Le navire le VALEUREUX scotché dans le port de Douarnenez depuis 23 ans….

Le remorqueur le « VALEUREUX » ancien navire de la Marine Nationale, désarmé en 1993  avait été racheté par l’Association Théophile en 1997 ! Une très belle initiative afin de porter par barge des aides aux Enfants des rues de Roumanie sous le régime Soviétique !

Ce petit remorqueur avait rejoint le port de Douarnenez afin d’y être remis aux normes, et puis, un navire resté durant 4 ans sans servir ne peut que réserver de désagréables surprises, et donc coûter trop d’argent pour une Association de ce type.

Après les mises aux normes, il faut aussi un Equipage fiable et performant serait-il bénévole, il faut le nourrir et lui apporter un certain confort de vie et de la sécurité pour de si longues traversées, soutes etc…  ! Ce remorqueur s’apprêtait à effectuer du remorquage de barge en haute Mer !

L’Association MOR GLAZ s’interroge, ce type de transaction (de projet)  serait-il encore possible 23 ans plus tard ? Car oui le « VALEUREUX » est bien dans le port du Rosmeur à Douarnenez en Bretagne depuis 1997.

Le cheminement de ce navire est conforme à la fin d’activité des navires. Une immatriculation sous pavillon du « PANAMA » durant un temps, non renouvelée. Une absence de pavillon qui en fait un objet flottant. Comment les Autorités peuvent-elles être aussi longtemps observatrices de telles situations à Douarnenez où dans d’autres ports comme Brest par exemple concernant les engins flottants (KARL et ANTIGONE Z) ?

L’Association MOR GLAZ, espère et demande que cette fois les appels d’Offres soient plus rapides et que ce navire « VALEUREUX » trouve rapidement un endroit pour y être déconstruit, puis recyclé dans le plus grand respect de l’Homme et de l’Environnement.

Comme les Officiers de port, l’Association MOR GLAZ est lassée « agacée » par ces situations et l’immobilisme des Autorités ayant en charge ces dossiers !

Pour l’Association MOR GLAZ, il faut désormais régler rapidement ces problèmes de vieilles coques, dans tous les ports et passer en avant toute !

 

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le 22 octobre 2020 entraient dans l’une des cales sèches du port de Brest, deux des trois sous-marins de la Marine Nationale de la classe « AGOSTA » afin d’y être déconstruits !

 

 L’Association MOR GLAZ  œuvre depuis plus de 15 ans afin que de vieux navires soient déconstruits, puis recyclés à Brest. Des navires Civils et Militaires, cet aboutissement « victoire » est aussi un peu le nôtre, nous remercions nos Amis qui se sont mobilisés à nos côtés, ils se reconnaitront. Elle est aussi la victoire d’un Industriel le Président et les Equipes « Les Recycleurs Bretons » qui ont bien voulu tenter l’aventure, une ténacité remarquable et intelligente. Ces trois sous-marins, représentent plusieurs mois (plusieurs années) de travail avec des Techniciens spécialement formés pour cette activité, la déconstruction, puis le recyclage des navires  respectueuse de l’Homme et de l’Environnement doit-être effectuée par des Personnels bien formés, des Techniciens, afin que cette nouvelle activité sur le port de Brest respecte toutes les exigences « imposées par l’Union Européenne qui ne doit pas l’imposer de la même manière à tous les chantiers des pays riverains », sinon pourquoi certaines différences des coûts importants pour la même activité, chantiers  qui doivent pourtant respecter les mêmes règles Sociales et Environnementales ?

Si les règles imposées sont respectées par tous, pourquoi tous ces navires Militaires échappent-ils  à Brest ou à d’autres chantiers Français ?  

Le chantier en cours donne du temps à l’Entreprise pour rechercher et obtenir d’autres marchés, d’autres navires à déconstruire puis à recycler. Deux navires (engins flottants) les cargos  « Karl et Antigone Z » bloqués depuis des années dans le port de Brest,  attendent, ils doivent être confiés à un Industriel Brestois, le savoir-faire est bien là !

