Le plaidoyer du marin pour l’orpheline

Le président de Mor Glaz se bat pour Océane, qui se voit réclamer le remboursement de son indemnisation.

C’était un fait divers tragique. Le 14 janvier 2013, au petit matin, deux marins sont retrouvés noyés dans le bassin du Commerce, à Cherbourg (Manche). Les deux hommes font partie des équipages de deux chalutiers de La Turballe, en Loire-Atlantique. Cette nuit-là, les deux hommes ont sans doute trop bu. Les deux navires sont à couple. Lorsque le premier tombe à l’eau en glissant sur le pont, le second se jette dans le bassin pour tenter de ramener son collègue. Il n’y parviendra pas.

L’accident du travail est avéré. L’Établissement national des invalides de la Marine, l’Enim, accepte de verser une indemnité de 5 000 €, plus une compensation de 500 € par mois, jusqu’à sa majorité, à la jeune Océane, l’orpheline du second marin, âgée de 13 ans.

Hélas, l’affaire se complique au début du mois de novembre. La Sécurité sociale des marins découvre que l’homme était ivre au moment du drame. Et, comme le dit Jean-Paul Hellequin, le président de Mor Glaz, association qui défend depuis des années les marins du monde entier,  » elle estime arbitrairement, avec une froideur administrative, qu’Océane ne doit plus percevoir d’aides et devrait même les rembourser sous quelques jours « . La somme réclamée frise les 10 000 €.

Face à cette affaire  » douloureuse et ubuesque «  révélée dans Ouest-France, le sang de Jean-Paul Hellequin ne fait qu’un tour. Lui, l’ancien marin de l’Abeille Flandres, ne peut supporter cette injustice. Il en appelle à la ministre Ségolène Royal, dont l’Enim dépend (1). Sans réel succès.  » Comme d’habitude, les fonctionnaires se réfugient derrière des textes.

 » Il n’a pas l’intention de s’arrêter là :  » L’Enim doit revenir sur cette mauvaise décision. La solidarité des gens de mer vient d’être remise en cause. Une sentence à l’encontre d’une orpheline de 13 ans n’honore pas une administration à caractère social et solidaire. Nous demandons qu’Océane retrouve ses droits et qu’elle soit soutenue par les services sociaux maritimes. « 

(1) Le journaliste Patrick Poivre d’Arvor, membre du conseil d’administration de Mor Glaz, est également intervenu auprès de la ministre, de même que la CGT des marins.

Courrier envoyé par mail ce jour 1 novembre 2014 à Madame Ségolène ROYAL Objet : le remboursement par une orpheline des ses indemnités soit près de 10.000€

Cette Affaire dépasse la ligne jaune que peut parfois franchir l’Etablissement National des Invalides de la Marine(ENIM) et certaines Administrations.

Madame la Ministre,

Cette douloureuse et sordide affaire devrait attirer votre attention, et vous amener à la résoudre rapidement.

Le papa d’Océane, marin, est décédé en 2013 en tentant de sauver un collègue de la noyade dans le port de Cherbourg. L’Etablissement National des Invalides de la Marine qui dépend de votre ministère, découvrant que l’homme était ivre au moment du drame, estime arbitrairement avec une froideur administrative, que sa fille Océane âgée de 13 ans, orpheline, ne doit plus percevoir les aides et devrait même les rembourser sous quelques jours.

Madame la Ministre, nous vous demandons de mettre fin à la machine administrative inhumaine et froide qui vient de prendre cette décision à l’encontre de Océane….Mettre fin à cette décision vous honorerait, et mettrait fin à l’angoisse que doit subir  » vivre  » cette orpheline, dont le papa a péri en mer dans les conditions que nous pouvons imaginer, pour aller sauver l’un de ces collègues lui aussi décédé.

Madame la Ministre, croyez-vous qu’une sentence comme celle-là à l’encontre d’une orpheline de 13 ans honore nos administrations, et de plus une administration à caractère sociale et solidaire…. Madame Ségolène ROYAL, pensez-vous que cette orpheline doit payer l’ivresse de son papa…

Madame la Ministre, l’association MOR GLAZ compte sur votre sensibilité et vôtre autorité de Ministre pour remettre de l’ordre dans les services et faire en sorte que l’orpheline retrouve tous ses droits et qu’elle soit soutenue par les services sociaux maritimes, mais aussi que l’administration soit réprimandée pour ses  » ces  » manquements envers cette orpheline de 13 ans.

Acceptez, Madame, nos salutations les plus respectueuses, nous nous tenons à votre disposition si vous le souhaitez.

