Il y aura un an dans quelques jours que le PRESTIGE faisait naufrage

 Mor Glaz se demande si réellement les choses ont changé dans le transport maritime international ! ! ! ! ! nous en doutons ! ! ! ! !

Le mardi 13 novembre 2002, le « Prestige » pétrolier battant pavillon des BAHAMAS âgé de 25 ans, contrôlé par la société de classification Américan Bureau of Shipping tombait en avarie de machine au large des côtes espagnoles avec une déchirure de 35 mètres dans la coque laissant échapper un fuel n° 2 du même type que celui que laissa échapper à la mer l ERIKA le 12 décembre 1999 au large des côtes françaises causant pour plus d’un milliard d’euros de dégâts. Le « Prestige » après avoir flâné sous remorque durant 6 jours a sombré, occasionnant les catastrophes économique et écologique ( la facture sera vraisemblablement importante). L’épave fuit toujours malgré tout ce que l’on peut nous déclarer ( comment pourrait-il en être autrement puisque des boulettes sont retrouvées jusqu’à Dunkerque).
Comment est-ce possible que l’Espagne ait aussi mal géré les premières heures de l’avarie du PRESTIGE, les premières heures sont celles les plus cruciales ou toutes les bonnes décisions doivent être prises. Les jours qui suivirent ce naufrage ont connu tant de la part du Président de la République française que du Premier ministre espagnol et de bien d’autres spécialistes, des effets d’annonces de toutes sortes &. Criminels, voyous des mers, situations intolérables, double coques, éloignons ces navires dangereux de nos rivages « cela sera difficile dans le Pas-de-Calais, Gibraltar et autres détroits &.. ».

Concrètement quelles sont les mesures applicables « et efficaces » mises en place depuis ces dernières années, mis à part ces annonces fracassantes &. et habituelles.
Qu’y a-t-il eu de concret pour supprimer tous les voyous des mers et autres acteurs montrés du doigt lors de ces derniers accidents.
La France contrôle pour satisfaire les directives de Bruxelles plus de 25% des navires en escale dans nos ports,

Comment sommes-nous passés de moins de 10% à près de 32% avec le même nombre d’inspecteurs et moins de moyens ( La Fédération de Russie inspecte plus de 61% des navires en escale dans ses ports, les armateurs peu sérieux ont plutôt tendance à les faire contrôler dans ces pays tolérants….)
Comment sont contrôlés les navires dans des ports comme Le Havre, Marseille, Donges pour ne citer que cela où des milliers de pétroliers escalent chaque année.
Quels sont les réels moyens et pouvoirs des inspecteurs face aux toutes puissantes sociétés de classification.
Quel est le nombre de navires arrêtés dans les ports Français et européens suite à un contrôle et que deviennent ensuite ces navires, les conditions des marins qui sont embarqués sur ces navires intéressent-elles vraiment les autorités.
Les navires listés par l’UE « 112 navires en juillet 2003 » seraient-ils en état pour naviguer ailleurs, peuvent-ils naviguer dans nos détroits et autres endroits sensibles, pour notre syndicat ces navires doivent être détruits. Ils ne doivent pas pouvoir naviguer dans ces régions où tout est permis où il n y a pas ou peu de règle.

Affréter un ERIKA ou un PRESTIGE dans les mêmes conditions cela est-il toujours possible…

Bref rappel : ERIKA :
propriétaire nominal européen, propriétaire réel européen, gestionnaire nautique européen, affréteur à temps européen, affréteur au voyage européen,
dans quelques mois pavillon européen « avec l’entrée de Malte dans l’UE » Pourquoi l’ERIKA n’a-t-il pas été contrôlé à Dunkerque et ce malgré son facteur de risques…

PRESTIGE :
pavillon Bahamas, assureur Angleterre, armateur Libéra siège en Grèce, propriétaire Libéria affréteur en suisse, dernière inspection au Pays-Bas facteur de risques élevés.

Ces façons de procéder sont-elles restées possible malgré ces naufrages médiatisés….et les 150 navires de plus de 50 mètres qui ont fait naufrages depuis celui du PRESTIGE. Nous craignons que les mêmes sociétés de classification ne contrôlent « avec le même sérieux »les navires pour les mêmes armateurs et les trouvent toujours aptes aux voyages.

Mor Glaz demande :

*de vraies mesures, de vraies lois les mêmes pour tous, contre tous les contrevenants qui se rendent coupables de délinquance à l’encontre des marins, de la sécurité maritime, de la mer, de la flore, de la faune marine, de pollutions volontaires et autres méfaits…
*que l’Etat du pavillon du navire soit responsabilisé ainsi que l’Etat du port qui a contrôlé le dernier le navire.

Si toutes ces mesures, ces règles ne sont pas appliquées, toutes les bonnes volontés ne serviront pas à grand chose.

Pour éliminer les mauvais acteurs du transport maritime il faut un courage politique, une réelle volonté de vouloir supprimer tous ceux qui nuisent aux bons armateurs et aux marins.

Mor Glaz est la seule association qui ait défendu l’agence européenne de sécurité maritime en France et à Brest pour des raisons évidentes et réalistes

Pour nous l’agence européenne de sécurité maritime doit avoir de réels pouvoirs face aux pseudo armateurs et autres mauvais acteurs du transport maritime « assureurs, affréteurs etc…. » mais aussi face à l’OMI et à tous ces organismes qui nuisent plus qu’ils ne construisent pour un transport maritime plus sûr. Ce moyen de transport permet 85% des échanges mondiaux et doit permettre au cabotage de se développer dans de bonnes conditions.

L’agence européenne de sécurité maritime doit imposer des règles, les mêmes qu’aux Etats Unis avec des garanties financières en cas d’accident pour les populations du littoral, les professionnels qui vivent de la mer, pour la faune et la flore marine. Notre association Mor-Glaz revendique un siège à l’agence européenne de sécurité maritime.

L’agence européenne de sécurité maritime doit imposer des lieux refuges tout au long du littoral français et européen et ne doit pas être une administration de plus ou un leurre.

L’agence européenne de sécurité maritime n’est pas un moyen de plus au service des armateurs pour aider ou laisser créer des pavillons type RIF.

Quelques information sur le nombre de navires qui ont fréquenté le port du Havre ces dernières années sources port autonome du Havre.

En 2000 7250 navires
En 2001 7350
En 2002 7050
En 2003 7250 (chiffre prévisionnel) Comment tous ces navires ont-ils pu être contrôler de manière sérieuse.

Texte de J-Paul Hellequin      Président de l’association Mor Glaz

L’Association Mor Glaz soutient madame Margot Walström

MORGLAZ s’adresse à tous ceux et toutes celles qui s’ intéressent au transport maritime et plus largement à tous ceux et à toutes celles qui souhaitent s’opposer de toutes leurs forces au projet de création du Registre International Français « RIF ».

A l’ association Mor Glaz , nous considérons le Rapport de Monsieur Henri de Richement comme une insulte, pire un mépris total envers tous les marins, les populations littorales et d’ une façon plus générale à tous ceux et à toutes celles qui veulent croire encore que nous pouvons, que nous devons contribuer, faire diminuer, voire supprimer sans vergogne les pratiques ignobles et indécentes pour les hommes dans le milieu du transport maritime.

Notre devoir à tous, vis à vis de nos convictions et pour les générations futures est de combattre par tous les moyens légaux à notre disposition le projet du Registre International Français :

Mais quel est donc ce Registre International Français ? Quelles en seront les conséquences pour les hommes, l ‘environnement et la sécurité maritime ?

1°/ C’est la réhabilitation de l’esclavage : En effet, les armateurs n’auront que l’embarras du choix pour faire recruter une main d’ œuvre docile et à moindre coût par le biais de « marchands d’ hommes ». Ces hommes devront tout d’abord payer pour avoir le droit d’embarquer à bord des navires « battant pavillon Français de complaisance » comme cela se pratique déjà de manière courante, une partie de leur salaire sera d’ailleurs conservée par cette même société de « manning », ces marins n’auront aucun lien avec l’armateur, aucun droit social ,et aucun droit d’expression ne saura être toléré.

A cet effet, il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler aux puissants que l’esclavage est aboli dans les textes, depuis maintenant plus de deux siècles, mais dans les faits, il n’est même plus nécessaire de se poser la question.

Mor Glaz dit non au RIF, non à la discrimination sociale et peut-être raciale, pourquoi embaucher des marins de pays pauvres « pour être aux normes »

2°/ C’est la légalisation de l’insécurité maritime et de toutes ses dérives est-il nécessaire de remplacer les immatriculations aux îles Kerguélen par le RIF ? NON.

