Pour l’Association MOR GLAZ, il y a soit des manques de moyens, soit un manque de volonté de retrouver celui qui a balancé ces « ses » déchets par-dessus bord  au large des Caraïbes Bretonnes !   Cette pollution a été visualisée par des pêcheurs. Les déchets sont là quelques part pas très loin, ils doivent être retrouvés.

Pour l’Association MOR GLAZ, cette pollution n’a pas été imaginée par des Marins pêcheurs ! Elle est bien venue de quelque part, et forcement  d’un navire qui a croisé pas très loin de la zone.

Pour l’Association MOR GLAZ, il faut chercher et trouver le coupable, ce rôle est celui de l’Etat et de celles et ceux qui nous tiennent de beaux discours sur les luttes et autres ambitions contre les pollutions des Mers et Océans.

Les propos d’un témoin sont clairs et précis : -«  il y avait tous types de déchets, ils ont du faire le grand ménage, des fûts d’huile de 200 litres découpés qui flottaient, autres déchets caisses passés par-dessus bord.. ».  Cela se passe à trois milles au Sud-Est  de l’archipel des Glénan, endroit chargé d’histoire  (Caraïbes Bretonnes).

Les  plaisanciers, clubs de plongée et autres doivent s’unir pour trouver des indices et les porter à la Gendarmerie Maritime. Cette attaque « infamie » contre la Mer et les Pêcheurs est inacceptable. Unissons nos efforts pour dénoncer ces comportements !

–« La Mer, les Océans ne sont plus « pas »  des poubelles, jeter des déchets par-dessus bord doit être lourdement sanctionné, pour cela il faut retrouver les pollueurs ».

L’Association MOR GLAZ réitère sa demande : tous les moyens nécessaires doivent être mis en place. Ces gestes ternissent le monde de la croisière certes, mais aussi  l’ensemble des activités Maritimes. Ces comportements ne sont pas pour autant isolés, ceux qui ne polluent pas « plus » ici, le font ailleurs, ne soyons pas dupes, nous aussi nous rencontrons des Marins, il faut des registres sur tous les navires concernant tous les déchets (lubrifiants eaux usées et autres ….) une véritable et sérieuse traçabilité contrôlée lors des escales par les services portuaires et Autorités.

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ réitère sa demande : tous les moyens nécessaires doivent être mis en place par les services de l’Etat, les Autorités Maritimes et Judiciaires,  afin de repêcher une partie des déchets repérés par les Marins pêcheurs témoins de cette pollution honteuse et scandaleuse.

Pour l’Association MOR GLAZ, il y en a assez de balayer systématiquement d’un revers de main les sujets dérangeants, notre communiqué du 29 avril 2022 un engin explosif  laissé sans surveillance sur la plage de Plougasnou (Finistère)  durant plusieurs jours, puis celui du paquebot « Ocean Majesty ».

Le paquebot « Ocean Majesty » était soupçonné d’avoir jeté  ses poubelles par-dessus bord au large des Glénan, après le contrôle à Lorient, la Préfecture Maritime déclare qu’aucun manquement particulier n’a été décelé à bord ! Le navire est donc reparti, le pollueur est donc ailleurs, il faut le retrouver, cette fois des bidons et autres déchets et la prochaine fois ?

Pour l’Association MOR GLAZ, cette pollution n’a pas été imaginée par des Marins pêcheurs ! Elle est bien venue de quelque part, et vraisemblablement d’un navire qui a croisé pas très loin de la zone. Pour l’Association MOR GLAZ, il faut chercher et trouver le coupable, il faut organiser des recherches plus sérieuses. La Mer, les Océans ne sont plus des poubelles, jeter des déchets par-dessus bord doit être lourdement sanctionné.   Sans vouloir prendre pour cible L’Ocean Majesty, ce navire, en provenance de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) a effectué également une escale au port de Caen Ouistreham, lors de ces escales, le navire a-t-il débarqué des déchets ? Selon les historiques de route étudiés par le Centre Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) seul l’Ocean Majesty pouvait être suspecté, d’où nos interrogations.

