Que se passe-t-il en Baie de Saint-Brieuc au large des Côtes d’Armor, la Nature serait-elle sur le point de se rebeller face à cette implantation du champ éolien imposé en cet endroit par quelques-uns.

Il y a quelques jours, le Directeur de la Société Aile Marines faisait des déclarations assez surprenantes que l’Association MOR GLAZ avait perçues comme un aveu d’impuissance face à la Nature du site !

Des déclarations qui démontrent, que l’endroit de l’implantation de ce chant éolien n’était pas l’endroit, des découvertes inattendues, mais comment cela est-il possible ?

Comment peut-on entamer un tel chantier sans avoir étudié sérieusement le fond Marin à cet endroit ? Découvrir le marnage, la force des courants, des vents, nous parait un peu ubuesque,  lorsque la volonté affichée est si grande et aussi déterminée d’implanter le parc éolien à cet endroit contre l’avis d’un grand nombre (Communiqué du 4 mai 2021 sur notre site)

Puis hier en soirée, une pollution par hydro carbure provoquée par le navire AEOLUS, navire très spécialisé dans ce type de travaux Offshores ! Branle-bas de combat le lundi 14 juin 2021 à la Préfecture Maritime, le Commandant de l’AEOLUS vient de signaler une pollution. La Préfecture Maritime va devoir mener cette mission de dépollution avec ses petits moyens.

Ces genres d’incidents n’étaient pas forcement prévu eux non plus !

Pour l’Association MOR GLAZ, toutes celles et ceux qui se sont engagés pour ce chantier devraient réfléchir, devraient peut être même moins s’écouter, et écouter enfin les arguments des autres ! Ces chantiers pourtant soumis à des appels d’Offres des plus sérieux( parait-il)  réservent des surprises insurmontables, occasionnant parfois des dérives loin des regards, mais, ce chantier lui est particulièrement surveillé.

Mesdames les Ministres de la Mer et de l’Environnement, viendront-elles comme en Corse le 12 juin 2021 lors de la pollution, nous expliquer que la Mer et les Océans doivent être protégés !

Pour l’Association MOR GLAZ ces chantiers en Mer ne sont en rien comparables à d’autres, toutes les précautions doivent-être prises en amont et de manières très sérieuses.

Pour l’Association MOR GLAZ              Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

MOR GLAZ  adresse cette lettre aux Mers et Océans !

 

MARINE NATIONALE  » –

Pauvres Mers, pauvres Océans, il y a quelques jours, le 8 juin 2021 votre journée Mondiale était célébrée, vous vous étiez sentis aimés comme chaque année depuis 1992, année de la mise en place de cette journée Internationale.

Nous nous étions engagés auprès de vous pour vous défendre, afin de rester  MOR GLAZ au fil des marées et des tempêtes. Nous allions tout mettre en œuvre contre les pollueurs, et autres voyous des Mers et Océans, mais, quasiment dans le même temps, à l’Est de la Corse, un méchant, un indiscipliné, un odieux personnage vous crachait au visage, avec un certain dédain, du mépris, cet individu laissait après lui une larme noire, une plaie si polluante qu’elle ne se refermera jamais, même lorsqu’elle ne sera plus visible, elle sera là dévastatrice.

L’Association MOR GLAZ pleure, pour vous avec vous les Mers et les Océans, elle dénonce y compris devant les Tribunaux depuis 2000 ces insultes que vous subissez. Celui qui vous a marqué de cette empreinte noirâtre, visqueuse et empoisonneuse, doit être retrouvé, la justice fera le reste peut-être!

Chères Mers, chers Océans, pour ces pollueurs tueurs de Faune et de la Flore, MOR GLAZ s’excuse auprès de vous, elle est si triste en ce 11 juin 2021, triste et vexée. Nous comptons sur la Marine Nationale et ses modestes moyens pour vous protéger et essayer de faire au mieux afin d’éviter le pire.

Madame la Ministre Barbara POMPILI, vous allez survoler cette Mer polluée, soyez rapide car elle est suffisamment touchée, évitez de la blesser d’avantage ! Évitez aussi les déclarations inutiles qui ne la guériront pas, cette fois encore la Mer est touchée à cet endroit et elle ne sera plus jamais MOR GLAZ, plus jamais bleu !

