l’association MOR GLAZ était présente aux Assises de l’Economie Maritime, à Marseille en 2015

 

l’association MOR GLAZ sera présente aux Assises de l’Economie Maritime,

qui se tiendront cette année à La ROCHELLE.

Comme chaque fois qu’elle en a l’opportunité, l’association MOR GLAZ en  » profitera  » pour communiquer et créer de nouveaux liens, de nouvelles relations qui lui permettront de faire avancer les sujets maritimes, qu’elle croit être prioritaires pour tous les Marins et les activités maritimes.

Chaque année, les Assises de l’Economie Maritime sont pour l’association MOR GLAZ une belle occasion d’aborder avec les personnalités, les responsables du milieu maritime les sujets qui préoccupent l’Association, et notamment en cette période … quels dispositifs mettre en place pour faire face au gigantisme des navires.

Les liens créés depuis des années lors de ces Assises, permettent très souvent à l’association MOR GLAZ d’avoir des leviers importants pour faire aboutir plusieurs dossiers prioritaires et notamment sociaux. Nous remercions toutes celles et ceux qui adhérent à l’association MOR GLAZ et qui sont à nos côtés depuis plus de 15 ans.

La présence du Président de la République aux Assises le mardi 8 novembre 2016 à La ROCHELLE pourrait nous permettre de rencontrer un Conseiller du Cabinet de la Présidence, une demande de rendez-vous est en cours.

Pour l’association MOR GLAZ le Président Jean-Paul HELLEQUIN CONTACT@MORGLAZ.ORG

Le parquet de Brest qui réclame une amende d’1 million d’euros envers le  » pseudo-armateur  » a bien compris, que polluer est gravissime.

Le 24 février 2016 un Falcon 50 de la Marine Nationale détectait une pollution en mer. Le cargo responsable de cette pollution avait été dérouté vers Brest. Le cargo  » THISSEAS  » était resté plusieurs jours au mouillage en rade de Brest. Il avait repris la mer après s’être acquitté d’une caution de 500.000€.

Il y a quelques années ce type de pollution faisait la une de tous les médias et puis les années passent, et cela devient un simple fait divers, alors que polluer est grave, grave pour l’Homme et l’Environnement.

Le parquet de Brest qui réclame une amende d’1 million d’euros envers le  » pseudo-armateur  » a bien compris, que polluer est gravissime. Les 200.000 euros réclamés au Capitaine sont-ils justifiés, lorsque l’on connaît le fonctionnement des pavillons de complaisance et les paradis fiscaux ? Ce Capitaine qui ne connaît peut-être même pas son employeur, est comme d’autres Capitaines et Marins passé par une société de Manning implantée  » installée  » elle aussi dans un paradis fiscal…

Ce navire en provenance de Saint-Pétersbourg se dirigeait vers la Chine, cette escale forcée, mais aussi cette requête du parquet de brest qui cependant aurait pu être bien plus élevée devrait donner à réfléchir à d’autres armateurs récalcitrants  » pollueurs  » !

L’association MOR GLAZ, était la première à expliquer dès 2000 à la barre du Tribunal de Grande Instance de Brest, du Havre et de Marseille le fonctionnement obscure d’un certain transport maritime et de certains armateurs qui déshonorent la profession. L’association MOR GLAZ ne peut  » et ne veut  » pas accepter de pollution volontaire.

L’association MOR GLAZ sait  » constate  » que depuis quelques années les armateurs sérieux se sont disciplinés, ils ont fait le choix de ne plus polluer (ni ici, ni ailleurs pour certains !!), de traiter les déchets, et de les laisser dans les ports même si cela a un coût financier important. Certains ont opté pour le bon choix (aucune pollution volontaire), alors que d’autres ne polluent pas ici mais ailleurs, ne soyons pas dupes.

Ceux qui n’ont pas opté pour le bon choix de ne plus polluer, lorsque ces derniers se fond prendre ils doivent payer le prix fort, le maximum autorisé par la loi. L’association MOR GLAZ condamne toute forme de pollution volontaire, cependant il faut noter que certains navires sont tellement mal entretenus, que la pollution est inévitable malgré toute la volonté des équipages.