Les propos d’un témoin sont clairs et précis ! -«  il y avait tous types de déchets, ils ont du faire le grand ménage, des fûts d’huile de 200 litres découpés qui flottaient, autres déchets caisses passés par-dessus bord.. ».  Cela se passe à trois milles au Sud-Est  de l’archipel des Glénan. Si des plaisanciers se trouvaient sur place, et donc témoins de cette attaque « infamie » contre la Mer et les Pêcheurs ils doivent témoigner et déposer plainte, s’ils trouvaient des déchets les ramener à la Gendarmerie. 

L’Association MOR GLAZ réitère sa demande : tous les moyens nécessaires doivent être mis en place par les services de l’Etat, les Autorités Maritimes et Judiciaires,  afin de repêcher une partie des déchets repérés par les Marins pêcheurs témoins de cette pollution honteuse et scandaleuse.

Ces gestes ternissent le monde de la croisière certes, mais aussi  l’ensemble des activités Maritimes. Ces comportements ne sont pas pour autant isolés, ceux qui ne polluent pas « plus » ici, le font ailleurs, ne soyons pas dupes, nous aussi nous rencontrons des Marins, il faut des registres sur tous les navires concernant tous les déchets (lubrifiants eaux usées et autres ….) une véritable traçabilité contrôlée lors des escales.

Pour l’Association MOR GLAZ        Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Depuis le lundi 25 au vendredi 29 avril 2022 un obus est resté apparemment sans surveillance sur la grande plage de Primel Trégastel sur la commune de PLOUGASNOU dans le Finistère !

 

L’Association MOR GLAZ dénonce ces incompétences « négligences »  des services qui ont en charge ces responsabilités !

Les faits : le lundi 25 avril 2022, deux personnes découvrent sur le littoral un obus, en bons Citoyens responsables, ils avisent la Gendarmerie Nationale.

D’après nos informations, aucune mesure surveillance ni périmètre de sécurité n’a été mis en place. Qui a failli dans cette affaire, la Préfecture Maritime, ou la Préfecture Territoriale ? Pour l’Association MOR GLAZ ce manque de sécurité ou « et »  de vigilance de la part des autorités sont impardonnables.

Des mesures de sécurité négligées de plus est en cette période de vacances scolaires, (découverte des explosifs  le lundi soir, opération de déminage le vendredi matin ….) 3 jours d’insécurité dans un secteur fréquenté y compris par des Enfants nombreux en Classe de Mer dans ce secteur !

Témoignage –« Ce matin à 10 H 29 circulant à pieds rue du Grand Large à Primel Trégastel sur la  Commune de PLOUGASNOU, mon attention a été attirée par l’explosion qui m’a semblé être  celle d’un obus.  A 10 heures 34, j’arrive devant la cale d’accès de la grande plage de Primel, promenade de la  Méloine où sont stationnés deux véhicules de la Marine Nationale  ainsi qu’un véhicule de la Gendarmerie Nationale. Concomitamment, deux employés communaux arrivent en véhicule de la Commune et se mettent à discuter avec deux jeunes Messieurs travaillant sur un chantier proche. Un de ces derniers raconte qu’il a découvert un obus lundi soir sur la plage et l’a signalé immédiatement à la Gendarmerie Nationale à QUIMPER ».

Les deux employés municipaux précisent qu’ils n’ont pas été informés de l’opération.  Sur la plage se trouvent des Démineurs et un Gendarme  sur l’estran à l’endroit où l’explosion a eu lieu. Aucun arrêté n’est affiché à l’entrée de la plage interdisant l’accès.

L’opération de déminage s’est déroulée sans incident, mais pour l’Association MOR GLAZ ce genre de manquement est irresponsable, qui a fauté, qui sont les responsables, la Mairie de PLOUGASNOU était-elle informée, si oui nous pouvons nous demander pourquoi certaines mesures de sécurisation de la zone n’ont pas été prises et mises en place dès lundi soir ?