Jean-Paul HELLEQUIN    Président de l’Association MOR GLAZ

L’Association MOR GLAZ est aux côtés des Salariés Sédentaires et Navigants de la Société Maritime PENN AR BED, elle  approuve leurs justes inquiétudes concernant la Sécurité sur le 1er Éperon du Port de Commerce de Brest dans le Finistère !

 

 

L’Association MOR GLAZ n’a plus besoin de justifier l’intérêt qu’elle déploie à  défendre avec pugnacité  les activités portuaires à Brest, en Bretagne et ailleurs…. Nous savons pour avoir rencontré plusieurs Personnels Sédentaires et Navigants qu’ils sont inquiets. Nous avions deviné, et entendu ces inquiétudes, puis nous sommes allés nous en rendre compte sur place de la dangerosité sur le quai :-«  l’implantation du Musée National des Phares et Balises au 1er Éperon sur le port de Brest pose de réelles difficultés liées à la présence sur ce même quai de la Gare Maritime et de la Société Maritime PENN AR BED.

L’Association MOR GLAZ n’est pas opposée à un Musée National des Phares et Balises à Brest, mais pas au 1er Éperon quai Georges-LOMBARD. Ce « le » Musée, ne peut pas être implanté à cet endroit, par contre cet endroit est parfait pour enfin  donner « implanter » une vraie Gare Maritime au port de Brest, un confort et une sécurité pour les plus de 30.000 passagers qui y transitent chaque année pour embarquer vers les îles. Un vrai lieu « entrepôt » de  stockage pour les plus de 10.000 tonnes de marchandises « essentielles »  embarquées chaque année pour rejoignent les îles. Cette bonne mauvaise idée de la part de la Présidente du Département Madame Nathalie SARRABEZOLLES, de ses disciples et de ses apôtres doit être abandonnée !

Depuis des décennies, le port de Brest, connait une heureuse métamorphose sur la zone ouverte au public, que nous saluons. Ceci n’est pas une raison pour ne pas préserver et améliorer les activités Maritimes et Portuaires !

Lors du Conseil Portuaire qui se tiendra à Brest le mercredi 2 juin 2021, ce sujet doit-être rediscuté en y prenant le temps nécessaire, il serait bien, que tous les opposants au projet s’expriment librement, et que les autres révisent cette « ubuesque » implantation incompatible avec les « activités « essentielles » existantes.

Lors de notre présence sur le quai le mardi 18 mai 2021 nous avions constaté les risques « accidentogènes » provoqués par cette incompatibilité des activités : –« Les Chariots élévateurs et les  manutentions de matériaux, produits de tous types se croisent et se « côtoient» de trop près, cet endroit n’est donc plus sécurisé comme il le devrait, les moyens de stockage des marchandises sont devenus insuffisants et inappropriés. Les Personnels qui travaillent sur ce quai attirent eux aussi depuis quelques mois l’attention sans une grande écoute de la part des personnes qui sont à l’origine de ce projet. Un Musée National des Phares et Balises pourquoi pas, mais certainement pas à cet endroit !

L’Association MOR GLAZ  souhaite une rencontre rapide avec Monsieur le Sous-Préfet de Brest, nous souhaiterions, que ses services puissent se rendent compte par eux même des difficultés rencontrées par les Salariés de la Société Maritime PENN AR BED pour exercer leurs missions de continuité territoriale !  Nous sommes toutes et tous  attachés au bon fonctionnement des transports, il faut trouver  rapidement une « la » solution pérenne.

Rien ne doit perturber l’activité existante, ni la sécurité en ce lieu.           

Pour l’Association MOR GLAZ, le Musée National des Phares et Balises et les activités Maritimes existantes sont incompatibles d’après les Personnels de la PENN AR BED  cet endroit, est un mauvais choix !

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

L’Administration Maritime va-t-elle faire légiférer sur les conditions d’utilisation des gyrophares sur les navires français ?  

 

Suite à la parution du rapport du BEAMer concernant l’abordage entre le canot du lamanage CB 20 et la vedette de servitude « La CASSIDAIGNE » dans l’avant -port de Port-de Bouc (13110), le 07 Octobre 2020, l’Association MOR GLAZ s’interroge sur la finalité d’un rapport dont l’objectivité peut être remise en cause dans le cadre d’une enquête judiciaire.

