ELORN 2006 opération soutenue par Messieurs Patrick Poivre d’Arvor et Alain Bougrin Dubourg.

Christian BUCHER,

vice-président de l’association MOR GLAZ,

organisateur de  » ELORN 2006 « 

Le samedi 27 mai 2006, au  » Passage du Relecq-Kerhuon  » (la frontière entre les activités maritimes et agricoles, la frontière entre l’eau salée et l’eau douce, la frontière entre les marins et les agriculteurs ) côté Plougastel sur l’initiative de la flottille de la rade de Brest, s’est tenu sur l’eau et à terre un rassemblement festif et culturel.

L’association MOR GLAZ s’est associée aux manifestations symboliques et aux débats pour la défense d’une eau pure à la source.

· l’eau ce bien commun, indispensable à la vie de tous les êtres vivants,

· l’eau ressource naturelle trop souvent rendu impropre par les activés des hommes,

· l’eau ressource naturelle trop souvent gaspillée,

· l’eau souvent mal distribuée et payée trop chère par les usagés,

· le manque d’eau cause de précarité pour certains peuples,

· allons-nous connaître les mêmes conflits pour l’eau que pour le pétrole et certains minerais….l’eau est un problème économique et pas uniquement environnemental.

· l’eau tue 10 fois plus que les guerres, près de 2 milliards de personnes souffrent de la mauvaise qualité de l’eau……

alors qu’en moyenne par jour : un Américain consomme 650litres d’eau…… Un Français consomme 150litres d’eau….. Un Ethiopien consomme 5litres d’eau voire moins….Ceux qui en consomment le moins…….. consomment-ils pour autant de l’eau potable ?…..

des solutions existent pour économiser l’eau

et la rendre potable à la source

· réfléchissons-y et mettons en communs nos connaissances nos réflexions,

· mobilisons-nous pour défendre ce bien commun indispensable à la vie de tous,

· sachons changer nos habitudes,

· les distributeurs ne sont-ils pas un peu responsables des consommations excessives,

· l’eau que nous consommons est-elle : suffisamment pure, bien distribuée, trop chère etc…. réfléchissons ensemble……

le 27 mai 2006,des spécialistes ont tenté de répondre à vos questions, à vos incertitudes voire à vos inquiétudes. Comment rendre l’eau pure… comment l’économiser…comment mieux la gérer….L’assainissement est-il toujours aux normes etc…

Durant toute cette journée nous avons proposé aux familles, des jeux pour les enfants, diverses animations, une restauration bio , une buvette et des débats publics animés par des spécialistes de l’environnement, de l’écologie, des universitaires , des industriels etc…… Cette opération sur l’eau était soutenue par plusieurs personnalités dont Allain Bougrin Dubourg Patrick Poivre d’Arvor…….

Pour l’association MOR GLAZ, le président Jean-Paul Hellequin

Conférence de presse le 15 mai 2006 au « CAPE » à Paris Centre d’Accueil de la Presse Etrangère

En dépit des lois qui interdisent l’océanisation des navires, le 17 mai 2006 un porte-avions américain sera océanisé au large de la Floride…. il me paraissait important de le rappeler, et de commencer ainsi mon intervention.

L’association MOR GLAZ souhaite que la déconstruction des vieux navires qu’ils soient civils ou militaires devienne par la loi internationale une activité qui devra se conformer aux règles sociales et environnementales de nos pays européens.

Les péripéties du  » NORWAY  » et du  » CLEMENCEAU  » auront permis à tous ceux qui l’ignoraient,  » ou qui avait fait ce choix « , de savoir que les navires en fin de vie ne peuvent plus être déconstruits de façon artisanale par des hommes qui travaillent dans des conditions d’un autre temps, chacun doit le dénoncer avec force. Cette activité effectuée dans des pays pauvres ou en voie de développement ne peut plus nous satisfaire, c’est pourquoi :

· Brest doit saisir avec d’autres ports européens cette opportunité industrielle.

· Brest doit se doter d’un chantier de déconstruction de navires, celui-ci devra être labellisé par l’Union Européenne.

· Brest doit se doter d’un chantier attractif pour les armateurs internationaux comme elle sait le faire pour la réparation navale.

Brest ne peut pas garder une mono activité, la déconstruction des navires doit être une activité supplémentaire.

· Brest doit saisir cette opportunité, cette chance pour l’emploi dans ce bassin où notamment le secteur de la métallurgie a beaucoup souffert durant ces dernières années, déconstruire des navires n’est pas une activité dégradante, une sous activité.

