Le 26 décembre 2004, il y aura 5 ans que les premières nappes de pétrole provenant de l’ERIKA touchaient les côtes françaises. Qui a t-il eu de fait de concret depuis ce naufrage ..

 

  • le renouvellement et le doublement de la flotte de remorqueurs de haute mer en France et l’arrivée à Brest de l’argonaute ( navire récupérateur de pétrole),
  • une prise de conscience du danger que peut représenter le transport maritime mondial lorsque celui-ci est effectué par des pseudo-armateurs, le nombre de conférences et de colloques sur la sécurité maritime se sont multipliés
  • la mise en place de l’Agence Européenne de Sécurité Maritime qui siège paraît-il à Lisbonne (structure qui à ce jour ne fonctionne toujours pas, ou de manière très discrète, l’association MOR GLAZ demande de vrais pouvoirs pour cette structure et une antenne régionale à Brest.

    Qu’est-ce qui aurait dû être fait de plus…
    responsabiliser d’avantage les armateurs, les sociétés de classification, l’Etat du pavillon du navire, les affréteurs, les assureurs et les inspecteurs des navires des ports où sont contrôlés les navires en escale.
    Il manque une réelle volonté politique pour faire changer les mentalités dans l’une des principales activités internationales.

    L’entrée de Malte et Chypre dans l’Union Européenne aurait dû améliorer la réglementation du transport maritime tout au moins en Europe, si ces deux pays acceptaient d’entrer dans le rang des bons armateurs, ces deux pays ont plutôt tendance à s’opposer aux sanctions qui sont prises à l’encontre des pollueurs, mauvais armateurs etc…..
    La nomination du Maltais Joe Borg à la tête des affaires maritimes européennes est une provocation, une de plus dans ce secteur qui permet plus de 85% des échanges mondiaux.
    Le naufrage du cargo malaisien le  » Selengad Yau  » en Alaska et l’abordage le 7 décembre 2004 du porte-containeurs Allemand le  » MSC Ilona  » par le  » Hyundai Advance  » battant pavillon Panaméen, occasionnant la pire marée noire en Chine depuis 5 ans est la preuve qu’il y a du travail à réaliser.

    Pour l’association MOR GLAZ :
    * les sanctions doivent être dissuasives à l’encontre de tous les armateurs contrevenants qui exploitent des navires en mauvais état et des marins dans des conditions sociales déplorables. ·
    * L’Organisation Maritime Internationale doit établir des règles plus strictes et l’Union Européenne doit être un contre pouvoir face au organisations internationales qui laissent s’installer (voire encourager) toutes les dérives dans le transport maritime international.
    * Une sécurité maritime optimale n’est pas une utopie, il faut un certain courage politique pour imposer des lois dans ce milieu de non droit.
  • En excluant les mauvais acteurs du transport maritime les bons armateurs et les marins ont tout à y gagner y compris une autre image que celle donnée par les propriétaires et affréteurs de navires type  » Erika  »  » Prestige  » et bien d’autres..
    président de l’association MOR GLAZ
    Jean-Paul Hellequin

NAUFRAGE DU  » SELENDANG AYU  » aux îles Aléoutiennes en mer de Béring

L’association MOR GLAZ déplore l’accident survenu à l’hélicoptère de la garde-côte américaine en portant secours à l’équipage du  » SELENDANG AYU  » et apporte tout son soutien à toutes celles et ceux qui sont touchés par cette catastrophe maritime.

Il y a quelques semaines, l’association MOR GLAZ attirait l’attention avec force dans un communiqué les risques de faire naviguer un trop grand nombre de navires dans les régions du grand Nord et tout particulièrement dans cette région proche de l’ALASKA et des îles Aléoutiennes.

Le cargo  » SELENDANG AYU  » battant pavillon Malaisien , l’équivalent d’un pavillon de Malte, Chypre et autres…. va polluer dans une région très sensible et va vraisemblablement par cette pollution atteindre des espèces animales particulièrement menacées…. les otaries, les eiders, les loutres etc….

