Marc Le Fur attire l’attention de Mme la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la faiblesse du dispositif de remorqueurs dans le Golfe de Gascogne.

QUESTION ECRITE

 Cette zone est une plaque de trafic maritime intense entre les côtes espagnoles et le rail d’Ouessant. Cela représente une opportunité importante pour les ports français, opportunité qui a toutefois un revers dans le danger que représente la circulation de navires de très fort tonnage. Ce sont, en effet, vingt-six millions de tonnes de liquides pétroliers qui transitent annuellement entre les différents ports du Golfe, le souvenir des naufrages de l’Erika et du Prestige n’est pas si lointain. Les porte-conteneurs géants posent aussi un risque de chute de conteneurs à la mer, pouvant causer des naufrages ; plus de deux-cent conteneurs sont ainsi tombés de navires durant l’hiver dernier. L’association de défense de l’océan et des marins  » Mor Glaz  » alerte depuis longtemps le gouvernement sur le risque que comporte le manque de remorqueurs dans le Golfe de Gascogne. Son président avait été reçu en 2014 par le Secrétariat d’Etat aux transports, qui avait annoncé des mesures en conséquence. Il lui demande de lui fournir le détail de l’avancement de ces mesures.

Un zèle administratif de la part des Affaires Maritimes de Concarneau qui pourrait remettre en cause la vie familiale, sociale et professionnelle d’un marin pêcheur qui a décidé de tourner la page.

Le jeune patron pêcheur Cédric LUCAS du quartier de Concarneau vit depuis quelques jours une situation ubuesque, provoquée une fois encore par un excès de zèle administratif, par une application rigoureuse d’une loi qui contredit le discours politique sur la réinsertion. Tout mettre en œuvre pour réinsérer ceux qui auraient pu fauter ou dériver durant quelques temps, oui mais les millefeuilles administratifs se contredisent, et interdisent toute insertion et progression sociale dans les activités maritimes.

Une loi qui empêchera à certains jeunes de devenir des marins, puis des capitaines. Une loi sanction signée par Madame Christiane TAUBIRA, Ségolène ROYAL et du Premier Ministre, ubuesque, dans un pays qui prône la réinsertion, dans un pays qui manque et cherche des marins pêcheurs.

L’association MOR GLAZs’insurge une fois encore contre la décision des Affaires Maritimes de Concarneau et condamne cette décision qui empêche un jeune marin pêcheur (même si celui-ci a pu commettre par le passé des erreurs l’amenant devant les tribunaux) de pouvoir exercer un métier qu’il aime et nécessaire pour reprendre un nouveau cap, nécessaire aussi pour faire vivre sa famille.

Cédric LUCAS, 28 ans, jeune matelot pêcheur depuis six ans a envi de refaire sa vie, de tourner la page de la délinquance, d’oublier son passé en choisissant ce métier difficile et dangereux. Cédric LUCAS qui a commis une erreur de jeunesse il y a 7 ans, condamné, il a payé et s’est racheté une conduite depuis, sérieux, sobre, serviable et travailleur, de l’avis de tous. Ce jeune marin pêcheur devenu Capitaine aurait du faire la une des médias pour démontrer que la réinsertion est possible, devenir Capitaine 200 n’est pas donné à tous, il faut travailler et il n’a pas fait le choix le plus facile, la pêche.

D’après nos renseignements, Cédric LUCAS est dynamique et volontaire, après six mois de formation au Centre de Formation Européen de Formation Continue Maritime de Concarneau, il est reçu avec succès le 18 juin 2015 au brevet de capitaine 200. Cette formation l’autorisait et lui permettait de devenir patron de pêche salarié sauf que l’administration des affaires maritimes en a décidé autrement au vu d’un nouveau décret récent du 2 juin 2015  » lui interdisant de sortir pêcher en mer en tant que patron pêcheur  » parce qu’il a été condamné. Si les lois étaient aussi sévèrement appliquées envers les armateurs voyous, que la vie serait douce pour les marins du monde.