Pour l’Association MOR GLAZ  il est permis d’imaginer le pire et  qu’un des groupes d’enfants en classe de Mer actuellement  au Centre de la PEP (situé, à l’autre extrémité de la plage) vienne découvrir l’estran à l’endroit de la présence de l’engin explosif.

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le 21 avril 2022 Jacques PERRIN larguait les amarres, condoléances à toutes celles et ceux qui restent sur le quai tristes et un peu désemparés.

Souvenir d’une rencontre qui restera présente à jamais !

Une rencontre à bord de l’Abeille Bourbon à Brest avec Monsieur Jacques PERRIN lors de sa remise du Grand Prix de l’Institut Français de la Mer par Monsieur Francis VALLAT.

Jacques et moi, nous étions restés en relations, facile de joindre Jacques lorsqu’il pensait « jugeait » que votre démarche pour défendre les Marins et les Océans était juste et réelle ! Un grand Homme si simple et rigoureux comme le sont souvent les Marins, Jacques était de notre communauté, celle des Gens de Mer, elle est endeuillée.

Quel honneur pour l’Association MOR GLAZ,  ses Adhérentes et Adhérents lorsqu’il accepta sur un simple appel téléphonique de dédicacer notre carte de vœux en 2011, et quel message d’espoir dans cette dédicace.

Merci Jacques pour tout ce que vous avez réalisé, merci pour les Marins et les Océans. La Planète, pour laquelle vous étiez si engagé, sans violence, vos écrits, vos images étaient vos moyens pour  faire passer tous ces beaux messages, tel l’oiseau marin qui survole la crête de la vague !  Merci Jacques.

Jacques, vous allez prendre la barre d’un navire pour réaliser un autre voyage, une Mer plus calme, l’ultime voyage celui parfois redouté par les Marins. Vous laisserez dans le sillage du navire qui vous conduira vers le quai, tant et tant de joies, de souvenirs et de vérités.

L’Association MOR GLAZ avait été très sensible pour « par » votre engagement auprès de nous. Vous le Capitaine défenseur de la Planète, si réaliste qui avez su avec fierté, détermination et d’une tolérance remarquable défendre les Marins et les Océans. Merci Jacques.

Bonne Mer Capitaine, merci pour tout reposez en paix, la relève de quart, ne sera plus jamais la même, vous manquerez sur le pont.

 

L’Association MOR GLAZ, tient à féliciter l’ensemble des acteurs, qu’ils soient Civiles ou  Militaires qui ont participé à mettre en sécurité le vieux bac de Loire « Saint Hermeland », et ainsi d’avoir évité le naufrage.

 

Ce bac était la propriété du Conseil Départemental des Pays de la Loire, qui  a assuré durant presque 40 ans les liaisons  « Le Pellerin-Couëron », il était abandonné au quai Wilson à Nantes depuis plusieurs années. La décision de la faire déconstruire et recycler à Brest est une bonne décision.

Ce bac, avait quitté le port de Nantes, sous remorque pris en charge par le Remorqueur «Le Moros » dont l’Armateur est la Société Coopérative des Lamaneurs des Ports de BREST-ROSCOFF. Ce Remorqueur est basé dans le port de Concarneau. L’ensemble des responsables du convoi « déterminés » viennent de montrer ce que nous savions déjà, une compétence !

Lundi 4 avril 2022, en soirée, la coque du « Saint-Hermeland » avait pris une forte gîte, compliquant l’opération de remorquage. Alerté, le « Crossa Etel », avait aussitôt lancé un appel au « Jaguar », un navire école de la Marine nationale, qui s’est dérouté sur place. Puis à des moyens plus adaptés furent envoyés sur zone par le Préfet Maritime de l’Atlantique, dont le navire « Le Sapeur » affrété pour l’Action de l’Etat en Mer !

La réactivité et le savoir-faire tant des Civiles que des autorités  Militaires  du port de Brest additionnés (Préfecture Maritime, Action de l’Etat en Mer, Pilotage, Lamanage, Remorquages et diverses Autorités etc…) viennent de confirmer un professionnalisme à la pointe Bretagne et sur le port de Brest. Une opération de remorquage, et de sauvetage en Mer n’est jamais facile, surtout lorsque la Mer est rebelle, et, les Marins savent qu’elle est souvent victorieuse.