L’association MOR GLAZ demande que l’armateur s’il n’a pas su entretenir son navire soit responsabilisé et fortement condamné pour avoir polluer dans cette région particulièrement sensible….. que vont devenir les populations….

L’association MOR GLAZ dénonce toutes les pollutions en mer qu’elles soient accidentelles ou pas. Comment ce navire a-t-il pu dériver durant plusieurs jours sans être pris en charge par la si brillante ( paraît-il) garde-côte américaine.

Pour l’association MOR GLAZ , le seul vrai moyen pour éviter ces catastrophes est la mise à disposition ( comme en France) des préfets maritimes 24H /24H le véritable moyen nautique ( le remorqueur de haute mer) pour venir en aide aux navires en difficulté. 21 Amoco Cadiz évités depuis 1978 au large de la Bretagne.

Le président de l’association MOR GLAZ

Jean-Paul Hellequin

 

Mettons dès aujourd’hui tout en œuvre pour éviter la mise en place d’une voie maritime transarctique et interdire l’exploitation du pétrole en région arctique

La fonte de la banquise dans la région du pôle nord permettra, dans quelques années (25/50 ans, voire moins selon les sources) de créer de nouvelles voies maritimes et d’aller exploiter les richesses sous la mer dans la région arctique. Certains se réjouissent déjà de cette situation, qui est pourtant bien révélatrice d’une catastrophe humaine et écologique annoncée depuis longtemps par plusieurs scientifiques, explorateurs et autres.

Ces nouvelles voies maritimes (ces eaux internationales) permettraient de gagner jusqu’à 40% de temps sur des voyages par la mer pour se rendre de l’Europe vers la Chine, le Japon et l’Inde. Ne laissons pas se créer ces eaux internationales, soyons opposés, car cette aventure va dégrader  » massacrer  » un peu plus l’espace marin.

Jusqu’où les armateurs, affréteurs de navires, économistes et autres iront-ils dans leur folie, dans la course aux profits  » gagner toujours plus et plus vite  » au détriment des hommes, d’écosystèmes très riches, de la vie tout simplement.

Jusqu’où iront les Etats, l’OMI (Organisation Maritime Internationale), autres organismes et décideurs dans leur soutien  » voire leur participation  » à toutes ces dérives dans le transport maritime et autres activités industrielles.

A un moment où nous dit-on des mesures seraient prises par certains pays pour pénaliser les pollueurs d’autres s’apprêtent à prendre le risque de polluer l’une des parties du globe  » en apparence  » pas encore ou peu polluée.

L’association MOR GLAZ ne peut  » ne veut « pas être une simple spectatrice de ces nouvelles dérives qui pourraient s’installer.

Ne nous laissons pas tromper. Partout où il y a course aux profits il y a pollution au détriment des hommes et de la nature.

Tous ces décideurs n’ont-ils pas de famille, ne pensent-ils jamais à tous ces désastres humains et écologiques .

Ne pensent-ils jamais à leurs enfants, à leurs semblables…..

Ne pensent-ils toujours qu’aux profits en bafouant toutes les règles élémentaires de la vie, qu’elles soient humaines, animales où végétales ….

Si une voie maritime internationale « accompagnée forcément de toutes ses dérives  » était créée dans cette région cela serait une catastrophe, un désastre pour tous ceux qui y vivent, hommes et animaux .

Ne laissons pas les grands penseurs habituels installer  » s’installer « ces voies navigables, ni extraire les richesses naturelles dans ces régions, en nous expliquant qu’il n’y a aucun risque, seulement des bénéfices,  » mais pour qui….et pour quoi faire…  » et que ces nouvelles voies maritimes et exploitations sont obligatoires pour l’équilibre des comptes mondiaux, pour l’emploi , pour la paix, pour le bien des peuples des pays du Tiers-monde et que l’avenir de la planète en dépend etc…..ne prenons plus ces discours comme  » argent « comptant, organisons nous, montrons notre détermination à ne plus tout accepter.