Un mauvais départ dans la vie doit-il vous pénaliser à jamais, pour l’association MOR GLAZ, Cédric LUCAS doit retrouver sa dignité et le droit de commander. Les autorités maritimes sont parfois bien moins regardantes pour délivrer des dérogations à tout va qui autorisent l’appareillage de navires douteux  » socialement et techniquement  » dangereux pour les marins et l’environnement, trop souvent en sous effectif sur tout type de navire et de navigation.

L’association MOR GLAZ demande à ceux qui ont pris cette mauvaise décision contre Cédric LUCAS de rectifier le cap afin qu’il puisse prendre rapidement la mer, cette décision serait saluée par plusieurs, y compris par l’association MOR GLAZ qui défend la mer, les marins et les activités maritimes.

L’association MOR GLAZ qui défend la mer, les marins, les activités maritimes et les implantations industrielles sur les quais respectueuses de l’Homme et de l’Environnement, salue l’obtention par le chantier PIRIOU de Concarneau en Bretagne de la construction de 4 navires pour le Ministère de la Défense.

Le Ministère de la Défense a fait le bon choix en confiant la construction des Bâtiments de Soutien et d’Assistance Hauturiers (BSAH) à un chantier Français et plus précisément au chantier Concarnois, qui n’a plus à prouver son sérieux dans le domaine de l’innovation, de la construction et de la réparation navale.

Il s’agira de construire pour la Défense quatre unités. D’après nos informations, la première livraison devrait être effectuée d’ici la fin 2017. Même si la Direction Générale de l’Armement (DGA) ne confirme pas encore cette très bonne nouvelle pour des raisons administratives, l’association MOR GLAZ note et se félicite de cette très bonne nouvelle pour la France, la Bretagne, le Finistère et Concarneau.

Depuis des décennies, le chantier PIRIOU avec sa Direction Générale, ses administrateurs, ses actionnaires, son bureau d’études et ses salariés montre son savoir faire (tout ça sans prétention mais avec efficacité). Savoir faire  » innovation  » qui vient d’être récompensé à juste titre.

Le chantier PIRIOU à Concarneau est devenu au fil des années un chantier de référence, capable de se diversifier, de faire des navires tant civils que militaires. Pour l’association MOR GLAZ, seuls ces chantiers pouvant se diversifier, innover, auront un avenir, et seront donc une référence pour la Région Bretonne dans le domaine de la technologie et des emplois. Depuis des années l’association MOR GLAZ défend le rapprochement du civil et du militaire.

Lors de la mise à l’eau du navire le YERSIN à Concarneau le propriétaire du yacht de voyage et de recherche, Monsieur François Fiat, avait salué le savoir faire des salariés du Chantier PIRIOU, il avait déclaré  » je salue votre savoir faire et vous pouvez compter sur moi pour le faire savoir « .

L’association MOR GLAZ, souhaiterait que tous ces navires et les suivants, y compris celui qui sera construit pour le Conseil Général du Morbihan soient équipés du JLMD ECOLOGIC SYSTEM.

 » Brittany Ferries » carton rouge pour un coup tordu qui fâche……..

La direction de la Brittany Ferries vient de commettre un acte répréhensible avec quelques-uns de ses actionnaires, en ne respectant pas dans la nuit du 9 mai 2015 les règles de sûreté ni de sécurité sur le port d’Ouistreham en Zone d’Accès Restreints (ZAR) complicité, coup de force ou passe droit pour certains. En essayant de s’opposer à la grève des dockers sur ce même port, cet acte a fâché les militants qui défendent les marins, la mer et les activités maritimes. En tentant de casser le mouvement social et revendicatif des dockers, le Président de la Brittany Ferries n’a pas montré sa meilleure image de dirigeant d’un tel grand Groupe Maritime. Cet acte que l’association MOR GLAZ qualifie de piraterie de la part de ce commando, dirigé par le Président de la Brittany Ferries est fâcheux pour un tel Groupe largement financé par l’impôt.