-« Les années passées des navires ont été déconstruits à Brest dont un navire de 153 mètres, comme quoi » !

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

La période de confinement, ne doit pas, ne peut pas nous faire oublier que deux hommes ont péri en Mer à quelques mètres du port d’Ajaccio parce-que, dans la nuit du vendredi 25 au samedi 26 septembre 2020, un abri a été refusé aux Marins du voilier « BE BOP » !  Que s’est-il réellement passé en Corse du Sud lors de ce coup de vent ?

 

L’Association MOR GLAZ ne souhaite pas que cette enquête soit bâclée, il y a eu noyade de deux hommes. Certains us et coutumes sur le littoral Corse et plus largement doivent changer, cette nuit-là des hommes se sont noyés et bon nombre de navires ont été endommagés, inacceptable pour l’Association MOR GLAZ.

L’Association MOR GLAZ  souhaite à Madame Dominique DEBUYSER, seule rescapée du   naufrage du voilier de 11 mètres « BE-BOP » de retrouver la paix si possible. Madame DEBUYSER vous n’êtes  plus seule dans cette tragédie. Madame, ce communiqué de presse vous est aussi destiné, plusieurs personnes souhaitent vous apporter leur soutien, et pas que moral, elles souhaitent témoigner !

Depuis ce naufrage les témoignages nous montrent que ce refus d’abri aux navigateurs ne serait pas un cas isolé. Il ne nous aura pas été nécessaire d’aller  glaner bien longtemps des renseignements « informations »  sur le refus ou l’impossibilité de trouver une place à quai dans plusieurs ports du Sud de la Corse pour le voilier le « BE-BOP ». Cette fameuse nuit, d’autres navires se sont retrouvés en difficulté puis au sec. Les témoignages nous parviennent sous différentes formes, SMS, téléphone, et mails, nous avons reçu un écrit hier soir qui nous motive bien plus encore afin que toute la lumière soit faite sur le décès de ces hommes. Nous avons appris que le Bureau Enquête Accident Mer(BEAMer) enquête sur ce naufrage, chose qui ne serait pas fréquente pour ce genre de naufrage tout au moins d’après nos recherches.

L’Association MOR GLAZ demande toute la lumière. Cette nuit-là une Femme a appelé au secours, elle a été abandonnée en Mer, rappel des faits :   A bord du BE-BOP (un voilier qui faisait le tour de la Corse depuis deux mois) le couple DEBUYSER et un ami avait tenté de gagner l’un des deux ports d’Ajaccio et se sont heurtés, assure Madame Dominique DEBUYSER à un refus. -« Je me suis mise à pleurer avec la personne au téléphone en lui disant qu’elle ne pouvait pas nous laisser en mer avec le coup de vent qui s’annonçait mais elle n’a rien voulu savoir ». Après ce triste appel, le voilier avait gagné le golfe d’Ajaccio, où de puissantes bourrasques soufflaient du nord-ouest. Âgée de 66 ans Madame Dominique DEBUYSER est la seule survivante de ce naufrage.

Pour l’Association MOR GLAZ : une honte dans un pays qui se dit être une référence dans l’équipement des ports, des secours et de la prévention des accidents en Mer ! 

L’Administration des ports maritimes de plaisance en France fait-elle l’objet d’un contrôle sérieux des autorités préfectorales ? 

Pour l’Association MOR GLAZ                     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/c : Ministère de la Mer et Administrations concernées

Ce week-end du 16 octobre 2020, les Associations MOR GLAZ et du Remorquage étaient présentes à TREBEURDEN dans les Côtes d’Armor,  pour la 5ème édition du festival du film et de l’image des mondes sous-marins.

 

Lors de ce festival, nous avons participé à plusieurs  conférences, et plus particulièrement à celle sur le transport maritime avec comme support le documentaire « EN RADE » du réalisateur Roy LEKUS.