Cette fois ne nous laissons pas prendre et réagissons tous ensemble pour empêcher que soit détruite un peu plus la planète, un naufrage (une pollution) dans cette région serait très préjudiciable pour les hommes et l’environnement.

L’association MOR GLAZ demande à tous ceux qui se sentent concernés par l’environnement, par la survie de l’espèce humaine et animale à tout faire pour empêcher la mise en place de cette voix transarctique et autres dérives envisagées dans cette région.

L’association MOR GLAZ demande à chaque citoyen d’écrire aux élus régionaux, nationaux et européens, aux universitaires, aux scientifiques à tous ceux qui peuvent être utiles et entendus afin que ce projet ne voit jamais le jour.

L’association MOR GLAZ demande que cette région de l’Arctique avec ou sans banquise soit protégée et déclarée comme patrimoine mondial, soit un bien commun.

L’association MOR GLAZ demande que chaque citoyen montre une forte opposition à ces projets par tous les moyens légaux et non violents.

L’association MOR GLAZ demande que toutes les associations qui entendent défendre les hommes , les animaux, la mer, la faune et la flore marines agissent pour s’opposer à cette voie maritime et toute activité industrielle dans cette région. La banquise fond parce que nos dirigeants sont impuissants face aux industriels qui polluent dans la plus grande impunité voire en toute légalité.

L’association MOR GLAZ demande que l’irréparable contre les hommes et l’environnement soit cette fois interdit, ne soyons plus des spectateurs face à ces décisions qui sont  » seront  » prises de façon unilatérale et toujours par une minorité . La planète et la mer ne sont pas les propriétés de quelques-uns , sachons protéger ces biens communs indispensables à la vie.

L’association MOR GLAZ compte sur, de grandes nations comme la Russie et le Canada pour ne pas laisser se développer ni accepter, que les voies maritimes existantes dans cette région ne deviennent des eaux internationales un espace de non droit. L’internationalisation des eaux a toujours mené à des situations ingérables( des zones de non droit) accompagnées de dérives de toutes sortes et de toutes grandeurs , sous le regard complaisant de l’OMI et de quelques-autres qui feraient nous dit-on, tout cela dans notre l’intérêt…. Tout ceci est-il vraiment nécessaire pour le bien être des hommes ?

L’association MOR GLAZ doit être  » avec d’autres « une force d’opposition, face à cette nouvelle mauvaise idée, le désastre est suffisant, la planète Mer en a assez . Le développement du transport pétrolier et des marchandises de toutes sortes en mer Baltique  » 100% d’augmentation par an pour le pétrole jusqu’en 2007  » risque d’en faire une poubelle, si des mesures concrètes ne sont pas prises sur le contrôle des navires et sur la prévention des accidents en mer. Si nous ne sommes pas capables de contrôler et de le réglementer sérieusement un tel développement du transport maritime est-il vraiment utile .

L’association MOR GLAZ demande un meilleur contrôle du transport maritime , que des règles plus strictes soient enfin appliquées de la même manière pour tous, dans le seul souci de protéger les hommes et l’environnement. Sachons éliminer certains risques pour les hommes et l’environnement, laissons une planète propre une MOR GLAZ  » mer bleue «  aux futures générations.

texte Jean-Paul Hellequin

L’association MOR GLAZ demande à l’encontre de l’armateur du navire pétrolier l’  » ATLANTIC HERO  » pris en flagrant délit de pollution le 11 septembre 2004 au large des côtes françaises une caution exemplaire.

L’association MOR GLAZ demande une caution basée sur le cours du baril ( un baril = 159 litres) de pétrole au cours le plus haut des derniers mois. Au cours actuel du pétrole la cargaison de ce navire peut être évaluée à plus de 20 millions de dollars.

 

L’association MOR GLAZ considère que l’armateur de ce navire, affréteurs et autres peuvent et doivent payer pour laisser tous les déchets des navires à quai.