Courrier envoyé par mail ce jour 1 novembre 2014 à Madame Ségolène ROYAL Objet : le remboursement par une orpheline de ses indemnités près de 10.000€

Cette Affaire dépasse la ligne jaune que peut parfois franchir l’Établissement National des Invalides de la Marine(ENIM) et certaines Administrations.

Madame la Ministre,

Cette douloureuse et sordide affaire devrait attirer votre attention, et vous amener à la résoudre rapidement.

Le papa d’Océane, marin, est décédé en 2013 en tentant de sauver un collègue de la noyade dans le port de Cherbourg. L’Établissement National des Invalides de la Marine qui dépend de votre ministère, découvrant que l’homme était ivre au moment du drame, estime arbitrairement avec une froideur administrative, que sa fille Océane âgée de 13 ans, orpheline, ne doit plus percevoir les aides et devrait même les rembourser sous quelques jours.

Madame la Ministre, nous vous demandons de mettre fin à la machine administrative inhumaine et froide qui vient de prendre cette décision à l’encontre de Océane….Mettre fin à cette décision vous honorerait, et mettrait fin à l’angoisse que doit subir  » vivre  » cette orpheline, dont le papa a péri en mer dans les conditions que nous pouvons imaginer, pour aller sauver l’un de ces collègues lui aussi décédé.

Madame la Ministre, croyez-vous qu’une sentence comme celle-là à l’encontre d’une orpheline de 13 ans honore nos administrations, et de plus une administration à caractère sociale et solidaire…. Madame Ségolène ROYAL, pensez-vous que cette orpheline doit payer l’ivresse de son papa…

Madame la Ministre, l’association MOR GLAZ compte sur votre sensibilité et vôtre autorité de Ministre pour remettre de l’ordre dans les services et faire en sorte que l’orpheline retrouve tous ses droits et qu’elle soit soutenue par les services sociaux maritimes, mais aussi que l’administration soit réprimandée pour ses  » ces  » manquements envers cette orpheline de 13 ans.

Acceptez, Madame, nos salutations les plus respectueuses, nous nous tenons à votre disposition si vous le souhaitez.

Madame la Ministre, Madame Ségolène ROYAL, Lors du passage du  » COSTA CONCORDIA  » le 24 juillet 2014 au large de la Corse vous aviez souhaité  » décidé  » de montrer votre détermination face à ce convoi maritime qui aurait pu polluer lors de son passage, et vous aviez aussi souhaité répondre à l’inquiétude des Corses du Nord et des associations concernées et mobilisées pour protéger leur environnement marin.

Landerneau le 4 octobre 2014

Lettre ouverte adressée ce jour par Mail à Madame Ségolène ROYAL

Madame la Ministre, Madame Ségolène ROYAL,

Lors du passage du  » COSTA CONCORDIA  » le 24 juillet 2014 au large de la Corse vous aviez souhaité  » décidé  » de montrer votre détermination face à ce convoi maritime qui aurait pu polluer lors de son passage, et vous aviez aussi souhaité répondre à l’inquiétude des Corses du Nord et des associations concernées et mobilisées pour protéger leur environnement marin.

L’association MOR GLAZ avait aussi noté l’une de vos déclarations  » vous souhaitiez que le recyclage des déchets puisse se réaliser au plus près sans prendre les risques liés au remorquage et autres déplacements inutiles ayant toujours sa part de risque « .

Vos engagements et votre présence n’étaient pas que ministériels mais aussi l’engagement de Madame ROYAL. Votre décision de vous rendre à bord du  » JASON  » restera un acte fort.

Madame, le 11 octobre 2014 l’ex  » JEANNE d’ARC  » partira sous remorque du port de Brest pour se faire déconstruire  » recyclée  » à Bordeaux-Bassens, serez-vous présente lors du départ de ce convoi, afin de vous assurer que tout les risques auront été écartés.

Même si le remorquage du  » MSC CONCORDIA  » et celui de l’ex  » JEANNE d’ARC  » ne comporte pas tout à fait les mêmes risques, le déplacement  » le transfert  » de déchets par mer représente un danger.

Madame la Ministre, l’association MOR GLAZ est une association bien connue de vos services puisque depuis que vous êtes Ministre les services nous ont souvent rencontrés sur des sujets maritimes, et plus précisément sur le manque de moyen de sauvetage dans le Golfe de Gascogne, zone qui sera traversée par le convoi pour rejoindre l’estuaire de la Gironde réputé dangereux.

Madame la Ministre, l’association MOR GLAZ est plutôt satisfaite que certains navires militaires soient enfin déconstruits  » recyclés  » en France.