Entre le Moros, à droite et le Mistral 7, la Saint-Hermeland émerge à peine au-dessus de la surface

Une semaine difficile certainement pour certains,  lors du « débriefing », il y aura des conclusions  à en tirer pour les prochains transfères de coques. Ces opérations sont souvent à risques, l’Associations MOR GLAZ attire souvent l’attention sur la dangerosité de ces convois, mais contrairement à d’autres fois, ce convoi est arrivé à quai.

Pour l’Association du MOR GLAZ et du Remorque                                                                 Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Un papier de la Journaliste Solenne DUROX pour le Journal le « PARISIEN » mis en ligne avec son autorisation ….

 

Économie

Guerre en Ukraine : «C’est le flou total»… la longue attente des marins des cargos russes bloqués en France

Dans le cadre des sanctions prises contre Moscou, les douanes françaises empêchent plusieurs navires russes de reprendre la mer. À Saint-Malo, l’équipage du Vladimir Latyshev est coincé depuis plus d’un mois, sans savoir quand il pourra repartir.

Le cargo russe Vladimir Latyshev et ses 12 marins sont bloqués depuis plus d’un mois dans le port de Saint-Malo sur décision des douanes. LP/Solenne Durox

2

2Solenne Durox 

Le 9 avril 2022 à 18h35

On le reconnaît de loin à son pavillon blanc bleu rouge. Long de 141 m, le cargo russe Vladimir Latyshev est bloqué dans le port de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) depuis le 2 mars. En provenance de Saint-Pétersbourg, il était venu décharger une cargaison de magnésie pour une société du groupe Roullier spécialisé dans la nutrition végétale et animale, avant d’être immobilisé sur ordre des douanes. Une décision prise dans le cadre du gel des avoirs lié aux sanctions décrétées par l’Union européenne envers les soutiens russes à la guerre en Ukraine. À bord, les douze marins, dont une femme, commencent à trouver le temps long. Ils l’occupent tant bien que mal en faisant de la maintenance, du nettoyage.

« L’équipage est pris au piège. À chacune de mes visites, le commandant semble de plus en plus nerveux », explique Laure Tallonneau, inspectrice de la fédération internationale des transports. C’est déjà la cinquième fois qu’elle vient à la rencontre de ces 12 marins âgés de 22 à 56 ans afin de s’assurer de leur bien-être et faire respecter leurs droits. Malgré la barrière de la langue — ils ne parlent pas tous anglais —, elle a réussi à savoir qu’ils sortent peu du navire mais sont heureusement payés par leur employeur et reçoivent des provisions. « Le problème, c’est qu’ils n’ont aucune perspective de départ et les douanes ne communiquent pas. C’est le flou total », ajoute Laure.

Comme le Victor Andryukhin, un autre cargo russe immobilisé à Marseille depuis début mars, le Vladimir Latyshev appartient à la société JSC GTLK dont l’actionnaire est la Fédération de Russie. Visé par la liste de sanctions, le ministre des Transports Vitaly Savelyev en était le président du conseil d’administration jusqu’à ce qu’il démissionne de ses fonctions au sein de l’entreprise le 5 mars selon l’agence de presse russe Interfax.

Les douanes condamnées à payer 100 000 euros

Parmi tous les navires contrôlés par les douanes françaises, il y en a un qui a eu plus de chance que les autres : le Pola Ariake. Retenu à Lorient (Morbihan) depuis fin février, il a pu reprendre le large le 28 mars après moult péripéties. Ce vraquier qui bat pavillon panaméen appartient à une filiale hongkongaise de JSC GTLK. Son armateur Pola Maritime avait saisi la justice et obtenu gain de cause le 18 mars. Le soulagement des marins n’avait été que de courte durée. Le lendemain, alors que le navire s’apprêtait à appareiller, les douanes étaient montées à bord pour le saisir.