Un pays comme la Hollande a su provisionner 64M€ pour activer prochainement un chantier de déconstruction de navires. La France va-t-elle encore cette fois tourner le dos à une activité maritime, ou bien ce sujet serait-il devenu tabou.

· nous devons ensemble convaincre l’Union Européenne sur l’implantation d’un chantier de déconstruction de navires à Brest.

· nous devons gagner ensemble sur ce dossier pour le respect des hommes et de l’environnement.£

· nous devons gagner pour Brest. Notre port doit être le port où sera implanté le chantier de référence pour cette nouvelle activité aux normes sociales et environnementales que nous prônons.

Pour réussir, nous devons faire prendre conscience à tous les acteurs du secteur maritime qu’il faudra désormais prévoir le coût de la déconstruction d’un navire dès sa construction, cela doit désormais être la nouvelle norme internationale.

Nous devons y intéresser l’Organisation Maritime Internationale ( seule organisme capable par le n° IMO d’avoir la traçabilité d’un navire) nous devons imposer par la loi à tous les armateurs cette nouvelle obligation, car la déconstruction des navires ne concerne pas que les navires de l’UE mais tous les navires de tous les pays, de toutes les immatriculations.

L’UE avec sa deuxième flotte marchande mondiale doit montrer la bonne direction, montrer le bon exemple. Elle doit imposer des règles pour déconstruire les navires. Le monde maritime serait-il encore cette fois à côté de ce qui est imposé dans d’autres secteurs industriels.

Le transport maritime, première activité internationale doit être capable de faire appliquer les mêmes règles pour tous. Envoyer ses déchets ailleurs ne sera désormais plus possible car il faut l’interdire, l’interdire par la loi.

Respectons les traités que nous signons et faisons les respecter par tous……et partout.

Lorsque nous sanctionnons les pollueurs des mers sur notre littoral nous avons une bonne démarche pour défendre l’environnement, menons cette démarche hors de nos frontières en traitant nous mêmes nos déchets. Ne tournons pas le dos à nos responsabilités, cela serait incompris et immoral envers ceux qui les reçoivent.

L’objectif de créer un chantier de déconstruction à Brest est ambitieux mais réalisable. Lors de la table ronde organisée à Brest le 8 avril 2006 par l’association MOR GLAZ les responsables politiques, industriels et autres… sont venus nombreux, beaucoup se sont excusés de ne pouvoir être présents, cela est un bon signe, un signe fort, notre débat ne doit pas être comme trop souvent un débat de plus sans résultat ni sans suite.

Nous devons montrer, afficher notre volonté si nous voulons que ce projet se réalise chez nous à Brest. Si nous voulons lancer un tel chantier de déconstruction de vieux navires à Brest pour être en conformité avec les discours de la commission européenne et correspondre aux normes, ce chantier aura, dans les prochaines années, une importante charge de travail car il est prévu la suppression de 55 navires militaires français qui ne correspondent plus aux normes mais également 44 navires britanniques sans parler de ceux des autres pays européens, mais aussi les 2000 pétroliers à simple coque devenus obsolètes ou qui le deviendront suite aux bonnes décisions européennes d’imposer les pétroliers et autres navires à double coque.

Un tel chantier bien dirigé, bien géré ne peut qu’être positif pour Brest, sa région et notre pays. Participons activement à la déconstruction des 700/750 puis des 1200 navires qui seront à démanteler chaque année à partir de 2010. Si les navires étaient plus sérieusement contrôlés et de la même manière dans tous les ports il faudrait en détruire le double chaque année, surtout parmi les navires de 90 à 180 mètres.

Certains sont persuadés et chercheraient même à nous convaincre qu’emmener la sale besogne à faire réaliser par d’autres serait l’un des moyens de les aider à se développer….que cela serait pour ces peuples une bonne aubaine. Ne nous laissons pas berner derrière cette délocalisation qui cache un vrai business et une forme de colonisation économique honteuse….. Nous faire croire que les chantiers en Asie sont aux normes c’est bien nous prendre pour des demeurés, et c’est bien pour cela que ce travail doit être effectué chez nous dans les conditions optimales pour les hommes et l’environnement et nul part ailleurs.