L’association MOR GLAZ attire votre attention sur le fait que tous les navires militaires doivent être  » impérativement  » déconstruits  » recyclés  » au plus près. Madame la Ministre, vous devriez  » pourriez  » poser la question au Ministre de la Défense, comment se fait-il que les navires militaires en fin de vie soient  » stockés  » dans une zone  » NATURA 2000  » depuis des décennies en attendant d’être déconstruits trop souvent dans des chantiers hors de France… cette fois l’association MOR GLAZ se félicite du choix du chantier Français.

Madame la Ministre, en l’attente, acceptez nos respectueuses et sincères salutations,

dispositifs de sécurité. côte atlantique Question publiée au JO le : 02/09/2014 page : 7296

Landerneau le 4 octobre 2014

Rubrique > transports par eau Tête d’analyse > transports maritimes

Analyse > dispositifs de sécurité. côte atlantique

Question publiée au JO le : 02/09/2014 page : 7296

Texte de la question

M. Dominique Bussereau attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur les conditions de surveillance du golfe de Gascogne à la suite du redéploiement du remorqueur l’Abeille-Languedoc de La Rochelle vers le Pas-de-Calais, fin août 2011. Le golfe de Gascogne est actuellement sans moyen de secours et d’assistance proche, malgré la présence du remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage l’Abeille-Bourbon, basé à Brest. Ce seul dispositif ne peut répondre de façon optimum aux enjeux liés à la sécurité maritime vu les délais de route du remorqueur basé à la pointe bretonne. L’augmentation continue du trafic maritime dans les trois grands ports maritimes du sud de la Bretagne, le développement de la navigation de croisière, les risques de pollution chimique et de marée noire rendent nécessaires la présence en Atlantique sud d’un remorqueur de sauvetage de haute mer. Il paraît indispensable que ce remorqueur soit basé à La Rochelle, disponible toute l’année et capable de faire face à toute situation mettant en péril des vies et notre environnement maritime. En février, l’intervention à proximité de Belle-Ile de l’Abeille-Bourbon auprès du cargo Just Mariiam, a démontré les limites et les risques pris dans le cadre du dispositif actuel. Cette situation démontre la nécessité et l’urgence d’une prise de décision sur le remplacement de l’Abeille-Languedoc. Le positionnement d’un moyen de secours et d’assistance à La Rochelle constituerait une garantie d’intervention rapide et efficace compte tenu de son positionnement central sur la façade Atlantique. En conséquence, il lui demande quelles mesures il compte mettre en oeuvre pour le remplacement de l’Abeille-Languedoc par un autre remorqueur d’intervention d’assistance et de sauvetage basé à La Rochelle.

Deux navires  » Jeanne-d’Arc et Colbert  » de la Marine Nationale déconstruits  » recyclés  » en France à Bordeaux- Bassens, l’association MOR GLAZ plutôt satisfaite.

En effet les responsables de la déconstruction des vieilles coques militaires avaient plutôt le mauvais réflexe d’envoyer  » d’expédier  » plutôt en Belgique ses  » ces  » vieilles coques pour y être déconstruites  » recyclées  » à des coûts défiants toutes concurrences (suscitant a juste titre des interrogations).

Depuis quelques semaines des  » fuites  »  » soupçonneuses  » indiquaient que l’ex  » Jeanne-d’Arc  » pourrait effectuer son dernier voyage à la remorque du célèbre remorqueur Grec  » Christos XXII  » connu pour sa fiabilité puisqu’en janvier 2014 ce remorqueur avait bien failli sombrer avec son équipage au large de Saint-Malo……Comment de tels choix peuvent-ils tout simplement être évoqués… certainement suggérés pour des spécialistes, experts ou autres…..Rappelons qu’en France l’une des missions des Préfets Maritimes est la protection du littoral et parfois même lorsque nécessaire d’écarter du littoral des remorqueurs du type du  » Christos XXII  » ou tout au moins de les surveiller lorsqu’ils passent au large du littoral. Après plusieurs réunions la décision est tombée : pour son dernier voyage jusqu’au chantier de  » déconstruction  » de  » recyclage  » à Bordeaux Bassens, l’ex  » Jeanne-d’Arc «  sera remorquée par le remorqueur Français  » Penfret  » sous pavillon Français Premier registre…..

L’association MOR GLAZ aurait bien entendu préféré que ce chantier de  » déconstruction  » de  » recyclage  » se déroule à Brest soit à l’arsenal, soit au port de commerce. Mais cette activité n’est pas une priorité pour Brest, car même si les apparences sont courtoises entre les civils et les militaires dans la péninsule brestoise, chacun se surveille du coin de l’œil et se méfie de l’autre malgré les emplois qui pourraient être créés autour de cette activité…..et nous ne parlerons que de celle-ci.