« Elles ont occulté l’ordonnance rendue la veille et se sont opposées à la décision de justice », affirme Bertrand Costes, l’avocat de l’armateur. Ce dernier a dû réassigner en référé pour demander la mainlevée de la saisie. Le tribunal lui a une nouvelle fois donné raison et a, en outre, condamné les douanes à payer 100 000 euros de dommages et intérêts. Selon Me Costes, il est impossible de relier directement la filiale de GTLK à Vitaly Savelyev. « La notion de contrôle n’est pas prouvée. »

Les douanes ont fait appel. Président de l’association Mor Glaz qui défend les marins, Jean-Paul Hellequin ne comprend pas pourquoi la France est aussi « zélée » pour appliquer les sanctions. Geler ces navires n’est pas sans conséquences sur « les marins qui ont déjà subi la pandémie et qui vivent ensemble 24 heures sur 24 sur un bateau ». « La situation peut se dégrader. »

Alors que l’Union européenne a acté le 7 avril de nouvelles sanctions contre la Russie, dont la fermeture des ports européens aux navires russes, Jean-Paul Hellequin doute que cette dernière mesure soit efficace. « Beaucoup de navires battant pavillon russe sont en train de changer de pavillon. C’est très simple à faire, en moins de 48 heures, tout comme de changer de propriétaire. Il suffit de créer une boîte à lettres dans un paradis fiscal. » Sollicitée, la direction générale des douanes n’a pas souhaité répondre à nos questions.

 

Il y a quelques semaines, la Direction Générale de la Société Maritime P&O Ferries annonçait                             « avec grand regret l’arme à l’œil » la mise à quai de 800 Marins Britanniques, qu’elle devait licencier. Elle annonçait leur sac à 800 Marins pour employer un terme du passé (avoir son sac, le pire de tout pour un Marin) !

 

Une rupture d’amarre sous cette forme :« Veuillez noter qu’une annonce majeure sera faite aujourd’hui qui, grâce au soutien de notre actionnaire DP World, garantira la viabilité à long terme de P&O Ferries. » Voici le mail que les employés Navigants ont reçu. L’Association MOR GLAZ ne fera aucun commentaire sur la brutalité de cette  déferlante !

Le culot n’ayant aucune limite : « Il avait été demandé à tous les navires de décharger leurs passagers et leurs cargaisons et de se tenir prêts à recevoir de nouvelles instructions » précise aussi le mail. Des licenciements « des débarquements »  avec effet immédiat !

Les syndicalistes de la Société Maritime confirment que 800 Marins britanniques ont été licenciés « sur le champ » pour être remplacés par des Marins Colombiens, embauchés par une agence de travail intérimaire.

Pour l’Association MOR GLAZ, ces Sociétés de Manning qui sévissent dans le Maritime, sont souvent implantées dans des paradis fiscaux, elles ont parfois des règles peu ou pas respectueuses envers les Marins que l’Association MOR GLAZ dénonce avec force depuis des décennies. Peu importe la nationalité des Marins, d’abord du business sur leur dos. Ces pauvres Marins souvent corvéables à merci et qui quittent leurs proches durant des mois pour quelques Dollars dont une partie est ponctionnée par ces Sociétés de Manning.

La Société Maritime P&O vient de permettre toutes les dérives Sociales et une concurrence déloyale sur le trafic transmanche. Ces comportements doivent faire l’objet d’une mobilisation importante des Salariés du portuaire, une information de grande ampleur doit être effectuée auprès de ces Marins Colombiens, qui seront peut-être les prochaines victimes après les 800 Marins Britanniques balancés sur le quai !

Parce qu’il faut dire et écrire, ces mêmes technocrates montent au créneau pour nous expliquer, élucubrer, qu’il faudrait un Salaire minimum dans le transport Maritime Européen. L’Association MOR GLAZ est méfiante face à ces déclarations, qui en fait ne sont que des  annonces, qui n’aboutissent jamais. Les représentants « défenseurs »  des Marins ne font pas souvent l’objet des grands colloques, conférences et autres sommets, lors desquels, les Marins sont souvent les grands oubliés et pourtant pas d’échanges, ni d’activités Maritimes sans Marins.