En 2002 l’association MOR GLAZ demandait  » suggérait  » que l’encaissement des condamnations soit utilisé afin de financer des moyens supplémentaires pour lutter contre les pollueurs des mers.

Pour l’association MOR GLAZ Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/c : Premier Ministre, Madame Ségolène Royal, Secrétaire d’Etat aux Transports, Direction des Affaires Maritimes, Secretariat Général à la Mer

CLIQUEZ…

3 novembre 2016 au Tribunal de Grande Instance de BREST si la pollution volontaire est avérée, le pollueur doit payer le maximum….

Le 24 février 2016 un Falcon 50 de la Marine Nationale détectait une pollution en mer. Le cargo responsable de cette pollution a été dérouté vers Brest. Le cargo  » THISSEAS  » est au mouillage en rade de Brest depuis le 26 courant dans la soirée, il pourra reprendre son cap lorsque l’armateur Grecque se sera acquitté d’une caution fixée à 500.000€ par les autorités Françaises.

Il y a quelques années cette pollution aurait fait la une de tous les médias

Une nappe d’hydrocarbure constatée dans le sillage du vraquier le  » THISSEAS  » long de 225 mètres battant pavillon du Libéria. Ce navire en provenance de Saint-Pétersbourg se dirigeait vers la Chine, cette escale forcée devrait donner à réfléchir à d’autres armateurs récalcitrants  » pollueurs  » !

La pollution filmée par l’equipage du Falcon 50 serait de plus de 40 kms de long et de 50 mètres de large. Si cette pollution était avérée volontaire, les responsables devront payer le prix fort. L’association MOR GLAZ, était la première à expliquer dès 2000 à la barre du Tribunal de Grande Instance de Brest, du Havre et de Marseille le fonctionnement obscure d’un certain transport maritime et de certains armateurs qui d’déshonorent la profession. L’association MOR GLAZ ne peut pas accepter de pollution volontaire.

L’association MOR GLAZ sait  » constate  » que depuis quelques années les armateurs sérieux se sont disciplinés, ils ont fait le choix de ne plus polluer (ni ici, ni ailleurs), de traiter les déchets, et de les laisser dans les ports même si cela a un coût financier important. Certains ont opté pour le bon choix (aucune pollution volontaire), alors que d’autres ne polluent pas ici mais ailleurs, ne soyons pas dupes.

Ceux qui n’ont pas opté pour le bon choix de ne plus polluer, lorsque ces derniers se fond prendre ils doivent payer le prix fort, le maximum autorisé par la loi. L’association MOR GLAZ condamne toute forme de pollution volontaire, cependant il faut noter que certains navires sont tellement mal entretenus, que la pollution est inévitable malgré toute la volonté des équipages. Si les moyens pour traquer les pollueurs étaient plus importants, l’association MOR GLAZ est convaincue qu’il y aurait bien plus d’infractions flagrantes de relevée  » constatée  » contre les océans.

En 2002 l’association MOR GLAZ demandait  » suggérait  » que l’encaissement des condamnations soit utilisé afin de financer des moyens supplémentaires pour lutter contre les pollueurs des mers.

Le Président de l’association MOR GLAZ

C/c : Premier Ministre, Madame Ségolène Royal, Secrétaire d’Etat aux Transports, Direction des Affaires Maritimes, Secretariat Général à la Mer

L’association MOR GLAZ sait de bonnes sources que la déconstruction du  » Captain Tsarev  » cargo de 154 mètres se poursuit dans le port de Brest et ce dans de bonnes conditions, nous en sommes très satisfaits, pour plusieurs raisons.

L’Association MOR GLAZ apporte tout son soutien à la société les  » Recycleurs Bretons  » qui est chargée de la déconstruction de ce navire, mais aussi de bien d’autres espérons le !

L’accident survenu sur ce chantier au mois d’août 2016 ne doit en rien freiner, remettre en cause, entacher un chantier de déconstruction de navires à Brest. Dès que l’occasion se présentera, il faut continuer cette activité et la développer. Cette activité doit être complémentaire à celles existantes sur le port de Brest. Un port est avant tout un site industriel où les activités doivent et peuvent se côtoyer.

