Comme un effet Boomerang, retour de Flamme ou autres adjectifs peu ou pas élogieux pour le Brésil certes, mais aussi pour la France qui durant des décennies n’a pas su gérer la déconstruction de ses  vieux navires en agissant comme un « pseudo armateur » !

La Turquie refoule l’ex-porte-avions « FOCH devenu SAO PAULO en août 2000 pour une poignée de Dollars , parti début août 2022 du Brésil pour y être déconstruit en Turquie dans les conditions sans cesse dénoncées par l’Association MOR GLAZ !

Ce porte-avions fut avec le « CLEMENCEAU » un fleuron de la Marine Nationale Française, combien de Marins y ont déposé leurs sacs, combien de milles parcourus, combien d’appontages et de décollages, combien d’escales et de prises de Commandements !

Construit en France au début des années 1960, le porte-avions « FOCH » frère jumeau du « CLEMENCEAU » ce dernier  quitta Brest  le 3 février 2009 avec une partie de ses produits toxiques et dangereux, après des allers-retours, et un périple qui fut sur  la gestion du dossier la risée du Monde entier. Une piteuse odyssée qui dura des années.

 

Puis après des positions contradictoires, le « CLEMENCEAU » fut expédié au chantier Able UK de  HARTLEPOOL au nord-est du Royaume-Uni, contre l’avis des populations locales de cette Région et plusieurs Associations Françaises dont MOR GLAZ, le Syndicat CGT des Marins  et quelques Associations Environnementales.  

Le gouvernement Français, en vendant en 2000 le « FOCH » au Brésil pensait être définitivement débarrassée du colis et de ses contenus dangereux pour l’Homme et l’Environnement, sauf que, avec la Marée souvent la vase nauséabonde  remonte à la surface.

La France  lors de la vente du « FOCH » contestée par l’Association MOR GLAZ et quelques autres, exige quelques normes au Brésil lorsqu’il devra faire déconstruire « l’ex-FOCH ». Retenir une entreprise dont les installations devront être agréées par l’Union Européenne, respect de la Convention de Bâle etc… pour la déconstruction des navires.

Mais voilà, la Turquie fait savoir le vendredi 26 août 2022 qu’elle avait annulé l’autorisation  d’accès  à ses eaux territoriales au convoi. Si cette décision est dans le souci de protéger les Salariés et l’Environnement, MOR GLAZ ne peut que se réjouir de « par » cette décision. Rappelons cependant que les Chantiers  installés en Turquie malgré les « agréments » délivrés par l’Union Européenne, ne déconstruisent pas les navires Civils et Militaires en respectant les normes imposées à d’autres !

Les Chantiers Turques seront-ils enfin des concurrents loyaux dans cette activité Industrielle. –« parfois il est permis de rêver juste un court instant, ou ce refus aurait-il d’autres raisons » ?

 Pour l’Association MOR GLAZ Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

Mor Glaz milite pour un retour à Brest du vieux remorqueur Abeille Flandre

Publié le 20 juillet 2022 à 16h38

Jean-Paul Hellequin, président de l’association Mor Glaz, explique dans un communiqué qu’il souhaite voir revenir à Brest l’Abeille Flandre, remorqueur dont la silhouette a marqué le port de Brest, avant de rejoindre, en 2005, celui de Toulon.

Dans un communiqué, Jean-Paul Hellequin, président de l‘association Mor Glaz, milite pour le retour à Brest du célèbre remorqueur Abeille Flandre.

Durant les fêtes maritimes de Brest qui se sont tenues du 10 au 14 juillet 2022, Mor Glaz dit avoir rassuré tous ceux qui se sont enquis de l’avenir de l’Abeille Flandre qui, en juin 2022, a cessé son service actif à la station d’assistance de Toulon. Dix-sept ans plus tôt, le navire avait quitté son port d’attache brestois, non sans émotion, pour être remplacé par l’Abeille Bourbon. Dans un communiqué, publié le 20 juillet 2022, l’association Mor Glaz explique qu’elle souhaite voir revenir à Brest la silhouette de l’Abeille Flandre.

À lire sur le sujetAbeille Flandre et Abeille Languedoc : le calendrier de remplacement

« Pas vendue à un pseudo-armateur »

« Nous pouvons déjà affirmer que l’Abeille Flandre ne sera pas vendue à un pseudo-armateur et qu’elle sera traitée avec un grand respect », dit Jean-Paul Hellequin, président de l’association Mor Glaz. « Depuis septembre 1979, ce navire est devenu une sorte d’icône pour les milliers de personnes qui sont montées à bord lors de visites organisées par l’association du remorquage, mais aussi pour tous ces marins du monde sauvés, pour tous ces armateurs et assureurs, pour l’État aussi avec ces 20 pollutions équivalentes à celle de l’Amoco Cadiz évitées ».

800 opérations au large de la Bretagne

« Cette Abeille Flandre et ses équipages ont mené près de 800 opérations au large de la Bretagne », poursuit Jean-Paul Hellequin, pour qui le remorqueur « doit rejoindre le port de Brest ». Idem pour l’Abeille Languedoc, les deux fleurons étant « immatriculés à Brest ! ».

