L’Association MOR GLAZ, tient à féliciter l’ensemble des acteurs, qu’ils soient Civiles ou  Militaires qui ont participé à mettre en sécurité le vieux bac de Loire « Saint Hermeland », et ainsi d’avoir évité le naufrage.

 

Ce bac était la propriété du Conseil Départemental des Pays de la Loire, qui  a assuré durant presque 40 ans les liaisons  « Le Pellerin-Couëron », il était abandonné au quai Wilson à Nantes depuis plusieurs années. La décision de la faire déconstruire et recycler à Brest est une bonne décision.

Ce bac, avait quitté le port de Nantes, sous remorque pris en charge par le Remorqueur «Le Moros » dont l’Armateur est la Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF. Ce Remorqueur est basé dans le port de Concarneau. L’ensemble des responsables du convoi « déterminés » viennent de montrer ce que nous savions déjà, une compétence !

Lundi 4 avril 2022, en soirée, la coque du « Saint-Hermeland » avait pris une forte gîte, compliquant l’opération de remorquage. Alerté, le « Crossa Etel », avait aussitôt lancé un appel au « Jaguar », un navire école de la Marine nationale, qui s’est dérouté sur place. Puis à des moyens plus adaptés furent envoyés sur zone par le Préfet Maritime de l’Atlantique, dont le navire « Le Sapeur » affrété pour l’Action de l’Etat en Mer !

La réactivité et le savoir-faire tant des Civiles que des autorités  Militaires  du port de Brest additionnés (Préfecture Maritime, Action de l’Etat en Mer, Pilotage, Lamanage, Remorquages et diverses Autorités etc…) viennent de confirmer un professionnalisme à la pointe Bretagne et sur le port de Brest. Une opération de remorquage, et de sauvetage en Mer n’est jamais facile, surtout lorsque la Mer est rebelle, et, les Marins savent qu’elle est souvent victorieuse.

Entre le Moros, à droite et le Mistral 7, la Saint-Hermeland émerge à peine au-dessus de la surface

Une semaine difficile certainement pour certains,  lors du « débriefing », il y aura des conclusions  à en tirer pour les prochains transfères de coques. Ces opérations sont souvent à risques, l’Associations MOR GLAZ attire souvent l’attention sur la dangerosité de ces convois, mais contrairement à d’autres fois, ce convoi est arrivé à quai.

Pour l’Association du MOR GLAZ et du Remorque                                                                 Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le 28 décembre 2020, le baliseur « Îles SANGUINAIRES II » de l’Armement des Phares et Balises s’échouait sur le quai des Torpilleurs dans le port à Ajaccio.

Cet échouage dû  à la rupture d’un maillon de chaîne d’ancrage (pourtant changée au mois de septembre 2020), cela peut effectivement se produire ! Ce qui par contre parait invraisemblable à l’Association MOR GLAZ est le fait qu’un tel navire puisse rester au mouillage sans un Equipage de veille, le mouillage pouvant devenir «étant » une position dangereuse et exposée selon les conditions météorologiques,  l’endroit etc. … (le 10 octobre 2018 au Nord du Cap Corse une collision entre un roulier et un porte-conteneurs le rappelle)  surtout lorsqu’un tel coup de vent est annoncé. Un tel armement dont les navires remplissent des missions de service public et de sécurité Maritime doit-être capable d’armer ces « ses » navires à plein temps.

Après avoir été remorqué à Toulon par le navire « JASON » affrété par la Marine Nationale, « ÎLES SANGUINAIRES II » est en attente d’être déconstruit « recyclé » dans un chantier à Toulon.

Renseignements pris, quasiment 2 mois après cet échouage  les Personnels des Phares et Balises ne cachent pas leurs inquiétudes  de voir disparaître définitivement une unité de l’Armement. L’Association MOR GLAZ revient quant à elle sur le manque de veille lors des mouillages, une attention attirée depuis longtemps par certains Personnels en évoquant  les risques. Pour l’Association MOR GLAZ, y compris au mouillage tout navire doit-être armé d’un Equipage serait-il réduit, et la veille assurée. Cet incident rappel également le manque de places dans les ports en Corse. Les naufrages survenus dans la nuit du 25 au 26 septembre 2020 et la noyade des deux plaisanciers du navire « BE BOP » par refus de pouvoir accorder «trouver» une place à quai est encore tristement présente.

L’association MOR GLAZ salue les sauveteurs qui ont évité le pire dans cette Région, où l’écosystème doit être surveillé et protégé, car fragile. Pourquoi les services de l’État sont-ils incapables d’appliquer une veille à bord de ces « ses »navires ?

Une pollution évitée cette fois, un navire des Phares et Balises perdu, car ne soyons pas naïfs, il ne sera pas remplacé par une unité équivalente, des Marins Français en moins ! L’État réduit depuis des décennies les missions Maritimes depuis quelques années « Douanes, Sauvetage, Balisage et autres !

Tous les navires devraient être équipés d’une Sécurité Passive Embarquée afin de faciliter la tâche des Sauveteurs et intervenants.  -« JLMD ECOLOGIC GROUP Maritime et développement durable est Basée à Paris. Cette Société Française de renommée internationale (est souvent évoquée « rappelée » par l’Association MOR GLAZ) elle est leader sur le marché mondial des systèmes embarqués visant à éviter les marées noires accidentelles. Elle a développé ce nouveau secteur de la Sécurité Passive Embarquée, les innovants systèmes FOR – Fast Oil Recovery Systems.  Des circuits de secours dédiés qui offrent un accès permanent aux réservoirs (soutes)  et cuves des navires. En cas d’urgence, ils facilitent le travail des Sauveteurs en permettant un pompage rapide du pétrole et autres substances liquides dangereuses pour l’Homme et l’Environnement. Ces équipements,  qui sont installés en Europe, Chine, Corée, préservent les Armateurs d’un désastre Ecologique et Economique, ils valorisent leur image de marque tout au long de l’année, plusieurs grands Armateurs Français équipent leurs navires de ce System, cela mériterait un regard attentif et particulier des Assureurs du Lloyd’s à Londres! 

 

Pour l’Association MOR GLAZ           Le Président Jean-Paul HELLEQUIN