Cet abordage a fait trois blessés dont un grave le patron du canot CB 20. Bien que la vitesse d’un  des navires  ne semble pas la piste prioritaire à l’origine de cette collision, le rapport d’enquête relate avec insistance que le gyrophare bleu d’une embarcation pneumatique de la Gendarmerie Maritime se trouvant non loin et faisant route inverse  aux navires  aurait  « pu » éblouir les patrons des embarcations entrées en collision.

Cette affirmation du BEAMer relève d’une hypothèse des enquêteurs dans le cadre d’une enquête technique et non judiciaire. Si l’analyse de cet événement n’a pas été conduite de façon à établir ou attribuer des fautes à caractère pénal ou encore à évaluer des responsabilités individuelles ou collectives à caractère civil, il est permis de douter de l’utilité d’un tel rapport et de son coût pour la collectivité. Au-delà de cette enquête technique du BEAMer, l’Association MOR GLAZ regrette qu’il ne soit pas fait mention de l’ouverture d’une enquête judiciaire par le parquet de Marseille.

Cet accident de Mer doit-il rester confidentiel pour couvrir le vide juridique relatif au feu concerné ?

Pour l’Association MOR  GLAZ, ce dramatique accident met en lumière le laxisme de l’Administration Maritime dont dépend le BEAMer, qui en 40 ans d’usage du gyrophare à bord des navires de pêche, marine marchande ou Etat n’a jamais été capable de faire voter un texte de loi quant aux conditions d’utilisation de feu qu’il soit orange ou bleu !  A ce titre « l’Enseignement 2021-E -12 » de l’enquête sur les conditions de l’usage du gyrophare doit se transformer en une recommandation formelle à Madame la Ministre de la Mer !

Que s’est-il réellement passé dans le port de Port de Bouc dans la nuit du 7 au 8 octobre 2020 ?

 

Bernard Le BIHAN     Vice-président de MOR GLAZ

 

C/c : Aux Administrations et Ministères concernés 

Et si le Remorqueur « CHRISTO XXIV » ne reprenait jamais la Mer pour effectuer des missions ?

 

  En effet ce Remorqueur aurait été saisi par les Russes qui lui reprochent d’avoir failli dans sa mission, radicale comme méthode mais certainement efficace !  Le navire qu’il remorquait le « VARZUGA » quant à lui fait l’objet d’un nouvel appel d’Offres pour y être déconstruit. Courage aux Industriels Français compétiteurs.

L’Association  MOR GLAZ est satisfaite par ces décisions, nous rappelons aux Autorités Françaises, que notre pays a créé depuis quelques années une activité nouvelle Industrielle, longtemps décriée pour des raisons sans fondement.

Merci aux Industriels qui ont pris des risques en investissant afin de  déconstruire  et de recycler les vieux navires en France, dans le respect des règles Sociales et Environnementales !

Bref rappel des faits :

L’association MOR GLAZ écrivait le 5 mai 2021 avec une certaine satisfaction : -« cette fois encore tout a bien fonctionné sous l’autorité du Préfet Maritime de la Manche et de la Mer du Nord, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » dans la nuit du 4 au 5 mai 2021 en Manche ». puis le 8 mai 2021

 -« la mise en demeure, l’alerte des moyens existants Civils et Militaires, endroit refuge si peu ou pas utilisé, bravo aux services de l’Etat,  et de l’Action de l’Etat en Mer » !

Cette fameuse nuit du 4 au 5 mai 2021 le Remorqueur « CHRISTO XXIV » OMI 7041625 battant pavillon du Panama âgé de 50 ans propriété d’un Armateur Grec perdait le navire qu’il remorquait vers le chantier de « ALIAGA » en « TURQUIE ».

La recherche pour les « expéditeurs » de ces vieux navires est d’en tirer le maximum de profit en tirant les prix le plus bas possible, y compris le coût du Remorquage en oubliant certains critères sociaux et de sécurité.

 Une Remorque  de 46 millimètres de diamètre était-elle suffisante pour effectuer un aussi long voyage ?  Ce Remorqueur n’aurait pas dû pouvoir prendre la Mer, et quitter le port de « MOURMANSK » pour une telle mission. Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés de ces remorquages sur de longues distances.

L’Association MOR GLAZ, demande aux Autorités et Administrations Françaises, de faire en sorte que le « VARZUGA » soit déconstruit en France, et qu’il ne puisse en aucun cas reprendre la direction de la « TURQUIE » sous remorque comme l’indique certains bruits de coursives.