L’Association MOR GLAZ s’interroge et ce depuis plusieurs années sur le fait que des navires qui pourraient-être déconstruits  » recyclés  » en France sont remorqués vers le chantier de Gand en Belgique. Ce port Belge déconstruirait nous dit-on les vieux navires à un coût inférieur de 30%, il y de quoi s’interroger sérieusement.

L’Association MOR GLAZ demande qu’une rapide solution soit trouvée pour les navires  » Antigone z  » et du  » Karl  » qui eux aussi doivent-être déconstruits à Brest.

L’Association MOR GLAZ rappelle si cela est encore nécessaire, que la déconstruction des navires n’est pas une sous activité, elle fait partie de l’industrie navale, au même titre que la construction et la réparation navale, il serait peut-être temps d’y penser sérieusement, et de moins faire la fine bouche face à cette activité !

D’après le journal  » Le Monde  » du 16 septembre , des milliers de marins (1500/2500) d’une compagnie Sud-Coréenne en faillite errent sur les océans depuis deux semaines.

 

500.000 Conteneurs, d’une valeur de 14 Milliards de dollars de marchandises seraient embarquées sur 60 navires de la société maritime  » HANJIN SHIPPING  » ! Une situation ubuesque par le nombre de navires (60 navires) et de Marins !!!! L’Association MOR GLAZ constate que cette fois encore seules les cargaisons font l’objet de tractations. Les Marins dans tout ça, ne seraient-ils que des victimes ?

C’est une situation particulièrement insolite pour les marins de la compagnie  » HANJIN SHIPPING  » et les quelques passagers qui les accompagnent, l’Association MOR GLAZ a une pensée toute particulière pour tous ces Marins, mais aussi pour ceux qui subissent des situations semblables dans un anonymat et desquels personne ne parle. Ils sont nombreux mais silencieux, et pourtant ces Marins sont ceux qui permettent 90% des échanges mondiaux.

Le septième armateur mondial de fret maritime en difficulté, il aurait demandé début septembre 2016 son placement en redressement judiciaire, en Corée du Sud et aux Etats-Unis, déclenchant  » créant  » une situation ubuesque qui dure depuis près de deux semaines : la société maritime indique, qu’une soixantaine de cargos sont toujours au large ou sur rade en attente de rentrer au port, dans différentes régions du monde. Les ports internationaux leurs interdisent l’entrée, car ils craignent que la compagnie ne puisse pas payer les frais de ports et autres frais liés à l’escale d’un navire, chacun aura compris que tôt ou tard ces navires devront pourtant escaler !

Les milliers de Marins et de salariés de cette société doivent être solidaires. Les Marins coincés  » bloqués  » à l’entrée des ports, pour la plupart Sud-Coréens, Philippins, Indonésiens, mais aussi Polonais, et Allemands, ne doivent pas être attentifs au discours rassurants des représentants de l’armateur, le jeu de poker menteur va être engagé d’ici peu!!! Ces navires qui errent sur toutes les mers du monde transporteraient 500 000 conteneurs, des marchandises dont la valeur avoisinerait les 14 milliards de dollars.

Pour l’association MOR GLAZ les Marins ont de quoi négocier leurs salaires, car pour l’association MOR GLAZ la première démarche est bien celle-là payer les Marins, tous les Marins avant de débarquer un seul des conteneurs ou autres marchandises.

La société KOREAN AIR, membre du groupe HANJIN a accordé à l’armateur une caution de 55 millions de dollars (49 millions d’euros) pour essayer de résoudre la crise. 36 millions de dollars (32 millions d’euros) ont été versés en début de semaine pour permettre de débarquer des cargaisons.

Pour l’association MOR GLAZ , les Marins ne doivent pas être les laissés pour compte, ils doivent se préparer à toutes les éventualités et être prêt à se défendre, ils ne doivent pas payer pour les erreurs qui auraient pu être commises. La chance de ces Marins est contrairement à d’autres qui rencontrent ces tristes situations de se trouver sur des navires qui sont chargés, bon courage à ces Marins et aux personnels sédentaires de cette société !!!