Pour l’association MOR GLAZ les peines prononcées ces derniers temps ne sont pas suffisamment dissuasives pour preuve cette nouvelle dérive…

L’association MOR GLAZ se constituera partie civile dans cette affaire comme dans toutes celles en cours.

 

 » ATLANTIC HERO  »

doit être inspecté de fond en comble et immobilisé si nécessaire..

L’association MOR GLAZ rappelle qu’un navire 

bien entretenu avec un bon armateur et un bon équipage ne pollue pas.

Pour l’association Jean-Paul Hellequin

Christian Bucher vice-président de Mor Glaz

11 procès pour pollution de la mer par hydrocarbures ont eu lieu au tribunal de Brest depuis le début de l’année 2004, d’autres vont avoir lieu. En Méditerranée aussi les procès se succèdent.

Voici un point des dernières affaires :

Le « Khaled Ibn AI Waleed » avait été surpris le 11 février 2004 en flagrant délit de dégazage dans les eaux françaises, au large du Cap Sicié (Var).Dérouté et immobilisé au port de Fos-sur-Mer, puis autorisé à reprendre la mer après versement d’une caution de 400000€.

Le procès s’était déroulé le 21 juin. Le jugement a été rendu public le lundi 6 septembre : amende de 500000€, dont 48501 seront à la charge de l’armateur, société des Émirats Arabes Unis. Le capitaine du porte-conteneurs, un pakistanais de 54 ans, a été condamné à un an de prison avec sursis

 

 

ARCHIVES 2003

10 décembre 2003 – Aujourd’hui, et bien plus qu’hier, la situation est gravissime.

19 novembre 2003 – Nous attirons votre attention sur le triste anniversaire du naufrage du si mal nommé  » Prestige « , l’an passé au large de la Galice.

15 novembre 2003 – L’association Mor Glaz se constitue partie civile contre les responsables de la pollution effectuée par le cargo le  » DOBRUDJA  » dans le Golfe de Gascogne le 30 juillet dernier.

7 novembre 2003– il y aura un dans dans quelques jours que le Prestige faisait naufrage.

6 novembre 2003– L’Association Mor Glaz soutient madame Margot Walström, commissaire européenne à l’environnement qui ne souhaite pas voir les vieux navires de guerre américains bourrés d’amiante et de  » PCB  » (produits très toxiques et dangereux pour les hommes et l’environnement que l’ont retrouvedans les peintures etc…) être détruits en Europe.

8 septembre 2003 – L’association MOR GLAZ tiendra sa première assemblée générale le 12 septembre 2003 à la Maison de Quartier de Bellevue à BREST à 18H00.

20 août 2003 – L’association La Galice est polluée au quotidien par le Prestige, mais aussi la côte Atlantique et la Manche.

11 août 2003 – L’arrivée de la pollution par hydrocarbures au large de la baie de Morlaix inquiète l’association Mor Glaz.

1 août 2003 – Nous invitons tous ceux qui déplorent ces pollutions à venir nous rejoindre.

30 juillet 2003 – Le Collectif Mor Glaz se félicite de voir qu’enfin les autorités françaises réagissent à l’encontre des pollueurs des mers.

le 29 juillet 2003 – La législation ERIKA 1 sur la sécurité maritime est entrée en vigueur depuis le 22 juillet 2003.

21 juillet 2003 – L’association  » MOR GLAZ  » a déposé ses statuts à la sous-préfecture de Brest le 18 juillet 2003. Ce collectif créé par des citoyens de tous les horizons de la société française en 2000 suite à l’accident de l’ERIKA, a déjà beaucoup œuvré pour défendre la mer, la faune.

26 mai 2003 – Parce que  » océanopolis  » est la vitrine de ce que devrait être la faune et la flore marine…..

20 mai 2003 – Le 22 mai 2003 le navire « le Voltaire » battant pavillon Libérien affrété par la CGM-CMA a été pris en flagrant délit de déballastage au large des côtes Françaises.

20 mai 2003 – point presse le mercredi 21 mai 2003.