 

Nous avons aussi apporté nos réflexions sur « SOS MEDITERRANEE » et leurs remarquables  missions de sauvetage de vies humaines en Mer, effectuées par cette Organisation souvent décriée «contestée » mais si méconnue !

Durant ce week-end, nous avons réalisé de belles rencontres avec les autres invités

« RÉSEAU CÉTACÉS »

« la SNSM »

 

 « PEUPLES DES DUNES DE BATZ à BREHAT »

« Ligue pour la Protection des Oiseaux LPO »

 

« L’ASSOCIATION LES FRÈRES LEBRUN véritable saga du film sous-marin

 

« Charles MARION Photographe/Reporter »

 

de belles rencontres, de bons contacts afin d’élargir le réseau de l’Association MOR GLAZ.

Nous avons rencontrés des Militants qui ont les mêmes démarches que nous (Humaines, Environnementales et Animales) afin de dégager l’horizon un peu bouché !

Merci aux organisateurs de ce 5ème Festival du film et de l’image des mondes sous-marins. Un grand merci à Patrick BOURGES et à tous les Bénévoles de l’Association Embarque à Treb !

 

Le  Président des Associations                Jean-Paul HELLEQUIN

Une visite Ministérielle……. Pour quoi faire?

Le lundi 12 octobre 2020, la Ministre de la Défense, Madame Florence PARLY était en déplacement à Brest, afin de s’assurer des moyens dont disposait l’Action de l’Etat en Mer, sous l’autorité du Préfet Maritime de l’Atlantique, en ce qui concerne la zone maritime de la pointe Finistère à la frontière Espagnole.

Lors de la conférence de presse, une question « inattendue » a été posée à la Ministre au sujet des moyens héliportés pour  effectuer le sauvetage en Mer.

L’Association MOR GLAZ, le 25 janvier 2020 dans un communiqué s’inquiétait du temps de disponibilité des Hélicoptères et des Equipages affectés à ces missions de sauvetages en Mer, en s’appuyant sur des faits et des rapports du BEAMer. Après quelques jours, les services de communication  de la Marine Nationale nous firent une réponse laconique, illisible et hors sujet comme souvent lorsque les questions sont précises et dérangeantes. Hier, la réponse de Madame la Ministre fut tout aussi laconique, la Ministre reconnaissant toutefois, que le nombre d’appareils disponibles restaient sous les prévisions  –« Nous avons lancé la réorganisation du maintien en condition opérationnelle de nos aéronefs ».

L’Association MOR GLAZ aurait souhaité que la question lui soit aussi posée sur le renouvellement des remorqueurs Abeilles Flandre et Languedoc, et du rafistolage effectué par les responsables de ces marchés publics. Un appel d’offres bricolé  -« qui suggère, motive et accepte que les concurrents  puissent répondre avec des navires d’occasions (qui ne seront pas des remorqueurs), sur des contrats de dix ans non renouvelables, accompagnés d’une enveloppe de 120 Millions d’Euros (nettement insuffisante lorsque l’on connait le prix d’un remorqueur de haute mer moderne).

Hier à Brest aucune déclaration, de l’auto satisfaction et rien de plus. Il ne suffit pas de faire quelques  déclarations comme trop souvent et de s’auto satisfaire, il faut reconnaitre ses mauvais choix, le manque de moyens et y remédier !

L’Association MOR GLAZ dénonce les manques de moyens des trois Préfets Maritimes, qu’ils soient nautiques ou héliportés pour faire face à des situations d’urgences !  Espérons que les Marins et les populations du littoral n’auront pas à subir ces mauvais choix !

L’Association MOR GLAZ  qui protège les marins du Monde, ne se satisfera jamais d’une communication laconique qui ne satisfait que les états-Majors en charge du sauvetage en Mer et quelques Administrations !

             Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

La réflexion d’un adhérent Expert de l’association MOR GLAZ

Yvon Mounes : Salut Jean Paul. Dommage que le Rdv avec BFM ait tourné lamentablement au manque de savoir vivre de leur part car le sujet était intéressant. L’histoire du Wakashio n’est qu’un problème de probabilité dû au trafic et route maritime avec les conditions d’exploitation que nous connaissons notamment avec Morglaz.

  • La route: sortie du détroit de Malacca pour rejoindre le Cap de Bonne Espérance en frôlant le sud de Madagascar fait quasiment passer sur l’île Maurice. Maintenant prenons un équipage restreint en effectifs mais légal sans parler des qualifications parfois très limites en fonction du pavillon (Panama) et on arrive à la situation où un navire même de 300ml x 50ml sous pilote auto n’a aucune raison de changer de route si le suivi cartographique n’est pas correctement fait par l’officier de quart ni la veille passerelle quand le matelot est occupé à des travaux  d’entretien. Merci aux technocrates de valider des réductions d’effectifs à la demande des armateurs.
  • Sur cette route, jusqu’en Juillet ce sont près de 2000 navires qui ont transités cette année, alors pourquoi ne pas instaurer un DST comme à Ouessant pour passer bien au large (ça vaut aussi pour La Réunion). Les navires, quel qu’ils soient ne sont pas fait pour attaquer les barrières de corail, et encore moins les vraquiers dont les faiblesses structurelles bien connues des marins en font des navires dangereux (le fait de leurs immenses ouvertures de cales et des chargements de minerais à forte densité entraînent des fatigues de coque importantes) Ce n’est pas un hasard si la France ne possède quasiment pas de gros vraquier, l’Italie une quarantaine et Panama environ 1550 …Cherchez l’erreur.
  • Comme tu peux le voir, je pourrais continuer à développer le sujet en abordant en plus la fatigue des marins qui suite au Covid se retrouvent à faire des embarquements très longs, les relèves étant impossibles avec le blocage du trafic aérien dont se fichent tous les gouvernements du moment que le commerce fonctionne. Tu pourras toujours en toucher un mot à A.Girardin. Amitiés: Yvon

l’association MOR GLAZ est très satisfaite d’apprendre que trois sous-marins classiques de la Marine Nationale seront déconstruits « recyclés »  en 2020 et 2021 dans le port de Brest.

Un bon point pour le Service de Soutien de la Flotte, qui vient de s’apercevoir enfin, que Brest et ses Industriels sont capables de réaliser ce qui trop souvent est envoyé hors de nos frontières !

Les trois sous-marins  le « Bévéziers, La Praya et l’Agosta »

sont des navires que nous souhaitions voir déconstruire à Brest ! Nous souhaitons, et continuons de demander,  que les deux vieux navires « Antigone Z et le Karl » immobilisés dans le port de commerce de Brest depuis plusieurs années soient eux aussi déconstruits « recyclés » à Brest.

Le Karl, venu charger des pommes d terre et l’Antigone Z, venu décharger du poisson, avaient été remorqués dans la zone de la réparation navale pendant les fêtes de 2016o

Essayons ensemble d’activer de nouvelles activités industrielles, respectueuses de l’Homme et de l’Environnement  sur le site portuaire  de Brest. La force d’un port et sa reconnaissance sont ses diversités industrielles, montrant ainsi une vraie volonté de se développer et d’innover !

Depuis longtemps, l’Association MOR GLAZ défend cette activité de déconstruction des navires et autres métaux à recycler en France et dans le port du ponant ! Ces activités apportent de nouvelles escales de navires, qui doivent envoyer les métaux vers des fonderies, mais également de nombreux autres matériaux au recyclage.

Comme nous l’écrivons régulièrement, cette activité de recyclage effectuée dans le respect de l’Homme et de l’Environnement donne d’elle une vraie « nouvelle » image industrielle, créatrice d’emplois spécialisés. Félicitation à la Société qui s’est investie dans cette activité, cette aventure, bon courage et merci d’avoir été aussi pugnace que MOR GLAZ !

