Il y a quelques mois l’Association MOR GLAZ titrait :-«  Comme un effet Boomerang, retour de Flamme ou autres adjectifs peu ou pas élogieux pour le Brésil certes, mais aussi pour la France qui durant des décennies n’a pas su gérer la déconstruction de ses  vieux navires en agissant comme un « pseudo armateur » !

D’après nos Amis de l’Association Robin des Bois, le navire « toxique » « ex-FOCH » porte-avions que la France avait cédé « vendu » au Brésil en 2000 pourrait être torpillé et envoyé par les fonds marins !

Ces opérations sont interdites depuis 2000 par les Conventions Internationales,  mais malgré cela, le Brésil en juin 2020 a pourtant bien torpillé le navire minéralier « STELLAR BANNER » à 150 kms des côtes ! Ce navire était immatriculé aux «Îles Marshall ».

Pour l’Association MOR GLAZ «l’ex-FOCH » ne peut pas être océanisé, il doit rejoindre un chantier hautement habilité et qualifié, afin d’y être démantelé puis recyclé !

Toujours d’après nos Amis, cet engin flottant se trouve à  environ 315 kms des côtes Brésiliennes, le remorqueur Hollandais « ALP GUARD » a été remplacé par le remorqueur de haute Mer « PURUS » de la Marine Brésilienne.

L’Etat-Major de la Marine Brésilienne précise, que vu l’état de dégradation de la coque du porte-avions « ex-FOCH devenu SAO-PAULO en 2000 » qu’elle n’autorisera pas son retour dans un port ou dans les eaux territoriales Brésiliennes.

La Marine Militaire Brésilienne s’apprêterait-elle à ouvrir un dépôt de déchets sous-marin en tous genres ?

Pour l’Association MOR GLAZ, l’espoir pourrait-il venir de l’élection du Président « Luiz Inacio Luna da Silva » et de Madame Marina Silva Ministre de l’Environnement, une revenante Ecologique dans le nouveau Gouvernement du Brésil.

(Photo by Sergio Lima / AFP)

Pour l’Association MOR GLAZ, la France a aussi sa part de responsabilité dans cette « saga » qui ressemble à celle de « l’ex-CLEMENCEAU », ces deux navires qui furent les fleurons de notre  Marine Nationale

MaxPPP TagID: maxnewsworld503270.jpg/Photo via MaxPPP

.Et si ce vieux navire remontait vers Brest pour se faire déconstruire dans les règles Sociales, Sanitaires et Environnementales ? La France montrerait que parfois les discours Environnementaux ne sont pas que des envolées lyriques pour satisfaire  un certain public.

Le Député du Finistère Monsieur Didier Le GAC (préoccupé très souvent par les sujets Maritimes et les Marins) avait déposé une question écrite sur le sujet au Ministre des Armées ! Question publiée au Journal Officiel (JO)  du : 20/09/2022 Réponse publiée au JO le : 29/11/2022 page : 5800 Texte de la question M. Didier Le GAC et la réponse du Ministre, chacun en tirera les « ses » conclusions.

La réponse du Ministère des Armées est pour nous sans ambigüité, la France a bien donné son autorisation afin que l’ex-FOCH parte se faire déconstruire en Turquie dans un chantier, scandaleusement labellisé « accrédité » par la Commission Européenne. Tôt ou tard, la France devra justifier  pourquoi elle s’est associée à cette autorisation, elle devra aussi peut-être se poser des questions sur les normes  Sociales et Environnementales des chantiers de déconstruction des navires en Turquie. La France devra peut-être aussi enfin s’imposer face à  la Commission Européenne sur le recyclage des navires civils et militaires et appliquer des règles strictes !

Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN

L’ex-porte-avions Français « FOCH » devenu « SAO PAULO » depuis 2000, remorqué par le  supply  « ALP CENTRE » peine à atteindre le détroit de Gibraltar à une vitesse de 1,6 nœud. Espérons qu’il ne soit jamais autorisé à franchir le détroit. Pensons à ceux qui devront déconstruire cet ancien navire Français sans cartographie des produits dangereux à bord.

Pour l’Association MOR GLAZ la déconstruction des vieux navires dans le plus grand respect de l’Homme et de l’Environnement est un combat continu.

L’effet Boomerang, pour la France était inévitable. En 2000 l’Etat  Français en vendant, refilant en se débarrassant  du « FOCH » vers le Brésil s’exposait à cet effet Boomerang, il fallait être bien naïf, ou d’une prétention  pour ne pas anticiper ce qui arrive aujourd’hui, et pourtant la France  reste certainement le Pays des réunionites, conférences et autres colloques desquels pas grand-chose ne sort !  Le 11 août 2021, le port de Brest acceptait de réparer un dock flottant amianté « Quelle hypocrisie, quand on connaît les dégâts de l’amiante et la supposée mobilisation des Autorités Françaises sur le sujet ! ».

Pour l’Association MOR GLAZ la Turquie refoule à juste raison l’ex-porte-avions « FOCH devenu SAO PAULO en août 2000 »  plutôt une bonne nouvelle, pour tous les chantiers qui pratiquent cette activité industrielle (encadrée) pour déconstruire les navires et les recycler ! Le chantier d’ALIAGA serait-il soudain devenu un concurrent loyal dans cette activité Industrielle. –« Nous en doutons, mais,  rêvons juste un court instant, pour la énième fois nous dénonçons l’homologation par l’Union Européenne du chantier d’ALIAGA en Turquie.

Une piteuse odyssée se prépare pour ce convoi, des contre-vérités et un jeu de poker menteur, tant que le remorqueur aura des soutes et des vivres. Que vont bien pouvoir nous élucubrer tous ceux qui ont motivé cette vente en 2000.

-« L’EX-CLEMENCEAU » fut expédié au chantier Able UK de  HARTLEPOOL au nord-est du Royaume-Uni, contre l’avis des populations locales de cette Région et plusieurs Associations Françaises dont, le Syndicat CGT des Marins  et quelques Associations Environnementales. 

Le Gouvernement Français, en vendant en 2000 le « FOCH » au Brésil pensait être définitivement débarrassée du colis, et de ses « ces »  contenus dangereux pour l’Homme et l’Environnement, sauf que : Selon l’Organisation Non Gouvernementale Ban Abestos France, seulement 12% du navire a été étudié et les rapports sous-estiment la quantité d’amiante.

L’Identification des Matériaux Dangereux ( IMD) du « SAO PAULO »  estime à seulement 9,6 tonnes la quantité de matériaux contaminés par l’amiante à bord du navire. Cependant, le « CLEMENCEAU »  le bateau  jumeau du « SAO PAULO » contenait au moins 600 tonnes d’amiante ( toujours d’après Ban Abestos France). Lors de la vente du « FOCH » en 2000 par la France  ils y étaient ces 600 tonnes et autres déchets toxiques ! Toujours selon  Ban Abestos le navire a été impliqué dans les essais nucléaires atmosphériques dans le Pacifique. La présence de 170 tonnes de peinture au plomb/cadmium pourrait retenir la contamination radioactive, ainsi que le manque d’informations sur le retrait préalable des équipements radioactifs, font craindre que le navire soit contaminé malgré les affirmations contraires, estime l’Association. Et s’il regagnait Brest qui possède les infrastructures et un Industriel Professionnel respectueux des normes défendues par l’Association MOR GLAZ ?

 Pour l’Association MOR GLAZ     Le Président Jean-Paul HELLEQUIN