Prétendre que ces chantiers sont aux normes est grotesque, le ministre du travail à reconnu qu’en France, 2 chantiers de désamiantage sur 3 ne respectent pas entièrement la réglementation et l’on sait par de multiples témoignages, y compris devant les commissions d’enquête parlementaire, la situation absolument catastrophique de ce type de chantier en Inde….. Enfin au lieu de s’obstiner, le gouvernement devrait reconnaître qu’il s’agit d’un problème économique.

Au prix de la ferraille, le  » clemenceau  » ne  » vaut  » pas le coût d’un désamiantage effectué dans les règles en France. Est-ce la raison pour laquelle nous devons faire réaliser cette sale besogne par d’autres…..NON.

Les armateurs privés et les Etats devront désormais prévoir la déconstruction des navires civils et militaires en prévoyant une ligne budgétaire dès la construction. Il faut que nous traitions les vieux navires comme nous savons le faire pour d’autres déchets. Où trouver l’argent ? Ce type de chantier est-il économiquement viable ? Oui, il suffit pour cela d’imposer aux armateurs, aux assureurs, aux affréteurs, à l’Etat du pavillon du navire ainsi qu’à tous les acteurs du transport maritime de nouvelles obligations internationales rigoureuses. La première activité mondiale ne peut pas encore cette fois rester à côté des lois, des financements peuvent être prélevés sur les marchandises transportées ( en 2005 7 milliards de tonnes de marchandise ont été transportées par la mer et ce chiffre est en constante progression), mais aussi sur les frais d’escale des navires, une partie des aides à la construction doit être provisionner par un organisme international pour déconstruire les vieux navires en respectant toutes les normes. Non, l’idée de déconstruire autrement et chez nous les vieux navires n’est pas une utopie, par contre confier cette tache à d’autres sous prétexte de les aider est une forme de colonialisme économique honteux et peu louable. Je vous remercie de votre attention.

Paris le 15 mai 2006 Pour l’association MOR GLAZ, le président Jean-Paul Hellequin

L’association MOR GLAZ souhaite réagir à plusieurs articles de presse laissant supposer que  » l’Abeille Bourbon  » pourrait quitter sa zone de surveillance pour ramener le CLEMENCEAU vers Brest. Cela serait une erreur de plus dans ce feuilleton qui a déjà suffisamment ridiculisé la France.

Pour l’association MOR GLAZ, la bonne solution serait de faire remorquer jusqu’à Brest le CLEMENCEAU par  » l’Abeille Languedoc  » dès que le convoi sera au large des côtes européennes . Si cette solution était retenue et nous croyons savoir qu’elle est à l’ordre du jour, l’association MOR GLAZ ne pourrait que l’approuver et la soutenir. Cela permettrait d’éviter que l’Abeille Bourbon ne quitte sa zone de surveillance.

Même si ce dossier n’est plus celui de la Préfecture Maritime, ni de la Marine Nationale mais celui du ministère de l’économie et des finances resté très silencieux sur ce dossier, l’association MOR GLAZ souhaite que la Préfecture Maritime de Brest soit le maître d’œuvre pour la fin du voyage du CLEMENCEAU.

Ne laissons pas les mêmes personnes qui se sont trompées sur ce pitoyable dossier continuer les mêmes erreurs et d’alourdir la facture sur le dos du contribuable.

L’association MOR GLAZ revendique plus que jamais un chantier de déconstruction de navires à Brest tant pour les navires civils que militaires.

Soyons plus respectueux des hommes et de l’environnement que les Etats Unis qui continuent en bafouant les lois et traités existants à océaniser les vieux navires de leur flotte militaire ( le prochain océanisé sera un porte-avions de l’US Navy, le 17mai 2006 dans la Golfe du Mexique).

Pour l’association MOR GLAZ, le président… Jean-Paul Hellequin

Lors de la table ronde organisée par l’association MOR GLAZ le samedi 8 avril 2006 à Brest, la solution du dock flottant pour déconstruire les vieux navires à Brest était parmi les solutions préconisées par l’association MOR GLAZ.

Ce dock flottant peut recevoir des navires importants puisqu’il mesure 310mètres de long et 50mètres de large.

Pour l’association MOR GLAZ cette solution ne gêne en rien la réparation navale brestoise qui pensait que la déconstruction des navires pourrait immobiliser les cales sèches……

L’association MOR GLAZ souhaite que cette solution soit retenue et que ce dock flottant qui pourrait être cédé par le port autonome du Havre pour 20M€ soit positionné à Brest pour de longues années.

L’association MOR GLAZ souhaite un engagement de l’Union européenne, de l’Etat français, de la région et du département.