L’Association MOR GLAZ croit plus que jamais au développement de cette industrie en France et à Brest ! Nous avons une pensée, pour les Marins qui ont mené des missions à bord de ces trois navires.

Pour l’Association MOR GLAZ  Le Président    Jean-Paul HELLEQUIN

L’État Français et les responsables des marchés publics nous préparent-ils une protection du littoral au rabais, du rafistolage ? Naviguer à vue peut amener rapidement au naufrage !

Renouvellement des remorqueurs de haute Mer : l’appel à candidatures évoquait un certain bricolage qui ne donnera pas les moyens nautiques nécessaires aux Préfets Maritimes. L’association MOR GLAZ demande à être reçue par Madame la Ministre de la Mer, nous voulons évoquer avec elle et son Cabinet les moyens nautiques qui doivent être mis à la disposition des trois Préfets Maritimes afin d’assurer une protection efficace de nos côtes et des populations. Ce renouvellement de la flotte des deux remorqueurs, est bout au vent  depuis plusieurs années (plus de 5 ans).

Pourtant, Lors des rencontres successives avec les Cabinets des Premiers Ministres, de Messieurs Manuel VALLS, Edouard PHILIPPE, du Conseiller Mer du Président de l’Assemblée Nationale, du Secrétaire Général de la  Mer, et du Ministre des transports, il avait été décidé, que la France se doterait de « REMORQUEURS » de haute Mer, et non de « SUPPLY » pire encore de navires bricolés qui donneraient des moyens nautiques insuffisants aux Autorités Militaires en cas de besoin.

Les deux remorqueurs a remplacé sont âgés de plus de 42 ans, avec une force de traction annoncée de 165 tonnes il y a plusieurs décennies. Les moyens ne sont plus là, ni en nombre ni en qualité face au trafic maritime croissant et de plus en plus dangereux : gigantisme des navires marchands, paquebots, contrôles des navires insuffisants, qualité maritime des Equipages auxquels il est accordé plus d’intérêts aux modules qu’aux formations maritimes etc. ….  Nous croyons savoir, que les Préfets Maritimes n’auraient pas été consultés sur le texte des appels à candidatures.

Les candidats retenus devront partir sur l’idée de construire des « REMORQUEURS »  pour assurer ces missions de service public, sauf que l’enveloppe dégagée par le Gouvernement ne le permet pas, elle est insuffisante pour construire et armer correctement les futurs remorqueurs qui devront durer entre 30 et 40 ans. Plus de 45 jours après l’appel à candidatures, le choix des sociétés n’est toujours pas connu, pourquoi ? Cet appel à candidatures  suscite quelques interrogations de la part des spécialistes de l’Association MOR GLAZ qui estiment par ailleurs qu’il  faudrait être courageux pour candidater sur un texte aussi flou !

-Des contrats de 10 ans « non renouvelables », sachant qu’un remorqueur du type Abeille Bourbon et Liberté sera un investissement d’environ 70 à 80 millions € l’unité selon leur fiabilité, aucun Armateur sérieux ne peut prendre la Mer pour une aventure aussi incertaine, une trop faible visibilité, un naufrage assuré !

Les missions de protection du littoral sont des missions sérieuses, qui ne peuvent être assurées qu’avec des navires de qualité, bien armés des effectifs en nombre et en qualité. Ces navires devront-être puissants, modernes, sous pavillon Français 1er Registre, construits en France si possible, avec des taux d’affrètements de bons niveaux (les taux d’affrètement des navires affrétés actuellement sont sous payés et la tendance reste à la baisse). Cet appel à candidatures évoque du bricolage administratif qui n’a rien d’économique ni de maritime, un sentiment de ne pas connaître pour les rédacteurs ni les missions ni les moyens nécessaires, un certain amateurisme ! –Qui sont celles et ceux qui peuvent bien élaborer de tels textes ?