Il est inutile de rajouter un pavillon de complaisance, il y a déjà suffisamment voici les « meilleurs » Antigua-et-Barbuda, Antilles néerlandaises, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes (R-U), Birmanie/Myanmar, Bolivie, Cambodge, Chypre, Comores, Gibraltar (R-U), Iles Marshall(USA) ; Jamaïque, Liban, Libéria, Malte, Maurice, Panama, Registre maritime international allemand, Sao Tomé et Principe, Saint-Vincent des Grenadines, Sri Lanka, Tonga, Vanuatu etc & rajouter le RIF à cette liste serait excessif……………….

l’Association Mor Glaz soutient madame Margot Walström, commissaire européenne à l’environnement qui ne souhaite pas voir les vieux navires de guerre américains bourrés d’amiante et de  » PCB  » (produits très toxiques et dangereux pour les hommes et l’environnement que l’on retrouve dans les peintures etc…) être détruits en Europe.

La Galice est polluée au quotidien par le Prestige, mais aussi les côtes de l’ Atlantique et de la Manche.

En 2002  » 600 000 Tonnes  » de produits polluants issus de déballastages ou autres actes volontaires ont été déversés dans les océans

139 infractions constatées pour pollution en Atlantique

plus de 300 infractions selon d’autres sources

2 sanctions

Le Pakistan touché depuis trois semaines par 40 000/50 000T de pétrole, toute la faune et la flore vont être touchées dans cette région très peuplée en tortues et en crevettes. Ce naufrage va comme d’habitude devenir une catastrophe économique et écologique.

Pourquoi le navire grec pollueur, le  » MV TASMAN SPIRIT  » navigue t-il plutôt dans ces régions du monde……. Si ce navire est dans l’état que nous supposons, pourquoi ce type de navire a t-il l’autorisation de naviguer……..quelle est sa société de classification…..son armateur……son affréteur….son assureur…….

Encore une fois, Mor Glaz dénonce les pseudo armateurs, les sociétés de classification, les assureurs, les affréteurs peu sérieux. Nous souhaiterions connaître le sentiment de ceux qui se disent les bons acteurs du transport maritime face à de telles catastrophes…..

Mor Glaz demande : que des règles internationales (les mêmes pour tous) soient imposées, que l’Etat du pavillon du navire soit condamné au même titre que les pollueurs.

Mor Glaz est pour la liberté des mers à condition que celles-ci soient respectées Ceux qui dérogent à ces règles doivent être considérés comme des délinquants et punis comme tels.

Le président de l’association Mor Glaz Jean-Paul HELLEQUIN

L’association Mor Glaz organisera un point presse le samedi 02 août 2003

à 14h30au quai des réparations n° 2 ,

face à la place à quai du cargo le  » DOBRUDJA « 

responsable de la pollution volontaire

causée dans le golfe de Gascogne le 30 juillet .

Nous invitons tous ceux qui déplorent ces pollutions à venir nous rejoindre.

L’association Mor Glaz veut que la loi la plus stricte soit appliquée à l’encontre de ces délinquants des mers, les pollueurs doivent payer comme l’a indiqué le garde des sceaux lors de sa visite à Brest le 14 mai 2003.

L’association Mor Glaz déplore que le Sénateur UMP Mr de Richemont ait accepté de défendre ceux que le Président de la République et d’autres appellent les voyous des mers…….

L’association Mor Glaz sera particulièrement attentive afin que tous les contrevenants subissent de lourdes peines  » le maximum  » nous voulons qu’elles soient toutes payées et mise dans un fond commun pour développer les moyens de contrôler en mer et à terre .

le président de l’association mor glaz Jean-Paul Hellequin

COMMUNIQUE

La législation ERIKA 1 sur la sécurité maritime est entrée en vigueur depuis le 22 juillet 2003.