La préfecture maritime de l’Atlantique organisait ce matin, vendredi 14 avril 2006, une réunion de travail sur le retour ou l’arrivée du CLEMENCEAU à Brest.

 

Pour l’association MOR GLAZ ce dossier ne concerne plus la marine nationale ( l’ex CLEMENCEAU appartenant désormais au Domaine) mais au ministère des finances sous la responsabilité de Thierry Le Breton, resté bien silencieux sur ce dossier.

La Préfecture maritime a aussi choisi d’exclure ou de ne pas inviter certaines associations préoccupées depuis bien longtemps par le départ puis le retour du CLEMENCEAU.

L’association MOR GLAZ craint que ce dossier soit géré par les mêmes personnes que celles qui viennent de ridiculiser la France.

Ce dossier sera t-il une nouvelle fois géré par des responsables aux compétences douteuses et ne trouvant que très rarement des solutions aux vrais problèmes.

L’association MOR GLAZ est aussi inquiète par le silence de la CCI de Brest sur le retour du CLEMENCEAU et sur les chantiers de déconstruction de navires ici ou ailleurs.

Le jeudi 13 avril 2006 lors de la visite de madame Ségolène Royal à Landerneau, l’association MOR GLAZ lui a remis un dossier sur les chantiers de déconstruction de vieux navires en Europe et à Brest.

 

Pour l’association MOR GLAZ, le président      Jean-Paul Hellequin

Nappe de pollution record ( 61Kms) au large de la Bretagne en septembre 2005.

 La caution fixée à 500 000€ pour le deuxième transporteur maritime mondial était insuffisante, cette caution s’est transformée en une amende de 800 000€ cela est justifiée….. Pour l’association MOR GLAZ, la caution doit être certes proportionnelle à la pollution, mais c’est l’acte de polluer qui doit être avant tout sévèrement sanctionné, ici le prix à payer est de 800 000€…. bravo.

L’association MOR GLAZ avait rencontré en septembre 2005 sur le port de Brest madame Nelly Oulin ministre de l’environnement, nous lui avions fait part de nos inquiétudes face à ces pollutions que certains pourraient croire mineures…… et pourtant très destructrices….espérons que madame Oulin gardera la détermination qu’elle affichait en septembre sur le quai à Brest……nous lui avions rappelé

· que les déballastages représentent chaque année 6 à 8 millions de rejets d’hydrocarbures….

· que tous les déchets d’un navire en escale devraient être systématiquement débarqués…..

· que tous les armateurs devraient désormais avoir ce réflexe, et l’imposer aux capitaines…

· pour l’association MOR GLAZ, les pollueurs doivent être de plus en plus sanctionnés….

Pour l’association MOR GLAZ, le deuxième armateur mondial, propriétaire du MAERSK BARCELONA doit montrer l’exemple en se donnant tous les moyens pour ne jamais polluer.. ici au large de la Bretagne ni ailleurs, car ne soyons pas dupe ……

· L’association MOR GLAZ regrette que tous les armateurs n’aient pas le respect de l’environnement…..La mer ne peut plus digérer tout ce que les hommes y déversent pour effectuer des économies.

· Il faudrait que tous les armateurs et capitaines de navires aient enfin le réflexe de respecter l’environnement marin.

· Pour l’association MOR GLAZ tous les déchets doivent rester à quai et être systématiquement débarqués pour être détruits dans le respect de la législation existante. Tous les ports doivent imposer les mêmes règles et être suffisamment équipés pour que les capitaines puissent respecter la législation en vigueur, ici et ailleurs…..

· l’association MOR GLAZ demande une traçabilité de tous les déchets des navires.

· Qui sanctionnera l’Etat français pour avoir envoyé le CLEMENCEAU avec ses déchets en chine…….

Pour l’association MOR GLAZ Jean-Paul Hellequin

Le Bureau International du Travail ( BIT ) vient d’annoncer des règles sociales sur la durée du travail  » pas plus de 14h par 24h et les 418€ de salaire mensuel………pense-t-il faire ainsi rêver les 1 200 000 marins recensés dans le monde….et créer des vocations en Europe…..

*Comment monsieur Jacques Barrot, commissaire européen ayant en charge les transports peut-il se réjouir de ces décisions (de ces effets d’annonces) qui pourraient être appliquées dans deux ou trois ans dans le meilleur des cas… ….La sécurité maritime est directement liée à la qualité des équipages et donc à leur statut social.