En France, pays des droits de l’Homme, toutes revendications, tous conflits sociaux seraient-ils devenus interdits  » impossibles « ?

Par l’action du commando, de quelques agriculteurs sur le port d’Ouistreham en zone sécurisée (ZAR), commandé par Jean Marc Roué Président de la Brittany Ferries vient de confirmer que les ports ne sont pas aussi sécurisés y compris en période de VIGIPIRATE.

L’Association MOR GLAZ espère que le Préfet de la Région concernée, le Ministère de l’Intérieur, le Ministère des Transports demanderont des comptes au Président de la Brittany Ferries concernant son intrusion en pleine nuit sur le port d’Ouistreham.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’Association MOR GLAZ .

les cinq marins du  » KARL » sont bien arrivés auprès de leurs proches aujourd’hui le 5 mai 2015

 

Le dimanche 3 mai 2015, 5 des 8 marins originaires du Honduras, du Guatemala et de Roumanie embarqués à bord du cargo  » KARL  » renteront chez eux avec une partie des 65 jours d’arriérés de leurs salaires. Trois de ces marins entamaient leur 8ème mois d’embarquement. Les 3 marins de nationalité Roumaine repartiront le mercredi 6 mai 2015. Ces 8 marins avaient été abandonnés dans le port de Brest par un  » pseudo-armateur  » avec la complicité de certains responsables du transport maritime !!!! des voyous sans scrupule, pour lesquels ces marins ne représentent si peu ou pas grand chose.

PHOTO

Quelle ingratitude de la part d’un  » pseudo-armateur «  qui se permettait même de faire naviguer certains de ces marins en ne respectant même pas, les salaires minimums imposés par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) inférieurs de 60% pour certains.

Quelle ingratitude aussi de la part de ceux qui ont choisi d’affréter ce navire plutôt qu’un autre, parce que moins cher, accompagné du moins disant social et technique.

Quelle ingratitude envers ces marins, ceux du « KARL  » mais aussi envers tous les marins du monde lorsqu’ils sont abandonnés là le long d’un quai, sans plus aucun signe.

Toutefois dans leur mésaventure, les marins du  » KARL  » comme d’autres abandonnés en France et plus précisément en Bretagne auront eu la chance de rencontrer des personnes dévouées, qui se sont mobilisées pour eux. Les milliers de marins abandonnés dans le monde chaque année, eux, n’ont pas cette chance. Que font les bons armateurs pour marginaliser  » éliminer  » ces voyous du transport maritime, ces  » pseudo-armateurs « , affréteurs véreux et autres……que font l’Organisation Maritime Internationale et l’Union Européenne pour éviter ces dérives, rien ou pas grand-chose ( si des textes qui s’empilent et qui forment de merveilleux mille-feuilles qui ne protègent pas les marins du monde, dont 4/5 viennent de pays pauvres)

La saisie du navire par l’Inspectrice International Transports Workers’Fédération (ITF) Laure TALLONNEAU aura été déterminante dans cette affaire. Nous savons que sa ténacité, que son engagement pour défendre les marins, ceux du  » KARL  » et d’autres sera déterminant afin que l’Etat Français puisse récupérer l’avance de 22.500€ qu’il a effectué pour ces marins. Nous savons que lors de la vente du navire elle saura rappeler, que les marins n’ont perçu qu’un pourcentage de leurs salaires de 40% à 82% pour les plus chanceux, et qu’ils doivent être payés.