Le 16 décembre 2016 deux navires de la société « MAERSK » sombraient au large des Côtes Bretonnes, elles aussi elles partaient dans un chantier de déconstruction en « TURQUIE »  remorquées par un navire vétuste. A l’époque Madame Ségolène ROYAL avait mis rapidement la Société « MAERSK » face à ses responsabilités.

L’Associations MOR GLAZ demande aux Autorités Civiles et Militaires de garder le cap de la fermeté, nous demandons aux prestataires de service du port du Havre  (Lamanage, Remorquage et autres) de ne pas laisser repartir le Remorqueur « CHRISTO XXIV » tant que les factures ne seront pas acquittées

 

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN     WWW.MORGLAZ.ORG

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés.

Que de moyens nautiques en action pour ramener vers le port refuge « LE HAVRE » le convoi du Remorqueur CHRISTO XXIV et le VARZUGA avant qu’il reprenne sa route  vers la TURQUIE.

 

L’Association MOR GLAZ plutôt satisfaite, durant cette escale un peu forcée, chacun devra jouer son rôle afin que ce convoi reprenne la Mer dans des conditions optimales de sécurité !

Tous les services de l’État, ceux du port d’escale et les Administrations concernées doivent être zélés !

L’Association MOR GLAZ demande au Centre de Sécurité des Navires du port LE HAVRE  de ne délivrer aucune dérogation à ce Remorqueur, aucune dérogation Sociale ni technique, aurait-il une convention ITF .

Dans la nuit du 4 au 5 mai 2021, les Services de l’Action de l’État en Mer sous l’Autorité du Préfet Maritime  avaient  évité le pire dans le détroit du Pas de Calais, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » après la rupture de la remorque du Remorqueur  le « CHRISTO XXIV ».

Il faut donc éviter tout autre incident pouvant mettre en danger la vie des Marins du « CHRISTO XXIV » et des navires qu’il pourrait croiser. La route est longue pour aller jusqu’au chantier de déconstruction dans le port de «ALIAGA » en TURQUIE.

Un chantier aux normes douteuses, seul intérêt pour les Armateurs d’y faire déconstruire leurs vieux navires vraisemblablement  « des prix bas » !

Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés et les dangers de ces remorquages sur de longues distances, d’où la nécessité pour l’Association MOR GLAZ et notre argumentation depuis plusieurs années de recycler les navires en fin de vie au plus près. Le chantier du port de « ALIAGA » n’était peut-être pas la solution, mais le moins disant est toujours le mieux disant pour d’autres !

Ce convoi est passé et va passer devant des chantiers de déconstruction de navires qui ne pratiquent pas tout à fait la même activité Industrielle qu’en TURQUIE, ces chantiers eux, pratiquent l’Activité avec rigueur et pratique du  Recyclage en respectant des normes Sociales et Environnementales rigoureuses, que nous saluons et défendons.

Pour l’association MOR GLAZ, ce convoi était  celui de tous les dangers Maritimes, faisons qu’il soit aux normes strictes avant de repartir !

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés

 

 

Que de moyens nautiques en action pour ramener vers le port refuge « LE HAVRE » le convoi du Remorqueur CHRISTO XXIV et du VARZUGA avant qu’il reprenne sa route  vers la TURQUIE.

 

 

L’Association MOR GLAZ plutôt satisfaite, durant cette escale un peu forcée, chacun devra jouer son rôle afin que ce convoi reprenne la Mer dans des conditions optimales de sécurité !

 

Tous les services de l’État, ceux du port d’escale et les Administrations concernées doivent être zélées cette fois ! L’Association MOR GLAZ demande au Centre de Sécurité des Navires du port LE HAVRE  de ne délivrer aucune dérogation à ce Remorqueur, aucune dérogation Sociale ni technique, aurait-il une convention ITF !

Dans la nuit du 4 au 5 mai 2021, les Services de l’Action de l’Etat en Mer sous l’Autorité du Préfet Maritime  avaient  évité le pire dans le détroit du Pas de Calais, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » à la dérive  après la rupture de la remorque du Remorqueur  le « CHRISTO XXIV ». Il faut donc éviter tout autre incident pouvant mettre en danger la vie des Marins du « CHRISTO XXIV » et des navires qu’il pourrait croiser, la route est longue pour aller jusqu’au chantier de déconstruction dans le port de «ALIAGA » en TURQUIE. Un chantier aux normes douteuses, seul intérêt pour les Armateurs d’y faire déconstruire leurs vieux navires vraisemblablement des prix bas !

Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés et les dangers de ces remorquages sur de longues distances, d’où la nécessité pour l’Association MOR GLAZ et notre argumentation depuis plusieurs années de recycler les navires en fin de vie au plus près. Le chantier du port de « ALIAGA » n’était peut-être pas la solution, mais le moins disant est toujours le mieux disant pour d’autres !

Ce convoi est passé et va passer devant des chantiers de déconstruction de navires qui ne pratiquent pas tout à fait la même activité Industrielle qu’en TURQUIE, ces chantiers eux, pratiquent l’Activité avec rigueur et pratique du  Recyclage en respectant des normes Sociales et Environnementales rigoureuses, que nous saluons et défendons.

Pour l’association MOR GLAZ, ce convoi était  celui de tous les dangers Maritimes, faisons qu’il soit aux normes strictes avant de repartir !

 

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

C/c : aux Ministères et Administrations concernés

 

Hier, l’Association MOR GLAZ félicitait les intervenants, tous les services de l’Etat et les Sauveteurs qui avaient  évité le pire dans le détroit du Pas de Calais, lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » après la rupture de la remorque du Remorqueur  vétuste  le « CHRISTO XXIV ». Nous pensons qu’il serait plus facile, pour Madame la Ministre de la Mer d’empêcher à ce convoi de repartir dans de mauvaises conditions que de couper l’électricité aux iles anglo-normandes !

 

Ce Remorqueur n’aurait pas dû pouvoir prendre la Mer, quitter le port de « MOURMANSK » pour une telle mission,  devenue une aventure incertaine depuis 48 heures pour ce convoi !

La vétusté  du « pseudo-Remorqueur » et de la coque, en attente au large de Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) «en zone refuge » inquiète l’Association MOR GLAZ : par ce communiqué nous demandons aux Autorités Françaises de ne pas laisser repartir ce convoi, qui serait un danger pour les autres navires, pour les Marins embarqués à bord du « CHRISTO XXIV » et pour l’Environnement !

Nous pensons qu’il serait plus facile, pour Madame la Ministre de la Mer d’empêcher à ce convoi de repartir dans de mauvaises conditions que de couper l’électricité aux iles anglo-normandes !

Les difficultés rencontrées par ce convoi rappellent les risques, les difficultés de ces remorquages sur de longues distances ou pas, d’où la nécessité pour l’Association MOR GLAZ et notre argumentation depuis plusieurs années de recycler les navires en fin de vie au plus près, ou alors de respecter toutes les conditions et règles de sécurité imposées à ce type de remorquage (Visite du portage de la remorque, et un homme à bord du navire remorqué si nécessaire etc.)

Pour l’association MOR GLAZ, ce convoi est celui de tous les dangers Maritimes !

 Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

c/c : aux Ministères et Administrations concernés

L’association MOR GLAZ écrit avec une certaine satisfaction : -« cette fois encore tout a bien fonctionné sous l’autorité du Préfet Maritime de la Manche et de la Mer du Nord lors de la dérive du vieux navire « VARZUGA » dans la nuit du 4 au 5 mai 2021 en Manche ».

 Il s’agit d’un exercice grandeur nature non programmé avec : -« la mise en demeure, l’alerte des moyens existants Civils et Militaires, endroit refuge si peu ou pas utilisé, bravo aux services de l’État,  et de l’Action de l’État en Mer » !

L’Association MOR GLAZ attire l’attention depuis des années sur la dangerosité des vieilles coques de navires qui partent à la casse sous remorque de Remorqueurs parfois aussi vétustes que les engins remorqués, le Remorqueur « CHRISTO XXIV » OMI 7041625 battant pavillon du Panama propriété d’un Armateur Grec est âgé de 50 ans. 

La recherche pour les « expéditeurs » de ces vieux navires est d’en tirer le maximum de profit en tirant les prix le plus bas possible, en oubliant certains critères, sociaux et de sécurité !

Le « VARZUGA » ancien pétrolier effectuait son dernier voyage sous remorque pour rejoindre un chantier de déconstruction en Turquie. La remorque a cédé, pourquoi ?