Pour les Associations MOR GLAZ et du Remorquage, nous craignons un désengagement de l’Etat pour les missions d’assistance et de sauvetage en Mer. Un bricolage pour les 10 prochaines années, puis l’inconnue ! Celles et ceux qui feraient le mauvais choix risquent de se retrouver face à leurs responsabilités et devront en répondre aux citoyens très attachés à ces missions de service public. Il y a 42 ans «AMOCO CADIZ » … ! Rappelons que depuis 2011, les moyens de sauvetages manquent dans le Golfe de Gascogne et en Corse, les associations MOR GLAZ et du Remorquage l’ont souvent évoqués, des promesses avaient été faites et puis !!!

Pour les Associations Jean-Paul HELLEQUIN

2 juillet 2020 : LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA REPUBLIQUE EMMANUEL MACRON

 

Monsieur le Président de la République,

Il est évoqué, annoncé depuis quelques jours un remaniement Ministériel. L’Association MOR GLAZ est une Association indépendante de tout parti politique, de tout Syndicat et mouvement, car nous souhaitons pouvoir agir librement sans demander la permission, agir en notre bonne conscience pour le mieux-être des Marins du Monde, pouvoir agir pour des activités Maritimes diverses respectueuses de l’Homme et de l’Environnement, avec des professionnels qui ont nos valeurs ! Nous pouvons ainsi dénoncer toutes les dérives du secteur en y apportant nos réflexions.

Le 3 décembre 2019 à Montpellier aux Assises de l’économie de la Mer (lors desquelles j’avais pu vous remettre un dossier sur la Sécurité Passive Embarquée), vous aviez évoqué les Marins, la Mer, ce Monde Maritime avec un tel enthousiasme, une telle passion affichée, que lors du remaniement évoqué, ces Marins, cette Mer, et les activités Maritimes ne pourront pas être oubliés « laissés » sur le quai !

Monsieur le Président de la République, vous ne pouvez laisser les acteurs des activités et du transport Maritimes sans un grand Ministère. Ministère qui devra avoir à la barre un Capitaine courageux, prêt à affronter des tempêtes, prêt aussi à redonner une vraie grandeur Maritime à la France, avec des Armateurs respectueux de certaines règles sociales, prêts à hisser très haut le pavillon Français ! L’Économie, L’Environnement et l’Indépendance Stratégique de la France en dépendent, la France doit avoir un Ministère de la Mer !

La pandémie va laisser des naufragés  chez les Marins, certains endurent des embarquements de plus d’une année. Durant cette crise, un Ministère de la Mer aurait été utile, il le sera aussi après la crise, car il y aura un grand nombre de Marins et des Familles marqués à jamais !

Monsieur le Président de la République, la Mer cette autoroute de liberté doit être surveillée, elle doit faire l’objet d’une attention particulière pour notre survie et celles des générations futures. La Mer doit être protégée, la veille permanente,  car nourricière elle regorge de ressources pour le mieux vivre des Femmes et des Hommes et pour tout être vivant sur la planète !

Avec plus de 16 milliards de tonnes de marchandises échangées par la Mer en 2016 et une progression qui devrait permettre de dépasser les 20 milliards de tonnes dans les prochaines années,  les activités Maritimes et portuaires sont créatrices de plus de 340 000 emplois en France. Ces activités doivent être bien plus regardées, appréciées et soutenues qu’elles ne le sont par les gouvernements et plus précisément par le vôtre !

