du Ministère du travail d’autoriser le licenciement du Capitaine du BREIZ NEVEZ1.

 Monsieur Guillaume SELLIER, actuel Inspecteur Général des Affaires Maritimes dont dépend le BEA Mer et au moment des faits, Directeur de la DIRNAMO, détient une lourde responsabilité dans l’échec de cette coordination anarchique des enquêtes, entre les services de contrôle de l’Etat.

Dans les prochains jours, la cour d’appel du Tribunal administratif de Nantes va statuer sur l’autorisation du Ministère du Travail d’avoir autorisé le licenciement du Capitaine de ce roulier. Un jugement que l’Association MOR GLAZ  observera avec une attention particulière.

L’Association MOR GLAZ ne peut que dénoncer cette mascarade de « procès Administratif » dans un pays dit des Droits de l’Homme. Elle interviendra auprès du législateur afin qu’aucun licenciement de marin ne puisse intervenir avant   un jugement du Tribunal Maritime et une analyse sérieuse des rapports d’enquête technique et social.

 Texte réalisé par Bernard LE BIHAN Vice -Président de l’Association MOR GLAZ   (0612873101)

                                                                                                                                                                                              Président de l’Association MOR GLAZ                                                                                      Jean-Paul HELLEQUIN (0684624452)

L’Association du Remorquage tient par ce communiqué à remercier  toutes celles et ceux qui se sont déplacés en grand nombre afin de visiter pour la dernière fois, le Remorqueur Abeille Flandre quai du Commandant Malbert à Brest le samedi 1 et le dimanche 2 octobre 2022.

 

Nous regrettons que vous n’ayez pas pu être plus nombreux à pouvoir franchir la coupée de ce navire emblématique  que vous aimez tant ! Nous nous excusons sincèrement  de ne pas avoir pu permettre à tous de pouvoir monter à bord de l’Abeille Flandre pour des raisons que nous ne maitrisions pas et indépendantes de la responsabilité de l’Association du Remorquage, qui a cependant essayé dans un temps restreint  de faire au mieux pour les fans de la vieille Dame.

Nous remercions toutes celles et ceux qui ont accepté et compris une situation qui n’était pas de nôtre fait. Un grand merci à ceux qui sont passés à la boutique face au Remorqueur Abeille Flandre, vos achats et dons nous permettront de reverser plus de 4600€ à l’Association Des Oeuvres Sociales de la Marine (ADOSM),  merci pour eux.

Un très grand merci à l’Union Maritime de Brest et de sa Région, au port et aux services de la Mairie de Brest pour leurs aides  logistiques Lamaneurs et Autres ….. aux Membres de l’association du Remorquage et de MOR GLAZ .

Des visites de l’Abeille Bourbon seront programmées en début d’année 2023, vous serez informés.

Un grand merci pour tout, nous savons que l’acier des deux Abeilles Flandre et Languedoc sera recyclé afin de réaliser de nobles et belles choses.

Pour l’Association du Remorquage    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

Le retour de l’Abeille Flandre à Brest, a été différé de quelques jours, elle sera au Quai du Commandant Malbert le vendredi 30 octobre 2022 à 10h00. Nous allons lui réserver l’accueil qu’elle mérite 

Le retour de l’Abeille Flandre à Brest, a été différé de quelques jours, elle sera au Quai du Commandant Malbert nous allons lui réserver l’accueil qu’elle mérite le vendredi 30 octobre 2022 à 10h00 .Elle sera également accueillie avec quelques sonneurs du Bagad ADARRE de Plougastel  . Une visite« allégée » à bord du navire est prévue le samedi 1er et le dimanche 2 octobre 2022 de 14h00 à 18h30. Lors de cette montée à bord il vous sera demandé 3€, sur le quai une vente de posters et divers objets qui nous avaient été offerts il y a quelques années par « BOURBON ». Les sommes récoltées seront intégralement reversées à l’Association Des Œuvres Sociales de la Marine. 

Le 20 septembre 2022 à 9h00  l’Abeille Flandre quittait le quai de la Base Navale de Toulon pour la dernière fois.  Imaginons ce qui se passe à ce moment-là dans les esprits de ces Marins, du Commandant Cyrille PILLET et de son Equipage, qui ont rencontré un peu de vent sur un navire quasiment lège. Le message de l’Association MOR GLAZ et du Remorquage à ses Adhérentes et Adhérents !

-« Nous souhaitons une bonne traversée du Golfe de Gascogne au Commandant Cyrille PILLET ainsi qu’à son Equipage. Une belle arrivée en Rade de Brest ce vendredi matin vers les 8h30 !

Les deux vieilles Dames du Remorquage Français « Abeille Flandre et Abeille Languedoc » Remorqueurs emblématiques, vont d’ici quelques jours se retrouver dans le bassin du port de commerce  de Brest, quel événement  après avoir secouru et sauvé des milliers de Marins, des Millions d’Euros de biens, et évité plus de 21 marées noires équivalentes à celle de l’Amoco Cadiz en 43 ans, ces deux  Icônes baissent pavillon. Que d’émotions, mais regardons plus loin, avec les autres Abeilles encore plus performantes dans des activités Maritimes en constantes évolutions ! –« trop fort n’a jamais manqué ! » Commandant Jean BULOT. Le Commandant Jean BULOT sera également présent ce vendredi 30 septembre  afin d’accueillir « son remorqueur » celui qu’il a commandé durant des décennies.

Un moment émouvant pour les Marins qui ont servi sur ces Abeilles, mais aussi pour les dizaines de milliers de visiteurs qui sont montés à bord. Ces Remorqueurs sont dans le cœur de tant et tant d’Equipages secourus, de personnes sauvées !   

Les Associations, Syndicats et surtout les Citoyens furent entendus en 1978, soutenus par les Elus Bretons qui se mobilisèrent durant des mois, puis des années afin de gagner contre la Société « AMOCO » -« les pollueurs doivent réparer et payer».

Les Associations MOR GLAZ et du Remorquage remercient toutes celles et ceux qui nous ont entendus, aidés,  pris en compte nos réflexions et autres remarques : les Conseillers Ministériels civils et militaires, le Groupe BOURBON, ainsi que le repreneur et actionnaire unique « ECONOCOM » de la Société « Les Abeilles International ». Un grand merci à toutes celles et ceux qui se sont investis dans un tel projet et doter ainsi la France d’une flotte de Remorqueurs qui devraient être capables de faire face aux pires situations.

Pour les Associations précitées       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN