Le 2 juillet 2016 l’association MOR GLAZ écrivait : REPRISE DES HÔTELS RESTAURANTS DES GENS DE MER EN FRANCE PAR LE GROUPE DOCTE GESTIO … ESPERONS QUE CA MARCHERA !!

L’association MOR GLAZ déplore que dans quelques jours, un élément du patrimoine maritime pourrait disparaître du paysage Français et plus précisément Boulonnais.

En effet, en 2011 l’Etablissement National des Invalides de la Marine (ENIM) décide de se séparer du parc des Hôtels Restaurants des Gens de Mer réservés jusqu’en 2000 uniquement aux Marins et à leurs Familles ! Cette décision de la part de l’ENIM était certainement fondée ! CLIQUEZ…

Ces Hôtels Restaurants au nombre de 8 jusqu’en 2012, 6 à ce jour étaient  » gérés  » par AGISM (l’Association de Gestion des Institutions Sociales Maritimes) liquidée en juin 2016 après une longue procédure, mais surtout, la conséquence d’une  » gestion  » incohérente et obscure des dirigeants de l’AGISM.

70 ans au service des Marins, des Armateurs, des Agences Maritimes et des Professionnels portuaires !

70 ans de bons et loyaux services de la part des Personnels de ces établissements grugés par des dirigeants peu ou pas délicats, cause de la fermeture et de la faillite annoncée et programmée. Il était important que l’association MOR GLAZ rappelle ces faits, important de l’écrire parce-que des Marins, des Gens de Mer, des Clients mais aussi des Salariés à Boulogne/Mer sont concernés par la fermeture imminente de l’Hôtel Restaurant des Gens de Mer de Boulogne/Mer.

Un choix réalisé par le Maire de Boulogne/Mer pour réaliser un complexe hôtelier, sans réaliser que cette décision met sur le quai 13 salariés, et que ceux-ci vont se retrouver sans travail, parce qu’ils ne font pas partie des préoccupations ! et que certains engagements ne sont pas tenus !

Pour avoir souvent fréquenté ces établissements, y compris à Boulogne/Mer, l’association MOR GLAZ ne peut que déplorer cette situation. Les Salariés qui seront licenciés à Boulogne/Mer doivent être respectés et percevoir tout ce qui leur est dû ! Bon courage durant cette période difficile, bonne continuation aux Personnels des autres établissements.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’Association MOR GLAZ

Lors du naufrage des deux coques appartenant à l’armateur Danois MAERSK au large de la Bretagne le 21 et le 22 décembre 2016, il avait été reproché à l’association MOR GLAZ d’avoir été sévère à l’encontre du premier armateur mondial du transporteur maritime !

La lecture du rapport du Danish Maritime Accident Investigation Board (équivalent du Bureau Enquêtes Accidents Mer en France) démontre, révèle les circonstances diverses accumulées, non professionnelles ni respectueuses d’aucune règle de remorquage: des personnes responsables, qui en fait, l’ont si peu été !!

Des documents brouillons considérés comme définitifs, des transferts de responsabilité au remorqueur qui lui aussi est destiné à la déconstruction et qui remorque en couple des navires vers la Turquie.

Le remorqueur qui ne reçoit pas certains messages par manque de moyen de liaison. Le Capitaine du  » remorqueur  » essaiera d’avoir les bulletins météo par son téléphone portable. Pourquoi un Capitaine et un Equipage acceptent-ils la responsabilité de prendre la mer avec un tel convoi, dans de telles conditions ?

L’association MOR GLAZ avait attiré l’attention de la Ministre Madame Ségolène ROYAL sur la composition et la dangerosité de ce convoi : l’ armateur avait agi tel un amateur, et que son comportement dans cette affaire avait été semblable aux pires pseudo-armateurs. La réaction de la Ministre fut immédiate (moins de 24 heures), le 3 mars 2017 sur la demande de la Ministre de l’environnement, trois membres du bureau de l’association MOR GLAZ avaient été entendus à Brest par trois hauts fonctionnaires.

Comment l’Administration Danoise et certains experts ont-ils osé donner leur approbation pour un départ du port de Fredericia au Danemark. Le premier armateur mondial devrait s’interdire de telles pratiques, des défenses (entre les deux coques) non conformes (usagées et de toute façon illusoires) avec des chaines pour les tenir passant par dessus les rambardes. Plusieurs fois des solutions décidées non appliquées pour une question de coût, assureurs non informés d’après certaines sources…etc. Certaines photos montrent des pneus installés aux ailerons passerelle des navires à couple afin qu’ils ne se touchent pas, du bricolage inefficace pour un tel voyage. La démarche économique dans le sens le moins honorable aura été retenu, choisi, scandaleuse, inappropriée !! Ces faits sont gravissimes.

Pour les Administrations sensées faire respecter les textes, et tous ceux qui ont laissé partir le convoi, il y a plus ennuyeux: page 28 du rapport, il y a l’état des fluides à bord. Pour l’un des navires: 78 tonnes de sludge, 40 de fuel, 22 d’huile, 12 indiquée puisard, 6 fluide hydraulique et même 1 de cargo (huile). Moins sur l’autre navire, mais 95 t en tout. Pratique indiquée au rapport comme habituelle.

Il nous est donc permis de douter de l’authenticité du passeport vert qui avait été fourni aux autorités Françaises et à toute pollution écartée de ses deux coques qui reposent au large des côtes Bretonnes !

La législation Européenne impose que des navires qui partent vers un chantier de déconstruction sous remorque, soient vidés des hydrocarbures y compris les carters des moteurs.

L’association MOR GLAZ demande que ces deux coques soient remontées, nous nous interrogeons aussi sur le fait que le  » remorqueur  » n’est pas été détourné vers Brest par les autorités Françaises, comme cela se fait pour les pollueurs. Pourquoi les autorités Françaises n’ont-elles pas dépêché sur place un hélicoptère dès les premiers incidents.

 

Carton vert à l’entreprise GUYOT ENVIRONNEMENT installée sur le port de Brest pour ses performances technologiques, environnementales et pour le choix du transport par la mer!

L’association MOR GLAZ est satisfaite par l’escale du cargo  » WILSON-FARSUND  » dans le port de Brest. Depuis des années l’entreprise GUYOT ENVIRONNEMENT installée sur le port de Brest traite les déchets avec professionnalisme et sérieux. L’association MOR GLAZ a souvent visité le site industriel!

D’avoir choisi de transporter des carcasses de voitures par la voie maritime du port Britannique de Newhaven vers Brest, puis vers l’Espagne est une démarche qualitative et respectueuse de l’environnement, un signal fort qui montre que les routes maritimes y compris sur des courtes distances sont l’avenir. Les industriels exportateurs ou importateurs devraient choisir ce moyen de transport lorsque cela est possible !

Pour cette raison, l’association MOR GLAZ accorde un carton vert aux dirigeants et aux salariés de l’entreprise GUYOT ENVIRONNEMENT ainsi qu’à tous ceux qui ont privilégié le choix du transport maritime !

Pour mémoire en 2013 l’association MOR GLAZ écrivait :

 » Brest premier port de commerce Breton n’a pas su diversifier ses activités. Après la réparation navale civile qui a bien failli disparaître, voici de nouveau, un coup dur pour les activités portuaires Brestoises puisque la première activité Bretonne est torpillée il s’agit cette fois de l’agroalimentaire. Lors de la crise de la réparation navale, l’association MOR GLAZ avait défendu une place sur l’espace portuaire pour déconstruire des vieux navires. Tous devrions savoir que si d’autres activités ne sont pas rapidement créées sur le port de Brest, que le réveil risque d’être douloureux et brutal pour certaines entreprises et salariés du port de commerce.

Reste une carte à jouer  » le développement d’une autoroute de la Mer  » que l’association MOR GLAZ défend depuis plus de 10 ans. Lorsque cela est possible, l’avenir du transport est la Mer, le Rail et le Fluvial. … le port de Brest doit saisir sa chance….le développement des routes gratuites que sont les routes maritimes, qui ne nécessitent aucun entretien, juste un peu de surveillance) doivent être utilisées chaque fois que cela est possible  »

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’association MOR GLAZ

Pour l’association MOR GLAZ  » aucun Marin en activité ne doit  » ne peut  » rester ou se retrouver sans protection sociale

Depuis le 1er juillet 2017 dans le cadre de la Maritime Labour Convention 2006 (signée par la France) et entrée en vigueur en février 2014 cela ne devrait plus être possible : Les Marins français sous pavillon étranger devront désormais être rattachés à l’Établissement National des Invalides de la Marine (ENIM), la Sécurité Sociale des Marins Français.

Alors que la France ne fait que de se mettre en conformité avec la Maritime Labour Convention 2006 (MLC), quelques opposants et quelques vagues dans le milieu du yachting, et de la grande plaisance. La MLC 2006 définit une nouvelle approche de la protection sociale des Marins, en privilégiant la résidence habituelle du Marin plutôt que l’État du pavillon du navire. La MLC 2006 devrait aussi lorsqu’elle sera bien appliquée, rendre meilleures les conditions de vie de tous les Marins;

Pour l’association MOR GLAZ, plus aucun Marin Français certes mais aussi étranger ne doit être démunis de couverture sociale.

Les propriétaires de ces yachts sont déjà suffisamment servis par les niches fiscales, les pavillons de complaisance, paradis fiscaux et autres petites faveurs et gros avantages !

L’association MOR GLAZ demande aux services de l’Etat et aux Administrations de ne pas se laisser impressionner par des chantages odieux, infondés et injustifiés. L’ENIM a peut-être une opportunité de montrer ses capacités d’adaptation et sa volonté à pouvoir se développer à l’international.

Une sécurité sociale pour tous les Marins, y compris dans la grande plaisance et dans le yachting était devenue nécessaire (il suffit de lire certains témoignages de Marins).

La difficulté rencontrée par les Marins résidents en France, navigants sous pavillon étranger avait été révélée lors du conflit des Marins et personnels navigants à bord d’un navire de la société  » CONDOR FERRIES « . Ce conflit et la combativité exemplaire de quelques Marins (avaient été soutenus par l’association MOR GLAZ, le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest et par l’Inspectrice ITF International Transport Workers’ Fédération Laure TALLONNEAU) plusieurs Elus locaux, Nationaux et Européens s’étaient eux aussi engagés.

Les Marins navigants sur les navires chargés de la mise en place, de l’entretien et de la surveillance des champs éoliens seront certainement concernés par le sujet de leur protection sociale, sauf si les navires chargés de ces missions seront sous pavillon Français !

L’association MOR GLAZ aura un regard attentif sur ce qui sera envisagé et mis en place pour la protection sociale des Marins dans ce secteur appelé à se développer sur le littoral.

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/c : aux ministères et administrations concernés.

LA TOULINE VA-T-ELLE DEVOIR RÉDUIRE LA TOILE ?

Ce matin un quotidien en ligne titrait : LA TOULINE VA-T-ELLE DEVOIR REDUIRE LA TOILE ?

Comment cela est-il seulement possible dans un pays où la Mer, les ports et les activités maritimes seraient une priorité. Cette association LA TOULINE bien connue des Marins, de l’environnement maritime, et de toute la communauté maritime est indispensable pour les Marins, elle est certes, une association de conseil  » utile  » mais pas seulement.

.Elle trouve des embarquements aux Marins !

.Elle donne des envies à celles et ceux qui avaient  » décrochés  » pour de multiples raisons !

.Elle permet à d’autres de découvrir et de vivre ces beaux métiers issus de la Mer !

.C’est aussi elle, qui donne le bon cap aux Marins un peu perdus dans le brouillard des méandres administratifs et de la réglementation maritime parfois trop zélée et technocratique, incompréhensible pour les navigants qui préfèrent ainsi parfois changer de métier !

L’Etat Français qui a oublié  » omis  » l’intitulé Mer lors de l’attribution des portefeuilles Ministériels, devrait regarder de bien plus près les missions et les résultats concrets, réalisés par l’association LA TOULINE.

Les résultats obtenus par LA TOULINE sont sans ambiguïté. Lors du Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) et le licenciement de 80 navigants chez Louis Dreyfus Armateurs en 2016, LA TOULINE aura démontré sa grande capacité à agir et à réagir, en reclassant tous les navigants sauf une seule personne qui a fait un autre choix !

En 2016, l’association MOR GLAZ avait lors d’une réunion de bureau décidé d’octroyer un don à LA TOULINE, l’association du Remorquage s’y était associée, une forme de reconnaissance pour le travail réalisé pour les Marins. Ces deux associations précitées reconnaissent depuis longtemps le travail fourni  » effectué  » par LA TOULINE.

Par ce communiqué, l’association MOR GLAZ demande aux services de l’Etat mais pas seulement, de donner des moyens supplémentaires à LA TOULINE afin que les Marins se sentent un peu moins seuls. Nous demandons à celles et ceux qui ont un pouvoir de regarder de près les missions de LA TOULINE et de l’aider afin qu’elle puisse sereinement continuer de remplir ses  » ces  » missions.

En cette période il faut donner espoir à quelques Marins et futurs Marins, pour cela LA TOULINE doit avoir les moyens nécessaires pour se développer et continuer sa navigation en gardant le cap de la solidarité maritime.

