Appel à candidatures pour le remplacement des remorqueurs de haute mer Abeilles Flandre et Languedoc, Ce qui pourrait se mettre en place ne seront pas les moyens nécessaires pour des missions de sécurité maritime. une décision ubuesque, prise vraisemblablement par de rêveurs technocrates !

Après un énième appel à candidatures pour le remplacement des remorqueurs de haute mer Abeilles Flandre et Languedoc, l’État Français et les responsables des marchés publics, confirment qu’il sera possible pour les Sociétés Maritimes (candidates)  de répondre à l’appel d’offres avec des navires d’occasions, une décision ubuesque, prise vraisemblablement par de rêveurs technocrates !

L’Association MOR GLAZ confirme les propos, les craintes pour la protection du littoral, la sécurité en Mer, l’aide aux personnes et aux biens contenus dans son communiqué du 25 juillet 2020.

La France, les responsables des marchés publics, les Ministères et Administrations concernés ne peuvent pas accepter des navires qui ne soient pas des remorqueurs d’une nouvelle génération, qui devront être efficaces, solides et bien équipés pour répondre à toutes les éventualités et aux évolutions du transport maritime. Ces navires seront construits pour durer 35 ou 40 ans, il faut donc dès aujourd’hui être prévisionniste !

L’Association MOR GLAZ réitère son rendez-vous au Ministère de la Mer, une décision aussi folle démunie de bon sens Maritime, ubuesque ne peut pas  « ne doit pas » aboutir !

Ce qui pourrait se mettre en place ne seront pas les moyens nécessaires pour des missions de sécurité maritime.

Il sera difficile d’effectuer des missions avec des navires rafistolés, «ne soyons pas dupes » ces navires à moyen terme seront aussi couteux que des navires neufs, là encore un vrai manque de connaissances des responsables des marchés qui ne peuvent pas être des Marins, ou alors la situation est très grave !

Où sont les catastrophés, les scandalisés, les donneurs de leçons, les spécialistes et autres beaux parleurs qui occupent l’espace médiatique après chaque accident maritime, Associations, Syndicats et autres organismes qui n’ont pas répondu à l’invitation du Préfet Maritime de l’Atlantique après le naufrage du « Grande América » hormis les Associations Robin des Bois et MOR GLAZ !

Lors de ces appels à candidatures, certaines Sociétés Maritimes y répondent juste pour y répondre, cela a pour conséquences de faire baisser les prix, la qualité des navires et à court terme celle des Équipages et des prestations. Les armements qui répondent doivent « aussi » avoir le courage de mettre en garde l’État Français sur les insuffisances pour remplir certaines missions, nous parlons bien de sauvetage en Mer, pas d’un quelconque marché public !

Ceux qui répondent à de tel appel d’offres doivent être capable, d’expliquer que ce qui va être fait, n’est pas la solution, ni les moyens face à un transport maritime de plus en plus dangereux pour de nombreuses raisons ! Il ne suffit pas de répondre et d’obtenir un marché après l’obtention il faut assumer.

L’Association MOR GLAZ et ses spécialistes  estiment que les moyens dégagés par l’Etat, avec des contrats de 10 ans non renouvelables risqueraient de mettre en danger la Société  maritime qui obtiendrait le marché et de la mener vers un naufrage social et économique….révisez votre copie !

 

Pour l’Association MOR GLAZ

Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’État Français et les responsables des marchés publics nous préparent-ils une protection du littoral au rabais, du rafistolage ? Naviguer à vue peut amener rapidement au naufrage !

Renouvellement des remorqueurs de haute Mer : l’appel à candidatures évoquait un certain bricolage qui ne donnera pas les moyens nautiques nécessaires aux Préfets Maritimes. L’association MOR GLAZ demande à être reçue par Madame la Ministre de la Mer, nous voulons évoquer avec elle et son Cabinet les moyens nautiques qui doivent être mis à la disposition des trois Préfets Maritimes afin d’assurer une protection efficace de nos côtes et des populations. Ce renouvellement de la flotte des deux remorqueurs, est bout au vent  depuis plusieurs années (plus de 5 ans).

Pourtant, Lors des rencontres successives avec les Cabinets des Premiers Ministres, de Messieurs Manuel VALLS, Edouard PHILIPPE, du Conseiller Mer du Président de l’Assemblée Nationale, du Secrétaire Général de la  Mer, et du Ministre des transports, il avait été décidé, que la France se doterait de « REMORQUEURS » de haute Mer, et non de « SUPPLY » pire encore de navires bricolés qui donneraient des moyens nautiques insuffisants aux Autorités Militaires en cas de besoin.

Les deux remorqueurs a remplacé sont âgés de plus de 42 ans, avec une force de traction annoncée de 165 tonnes il y a plusieurs décennies. Les moyens ne sont plus là, ni en nombre ni en qualité face au trafic maritime croissant et de plus en plus dangereux : gigantisme des navires marchands, paquebots, contrôles des navires insuffisants, qualité maritime des Equipages auxquels il est accordé plus d’intérêts aux modules qu’aux formations maritimes etc. ….  Nous croyons savoir, que les Préfets Maritimes n’auraient pas été consultés sur le texte des appels à candidatures.

Les candidats retenus devront partir sur l’idée de construire des « REMORQUEURS »  pour assurer ces missions de service public, sauf que l’enveloppe dégagée par le Gouvernement ne le permet pas, elle est insuffisante pour construire et armer correctement les futurs remorqueurs qui devront durer entre 30 et 40 ans. Plus de 45 jours après l’appel à candidatures, le choix des sociétés n’est toujours pas connu, pourquoi ? Cet appel à candidatures  suscite quelques interrogations de la part des spécialistes de l’Association MOR GLAZ qui estiment par ailleurs qu’il  faudrait être courageux pour candidater sur un texte aussi flou !

-Des contrats de 10 ans « non renouvelables », sachant qu’un remorqueur du type Abeille Bourbon et Liberté sera un investissement d’environ 70 à 80 millions € l’unité selon leur fiabilité, aucun Armateur sérieux ne peut prendre la Mer pour une aventure aussi incertaine, une trop faible visibilité, un naufrage assuré !

Les missions de protection du littoral sont des missions sérieuses, qui ne peuvent être assurées qu’avec des navires de qualité, bien armés des effectifs en nombre et en qualité. Ces navires devront-être puissants, modernes, sous pavillon Français 1er Registre, construits en France si possible, avec des taux d’affrètements de bons niveaux (les taux d’affrètement des navires affrétés actuellement sont sous payés et la tendance reste à la baisse). Cet appel à candidatures évoque du bricolage administratif qui n’a rien d’économique ni de maritime, un sentiment de ne pas connaître pour les rédacteurs ni les missions ni les moyens nécessaires, un certain amateurisme ! –Qui sont celles et ceux qui peuvent bien élaborer de tels textes ?

Pour les Associations MOR GLAZ et du Remorquage, nous craignons un désengagement de l’Etat pour les missions d’assistance et de sauvetage en Mer. Un bricolage pour les 10 prochaines années, puis l’inconnue ! Celles et ceux qui feraient le mauvais choix risquent de se retrouver face à leurs responsabilités et devront en répondre aux citoyens très attachés à ces missions de service public. Il y a 42 ans «AMOCO CADIZ » … ! Rappelons que depuis 2011, les moyens de sauvetages manquent dans le Golfe de Gascogne et en Corse, les associations MOR GLAZ et du Remorquage l’ont souvent évoqués, des promesses avaient été faites et puis !!!

Pour les Associations Jean-Paul HELLEQUIN