Pour l’Association MOR GLAZ Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

MOR GLAZ aux journées d’été du Groupe Europe Écologie Les Verts

 Tous les moyens de sauvetage doivent évoluer

avec le gigantisme des navires !!

Même si le moyen de transport le plus sûr, le moins polluant est le navire, il faudra le jour ou cela se présentera être prêt à secourir ces navires géants, qu’ils transportent des passagers ou des marchandises !

La course effrénée au gigantisme des navires continue, elle obligera tôt ou tard  » très rapidement à notre avis  » les pays ou croisent ces géants à mettre en place des remorqueurs plus puissants que ceux existants à Boulogne, Cherbourg, Brest et Toulon pour ce qui concerne la France, les autres pays devront également y penser rapidement !

*Entre 1956 et 1970 les porte-conteneurs transportaient 500/800 conteneurs.

*En 2005, lors de la mise en service des remorqueurs Abeilles BOURBON et LIBERTE, les porte-conteneurs transportaient de 9000 à 11 000 conteneurs.

10 ans plus tard, la capacité a doublé… les dangers eux ont été multipliés par 3 ou 4 …La prise au vent de ces navires est dangereuse, interdisant certaines manœuvres, au port et en mer … la diversité des produits dangereux transportés sur le même navire est un réel danger.

En 2012 16.000 conteneurs Equivalent à Vingt Pieds (un EVP 38,5 mètres cube),

en 2013 18.000 conteneurs EVP,

en 2015 19.500 conteneurs EVP,

en 2017 22.000 conteneurs EVP …….et après ?

Ces géants de plus de 400 m de long et de plus de 54m de large, ne peuvent pas être secourus par vent de plus de 35 nœuds et une mer formée par aucun des moyens nautiques existants en France et ailleurs dans le monde voir le site de l’Association Françaises des Capitaines de Navires.

Pour l’association MOR GLAZ, cette course au gigantisme est inutile, elle est dangereuse  » mais  » elle existe, donc, les moyens de sauvetage doivent être renforcés  » appropriés  » partout en Europe et dans le monde. Les grands navires doivent être équipés pour supporter une force de traction supérieure à 250 tonnes !! Ces navires doivent être équipés de remorques de secours comme les grands pétroliers.

Depuis 2011 le Golfe de Gascogne est dépourvu de tout moyen de sauvetage, cet endroit est pourtant fréquenté par ces navires qui en hiver perdent parfois en une seule nuit plus de 350 conteneurs remplis de divers produits, même vides, ces conteneurs sont très dangereux pour la navigation, et notamment pour les navires de pêche, petits navires caboteurs, ferrys, navires de plaisance, et autres convois.

L’association MOR GLAZ demande depuis septembre 2011, le remplacement du remorqueur qui se trouvait dans le Golfe de Gascogne. Le Préfet Maritime Anne-François de Saint-Salvy le 14 septembre 2011 dans un courrier adressé au Secrétaire Général de la Mer lui demandait un moyen nautique pour surveiller le Golfe de Gascogne (mais aussi de nombreuses personnalités)

L’association MOR GLAZ constate que depuis le départ du remorqueur de haute mer du port de la Pallice en septembre 2011, que les questions écrites et orales se succèdent dans les deux assemblées. Ces questions sont posées par des Elus de toutes tendances, les réponses sont les mêmes depuis 2011, construites par des Conseillers qui n’y connaissent pas grand-chose avec des solutions approximatives, loin des réalités et du professionnalisme qu’imposent le sauvetage en mer dans des zones aussi tourmentées par des conditions météorologiques parfois extrêmes. Le feuilleton du  » Modern Express  » à la dérive durant cinq jours en février 2016 aura confirmé la position de l’association MOR GLAZ sur le manque de moyen, mais aussi sur la politique de la France en ce qui concerne les endroits refuges et autres décisions lors des dérives de navires !