AUJOURD’HUI’ , ET BIEN PLUS QU’ HIER, LA SITUATION EST GRAVISSIME

MORGLAZ s’adresse à tous ceux et toutes celles qui s’ intéressent au transport maritime et plus largement à tous ceux et à toutes celles qui souhaitent s’opposer de toutes leurs forces au projet de création du Registre International Français « RIF ».

A l’ association Mor Glaz , nous considérons le Rapport de Monsieur Henri de Richement comme une insulte, pire un mépris total envers tous les marins, les populations littorales et d’ une façon plus générale à tous ceux et à toutes celles qui veulent croire encore que nous pouvons, que nous devons contribuer, faire diminuer, voire supprimer sans vergogne les pratiques ignobles et indécentes pour les hommes dans le milieu du transport maritime.

Notre devoir à tous, vis à vis de nos convictions et pour les générations futures est de combattre par tous les moyens légaux à notre disposition le projet du Registre International Français :

Mais quel est donc ce Registre International Français ? Quelles en seront les conséquences pour les hommes, l ‘environnement et la sécurité maritime ?

1°/ C’est la réhabilitation de l’esclavage : En effet, les armateurs n’auront que l’embarras du choix pour faire recruter une main d’ œuvre docile et à moindre coût par le biais de « marchands d’ hommes ». Ces hommes devront tout d’abord payer pour avoir le droit d’embarquer à bord des navires « battant pavillon Français de complaisance » comme cela se pratique déjà de manière courante, une partie de leur salaire sera d’ailleurs conservée par cette même société de « manning », ces marins n’auront aucun lien avec l’armateur, aucun droit social ,et aucun droit d’expression ne saura être toléré.

A cet effet, il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler aux puissants que l’esclavage est aboli dans les textes, depuis maintenant plus de deux siècles, mais dans les faits, il n’est même plus nécessaire de se poser la question.

Mor Glaz dit non au RIF, non à la discrimination sociale et peut-être raciale, pourquoi embaucher des marins de pays pauvres « pour être aux normes »

2°/ C’est la légalisation de l’insécurité maritime et de toutes ses dérives est-il nécessaire de remplacer les immatriculations aux îles Kerguélen par le RIF ? NON.

Il est inutile de rajouter un pavillon de complaisance, il y a déjà suffisamment voici les « meilleurs » Antigua-et-Barbuda, Antilles néerlandaises, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes (R-U), Birmanie/Myanmar, Bolivie, Cambodge, Chypre, Comores, Gibraltar (R-U), Iles Marshall(USA) ; Jamaïque, Liban, Libéria, Malte, Maurice, Panama, Registre maritime international allemand, Sao Tomé et Principe, Saint-Vincent des Grenadines, Sri Lanka, Tonga, Vanuatu etc & rajouter le RIF à cette liste serait excessif……………….

Nous attirons votre attention sur le triste anniversaire du naufrage du si mal nommé  » Prestige « , l’an passé au large de la Galice.

Nous attirons votre attention sur le triste anniversaire du naufrage du si mal nommé  » Prestige « , l’an passé au large de la Galice.

L’association Mor Glaz organise une journée d’information et de rencontre ce mercredi 19 novembre 2003 de 9H00 à 17H00 Faculté Victor Segalen 20 rue Duquesne à BREST.Mor Glaz organisera un point presse à 15H00

L’association Mor Glaz s’interroge sur le contenu des 15 conteneurs perdus par un cargo chypriote le 14 novembre 2003 en Manche

*quels sont les moyens dont dispose la France pour éviter tout abordage avec ces conteneurs

*quels sont les moyens pour les récupérer.

Pour L’association Mor Glaz, le propriétaire du navire WHIT SWAN doit : se donner les moyens de récupérer ces conteneurs et rembourser tous les frais engagés par la France pour les surveiller ou les récupérer…

Chaque année, de 60 000 à 100 000 conteneurs sont perdus en mer, leur contenu est rarement connu…..