Seuls les Armateurs sérieux peuvent décider du bien-être de leurs Personnels navigants. Les Dirigeants de la Société   P&O Ferries  viennent d’avoir le comportement d’un « pseudo-armateur » et d’un pavillon de complaisance, des comportements qui ternissent les activités liées au Maritime.

Et pourtant un mécanisme de fixation du salaire minimum mensuel pour les Matelots qualifiés est le seul au sein de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à fixer un salaire de base pour une industrie donnée, mais malgré cela, les Marins sont de plus en plus mal payés, il suffit pour cela de les rencontrer, de les écouter et de les observer pour comprendre. Les comportements de certains Armateurs sont scandaleux ! La Société Maritime P&O par ces comportements vient de changer d’univers !  Certains en rêvaient, eux l’ont fait au détriment des Marins en bafouant les règles !

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’Association MOR GLAZ est inquiète pour les Marins Russes et Ukrainiens embarqués à bord des navires propriété de  Russes  visés par les sanctions décidées par l’Union Européenne.

Le  cargo « POLA ARIAKE » est toujours saisi à Lorient par les Douanes Françaises.

Les salaires du mois de février 2022 n’ont pas été payés aux membres de l’Equipage de ce navire. Un Marin sans salaire, c’est une Famille qui souffre !

L’Agent de ce navire est désengagé. Les frais de port s’accumulent.

Pour l’Association MOR GLAZ, l’abandon est caractérisé. Quelle Administration va prendre en charge ces Marins, l’Association MOR GLAZ constate, que ces Marins sont les souffre-douleurs d’une situation qui ne doit pas, ne doit pas s’éterniser ! Tous les Marins du Monde doivent être traités avec un grand respect.

Le Tribunal de Lorient devrait rendre sa décision ce 25 mars 2022 dans la matinée sur le départ ou pas du «POLA ARIAKE». La levée de la saisie permettrait le départ du navire, ce  serait une heureuse nouvelle pour les Marins, mais encore faut-il qu’ils touchent leurs salaires avant le départ !  

Autre situation du cargo « VLADIMIR LATYSHEV » à Saint-Malo dont le compte d’escale n’a jamais été approvisionné. Situation qui peut rapidement devenir encore plus dramatique !  

 Le règlement Européen prévoit la possibilité de débloquer des fonds afin de gérer ces tristes situations humaines. L’Association MOR GLAZ croit savoir que le Secrétariat Général de la Mer aurait les compétences afin de dénouer rapidement ces situations qui deviennent ingérables, pour en avoir souvent rencontré nous savons qu’il faut agir très vite.

Tout doit être mis en œuvre afin de pouvoir effectuer le paiement des salaires ainsi que tous  les frais engagés lors des escales de ces navires propriété d’Armateurs Russes visés par les sanctions.

A bord des autres « non gelés » en escale, les salaires de février des Marins Russes ne sont pas versés.

Les banques gelées  pourraient-elles également, à titre dérogatoire,  payer les salaires ?

La position de l’Association MOR GLAZ est inchangée, les Marins Russes et Ukrainiens doivent garder leurs droits.

Tous les Marins Russes et Ukrainiens qui se trouvent dans ces situations difficiles pour eux et leurs Familles doivent être traités sans aucun apriori. L’Association MOR GLAZ depuis plus de vingt ans défend tous les Marins, nous comptons sur l’impartialité de celles et ceux qui devront régler ces douloureuses situations !

Pour l’Association MOR GLAZ         Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Le cargo Russe le « POLA ARIAKE » « gelé » « bloqué » dans le port de Lorient en Bretagne depuis le 3 mars 2022 pourrait repartir dans la journée du 19 courant.

 

L’Association MOR GLAZ est satisfaite pour les Marins qui sont embarqués à bord de ce navire. Cet Equipage de Marins tous Russes d’après nos informations, ne sont responsables de rien eux, et surtout pas de ce conflit.