Pourquoi cette zone doit être protégée, mais aussi celle du Pas-de-Calais qui doit être renforcée, cette zone qui voit croiser plus de 650 navires par jour dans une zone peu profonde et très dangereuse:

Cette zone du Golfe de Gascogne est une zone de plus en plus fréquentée, le trafic maritime y est de plus en plus croissant en volume. Les navires sont de plus en plus gigantesques, les paquebots et les ferrys de plus en plus nombreux. Le développement des ports Atlantique (Nantes-St Nazaire, La Pallice, le Verdon etc.……) doit obliger l’Etat à maintenir un moyen de sauvetage efficace prêt à intervenir 24h/24h 365 Jrs par an sous l’autorité du Préfet Maritime de l’Atlantique, nous parlons de remorqueur de haute mer, pas un bricolage inapproprié.

Contrairement à ce qui est évoqué ici et là « L’Abeille LANGUEDOC  » a effectué de 2006 à 2011, 35 opérations soit : 17 remorquages ou assistances, 13 escortes de navires, 5 opérations diverses containers, bois à la dérive etc.….. (Très dangereux pour tout type de navire). Sachant que les navires marchands utilisent (souvent) pour leur propulsion du fioul lourd N° 2 du type de celui transporté par l’ERIKA et le PRESTIGE. Tous ces remorquages et assistances sont des milliers de tonnes de fioul lourd ramenées à bon port, mais aussi des produits dangereux pour l’Homme et l’Environnement. Il paraît donc indispensable et urgent qu’un moyen du type de ceux proposés plus haut soit mis en place.

Les engagements et les promesses de Madame Ségolène ROYAL (dès 2011) sont restés sans résultat : de la politique du discours et rien d’autre, un manque de conviction pour défendre ce dossier qui fait pourtant l’objet régulièrement d’interrogation au Sénat, à l’Assemblée Nationale et dans d’autres instances.

Le Ministre des transports Frédéric CUVILLIER a botté en touche durant son poste ministériel (il aurait fallu de sa part une volonté politique qu’il n’a pas eu). En juillet 2014, des promesses avaient été faites à l’association MOR GLAZ que nous avions aussitôt rendues publiques, promesses restées sans résultat.

Le Maire de La Rochelle considère quant à lui que ce n’est pas de sa responsabilité, et que les remorqueurs portuaires sont suffisants… de la part d’un élu  » présenté par la presse comme un grand marin  » cela est assez choquant  » révélateur  » de son manque d’ambition pour la sécurité maritime.

Quant à Madame la Préfète de la Région du Poitou-Charentes qui devait organiser une table ronde sur ce sujet avant fin 2014 … elle en met du temps !

Le Ministre de la Défense Jean-Yves LE DRIAN quant à lui reste silencieux, lui qui sommait le 18 décembre 2011(lorsqu’il était Président de la Région Bretagne) le Premier Ministre François FILLON de repositionner rapidement (via l’AFP) un remorqueur de haute mer à Lorient suite à l’échouement du  » TK BREMEN « .

Lors des assises de la mer qui se tenaient à Nantes en début décembre 2014, Monsieur Dominique BUSSEREAU, Président du Département de Charente Maritime (Département qui est adhérent à l’association MOR GLAZ que j’avais rencontré en novembre 2014) avait réclamé dans son intervention un remorqueur de haute mer pour prévenir de tout accident maritime dans cette zone du Golfe de Gascogne dont il connaît la dangerosité maritime.

L’association MOR GLAZ continue et continuera de militer pour des moyens de sauvetage adéquats et appropriés dans cette zone et ailleurs (le gigantisme des navires multiplie les dangers, les risques et notamment celui des pollutions invisibles avec les pertes de conteneurs). Il faut des remorqueurs supérieurs à la puissance des Abeilles BOURBON et LIBERTE. Le sujet a été largement abordé avec le Conseiller du Premier Ministre lors de son déplacement à Ouessant le 10 juillet 2015 par l’association MOR GLAZ.

Pour remorquer et assurer une bonne protection du littoral, il faut des remorqueurs puissants, armés sous pavillon Français 1er registre, propriété d’un Groupe puissant et volontaire dans le secteur maritime. L’exercice de remorquage effectué par temps calme avec le  » MARCO POLO  » au large de la Bretagne en mars 2013 sur la demande et l’autorité du Préfet Maritime de l’Atlantique, aura permis de faire un bilan de la situation, mais rien de plus, de soulever certaines interrogations. L’exercice avec le EMMA MAERSK, quant à lui n’aura rien démontré de plus ! Seulement certaines constatations sur les points fixes pour capeler la remorque, il faudrait donc en tirer les conclusions !!!