Le jeudi 30 avril 2015 l’association MOR GLAZ avait obtenue un entretien avec le Conseiller du Président de la République de passage à Brest, le Conseiller transports et environnement, Monsieur Xavier PIECHACZYK nous a fait part qu’il demanderait à la Région Bretagne que parmi les créanciers les marins soient prioritaires….et que les salaires soient basés sur les minimums de l’ITF. L’association MOR GLAZ qui était accompagnée d’un des marins du  » KARL  » en a pris acte et nous attendons pour voir et apprécier !!!

les cinq marins du  » KARL » sont bien arrivés auprès de leurs proches aujourd’hui le 5 mai 2015

PHOTO

à droite :le Chef Mécanicien HUMBERTO MENDEL qui vivait son 2 ème abandon…la première fois c’était moins bien passé.

( sa fille Leslie nous a prévenu de leur arrivée le 5 mai 2015 au Guatemala)

au centre : Francisco LOPEZ/AMAYA,marin du Honduras embarqué depuis 7 mois à bord du  » KARL » et sans salaire depuis 2 mois

Les marins du  » KARL  » abandonnés à Brest, qui fait quoi ….

Le mercredi 25 mars 2015 à 14 h00  » la commission de bien-être des gens de mer  » s’était réunie concernant la situation des marins embarqués à bord du navire « KARL », cette réunion avait montré l’inquiétude de tous les participants sur le devenir de l’équipage du cargo  » KARL  » composé de 8 marins. Depuis 48 heures le  » pseudo-armateur  »  » amateur  » ne peut plus nourrir les marins, et les salaires de mars ne sont pas payés. L’association MOR GLAZ considère que les marins sont abandonnés pour des raisons évidentes.

Le  » pseudo-armateur « , affréteurs, courtiers maritimes et autres racontent les mêmes histoires que pour les abandons précédents.*Comment les Administrations peuvent-elles ainsi se laisser berner, des autorités portuaires qui ne souhaitent qu’une chose le départ du  » KARL  » peu importe les conditions sociales de ces marins.

Pour l’association MOR GLAZ, les marins doivent être rapatriés le plus rapidement avec tous les arriérés de salaire…..Le devenir du  » KARL  » n’est pas notre affaire. Ces marins ne doivent pas croire aux promesses aux  » mensonges  » du  » pseudo-armateur  » ou autres, au risque de se retrouver abandonnés dans un pays humainement pas  » peu  » regardant.

Ces marins sont originaires du Honduras, du Guatemala, et de Roumanie….Ces marins méritent le respect, comme tous les marins….ces marins qui participent au transport de 7 milliards d’échange par an.

Le  » pseudo-armateur  »  » amateur  » devra tôt ou tard payer les salaires, ou l’affréteur du navire, ou autres mais, une solution rapide doit être trouvée.

Plus le temps passe, plus la situation sera difficile pour tout le monde, mais surtout pour ces marins, ces marins dont certains de cet équipage ont déjà vécu une telle situation scandaleuse, mais cette fois, MOR GLAZ veille, et elle fera appliquer les lois qui protègent ces marins du monde.

Le propriétaire du cargo  » KARL  » devra trouver 300.000€ et se mettre en conformité avec la décision de la cour d’appel de Rennes avant de quitter Brest !!!

Les affréteurs de navires devraient  » devront  » respecter quelques règles élémentaires…..sociales et autres avant d’affréter un navire, rendre des comptes aux propriétaires des biens embarqués….

Imbroglios judiciaires sur le port de Brest entre acteurs du transport maritime,  » pseudo-armateurs « ,  » affréteurs « , peu ou pas regardant voire les deux…. Une affaire de plus qui ressemble tellement aux autres !!!! Ces manques de responsabilités, ces négligences laissent trop souvent des navires durant des mois, des années, le long des quais partout en Europe et dans le monde.

L’association MOR GLAZ ne demande aucune complaisance ni tolérance de la part des administrations, et des autorités portuaires pour le propriétaire et l’affréteur du cargo  » KARL  » en escale prolongée à Brest. Ces gens là donnent une mauvaise image des activités maritimes.