Le contenu des 60 conteneurs perdus par le LYKES LIBERATOR le 1er février 2002 au large de la Bretagne n’est toujours pas réellement connu…

L’association Mor Glaz se constitue partie civile contre les responsables de la pollution effectuée par le cargo le  » DOBRUDJA  » dans le Golfe de Gascogne le 30 juillet dernier

L’association Mor Glaz se constitue partie civile contre les responsables de la pollution effectuée par le cargo le  » DOBRUDJA «  dans le Golfe de Gascogne le 30 juillet dernier

A cet effet, nous invitons tous(es) les adhérents(es) de notre association, ainsi que toute personne se sentant concernée par la pollution due par les dégazages, déballastages et autres méfaits à l’encontre de l’environnement marin…à nous soutenir par leur présence : Le mardi 18 novembre 2003 à 13 H 30 au Tribunal de Grande Instance 32 rue de Denver à BREST

Nous attirons votre attention sur le triste anniversaire du naufrage du si mal nommé  » Prestige « , l’an passé au large de la Galice.

Nous organisons une journée d’information et de rencontre le mercredi 19 novembre 2003 de 9H00 à 17H00 Faculté Victor Segalen 20 rue Duquesne à BREST. Toutes les personnes se sentant concernées par les dérives du transport maritime et la protection du littoral sont invitées à nous rejoindre.

L’association Mor Glaz s‘interroge sur le contenu des 15 conteneurs perdus par un cargo chypriote le 14 novembre 2003 en Manche

*quels sont les moyens dont dispose la France pour éviter tout abordage avec ces conteneurs

*quels sont les moyens pour les récupérer.

Pour L’association Mor Glaz, le propriétaire du navire WHIT SWAN doit : se donner les moyens de récupérer ces conteneurs et rembourser tous les frais engagés par la France pour les surveiller ou les récupérer…

Chaque année, de 60 000 à 100 000 conteneurs sont perdus en mer, leur contenu est rarement connu…..

* Le contenu des 60 conteneurs perdus par le LYKES LIBERATOR le 1er février 2002 au large de la Bretagne n’est toujours pas réellement connu…

Pour l’association  » Mor Glaz  » le président, Jean-Paul Hellequin

Il y aura un an dans quelques jours que le PRESTIGE faisait naufrage

 Mor Glaz se demande si réellement les choses ont changé dans le transport maritime international ! ! ! ! ! nous en doutons ! ! ! ! !

Le mardi 13 novembre 2002, le « Prestige » pétrolier battant pavillon des BAHAMAS âgé de 25 ans, contrôlé par la société de classification Américan Bureau of Shipping tombait en avarie de machine au large des côtes espagnoles avec une déchirure de 35 mètres dans la coque laissant échapper un fuel n° 2 du même type que celui que laissa échapper à la mer l ERIKA le 12 décembre 1999 au large des côtes françaises causant pour plus d’un milliard d’euros de dégâts. Le « Prestige » après avoir flâné sous remorque durant 6 jours a sombré, occasionnant les catastrophes économique et écologique ( la facture sera vraisemblablement importante). L’épave fuit toujours malgré tout ce que l’on peut nous déclarer ( comment pourrait-il en être autrement puisque des boulettes sont retrouvées jusqu’à Dunkerque).
Comment est-ce possible que l’Espagne ait aussi mal géré les premières heures de l’avarie du PRESTIGE, les premières heures sont celles les plus cruciales ou toutes les bonnes décisions doivent être prises. Les jours qui suivirent ce naufrage ont connu tant de la part du Président de la République française que du Premier ministre espagnol et de bien d’autres spécialistes, des effets d’annonces de toutes sortes &. Criminels, voyous des mers, situations intolérables, double coques, éloignons ces navires dangereux de nos rivages « cela sera difficile dans le Pas-de-Calais, Gibraltar et autres détroits &.. ».