L’Association MOR GLAZ demande, que toutes les règles de sécurité soient exigées par les Autorités Françaises, gréements adéquats, contrôle rigoureux  du passeport vert, quantité des produits polluants à bord  et comme il se doit, examiner de très près  des conditions de travail des Marins qui sont embarqués à bord du « CHRISTO XXIV ». Pour l’Association MOR GLAZ pas question de laisser repartir un tel convoi sans garanties qui feraient prendre des risques aux Marins du Remorqueur, à l’Environnement et aux Sauveteurs qui devraient intervenir !

L’Association MOR GLAZ demande une rigueur aux Administrations Civiles et Militaires Françaises avant de donner l’autorisation au convoi de reprendre la Mer : le 16 décembre 2016 deux navires de la société « MAERSK » sombraient au large des Côtes Bretonnes elles aussi elles partaient dans un chantier de déconstruction en Turquie remorquées par un navire vétuste. A l’époque Madame Ségolène ROYAL avait mis rapidement la Société « MAERSK » face à ses responsabilités.

Lorsque le convoi reprendra la Mer, l’Associations MOR GLAZ souhaite un bon voyage au Capitaine du Remorqueur « CHRISTO XXIV » et à son Équipage ! Mais cela pourrait être difficile à bord d’un tel navire.

Navire non visité par ITF. Mais 3 dernières visites des  Affaires  Maritimes en  Russie :   04/2021

Déficiences : Engins de sauvetage Inventaire des embarcations de sauvetage Pas conforme. Prévention de la pollution – MARPOL Annexe I 15 Dispositifs d’alarme PPM Inopérant.  Communications radio  Pas comme requis.  Cartes de sécurité de navigation non mises à jour. Sécurité de la navigation Boussole magnétique inopérante. Sécurité de la navigation Publications nautiques Non mis à jour. Lampe de signalisation de sécurité de navigation Inopérant. 2020  Espagne : Sécurité incendie : Moyens d’évacuation Pas comme requis. Clôtures autour de pièces de machines dangereuses: Matériel manquant  2019 Ukraine : Conditions de travail et de vie –Propreté de la salle des machines. Conditions de travail et de vie – Conditions de travail très Moyens. Accès au Navire dangereux.

 

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

 

L’Association MOR GLAZ est attristée et endeuillée par le décès de notre Ami Marc BECAM adhérent depuis 2006.

Nous présentons nos plus sincères condoléances à son épouse, ses enfants et toute sa famille.

Marc était un élu national, Sénateur, Député, mais aussi un élu régional, Maire de la ville de Quimper durant 12 ans, dans laquelle Marc a laissé diverses  empreintes et notamment ses fameux  ronds-points anglais, pas une seule rencontre sans qu’il en parlait.

Monsieur Marc BECAM et moi, nous avons passé des heures à parler de son parcours de syndicaliste agricole, de ses déboires et de ses victoires politiques, mais aussi du naufrage de l’AMOCO CADIZ survenu en 1978 au large de la Bretagne.

Marc avait reçu lors de cette catastrophe maritime les pleins pouvoirs du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing. A cette époque ils furent quelques-uns à décider de mettre en place un remorqueur de haute mer à Brest puis sur l’ensemble du littoral Français sous l’autorité des Préfets Maritimes.

Marc était pour moi un bon Ami, pour l’association MOR GLAZ, un conseillé de qualité dû à son parcours politique et aux importantes décisions qu’il avait été amené à prendre.

Le 27 mai 2010, nous avions passé ensemble une journée mémorable, visite de l’Abeille BOURBON puis la cérémonie à bord du porte hélicoptères JEANNE D’ARC. Ce jour-là il m’a donné des sueurs froides, il avait disparu, noyé dans la foule sur le quai du Commandant Malbert ! Imaginez-vous! …..et puis je l’ai retrouvé chantant le BRO GOZH MA ZADOU avec un groupe, en fin d’après midi  nous étions rentrés à Logonna, nous avions dégusté un petit verre, et il me fit découvrir son importante bibliothèque.

Marc tu laisseras ton empreinte positive tant dans le milieu Agricole que Maritime, ces deux activités qui font la Bretagne. Dans ton dernier courrier en 2020 tu avais toujours beaucoup d’humour…  Merci d’avoir été des nôtres.

le Président de l’Associatiion MOR GLAZ   Jean-Paul Hellequin