Jean-Paul HELLEQUIN

Président de l’association MOR GLAZ

c/c : Cabinet du Premier Ministre, Ministère des Transports, Secrétaire Général de la Mer, Direction des Affaires Maritimes.

Ce jeudi 11 mai 2017…. le TASS ( Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale ) a rendu son jugement et a décidé de redonner tous ses droits à Océane HERAULT, une injustice enfin rétablie !

L’association MOR GLAZ remercie toutes celles et ceux qui se sont mobilisés à ses côtés. Cette décision du Tribunal recadre si nécessaire la notion d’accident du travail d’un Marin lorsqu’il est embarqué et en escale !

ASSOCIATION MOR GLAZ  le 19 mars 2017

Le dossier de la douloureuse affaire survenue au mois de janvier 2013 dans le port de Cherbourg sera plaidé le mardi 21 mars 2017 à 14 h00 au Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale de Loire Atlantique par Maître Claude LARZUL Avocat à la Cour Spécialiste en Droit public et Droit social. Deux Marins Pêcheurs lors d’une escale avaient perdu la vie. L’un de ces deux Marins, était le papa de Océane HERAULT, adolescente de 13 ans au moment des faits, il s’en était suivie une triste affaire, une injustice envers cette adolescente.

Rappel des faits : L’Etablissement National des Invalides de la Marine (ENIM), la caisse de sécurité sociale des marins estime à l’époque qu’il s’agit d’un accident professionnel. 5000 euros sont donc versés à Océane, puis une pension d’orpheline de près de 500 euros par mois.

Mais en octobre 2013 il y avait eu un rétropédalage de la part de l’ENIM, Océane avait reçu un courrier lui expliquant, qu’elle allait devoir tout rembourser soit 9980€ sous 15 jours, suite à un recours qui aurait été déposé par l’armateur. L’annonce faite à l’adolescente par l’ENIM avait été d’une telle violence, que le Syndicat CGT des Marins du Grand Ouest et la Fédération Nationale des Syndicats Maritimes CGT avaient fait mettre à plusieurs reprises cette affaire à l’ordre du jour du Conseil Supérieur des Gens de Mer, et décident de porter cette affaire devant le Tribunal.

L’association de défense de l’environnement maritime et des Marins MOR GLAZ contacté par les médias avait réagi, plusieurs Adhérents s’étaient mobilisés dont Monsieur Francis VALLAT ancien armateur, par ailleurs une grande personnalité du monde maritime, son engagement spontané pour cette affaire, avait permis d’obtenir plusieurs rendez-vous, une lettre ouverte, avait été adressée à Madame Ségolène ROYAL Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie dont dépend la direction des Affaires maritimes. Le courrier était cosigné d’un des membres du conseil d’administration de MOR GLAZ, le journaliste Patrick Poivre d’Arvor.  »   Nous vous demandons de mettre fin à la machine administrative inhumaine et froide qui vient de prendre une telle décision « , indiquait le courrier, après avoir rappelé le fond de l’histoire.  » Vous êtes vous-même mère de famille, pensez-vous que cette orpheline doit payer les circonstances du décès de son papa ? demande PPDA par l’intermédiaire de MOR GLAZ, en l’invitant «  à remettre de l’ordre dans les services de l’administration « .  » Madame la Ministre, croyez-vous qu’une sentence comme celle-ci à l’encontre d’une orpheline de 13 ans honore nos administrations, une administration à caractère sociale et solidaire « .

La Ministre avait apporté une prompte réponse, en promettant que les sommes ne seraient pas remboursées, et qu’elle suivrait cette affaire avec une attention toute particulière, cette position me fut confirmée lors des assises de la Mer à Nantes le 3 Décembre 2013 par Monsieur Philippe ILLIONET Directeur de l’ENIM en présence de Monsieur François LAMBERT Conseiller Mer de Monsieur Frédéric CUVILLIER à l’époque Secrétaire d’Etat chargé des Transport et de la Mer.

L’association MOR GLAZ, souhaite que Océane HERAULT retrouve tous ses droits, elle ne peut pas être responsable des circonstances de cet accident mortel !!!

Pour l’association MOR GLAZ Le Président

Jean-Paul HELLEQUIN

 

 

Le 10 mai est la journée nationale de la commémoration de l’esclavage, aujourd’hui et bien plus qu’hier la situation d’un trop grand nombre de Marins est gravissime !!!

L’association MOR GLAZ espérait beaucoup de la Maritime Labour Convention (MLC 2006), qui devait protéger tous les Marins, et notamment les plus isolés, nous doutons sérieusement de son efficacité, de la volonté sérieuse d’une mise en œuvre par les pays signataires. L’association MOR GLAZ est souvent triste pour les Marins du monde, nous encourageons les Armateurs à faire le ménage, les  » pseudo-armateurs  » n’ont pas  » plus  » leur place dans les activités maritimes y compris à la pêche.

Ces  » pseudo-armateurs  » créateurs de la misère des Marins et de leurs Familles, des concurrences sans limite entre des Marins issus pour un très grand nombre de régions et de pays pauvres !! (Madagascar, le Cap vert, l’Asie, de certains anciens pays du bloc de l’Est, des pays les plus pauvres de l’Union Européenne). L’esclavage, car il s’agit par certains comportements odieux d’esclavage des temps modernes. L’esclavage n’est plus seulement lié à la couleur de la peau, mais à la pauvreté du pays d’origine de ces Marins !

L’Organisation Maritime Internationale (OMI) doit mettre de l’ordre parmi ses adhérents et redéfinir le pavillon de complaisance. En 2012 le secrétaire Général de l’OMI Mr Koji SEKINMIZU déclarait  » que toutes les choses qui sont venues par la mer et sans lesquelles nous ne pourrions pas vivre, disait :  » merci, aux gens de mer « . L’association MOR GLAZ rappelle que le cap de 10 milliards de tonnes de fret sont passés par la mer en 2014, en 2020 il est prévu de passer ce volume au dessus des 15 milliards de tonnes, le métier de marin n’est donc pas aussi marginal que décrit par certains, mais trop souvent il reste obscure, sans loi, sans règle, invisible, bien caché depuis les normes de sécurité renforcées et imposées sur les ports du monde!

L’association MOR GLAZ, comme chaque jour, pense aux Marins qui vivent trop souvent dans des conditions difficiles. Après une enquête sur le transport maritime la journaliste Kattalin LANDABURU titrait dans un magasine spécialisé. « Aboli formellement le 20 décembre 1848, l’esclavage a pris de nouvelles formes sur les mers du globe ». Si le commerce du  » bois d’ébène  » fait parti d’un passé révolu, les navires continuent de transporter avec eux, un monde d’inégalité et de précarité sociale. Plus de 15 ans après la parution de cette enquête, l’association MOR GLAZ fait le constat, que le pavillon de complaise est trop souvent néfaste pour les Marins du monde, et notamment pour les moins organisés d’entres eux ! Que font les Etats membres pour protéger leurs gens de mer ?

Cependant, peut-être une lueur d’espoir, dans cette dédicace de l’armateur Philippe Louis-Dreyfus en 2014 :  » Aucune activité maritime ne serait possible sans les navigants, prêts à défier la Mer avec passion et respect. Merci donc à Mor Glaz, vigie attentive de leurs conditions de vie et de travail. Bon vent et bonne Mer à Mor Glaz « . Philippe Louis- Dreyfus

Pour l’Association MOR GLAZ Le Président

Jean-Paul HELLEQUIN

 



 

Objet : Audition des membres de l’association MOR GLAZ par l’inspection du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable

Réunion du vendredi 03 Mars 2017 à 9h30 heures à l’Hôtel Restaurant des Gens de Mer 44, quai de la Douane à Brest Objet : Audition des membres de l’association MOR GLAZ par l’inspection du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) présidé par Monsieur Jean-Marc BERTHET Chargé de mission il était accompagné par Messieurs Rouchdy KBAIER Inspecteur Général de l’Administration du Développement Durable et Luc VEILLE pour l’Inspection Générales des Affaires Maritimes), au sujet du naufrage des navires Danois MAERSK SEARCHER et SHIPPER en mer celtique.

Réf : Lettre de mission de Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement et de la Mer, et du Secrétaire d’État chargé des transports

Synthèse des interventions

des membres de l’association MOR GLAZ Présents

Bernard Le Bihan  ( à doite)  membre de l’association MOR GLAZ

Point 1 : Notion de renseignements ou d’ informations, il s’agit là pour les services d’État en charge des affaires étrangères, ambassades et autres d’avoir une connaissance approfondie de la situation des navires (marchande-guerre-pêche et autres)et de leur utilisation au niveau des différentes nations.

Les lieux de stockage des différentes coques en voie de démolition doivent être identifiés, notamment dans la partie Europe du Nord. Nous savons que la démolition des navires dans les ports européens n’est pas une priorité et que nombre de navires sont aujourd’hui acheminés vers des ports étrangers où les mesures environnementales sont peu ou pas respectées.