Quelques propositions de l’association MOR GLAZ, qui doivent être rapidement mise en place par tous les acteurs du transport maritime et par les instances internationales et européennes Organisation Maritime Internationale et Agence Européenne de Sécurité Maritime.

L’association MOR GLAZ demande que soit construit rapidement deux puissants remorqueurs de haute mer, la traction (250 à 270 tonnes de traction), et la puissance doivent être privilégiées à la vitesse (celle-ci ne servant plus à grand-chose dans du gros temps) un remorqueur est avant tout un tracteur qui doit être capable d’opérer par tous les temps et sur tout type de navire.

L’association MOR GLAZ demande un redéploiement et un renforcement de la flotte des remorqueurs en France. Tous les navires marchands et notamment ces géants doivent être équipés d’un système de remorquage  » SMIT BRAKET  » afin de pouvoir passer rapidement une remorque sans faire prendre des risques  » inutiles  » aux sauveteurs et aux marins du navire àremorquer s’ils sont encore à bord. Une remorque de secours sur tous ces grands navires entretenue et prête à être utilisée, à l’arrière et à l’avant de ces navires un point fixe pouvant supporter de forte puissance de traction.

Pour l’Association MOR GLAZ tous ces navires doivent avoir deux moteurs et deux hélices, ils doivent avoir une puissance motrice suffisante, et non pas envisager de la réduire afin d’effectuer des économies. Dans les ports et en mer ces navires ont besoin de puissance !

L’association MOR GLAZ demande que l’Organisation Maritime Internationale, les assureurs de ces navires imposent aux armateurs d’équiper tous ces navires de JLMD Écologic System, qui équipe les navires de certains grands armements Français, Louis Dreyfus ARMATEURS et CMA CGM.

L’association MOR GLAZ demande que les arrêts techniques de ces navires soient plus fréquents et rigoureux, que les effectifs soient suffisants, que les marins n’aient pas que des modules, mais soient des marins bien formés, très qualifiés et ayant une bonne expérience professionnelle, ainsi qu’une réelle volonté de pratiquer le métier de marin, qui est et restera un métier pas comme les autres !

La mer est certes un espace de liberté, mais… cette liberté ne doit pas autoriser «  permettre  » certaines dérives elles doivent même être interdites!

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’association MOR GLAZ

LE BON CHOIX DU COMMANDANT DU REMORQUEUR « CROISIC » de ne pas remorquer le « COLBERT » sans une bonne couverture météorologique….

 Pourquoi le Colbert reste-il scotché dans le port de Brest ?

L’association MOR GLAZ constate que l’ex-COLBERT a du mal à quitter le port de Brest, port dans lequel il a été construit.

Après avoir pollué durant 8 ans les eaux de la zone NATURA 2000 à Landévennec, et depuis le mois de février 2016 le port de Brest, le COLBERT ne peut quitter le port de Brest pour des raisons de conditions météorologiques dans le Golfe de Gascogne et pour certaines clauses du contrat de remorquage passé entre la société de remorquage BOLUDA et son client.

Pour l’association MOR GLAZ ce navire n’aurait jamais dû quitter le port de Brest, il aurait dû être déconstruit sur place.

L’association MOR GLAZ ne conteste pas le choix de BORDEAUX BASSENS, le COLBERT sera déconstruit en FRANCE, mais au plus près c’eût été mieux, les compétences sont sur place, les espaces aussi.

L’Association MOR GLAZ, s’interroge sur le choix du remorqueur portuaire  » CROISIC  » ses 50 tonnes de traction suffiront-elles à ramener cette coque à BORDEAUX BASSENS en cas de conditions météorologiques imprévues ?

L’association MOR GLAZ ne souhaite qu’aucun risque ne soit pris par le Commandant et l’équipage du  » CROISIC « .