*Comment peut-on être aussi naïf, alors que les conditions des marins n’ont cessé de se dégrader durant ces 30 dernières années….( en 30 ans le transport maritime en volume a augmenté de plus de 430% et dans le même temps son coût social lui a baissé de plus de 30% pour les marins issus de l’Union Européenne). Pour les autres marins ( issus du tiers monde) chacun fera son analyse sur l’évolution sociale de leur statut………

*Le transport par la mer continue et continuera à se développer pour des raisons évidentes. Ce moyen de transport doit donc être de mieux en mieux effectué et surtout réalisé avec de bons navires et de bons équipages avec de vrais statuts sociaux.

L’association MOR GLAZ défend le cabotage qu’à ces seules conditions.

L’OMI ( Organisation Maritime Internationale ), BIT (Bureau International du Travail ) et autres instances internationales….sont bien plus là pour officialiser les doléances souhaitées et toutes les décisions prises par les armateurs mondiaux que pour améliorer le statut social des marins (surtout pour ceux qui sont issus des pays en voie de développement…ce qui est le cas pour 4 marins sur 5)

L’association MOR GLAZ souhaite des avancées sociales significatives pour tous les marins de monde.

 

Comment appliquer ces annonces du (BIT)……

*en créant des emplois de contrôleurs sociaux, libres et indépendants face au monde du transport maritime international . Les contrôleurs dans les ports n’arrivent déjà pas, par manque de moyen et de pouvoir à contrôler tous les navires suspects, comment arriveront-ils dans deux ans à arrêter un navire pour des problèmes sociaux……… attendons de voir………..

L’association MOR GLAZ se demande comment ces mêmes contrôleurs pourront demain contrôler en plus de leurs missions actuelles, les contrats de travail passés entre les marins et les sociétés de manning dont les sièges se trouvent en Asie, à Madagascar, en Afrique, en Suisse ou pire encore aux Iles Caïman……

Rappelons que le transport maritime est la première activité internationale, celle où il y a le plus de dérives sociales et autres…..ce milieu obscur où la loi est trop souvent celle des plus malins……celle des pseudo-armateurs……celle du milieu où les marins y compris les capitaines sont soumis aux pressions des armateurs pour un profit toujours plus grand et plus rapide…….

Pour que de véritables lois sociales soient appliquées pour tous les marins de toutes nationalités, il faudra l’imposer par des pressions constantes sur l’Etat du pavillon des navires, les sociétés de manning, les armateurs et les affréteurs. Il faut donc de la volonté……. une volonté politique et gouvernementale planétaire de la part de tous.

Le transport maritime ne doit plus se faire à n’importe quelles conditions sociales.

Le CLEMENCEAU fait route vers Brest, le voyage du retour si tout se passe bien devrait durer 90 jours. Le convoi aura au total durée plus de 130 jours.

 

Le seul dans cette triste aventure qui n’aura pas perdu d’argent est l’armateur du remorqueur le  » Sumatras  » qui est affrété 45 000€ jour.

L’association MOR GLAZ va demander une enquête parlementaire afin de connaître le coût exact de toutes ces malversations, car les contribuables en ont assez de toutes ces dépenses inutiles de la part de l’Etat.

Pour l’association MOR GLAZ, Brest doit se doter d’un chantier de déconstruction de navires. La région, le département, la Communauté Urbaine de Brest et la Chambre de Commerce et d’Industrie doivent défendre ce dossier y compris auprès de l’Union Européenne. Déconstruire des navires n’a rien d’une basse besogne, cette activité créerait des centaines d’emplois dans un secteur confronté depuis trop longtemps à de réelles difficultés. Il faut que tous les navires soient déconstruits en respectant les normes sociales, environnementales et de sécurité.

L’association MOR GLAZ organisera un point presse

le mardi 21 février 2006 à10H30

à l’Hôtel des gens de mer quai de la douane à Brest .

Pour l’association MOR GLAZ, le Président Jean-Paul Hellequin

Dans le cadre du déplacement du Président de la République à Brest le 19 janvier 2006, l’association MOR GLAZ a été reçue par le sous-Préfet de Brest monsieur Philippe Paolantoni.

 

Nous avons évoqué ces sujets :

1. Le départ du Clemenceau et la vente du Norway, l’application de la convention de Bâle aux centaines de navires déconstruits chaque année dans des chantiers en Asie. Nous lui avons demandé que le Clemenceau retourne dans un chantier français pour être désamianté.