L’Association MOR GLAZ salue toutes celles et ceux qui se sont mobilisés afin que ces Marins puissent être « libérés » d’une délicate situation et reprendre la Mer et poursuivre leur missions essentielles, celles de permettre les échanges ! Cependant une précision importante, la décision de « dégeler » le « POLA ARIAKE » est une décision du Tribunal Judiciaire de Lorient, en effet ce navire n’appartient pas au Ministre des Transports Russe, mais, à la Fédération de Russie, et la Russie n’est pas mentionnée dans la liste des personnes sanctionnées, en effet nous n’avions pas tout le dessous des cartes !

 -« Prendre des décisions de geler les navires dans les ports est une chose, pour l’Association MOR GLAZ un heureux dénouement pour les ces Marins et leurs Familles. Les Marins seraient-ils Russes, ils ne doivent pas être les premiers naufragés  de la première puissance Mondiale, que sont les activités Maritimes ».

Pour l’Association MOR GLAZ, la situation des Marins est trop souvent déjà très difficile, ne doit jamais se transformer en situation ingérable, ni inhumaine pour eux.  Cette période, peut être une occasion de mieux contrôler certains navires durant ces escales prolongées !

Derrière les activités Maritimes Mondiales, se cachent souvent des « oligarques », il suffirait  de chercher un peu, souvenons-nous du naufrage du « PRESTIGE » et de ces « ses » 63 000 tonnes de « pétrole » au large de la Galice le 13 novembre 2002. Ces oligarques ne sont pas que des propriétaires de somptueux yachts, ils sont aussi très présents dans les activités Maritimes et des dérives: pavillons de complaisance, dérives Sociales, paradis fiscaux et autres…Leur présence dans la première activité Mondiale leur permet certainement l’acquisition de ces yachts et autres biens !

Pour l’Association MOR GLAZ      Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/C : SGMER, Direction des Affaires Maritimes, Ministère de le Mer

Pour la énième fois, l’Association MOR GLAZ s’inquiète de la situation que pourraient rencontrer rapidement les Marins Russes, Ukrainiens et autres nationalités qui sont embarqués à bord de navires propriété de la Russie ou sous pavillon de ce pays ! Prendre des décisions de geler les navires dans les ports est une chose, mais quelles seront dans quelques jours les situations de ces Marins et de leurs Familles.  

 

L’Association MOR GLAZ, constate avec une certaine tristesse que lorsqu’un maillon de la chaîne du transport Maritime cède, et que le navire part à la dérive, que c’est toujours au détriment des pauvres Marins, qui sont les premiers naufragés, de la première puissance Mondiale.

Que va-t-il se passer le long des quais dans les ports dans lesquels sont accostés « gelés » des navires Russes, ou ayant des intérêts avec ce pays ?

L’Association MOR GLAZ est très inquiète pour la situation des Marins Russes et autres, embarqués à bord de ces navires gelés par les Douanes Françaises.

L’arrêt de l’activité de ces navires, risque de devenir rapidement des situations ingérables pour les Autorités portuaires,  Agents et autres !  Pour l’Association MOR GLAZ, celles et ceux qui prennent ces décisions doivent déjà anticiper afin de les assumer et faire face aux conséquences du gel sur les Marins dont les droits eux, ne sont pas gelés (salaires, rapatriement, sécurité etc..).

Si l’Etat étendait le gel à tous les navires d’intérêt Russe, nous allons vers le risque d’abandons des navires et des Equipages.

L’Association MOR GLAZ, aimerait connaitre concrètement les engagements de l’Etat Français, et  de l’Union Européenne en faveur des Marins, de tous les Marins qui vont rencontrer ces situations.

Pour l’Association MOR GLAZ, la situation des Marins ne doit pas se transformer en situation ingérable, ni inhumaine pour eux.  Cette situation doit être gérée par l’Administration la plus compétente et la plus rigoureuse, elle devra avoir des pouvoirs étendus afin de prendre les meilleures décisions en temps réel. Cette Administration devra être humaine, et, elle devra traiter tous les Marins de la même manière Sociale sens apriori. 

 Pour l’Association MOR GLAZ       Le Président Jean-Paul HELLEQUIN