Le COLBERT est bien plus dangereux à remorquer que certains pourraient le penser, il y a le Golfe de Gascogne à traverser et cela n’est pas une mince affaire même pour des marins confirmés comme ceux qui sont à bord du  » CROISIC « .

Le président de l’association MOR GLAZ Jean-Paul HELLEQUIN

MOR GLAZ se félicite de la déconstruction du  » CAPTAIN TSAREV  » à Brest. La présence du navire ne nuira en rien aux fêtes maritimes !

À quelques semaines des fêtes maritimes qui se tiendront du 13 au 19 juillet 2016 à Brest, le sort du cargo poubelle  » Captain Tsarev « , bloqué  » abandonné «  laissé à quai depuis 2008 par un pseudo-armateur, sera « enfin  » déconstruit à Brest. L’association MOR GLAZ qui milite depuis des années pour la création d’une filière Nationale et Bretonne de déconstruction de vieux navires civils et militaires, salue le bon sens de la Région Bretagne qui l’a enfin emporté sur les idées préconçues et les palabres concernant la déconstruction des vieux navires dans le port de Brest.

Le bon sens l’a enfin emporté et le choix effectué par la Région Bretagne de déconstruire à Brest le cargo-poubelle  » Captain Tsarev  » ne peut-être que salué pour diverses raisons. La Société  » Les Recycleurs Bretons  » qui va déconstruire ce navire est locale. La déconstruction va s’effectuer au plus près. La déconstruction sera effectuée dans le respect de l’Homme et de l’Environnement. Cette déconstruction donnera de l’activité aux sociétés de dépollution, elle créera une activité et quelques emplois.

L’association MOR GLAZ espère qu’il y aura d’autres navires

à se faire déconstruire à Brest.

Cette activité ne nuira en rien aux activités existantes sur le port de Brest.

Cette déconstruction ne nuira en rien aux fêtes maritimes de juillet 2016. 

Une opportunité à saisir pour l’association MOR GLAZ… l’entreprise les Recycleurs Bretons… et la Région Bretagne pour expliquer durant cette fête maritime que de déconstruire des navires est une activité industrielle comme une autre et qui pourrait se développer à Brest ainsi que dans d’autres ports du littoral Français. La déconstruction des navires n’est pas une sous activité, elle fait partie de l’industrie navale, au même titre que la construction et la réparation navale !

L’association MOR GLAZ rappelle qu’il est dû 100.000 dollars d’arriérés de salaires aux marins du  » CAPTAIN TSAREV » qui avaient été abandonnés en 2008 par un pseudo-armateur Grec sans scrupule, sans aucun respect pour ces  » ses  » marins Ukrainiens et Russes.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l’association MOR GLAZ

Couler le cargo  » MODERN EXPRESS  » comme cela a été envisagé n’aurait pas été la bonne solution, les endroits refuges tant prônés par la France et l’Union Européenne se trouveraient-ils au fond des océans ?

L’association MOR GLAZ souhaite réagir à l’option qui a été envisagée par les autorités Françaises de couler le cargo  » MODERN EXPRESS  » afin de mettre fin à son périple dans le Golfe de Gascogne fin janvier début février 2016.

L’association MOR GLAZ est choquée que cette option ait pu être seulement envisagé. Couler ce navire avec sa cargaison, mais aussi avec son fioul de propulsion, ses huiles et autres produits certainement toxiques pour la faune et la flore, donc pour l’Homme… ceux qui ont abandonné ou qui se sont opposés à cette option ubuesque voire absurde doivent être salués.

Alors qu’il nous est sans cesse vanté  » répété  » que la France possède des moyens pour faire face à toutes les situations, que les endroits refuges seraient tous recensés pour accueillir les navires en difficultés, que des équipes d’interventions seraient prêtes, que les remorqueurs portuaires seraient prêts à agir, etc.…. la réalité nous semble être tout autre.

L’association MOR GLAZ reconnaît qu’une telle situation n’est pas facile à gérer, mais l’option de couler le navire était une mauvaise option, elle est l’option de l’impuissance face aux accidents maritimes. Entre couler le navire et le laisser s’échouer sur les plages Vendéennes, l’association MOR GLAZ préfère la deuxième solution qui est la moins pire…….