A ce titre, au niveau français, européen, voir international l’établissement d’un fichier navires consultable par toutes les administrations devient une priorité absolue. Une fiche spéciale environnement incluant sur chaque navire, la nature, la quantité de combustible et des autres produits toxiques (ex : détergent de nettoyage etc. ..).

Le transport maritime nécessite une vigilance accrue et les naufrages précités démontrent une nouvelle fois l’absence de données fiables sur la nature des combustibles présents dans les soutes des navires.

– Point 2 : La France dans son dispositif de surveillance du trafic maritime Manche/Atlantique dispose de quatre Cross avec Gris Nez – Jobourg- Corsen et Etel. Je mentionne que le remorquage n’est pas une opération neutre et qu’il demande une attention particulière de la part des opérateurs de surveillance.

Néanmoins, je suis surpris que le navire tractant MAERSK BATTLER ait pu continuer sa route sans encombre vers la Turquie. Le communiqué de presse de la préfecture maritime de Brest en date du 22/12/2016 indique que c’est le CROSS Etel qui a reçu l’appel VHF du commandant du MAERSK BATTLER se trouvant au large de la chaussée de Sein. Ce communiqué mentionne également que c’est le Cross Corsen qui a pris la responsabilité de la coordination de cette opération.

Je note également qu’entre la déclaration de l’événement le 22/12/2016 à 01 heure 55 et le naufrage du MAERSK SHIPPER, il s’est écoulé plus de 04h30. L’envoi d’un hélicoptère de l’aéronavale sur zone aurait peut-être permis d’avoir une vision plus précise de la situation et de prendre les mesures nécessaires afin d’éviter le naufrage du supply MAERSK SHIPPER.

Devant un événement aussi important, les ordres dans les Cross doivent être clairs et je souhaite, dès à présent, le détournement systématique du navire en cause vers le port le plus proche pour audition et identification du commandant et de l’équipage par les autorités maritimes.

-Point 3 : Devant cet événement de mer, je demande que le remorquage à couple soit interdit dans les eaux territoriales française et européenne. La présence de personnel à bord des navires remorqués doit être rendue obligatoire. Je souhaite également que les deux supply soient renfloués et dirigés vers le port le plus proche, à savoir Brest. Dans un secteur de pêche fréquenté par de nombreux chalutiers du Guilvinec et d’ailleurs, le danger de croche sur ces épaves ne doit pas être exclu.

-Point4 : Bien que l’événement de mer se soit produit en dehors des limites du parc naturel marin d’Iroise, je précise que sous l’effet des vents dominants et des courants, le danger de pollution n’est pas à exclure dans une aire marine protégée au titre de la convention Oslo-Paris (OSPAR). Une grande partie de son périmètre est également classé au titre des directives habitats, faune-flore (directives Natura 2000) ainsi que réserve de biosphère par l’UNESCO.

Je fais également mention du navire Peter Siff qui a coulé le 15 Novembre 1979 à l’entrée de la baie de Lampaul (Ile d’Ouessant) avec à son bord 349 t de fuel lourd. Trente-huit années après le naufrage, des fuites sporadiques d’hydrocarbures sont toujours observées dans le parc naturel marin d’Iroise.

Intervention de Michel GLEMAREC Vice Président de l’association MOR GLAZ

La pointe de Bretagne et les eaux océaniques y atteignant ont subi des agressions incessantes liées au transport maritime. Il suffit de se rappeler le 1er grand accident celui du Torrey Canyon il y a exactement 50 ans. Les accidents sont différents, interviennent à des saisons variées, les produits le sont aussi et il est difficile d’anticiper sur les conséquences à venir. Les produits pétroliers légers en surface détruisent les œufs et larves de poissons, crustacés…les produits lourds sont les plus pérennes et les plus toxiques (cancérigènes) et portent atteintes aux potentiels biologiques de reproduction. Ceci peut se faire alors sur une longue échelle de temps.

La Bretagne et l’Etat ont fait beaucoup depuis les premiers évènements, rails de navigation, législation, pénalités juridiques, créations du Parc Naturel Marin d’Iroise après celui du Parc Naturel Régional d’Armorique, Zones Natura 2000, ZNIEFF….tout cela dans les eaux territoriales. Or tout ce qui proviendra des épaves englouties sera, un jour ou l’autre, ramené en surface ou charrié vers la côte. Etant donné la forte activité liée à l’exploitation des ressources vivantes soumises à de telles agressions de type écologiques peuvent être largement amplifiées sur le plan économique. L’atteinte à la qualité du milieu en est la première manifestation, nous sommes là dans le plus grand champ d’algues d’Europe et l’essor actuel des établissements de leurs transformations en produits à forte valeur ajoutée témoigne d’un dynamisme exemplaire. La pêche professionnelle, récréative, l’aquaculture sous différentes formes, le tourisme….sont autant d’activités menacées par une baisse de qualité de l’environnement. Point n’est besoin d’évoquer les concepts de biodiversité ou de perturbation de l’écosystème, le bon sens suffit !