Si les Etats de la Communauté européenne avaient été plus sérieux et la Communauté plus active y compris avant l’accident de l’ERIKA, nous aurions évité l’accident du PRESTIGE  » véritable catastrophe économique et écologique  » mais bien d’autres naufrages moins médiatiques… ( plus de 500 navires de plus de 50 mètres ont sombrés depuis l’accident de l’ERIKA )

L’associaation Mor Glaz a retenu sur les 112 navires listés comme dangereux par la Communauté européenne  » 7 pétroliers, 6 chimiquiers, 1 méthanier, 7 rouliers à passagers et 78 vraquiers considérés comme très dangereux et 3 pétroliers, 9 chimiquiers à risque élevé. Qu’entend la Communauté européenne par  » risque élevé  » pour ce type de navire……

Pour L’associaation Mor Glaz, tous les navires doivent être au même niveau de sécurité , pour les marins qui sont à bord , pour les populations du littoral et des ports où escalent ces navires et pour l’environnement marin.

L’associaation Mor Glaz demande :

*Que l’agence de sécurité maritime soit en France et à Brest pour des raisons évidentes.

*Que tous les navires à risques  » sous normes techniques et sociales soient retirés du transport maritime « 

*Que tous les armateurs respectent une certaine déontologie vis à vis de leurs équipages de toutes nationalités et de l’environnement maritime. ·

*Que le paquet ERIKA 3 proposé par plusieurs syndicats sur la protection sociale des marins internationaux et leur condition de vie  » non retenu par la Communauté européenne  » soit réactivé et soutenu par l’agence de sécurité maritime qui doit jouer un vrai rôle dans ce domaine .

*Que l’Etat du pavillon du navire soit responsabilité en cas de naufrage mais aussi sur l’état du navire au même titre que l’armateur, les sociétés de classification , les assureurs, les affréteurs…….et tous ceux qui entretiennent la déréglementation maritime.

Le président de Mor Glaz Jean-Paul Hellequin

Le Collectif MOR-GLAZ,

collectif citoyen créé en 2000 après l’accident de l’ERIKA demande à tous ceux qui défendent l’environnement maritime de se réunir sur le parking d’océanopolis au port de plaisance à Brest le 1er juin 2003 à partir de 15H00.

Nous avons choisi ce lieu parce que  » océanopolis  » est la vitrine de ce que devrait être la faune et la flore marine.

Nous vous invitons à venir nombreux en famille pour mener une action symbolique.

Nous comptons également sur la présence de tous les professionnels de la mer, du tourisme, de la plaisance, de tous les élus, des associations de pêche en mer, à pied, à la ligne et autres… Nous sommes tous concernés et inquiets par l’arrivée de ces boulettes de fioul sur tout le littoral

Ce rassemblement et cette action symbolique que nous allons mener tous ensemble le 1er juin a pour but d’obtenir de l’Etat de vrais moyens pour rendre propre notre littoral.

de nombreuses personnalités soutiennent cette action Citoyenne :

DAN AR BRAZ ( qui sera présent)

Patrick POIVRE D’ARVOR

La Fondation Nicolas HULOT pour la Nature et l’Homme, soutient notre démarche à travers son programme SOS Planète Eau

Merci de votre attention Jean-Paul Hellequin

le navire le  » VOLTAIRE » battant pavillon Libérien affrété par la CGM-CMA a été pris en flagrant délit de déballastage au large des côtes Françaises.

Le capitaine du navire sera à la barre du tribunal de Brest demain.

L’association Mor Glaz invite tous ses membres et sympathisants à se rendre le 30 septembre devant le TGI de Brest à 13h30 pour montrer notre ras- le- bol face à ces situations scandaleuses.

Pour l ‘association Mor Glaz ces situations sont intolérables et les pollueurs doivent être sévèrement sanctionnés, armateurs, capitaines, Etat du pavillon et affréteurs. Ils doivent payer tous les dégâts occasionnés aux populations du littoral ( pêcheurs et tous ceux qui vivent de la mer) et à l’environnement maritime par leur maladresse.

*Les responsables de ces pollutions doivent être listés et en cas de récidive l’armateur et le capitaine doivent être punis de manière exemplaire.

*Les amandes doivent être sévères et servir à mettre en place de véritables moyens pour lutter contre les contrevenants.

Un autre procès aura lieu dans les semaines à venir, celui du capitaine du « Dobrudja » navire qui avait pollué le 29 juillet dans le golfe de Gascogne, là encore l ‘association Mor Glaz sera présente pour nous tous les pollueurs doivent être fortement sanctionnés…..

* Faut-il rappeler que 6 000 000 de tonnes d’hydrocarbure sont rejetés volontairement à la mer chaque année.

Cela ne peu plus…..ne doit plus durer.

.Pour Mor-Glaz le Président Jean-Paul Hellequin