Synthèse de la rencontre au Cabinet de Monsieur Frédéric CUVILLIER Secrétaire d’Etat Chargé des Transports et de la Mer.

Lors de cette rencontre que je qualifierais de positive, mon interlocuteur Monsieur Français LAMBERT que je rencontrais pour la seconde fois sur le même sujet, m’a consacré le temps nécessaire afin que nous puissions évoquer sans détour le manque de sécurité maritime dans le Golfe de Gascogne.

Je lui ai démontré que toutes les propositions avancées par les uns et les autres depuis le départ en août 2011 de l’Abeille Languedoc de La Pallice ne tenaient pas le cap….et que toutes les propositions ont été (dans des situations précises, recensées et réelles) des échecs, remettant en cause toutes ces fausses propositions. Je retiens de cette rencontre que l’éventualité du retour d’un remorqueur de haute mer à La Pallice ou sur la façade Atlantique n’est plus écartée bien au contraire. Depuis trois ans, l’association MOR GLAZ ne cesse de rappeler aux autorités civiles et militaires que le golfe de Gascogne ne bénéficie plus d’aucune protection en matière de remorquage en haute mer. Durant la dernière campagne municipale, l’association MOR GLAZ a mené campagne pour le retour d’un remorqueur y compris d’un type sullpy de 180/190 tonnes de puissance de traction sous pavillon Français Premier registre, afin de protéger les Marins, les biens, l’environnement et les populations du littoral très exposées.

Plusieurs de nos adhérents connaissent parfaitement le transport maritime, il est donc très difficile de nous raconter des balivernes et de nous présenter des seconds plans inapplicables.

Les Britanniques dans l’affrètement partagé de l’Anglian Monarch avec la France, qui protégeait depuis 2000 la zone du pas de Calais, avaient décidé en février 2001 de ne plus assurer la sécurité dans le Pas-de-Calais à dater du 15 septembre 2011 et ce après avoir touché plus de 16 Millions d’Euros de la part de la France en 10 ans. Le redéploiement de l’Abeille Languedoc vers le Pas-de-Calais avait créé un vide dans la sécurité maritime du golfe de Gascogne non comblé depuis, malgré les promesses et les demandes successives.

Le remorqueur Abeille Languedoc du 15 janvier 2006 au 7 juin 2011 a effectué 69 opérations, dont 18 remorquages de navires en panne totale. Le départ du remorqueur de La Pallice suscite suffisamment d’inquiétude, puisque sept questions écrites ou orales a fait l’objet de questions dans les deux assemblées et plusieurs courriers adressés aux Ministres concernés.

Monsieur François LAMBERT qui a une formation maritime supérieure et qui connaît donc les sujets maritimes m’a demandé de lui fournir certains éléments afin qu’apparaissent lisiblement les endroits de dangerosité. Les demandes du Conseiller du Secrétaire d’ Etat aux Transports et à la Mer seront satisfaites pour la fin du mois de juillet 2014 et une autre rencontre sera organisée.

L’association MOR GLAZ s’invitera comme en 2013 aux Universités d’Été du Parti Socialiste à La Rochelle et nous irons à la rencontre (organisée ou pas) des Ministres concernés.

Pour l’association MOR GLAZ Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

La Convention du travail maritime 2006 (MLC 2006), mieux connue sous le nom de  » Déclaration des droits des marins « .

La convention MLC 2006, entrée en vigueur en août 2013 exige des compagnies maritimes qu’elles offrent une protection et des droits intégraux aux 1.850.000 marins recensés dans le monde, notamment par la mise en place d’un niveau minimal de couverture santé, social etc…(la société maritime ‘ Condor Ferries’ entre dans le texte)

La MLC 2006 devait être ratifiée par au moins 30 Etats membres pour entrer en vigueur, ce fut le cas le 20 août 2012, la convention a pris officiellement effet exactement un an plus tard.

A ce jour, 56 pays ont ratifié la convention mais celle-ci ne s’applique pas aux navires de pêche, aux navires de guerre et aux navires de construction traditionnelle, l’association MOR GLAZ déduit donc que sur ces types de navire il n’y aurait aucun souci sociaux… ni de contrat de travail…ni de santé…ni de sécurité ni d’effectif etc….

L’association MOR GLAZ afin de faire respecter la MLC 2006 veillera partout ou elle a des sentinelles car la convention (MLC 2006) permet de respecter les droits fondamentaux du travail parmi lesquels : la mise en place de conditions de travail équitables… le droit à une couverture santé… ainsi qu’aux soins médicaux. La convention (MLC 2006) a pour principal objectif de s’assurer que les marins travaillent dans de bonnes conditions.