Concrètement quelles sont les mesures applicables « et efficaces » mises en place depuis ces dernières années, mis à part ces annonces fracassantes &. et habituelles.
Qu’y a-t-il eu de concret pour supprimer tous les voyous des mers et autres acteurs montrés du doigt lors de ces derniers accidents.
La France contrôle pour satisfaire les directives de Bruxelles plus de 25% des navires en escale dans nos ports,

Comment sommes-nous passés de moins de 10% à près de 32% avec le même nombre d’inspecteurs et moins de moyens ( La Fédération de Russie inspecte plus de 61% des navires en escale dans ses ports, les armateurs peu sérieux ont plutôt tendance à les faire contrôler dans ces pays tolérants….)
Comment sont contrôlés les navires dans des ports comme Le Havre, Marseille, Donges pour ne citer que cela où des milliers de pétroliers escalent chaque année.
Quels sont les réels moyens et pouvoirs des inspecteurs face aux toutes puissantes sociétés de classification.
Quel est le nombre de navires arrêtés dans les ports Français et européens suite à un contrôle et que deviennent ensuite ces navires, les conditions des marins qui sont embarqués sur ces navires intéressent-elles vraiment les autorités.
Les navires listés par l’UE « 112 navires en juillet 2003 » seraient-ils en état pour naviguer ailleurs, peuvent-ils naviguer dans nos détroits et autres endroits sensibles, pour notre syndicat ces navires doivent être détruits. Ils ne doivent pas pouvoir naviguer dans ces régions où tout est permis où il n y a pas ou peu de règle.

Affréter un ERIKA ou un PRESTIGE dans les mêmes conditions cela est-il toujours possible…

Bref rappel : ERIKA :
propriétaire nominal européen, propriétaire réel européen, gestionnaire nautique européen, affréteur à temps européen, affréteur au voyage européen,
dans quelques mois pavillon européen « avec l’entrée de Malte dans l’UE » Pourquoi l’ERIKA n’a-t-il pas été contrôlé à Dunkerque et ce malgré son facteur de risques…

PRESTIGE :
pavillon Bahamas, assureur Angleterre, armateur Libéra siège en Grèce, propriétaire Libéria affréteur en suisse, dernière inspection au Pays-Bas facteur de risques élevés.

Ces façons de procéder sont-elles restées possible malgré ces naufrages médiatisés….et les 150 navires de plus de 50 mètres qui ont fait naufrages depuis celui du PRESTIGE. Nous craignons que les mêmes sociétés de classification ne contrôlent « avec le même sérieux »les navires pour les mêmes armateurs et les trouvent toujours aptes aux voyages.

Mor Glaz demande :

*de vraies mesures, de vraies lois les mêmes pour tous, contre tous les contrevenants qui se rendent coupables de délinquance à l’encontre des marins, de la sécurité maritime, de la mer, de la flore, de la faune marine, de pollutions volontaires et autres méfaits…
*que l’Etat du pavillon du navire soit responsabilisé ainsi que l’Etat du port qui a contrôlé le dernier le navire.

Si toutes ces mesures, ces règles ne sont pas appliquées, toutes les bonnes volontés ne serviront pas à grand chose.

Pour éliminer les mauvais acteurs du transport maritime il faut un courage politique, une réelle volonté de vouloir supprimer tous ceux qui nuisent aux bons armateurs et aux marins.

Mor Glaz est la seule association qui ait défendu l’agence européenne de sécurité maritime en France et à Brest pour des raisons évidentes et réalistes

Pour nous l’agence européenne de sécurité maritime doit avoir de réels pouvoirs face aux pseudo armateurs et autres mauvais acteurs du transport maritime « assureurs, affréteurs etc…. » mais aussi face à l’OMI et à tous ces organismes qui nuisent plus qu’ils ne construisent pour un transport maritime plus sûr. Ce moyen de transport permet 85% des échanges mondiaux et doit permettre au cabotage de se développer dans de bonnes conditions.