Michel GLEMAREC Professeur Honoraire des Universités (Océanographie biologique). Vice-président MOR GLAZ, Témoin au procès de Chicago pour la défense des communes littorales touchées par l’Amoco Cadiz. Rédacteur des Cahiers d’Habitats côtiers (Directive européenne Habitats-Natura 2000)….

Intervention de Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’association MOR GLAZ

Présentation rapide de l’association MOR GLAZ avec ses 300 adhérents citoyens y compris des Capitaines de remorqueur de haute mer et portuaire, des experts du monde maritime. L’association MOR GLAZ prétend pouvoir apporter ses réflexions sur ce naufrage et plus largement sur le métier du remorquage et les négligences concernant ce convoi. L’association peut aussi apporter son analyse sur la Sécurité Passive Embarquée qu’elle défend depuis plusieurs années, son analyse sur les faits, les conséquences sur le milieu marin !

Je suis en parfait accord avec tout ce qui vient d’être dit par Bernard et Michel. Pour avoir navigué 38 ans ,11 ans à la Grande Pêche et 27 ans à bord des remorqueurs de haute mer, pour avoir participé à plus de 100 opérations de remorquage et de sauvetage , avec mes collègues sur le pont, et pour avoir été embarqué à bord de l’ABEILLE FLANDRE en mer d’Iroise sous le Commandement de Jean BULOT (qui est membre de l’association), je peux quasiment vous affirmer, que, le remorquage des deux coques MAERSK SEARCHER et SHIPPER était voué à l’échec.

Deux coques remorquées à couple  » une erreur regrettable  » de la part d’un armateur aussi  » expérimenté « . Ces deux coques remorquées par un navire de type  » supply  » qui partait lui aussi se faire déconstruire en Turquie, une économie qui va ternir l’image du Groupe MAERSK.

Lors des remorquages hauturiers de ce type auxquels j’ai participé en Mer Méditerranée, pour remorquer dans les années 1977 et 1978 du Pirée à Barcelone pour la déconstruction des vieilles coques désarmées, des précautions particulières étaient appliquées, (visite du gréement de remorquage toutes les 3 heures par des marins du remorqueur, par mauvais temps, des visites plus régulières du gréement en laissant à bord du remorqué des marins si nécessaire). Ces règles, ces obligations doivent être réinstaurées, réimposées avant le départ par les autorités portuaires du port de départ, mais aussi, par les assureurs et autres autorisant le départ du convoi. Ces règles de sécurité doivent être respectées scrupuleusement par ceux qui effectuent ce type de remorquages. Le remorquage hauturier est un métier bien particulier, qui ne peut pas être de l’à peu près, ce métier est rigoureux et ne peut être effectué que par des professionnels (cette fois ce n’était pas apparemment pas le cas).

La manière de remorquer ces deux coques MAERSK SEARCHER et SHIPPER est d’un amateurisme qui fait sourire toute la communauté du remorquage maritime. Il est également inconcevable de faire remorquer des navires qui partent à la destruction par un navire de type  » supply  » qui lui-même était destiné à être déconstruit.

Le premier armateur mondial s’est comporté comme un amateur, nous remettons en cause cette façon de faire, ce manque de respect envers les professionnels du remorquage.

La conséquence de cet amateurisme a pour conséquence tout ce qui a été dit par Bernard et Michel. Dès leur construction, tous les navires doivent être équipés du système de pompage JLMD ECOLOGIC permettant de remonter les fluides des navires des cuves de carburant et de les nettoyer (Sécurité Passive Embarquée). D’autres grands armateurs dans le monde et les Français CMA CGM, LDARMATEURS et quelques autres font cet effort  » parier sur la prévention par respect de l’environnement en cas d’accident et de naufrage  » .

Afin d’éviter ces convois , il faut imposer que les vieux navires soient déconstruits au plus près, en Europe du Nord lorsque cela est possible, il faut interdire les remorquages à couple.