La convention MLC a déjà pris effet dans de nombreux pays parmi lesquels : Chypre, le Danemark, les Pays Bas, la Norvège, (le cargo immobilisé depuis le 12 février 2014 à Lorient, visiblement en très mauvais état et avec des marins en moyenne forme venait de la Norvège)

D’autres pays se préparent à l’appliquer cette fameuse MLC 2006, mais sont-ils prêts.

En signant la convention MLC 2006, la France ne vient-elle pas tout simplement d’ajouter une feuille supplémentaire au  » mille-feuilles  » administratif déjà suffisamment illisible et indigeste y compris pour certains juristes…ou alors va-t-elle se donner des moyens d’appliquer dans tous les ports cette convention protectrice pour tous les marins (4/5 sont issus de pays pauvres)

Quels sont les réels moyens de la France pour contrôler sérieusement les navires en escale ?

Quels sont les volontés, les moyens et les libertés des administrations concernées pour mettre fin au dumping social (la concurrence honteuse) qui existe entre les Marins du Monde et les ports.

L’association MOR GLAZ souhaite attirer l’attention sur les lenteurs pour déplacer le cargo  » ANTIGONE Z  » bloqué à Douarnenez depuis le mois d’avril 2012, puis abandonné par son  » pseudo-armateur  » depuis le mois de mai 2012.Les administrations étaient bien plus actives !!!!!!! Pour faire quitter le quai de Brest au  » TAIFUNS 1  » en octobre 2011 avec un équipage à son bord et pour faire pression sur les syndicats et les marins latino américains en grève à bord du  » RSV ENDEAVOUR  » en juillet 2012 afin qu’ils reprennent le travail.

 

D’après certaines sentinelles de MOR GLAZ, ce navire  » ANTIGONE Z  » ne gène en rien le trafic portuaire à Douarnenez, cependant ce navire doit venir à Brest, mais avant il devra évacuer du bord les eaux usées, huiles etc. ….

Lors de l’arrivée du  » ANTIGONE Z  » à Douarnenez toute la complaisance était réunie : affréteur Hollandais  » Marine SEAFOOD  » pavillon Panaméen, navire appartenant à un  » pseudo-armateur  » Grec, Georges STAMATIS (dont la société se trouve en Lituanie).Ce navire construit en 1969 de 78 mètres de long était dans un état douteux à son arrivée à Douarnenez, il avait été arrêté par le Centre de Sécurité des Navires pour des raisons graves (félicitations). Ce  » pseudo-armateur  » Grec est connu pour sa négligence, le 19 mai 2010, ce navire avait bien failli quitter le port de Brest sans vivres. En 2011 il avait laissé son équipage durant plusieurs semaines au mouillage face à Alexandrie sans eau potable et avec le minimum de vivres. Après avoir tenté de trouver un arrangement avec le pseudo-armateur du cargo, le département du Finistère par négligence et manque de réactivité face à une telle situation se trouve dans une position qui coûte de plus en plus chère aux contribuables, plus le temps passe plus la facture s’alourdit.

Les administrations (malgré les commissions de bien être des Marins et ses apparences humaines pour les marins) sont bien plus motivées pour faire quitter le port à certains navires comme les cas cités plus haut, mais aussi à passer parfois un deal comme avec le capitaine Russe du  » ANTIGONE Z  » Sergey SHISHKIN (qui n’avait pas reçu de salaire depuis six mois) qui avait refusé par solidarité avec son équipage, les petits arrangements qui lui avaient été proposés afin de quitter le port. Ce Capitaine avait été salué par des centaines de personnes pour son courage, sa détermination et son sens du commandement.

Pour l’association MOR GLAZ  » ANTIGONE Z  » doit certes libérer le quai à Douarnenez mais uniquement pour se rendre dans un port français qui accepterait de le déconstruire. Tous ceux qui chercheraient encore des arrangements pour restituer ce navire à ce  » pseudo-armateur  » ou à d’autres se rendraient complices de dérives graves à l’encontre des Marins, de l’environnement, de la concurrence, de la sécurité maritime etc. …….

L’association MOR GLAZ demande que ce navire soit déconstruit au plus près, dans les meilleurs délais. La Direction Nationale d’Interventions des Domaines (DNID) doit alléger toutes les procédures les procédures. Tous les élus doivent s’organiser et faire voter rapidement le texte demandé par le ministre de l’Economie Maritime Frédéric CUVILLIER pour redéfinir l’abandon d’un navire.