Et si les bateaux devaient être déconstruits et recyclés, ailleurs, il faudrait « un chantier respectueux de l’Homme et de l’environnement », explique le porte-parole de Mor Glaz.

À lire sur le sujetAbeille Flandre : quelle relève ?

Foule sur les quais

Mais d’ici là, Jean-Paul Hellequin plaide pour de jolies retrouvailles : « Imaginons, le retour de ces Remorqueurs mythiques en rade de Brest et une foule sur les quais ! Accueillis puis accompagnés par l’Abeille Bourbon et quelques autres navires civils et militaires. Avec les associations Mor Glaz et du remorquage, nous allons essayer d’expliquer à celles et ceux qui prendront la décision finale qu’un retour vers le port de Brest serait un évènement Maritime et Culturel d’une importance incommensurable », ponctue l’associatif.

Soutenez une rédaction professionnelle au service de la Bretagne et des Bretons : abonnez-vous à partir de 1 € par mois.

Je m’abonne

 

communiqué le 20 juillet 2022 : les Associations MOR GLAZ et du Remorquage -« Que ce soit pour un Musée, un Restaurant,  ou la Déconstruction puis le Recyclage, le Remorqueur de haute Mer « Abeille FLANDRE » doit rejoindre le port de Brest pour des raisons si évidentes » !

Le point sur le 30ème anniversaire de la Goélette « LA RECOUVRANCE » ce navire est l’Ambassadeur de la ville et du port de Brest. Lors de ces quatre journées très Maritimes du 11 au 14 juillet 2022, nous avons réalisé de belles rencontres. Nous avons aussi aidé l’accès à la zone portuaire au « Groupe d’aides à la Personne VITALLIANCE »  et, nous en sommes très heureux, puisque leur projet de pouvoir faire embarquer à bord de « LA RECOUVRANCE »  en toute sécurité des personnes à mobilité réduite en fauteuil avance à bonne allure, le bon cap est pris ai-je envie de dire !

Le cap vers les Fêtes Maritimes Internationales de 2024 est pris, à la barre de cet évènement un Equipage qui saura ramener sur les quais Brestois des dizaines de milliers de visiteurs en quelques jours et des milliers de navires le long des quais. Une manière de faire découvrir les activités Maritimes, et donner des envies de devenir  un maillon d’un secteur essentiel s’il y en a !

Plusieurs personnes nous ont parlé de la célèbre « Abeille FLANDRE » autre navire emblématique du port de Brest, et du Sauvetage en Mer,  la question la plus courante, que va-t-elle devenir ? Nous avons rassuré tous ces « ses » fans en reprenant certains des propos plutôt rassurants de Madame Samira DRAOUA Présidente de la Société « LES ABEILLES INTERNATIONAL »   ainsi que ceux du Président Jean-Louis BOUCHARD  fondateur du Groupe ECONOCOM et Actionnaire unique de la Société « LES ABEILLES INTERNATIONAL ».

-« Nous pouvons déjà affirmer que l’Abeille FLANDRE ne sera pas vendu à un « pseudo-armateur » et qu’elle sera traitée avec un grand respect. Depuis septembre 1979, ce navire est devenu une sorte « d’Icône » pour des milliers de Personnes qui sont montées à bord lors de visites organisées par l’Association du Remorquage, mais aussi pour tous ces Marins du Monde sauvés, pour tous ces Armateurs et Assureurs dont les biens furent sauvés, pour l’Etat aussi avec ces 20 pollutions équivalentes à celle de «L’AMOCO CADIZ » évitées ( celles-ci représentent 1450 années d’affrètement d’une Abeille sous l’autorité des Préfets Maritimes). 

Cette « Abeille FLANDRE »  et ses Equipages, ont mené Près de 800 opérations au large de la Bretagne….Cette Abeille est sans rien enlever aux autres Abeilles la Reine de la ruche…., « l’Abeille LANGUEDOC» elle aussi doit rejoindre le port de Brest pour y être déconstruite et recyclée si cette option était retenue. Toutes deux sont immatriculées à Brest !  Ces deux navires méritent  y compris si elles  sont déconstruites puis  recyclées un Chantier  respectueux  de  l’Homme et de l’Environnement.

-« Imaginons, le retour de ces Remorqueurs mythiques en rade de Brest et une foule sur les quais ! Accueillis puis accompagnés par « l’Abeille BOURBON » et quelques autres navires Civils et Militaires ».

Les Associations MOR GLAZ et du Remorquage, nous allons essayer d’expliquer à celles et ceux qui prendront la décision finale, qu’un retour vers le port de  Brest serait  un évènement Maritime et Culturel d’une importance incommensurable.

Nous remercions l’Association « LA TOULINE » de nous avoir offert une surface durant ces quatre jours  afin de mieux nous faire connaître !

Jean-Paul HELLEQUIN

Président de l’Association MOR GLAZ et du Remorquage