Pour l’association MOR GLAZ, ces deux coques doivent être renflouées, une surveillance de trois ans des coques par le Groupe MAERSK ne suffit pas. Il faut imposer une règlementation stricte afin que ces négligences ne puissent plus se produire, il faut que tous les acteurs de ce naufrage soient responsabilisés à leur niveau.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’association MOR GLAZ

Certains Armateurs Français montrent leurs différences, CMA-CGM, LOUIS DREYFUS ARMATEURS (LDA) et quelques autres : pour les moyens innovants de propulsion et par une volonté d’installer à bord de leurs navires la  » Sécurité Passive Embarquée  » Mais aussi BRITTANY FERRIES, IFREMER, LES ABEILLES etc.…… qui privilégient le Pavillon Français Premier Registre, le renouvellement ou la modernisation de leur flotte qui mériterait pour grand nombre d’entrée dans la flotte stratégique.

Certains Armateurs Français montrent leurs différences, CMA-CGM, LOUIS DREYFUS ARMATEURS (LDA) et quelques autres : pour les moyens innovants de propulsion et par une volonté d’installer à bord de leurs navires la  » Sécurité Passive Embarquée « 

  Mais aussi BRITTANY FERRIES, IFREMER, LES ABEILLES etc.…… qui privilégient le Pavillon Français Premier Registre, le renouvellement ou la modernisation de leur flotte qui mériterait pour grand nombre d’entrée dans la flotte stratégique.

La newsletter d’Armateur de France du jeudi 9 février 2017 titrait : LE PAVILLON FRANÇAIS (LOUIS DREYFUS ARMATEURS) CHOISI PAR UN CHAMPION DANOIS DES EOLIENNES EN MER.

Le Groupe Louis Dreyfus Armateurs LDA est un acteur majeur des activités maritimes Françaises depuis plus de 160 ans, son redéploiement vers les énergies marines renouvelables, ne peut que satisfaire l’association MOR GLAZ.

En remportant ce marché pour opérer sur un champ éolien offshore au large de l’Allemagne, LDA Armateur Français vient de démontrer que rien n’est impossible, et qu’il faut rester confiant, persuasif, démonter que les Armateurs Français sont innovants et performants.

L’association MOR GLAZ depuis plus de 15 ans dénonce certaines dérives dans les activités maritimes, dénonce aussi la présence sur les marchés et dans les activités maritimes la présence de  » pseudo-armateurs  » qui ne fonctionnent qu’avec des investisseurs plus ou moins douteux, en bafouant toutes les règles sociales, de sécurité et autres…

L’association MOR GLAZ constate que la qualité paie (sans avoir toute fois tous les éléments de cet appel d’offres) durant des années, seul le prix comptait, ce fut une erreur qu’il ne faut pas renouveler. La qualité de l’Armateur, sa solidité financière, la qualité des navires fournis, l’Etat du Pavillon et la qualité des Equipages doivent être les seuls critères. De nouvelles activités telle-que les Energies Marines Renouvelables EMR ne peuvent s’effectuer  » se développer  »  » s’opérer  » qu’avec de bons opérateurs, en faisant valoir la compétence technique, la fiabilité des navires et des Equipages ainsi que les capacités à assurer les missions sur du long terme.

Les activités maritimes, ne peuvent se développer qu’avec une marine marchande hautement technologique. Le contrat obtenu par LDA avec l’énergéticien Danois Dong sur un appel d’offre face aux Britanniques, aux Danois, aux Hollandais et aux Allemands, démontrent qu’il faut rester confiant. Le devenir des activités maritimes Françaises Internationales et Nationales profiteront aux Armateurs Français sérieux ! Seul le cap sur la qualité compte y compris lorsque la mer économique est grosse !

Ce contrat avec Dong est un grand succès certes pour LDA, mais plus largement pour l’ensemble des Armateurs Français, y compris pour le pavillon Français celui-ci serait-il Registre International Français RIF ! Le 2 mars 2011 l’association MOR GLAZ décernait un carton vert à LDA pour son implication dans l’exploitation de l’autoroute de la mer Montoir-Gijon.

Le positionnement de l’Armateur LDA dans le secteur des EMR, mérite un nouveau carton vert, la réussite par la qualité et le sérieux. Félicitations à toutes les Equipes de LOUIS DREYFUS ARMATEURS, tous les personnels Sédentaires et Navigants qui se sont investis afin de faire reconnaître le savoir faire maritime Français et faire flotter le Pavillon tricolore sur les champs éoliens au large de l’Allemagne.

Bon vent et belle mer à ce navire de maintenance de champ éolien offshore et à ses Equipages.

Pour l’association MOR GLAZ Le Président Jean-Paul HELLEQUIN