L’agence européenne de sécurité maritime doit imposer des règles, les mêmes qu’aux Etats Unis avec des garanties financières en cas d’accident pour les populations du littoral, les professionnels qui vivent de la mer, pour la faune et la flore marine. Notre association Mor-Glaz revendique un siège à l’agence européenne de sécurité maritime.

L’agence européenne de sécurité maritime doit imposer des lieux refuges tout au long du littoral français et européen et ne doit pas être une administration de plus ou un leurre.

L’agence européenne de sécurité maritime n’est pas un moyen de plus au service des armateurs pour aider ou laisser créer des pavillons type RIF.

Quelques information sur le nombre de navires qui ont fréquenté le port du Havre ces dernières années sources port autonome du Havre.

En 2000 7250 navires
En 2001 7350
En 2002 7050
En 2003 7250 (chiffre prévisionnel) Comment tous ces navires ont-ils pu être contrôler de manière sérieuse.

Texte de J-Paul Hellequin      Président de l’association Mor Glaz

L’Association Mor Glaz soutient madame Margot Walström

MORGLAZ s’adresse à tous ceux et toutes celles qui s’ intéressent au transport maritime et plus largement à tous ceux et à toutes celles qui souhaitent s’opposer de toutes leurs forces au projet de création du Registre International Français « RIF ».

A l’ association Mor Glaz , nous considérons le Rapport de Monsieur Henri de Richement comme une insulte, pire un mépris total envers tous les marins, les populations littorales et d’ une façon plus générale à tous ceux et à toutes celles qui veulent croire encore que nous pouvons, que nous devons contribuer, faire diminuer, voire supprimer sans vergogne les pratiques ignobles et indécentes pour les hommes dans le milieu du transport maritime.

Notre devoir à tous, vis à vis de nos convictions et pour les générations futures est de combattre par tous les moyens légaux à notre disposition le projet du Registre International Français :

Mais quel est donc ce Registre International Français ? Quelles en seront les conséquences pour les hommes, l ‘environnement et la sécurité maritime ?

1°/ C’est la réhabilitation de l’esclavage : En effet, les armateurs n’auront que l’embarras du choix pour faire recruter une main d’ œuvre docile et à moindre coût par le biais de « marchands d’ hommes ». Ces hommes devront tout d’abord payer pour avoir le droit d’embarquer à bord des navires « battant pavillon Français de complaisance » comme cela se pratique déjà de manière courante, une partie de leur salaire sera d’ailleurs conservée par cette même société de « manning », ces marins n’auront aucun lien avec l’armateur, aucun droit social ,et aucun droit d’expression ne saura être toléré.

A cet effet, il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler aux puissants que l’esclavage est aboli dans les textes, depuis maintenant plus de deux siècles, mais dans les faits, il n’est même plus nécessaire de se poser la question.

Mor Glaz dit non au RIF, non à la discrimination sociale et peut-être raciale, pourquoi embaucher des marins de pays pauvres « pour être aux normes »

2°/ C’est la légalisation de l’insécurité maritime et de toutes ses dérives est-il nécessaire de remplacer les immatriculations aux îles Kerguélen par le RIF ? NON.

Il est inutile de rajouter un pavillon de complaisance, il y a déjà suffisamment voici les « meilleurs » Antigua-et-Barbuda, Antilles néerlandaises, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes (R-U), Birmanie/Myanmar, Bolivie, Cambodge, Chypre, Comores, Gibraltar (R-U), Iles Marshall(USA) ; Jamaïque, Liban, Libéria, Malte, Maurice, Panama, Registre maritime international allemand, Sao Tomé et Principe, Saint-Vincent des Grenadines, Sri Lanka, Tonga, Vanuatu etc & rajouter le RIF à cette liste serait excessif……………….

l’Association Mor Glaz soutient madame Margot Walström, commissaire européenne à l’environnement qui ne souhaite pas voir les vieux navires de guerre américains bourrés d’amiante et de  » PCB  » (produits très toxiques et dangereux pour les hommes et l’environnement que l’on retrouve dans les peintures etc…) être détruits en Europe.