2. Les autoroutes de la mer et la relance du cabotage.

3. Les Agences Régionales de Sécurité Maritime dont une antenne régionale à Brest.

4. La sécurité dans les ports secondaires.

5. Le positionnement d’un remorqueur de haute mer, type Abeille Bourbon et Abeille Liberté dans le Pas-de-Calais du côté Français sous la responsabilité du Préfet Maritime de la Manche et de la Mer du Nord .

Plusieurs de ces dossiers sont depuis quelques semaines au cabinet Présidentiel.

Pour l’association MOR GLAZ,

d’avoir été reçue par monsieur le sous-Préfet

dans le cadre du déplacement en province du Président de la République,

nous a permis de réactiver ces dossiers dont certains sont nos priorités.

CARGO MALTAIS EN DIFFICULTÉ AU LARGE DE LA BRETAGNE

L’association MOR GLAZ constate une fois encore que des marins ont bien failli perdre la vie parce que des mauvais acteurs du transport maritime ont laissé  » fait  » naviguer un navire qui aurait dû subir un bon arrêt technique depuis déjà longtemps voire une bonne refonte pour être aux normes de sécurité.

L’association MOR GLAZ montera à bord du «  BLACK PEARL  » durant son arrêt forcé à Brest. Nous essaierons avec l’une de nos adhérentes de nationalité Russe d’en savoir un peu plus sur ce voyage qui aurait pu être le dernier pour ces marins Russes et Polonais pour la majorité d’entre eux. L’Etat Français a su déployer de vrais moyens pour venir en aide à ces marins….il reste maintenant la sécurité que doit assurer notre pays pour les centaines de marins qui passent chaque jour devant notre région, car n’oublions pas que 2000m3 de bois sont à la mer et qu’ils représentent un véritable danger pour tous les marins, navires de pêche ect…….

Bravo au capitaine et à l’équipage du cargo le «  BLACK PEARL  » à la Marine Nationale, aux Affaires Maritimes, au Centre de Sécurité des navires de Brest et aux sauveteurs d’avoir réussi à sauver ce navire dans des conditions certainement difficiles .

Pour l’association MOR GLAZ , il y en a assez de voir tous ces navires polluer et perdre leur cargaison (pétrole, conteneurs remplis de produits parfois toxiques…). cette fois il s’agit de 2000m3 de bois véritable danger pour la navigation.

Pour l’association MOR GLAZ il n’y a aucune excuse ni circonstances atténuantes. Le cargo le «  BLACK PEARL  » arrêté plusieurs fois dans des ports de l’Union Européenne y compris à Rotterdam  » et il faut le faire  » durant plusieurs jours pour déficiences graves aurait dû faire l’objet d’une attention toute particulière de la part des contrôleurs de navires dans tous les ports où ce navire a escalé. Même pour transporter du bois, un navire doit être de bonne qualité.

· Assez de voir Malte continuer (et ce malgré son appartenance à l’Union Européenne) à enregistrer des navires sans s’assurer de leur état ( le pavillon Maltais est le 5ème mondial)

· Assez de voir ces sociétés de classification (RINA pour ce navire) qui laissent des navires peu fiables prendre la mer pour faire plaisir à des speudo-armateurs.

· Assez de ces affréteurs et assureurs peu scrupuleux.

· Assez des contrôles complaisants dans certains ports de l’Union Européenne.

· Assez aussi d’une réglementation à plusieurs vitesses au sein de l’Union Européenne. Ce navire était-il encore en état pour effectuer du transport maritime….. aurait-il été arrêté dans un port Français….

L’association MOR GLAZ demande à l’Etat Français de se retourner contre l’Etat du pavillon du navire (Malte), contre l’armateur, la société de classification, l’assureur, l’affréteur etc….(cette démarche devrait être d’une simplicité puisque tous ces acteurs sont européens).

L’association MOR GLAZ sera particulièrement vigilante à la remise en état de ce navire avant que celui-ci ne quitte le port de Brest. Monsieur Joé Borg, originaire de Malte, Commissaire Européen des affaires maritimes devrait poser des questions précises et pertinentes à l’administration de son pays d’origine.

Lors de l’entrée de Malte et Chypre au sein de l’Union Européenne, l’association MOR GLAZ aurait souhaité que la Commission impose des règles claires à ces deux pays( l’un représente respectivement la 5ème flotte mondiale l’autre la 9ème)

. Pour l’association MOR GLAZ ,le Président Jean-Paul Hellequin

 

reproduction interdite photos Jean-Paul Hellequin