L’association MOR GLAZ ne peut pas rester sans réagir à une telle option qui a été évoquée, la France organisatrice de la COP 21! le discours et la façon d’agir sont diamétralement opposés.

Face à un pétrolier, à un porte-conteneurs abandonné par l’equipage, l’option des coups de canon et des missiles sera-t-elle aussi celle qui pourrait être préconisée puis retenue…. ou alors celle du sauvetage avec des moyens suffisants en hommes et en moyens.

Parmi les priorités, les obligations : Le Smit Bracket sur tous les navires, pouvant supporter une traction adéquate à chaque navire, ainsi qu’une remorque de secours. L’Organisation Maritime Internationale (OMI) et l’Agence Européenne de Sécurité Maritime (AESM) doivent l’imposer, ainsi que le JMLD Ecologic System.

 

Remorqueur à La Rochelle : M. Valls répond à Dominique .Bussereau – L’Association MOR GLAZ réagit

  Lettre ouverte adressée à Monsieur Manuel VALLS

        Landerneau le 19 avril 2016

Objet : Les moyens nautiques pour couvrir la zone du Golfe de Gascogne.

Monsieur le Premier Ministre,

L’association MOR GLAZ souhaite répondre à votre courrier du 12 courant, adressé à Monsieur Dominique BUSSEREAU et paru dans la presse. Nous craignons que vous traitiez  » considériez  » la sécurité maritime comme un sujet assez banal et que vous ne soyez hors sujet.

L’association MOR GLAZ, vous rappelle, que plusieurs parlementaires devenus depuis Ministres dans votre gouvernement demandaient, exigeaient le remplacement du remorqueur dans le Golfe de Gascogne qui avait quitté sa zone le 1er Septembre 2011 pour rejoindre le détroit du Pas-de-Calais.

L’association MOR GLAZ maintient que les moyens nautiques manquent pour couvrir la large zone du Golfe de Gascogne. Nous sommes par ailleurs assez surpris, que vos Conseillers ne sachent pas faire la différence entre un supply et un remorqueur de sauvetage. Nous sommes étonnés et surpris que vos Conseillers n’aient retenu que la distance pour vous démonter que le port de La Rochelle était plus éloigné de la position du  » Modern Express  » que le port de Brest. Monsieur le Premier Ministre, il aurait fallu calculer tous les paramètres existants ce jour là (direction du vent, force de la mer, la position du remorqueur s’il y en avait eu un de positionné à La Rochelle etc.….).

Monsieur le Premier Ministre, lorsqu’un paquebot géant, lorsqu’un porte-conteneurs géant ou autres navires se trouveront en difficulté, une fois encore nous ne serons que des spectateurs d’une situation qui aurait pu  » dû  » être évitée. Nous constatons que les responsables politiques et les pouvoirs publics de notre pays ne connaissent rien ou pas grand-chose aux sujets maritimes et plus particulièrement dans le domaine du sauvetage en mer.

L’association MOR GLAZ, constate que dans certains cas, les moyens de sauvetage sont dépassés (en 10 ans la capacité des porte-conteneurs a doublé… celle des paquebots a triplé). Les responsables du sauvetage et les pouvoirs publics doivent prendre en conscience qu’il est temps d’adapter les moyens de secours. Chaque exercice, chaque incident, chaque accident maritime devrait accélérer vos décisions de Premier Ministre.

Parmi les priorités : Le Bracket Smit pouvant supporter une traction de plus de 270 tonnes sur les gros navires devrait être rendu obligatoire par l’Organisation Internationale Maritime (OMI) et l’Agence Européenne de Sécurité Maritime (AESM). Une remorque de secours devrait être à poste sur tous les navires, prête à être connecté en cas de besoin, facilitant ainsi la tâche des sauveteurs.

L’association MOR GLAZ, estime sans tomber dans la caricature, que les moyens nautiques sous l’autorité des Préfets Maritimes doivent être plus nombreux et plus puissants, il suffit pour cela d’être un peu réaliste.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Jean-Paul HELLEQUIN

Président de l’association MOR GLAZ