Un grand Ministère de la Mer est utile, son Capitaine devra être épissé à l’Elysée, se sentir soutenu, avoir liberté de manœuvre afin de pouvoir mettre en avant toute lorsque cela sera nécessaire. Monsieur le Président de la République, au Cabinet de ce grand Ministère il faudra de grands et bons manœuvriers, « pas seulement des serviteurs de l’État »  capables de prendre le bon cap et d’affronter les tempêtes en évitant les récifs et autres écueils. Lors d’une manœuvre, le Capitaine d’un navire prend la décision, l’Equipage le suit et l’objectif atteint.  Le Secrétariat Général de la Mer doit être pleinement associé, ses pouvoirs renforcés et simplifiés !

L’Association MOR GLAZ avait été reçue le 6 juillet 2017 par le Cabinet du Premier Ministre, nous avions évoqué les sujets maritimes qui nous paraissaient essentiels.

Monsieur le Président de la République, en l’attente, acceptez nos respectueuses et sincères salutations.

 

Pour l’association MOR GLAZ, Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le 25 juin 2020 sera la journée internationale des Gens de Mer, à quoi servent réellement toutes ces journées?

 

Cette journée symbolique dénouera-t-elle la situation des 200.000 Marins « recensés » bloqués à bord de navires dans le monde entier, la pandémie aura fait ses ravages Humains, Sociaux et Économiques dans la première activité Mondiale.

Les périodes d’embarquement pour certains Marins ont largement dépassé l’année, une situation dangereuse, inédite et surtout inimaginable pour ces Marins du Monde, pour ces Équipages ! Des situations catastrophiques pour leurs Familles, mais aussi pour les Marins qui devaient les relever. Une dérive de plus dans cette activité pas toujours reconnue comme elle le mériterait, un peu abandonnée dans ce fort coup de vent !

Il y a quelques jours, Monsieur Stephen COTTON Secrétaire Général de la Fédération Internationale des Transports  (ITF) a tranché :- « nous ne dirons plus aux gens de mer qu’ils doivent rester à bord. S’ils veulent partir, nous les aiderons ».

L’Association MOR GLAZ s’interroge, quelles  aides ? car ceci étant dit,  qu’adviendra-t-il pour ces Marins qui attendent de pouvoir débarquer s’ils débarquaient, abandon de poste et du navire ? Mise en danger du navire si le minima d’effectif ne serait pas respecté ? Cette déclaration nous parait certes très ferme mais ambiguë, quels Marins pourraient débarquer ? Qui déciderait ? et surtout quels risques pour ces Marins ? Il ne suffit pas de débarquer, il faut pouvoir rentrer rapidement au pays, et le souci est bien celui-là !

Pour l’Association MOR GLAZ, nous l’avions déjà écrit lors du confinement, l’État du pavillon du navire, l’État d’origine des Marins, les Sociétés de Manning et les Armateurs doivent coopérer, s’organiser afin de relever au plus vite les Équipages (nous savons que certains Armateurs souhaitent relever les Équipages)

L’Organisation Maritime Internationale (OMI) et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) se réunissent suffisamment, se connectent, elles devraient pouvoir prendre une décision commune et rapide pour  rapatrier ces Marins en souffrance, ils deviennent malgré eux,  dangereux pour eux, pour la vie en Équipage et pour la Sécurité Maritime.

Cette crise sanitaire planétaire, va confirmer les profonds dysfonctionnements du système « secteur »  maritime international très souvent dénoncés par l’Association MOR GLAZ ! Elle va aussi révéler le peu de reconnaissance et d’intérêts des pays pour les activités Maritimes et leurs Marins qui permettent 90% échanges et autres activités cruciales pour notre avenir et notre bien être !

L’Association MOR GLAZ a le cas précis, d’un Adhérent Officier qui était parti pour un embarquement de 28 jours, il est débarqué le 107ème jour (lui il n’aurait pas abandonné son poste), à bord il y avait des Africains qui cumulaient 6 mois de bord, voilà la réalité de certains Marins durant la pandémie et pour un grand nombre,  cette pénibilité n’est pas terminée. Il faut être Marin pour savoir ce que cela signifie !

 

Pour l’Association MOR GLAZ    Le Président Jean-Paul HELLEQUIN