Le cargo  » KARL  » sous pavillon  » Saint Kitts et Névis « , un pavillon de complaisance dans toute ses  » ces  »  » splendeurs « , il suffit de lire le paragraphe ci-dessous.

Propriétaire (plutôt qu’armateur) : Christer Lindgren de nationalité Suédoise, gestionnaire Marineserv, société de classification: International Register of Shipping, assurance severnaya kasna (Russe).

L’affréteur: blue water shippingnavire aurait peut-être dû avant d’affréter ce navire s’inquiéter, vérifier les conditions sociales des marins, mais aussi la qualité de ce navire (désarmé durant deux ans en Norvège). Le scénario de  » ANTIGONE Z  » avec le même metteur en scène…..se profile-t-il……

L’association MOR GLAZ est plutôt satisfaite de constater que la justice de notre pays a enfin compris, qu’elle avait face à elle un milieu spécial, celui des  » pseudo-armateurs  » devrons-nous d’ici peu employer le même terme pour certains affréteurs…..

En ce moment sur le port de Brest la seule inquiétude des responsables du port, de la Région et autres… doit être l’appareillage rapide de ce navire, afin qu’il n’aille pas rejoindre le  » CAPTAIN STAREV « et  » ANTIGONE Z « 

Aucune tolérance, ni complaisance ne peut, ne doit être appliquée pour ceux qui ne respectent pas leurs engagements, envers les marins ( ces derniers seraient-ils du Honduras, du Guatemala, de Roumanie ou d’ailleurs…. )

ORANGE MARINE délit d’entrave aux missions de Laure TALLONNEAU Inspectrice du Syndicat(ITF)Quel serait le problème à bord de ces  » ses  » navires immatriculés sous Registre International Français……

ORANGE MARINE délit d’entrave aux missions de Laure TALLONNEAU Inspectrice du Syndicat(ITF) International Transport Worker’s Fédération. Quel serait le problème à bord de ces  » ses  » navires immatriculés sous Registre International Français……

Le 17 février 2015 sur le port de Brest, à 9h00 l‘Inspectrice ITF Laure TALLONNEAU alors qu’elle s’était rendue pour une inspection de routine à bord du Câblier  » PIERRE DE FERMAT  » de la société  » Orange Marine  » immatriculé au Registre International Français, sur ordre de la société, le commandant du  » PIERRE DE FERMAT «  lui a ordonné (sans aucune délicatesse ni ménagement) de quitter immédiatement le bord.

Drôle de comportement pour un commandant de navire, représentant un armement et le pavillon Français, celui-ci serait-il économique (second registre)…. Certains  » débordements  » certaines  » manières  » ne sont plus  » pas  » l’usage y compris dans la marine marchande, et ce depuis très longtemps.

Comme d’autres armements Français,  » Orange Marine  » emploie des marins de nationalité étrangère, ici des marins Malgaches mais,  » Orange Marine « , (contrairement à d’autres armements) ne souhaite pas que les contrats de travail des marins soient regardés, et pourtant la législation le permet.

L’inspectrice ITF Laure TALLONNEAU a fait constater cet incident grave par un huissier, et en a informé les autorités portuaires et maritimes, une plainte est déposée au commissariat de Brest. Le délit d’entrave au fonctionnement des missions est grave, le fait de se faire bousculer même légèrement par le commandant du  » PIERRE DE FERMAT  » est scandaleux.

L’association MOR GLAZ est choquée par ces comportements de la part du Commandant du  » PIERRE DE FERMAT « . L’association MOR GLAZ constate avec amertume, que certaines coutumes dans la marine marchande seraient encore très présentes. L’association MOR GLAZ demande aux autorités de réagir sur ces méthodes inacceptables.

Laure TALLONNEAU est par ailleurs, Vice-présidente et trésorière de l’association MOR GLAZ, nous ne souhaitons  » voulons  » pas accepter certains comportements à son encontre.