Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

 

COMMUNIQUE le 16 décembre 2013

 

 

La France exportatrice OUI… mais... du travail ailleurs.

. 6 coques de la Marine Nationale,

dont 5 positionnées près de Brest

ont été confiées à un chantier Belge pour y être déconstruites…

Le seul critère pour obtenir ces marchés serait-il le coût ?

 

---

 

 

COMMUNIQUE le 21 novembre 2013

Les Etats vont-ils commettre " accepter " " organiser "

un crime contre la mer et l'environnement marin.

---

 

 

COMMUNIQUE le 20novembre 2013

Que se passe-t-il à bord du cargo " OLYMPIC LIGHT " bloqué depuis plusieurs mois à Saint-Malo…..

Comment des hommes " des marins " peuvent-ils encore faire confiance

et être attentifs aux discours de certains " pseudo-armateurs "

qui n'ont rien à faire dans les activités maritimes.

---

 

 

COMMUNIQUE le 8 novembre 2013

le gigantisme des naviresest un risque réel....

 

L'association MOR GLAZ

dénonce depuis longtemps

le gigantisme des navires

et les risques encourus pour les marins qui

sont à bord, les populations du littoral

et les risques dans les ports lorsque

ces navires sont en escale ou

lorsqu'ils entrent ou sortent des ports

---

 

COMMUNIQUE Landerneau le 5 novembre 2013

Pourquoi autant de temps pour prendre la décision de faire remorquer puis de faire entrer à quai le cargo " SARMA " battant pavillon de Lettonie pour le compte de la société " Livonia Shipping ".

 

Pour l'association MOR GLAZ, dès qu'un navire est en panne et que la mise en demeure est terminée, le navire doit être remorqué le plus rapidement possible vers le port de Brest. Il y a quelques jours deux porte-conteneurs étaient stoppés en même temps au large de la Bretagne le " XIN BEIJING " à 30 milles au nord de Brignogan et le "HANJIN AMERICA"à 24 milles au sud du rail d'Ouessant.

Dès qu'un navire est remorqué par l'Abeille BOURBON, 50% du montant du contrat de remorquage sont perçus par l'Etat français.

Souvenons nous en mars 1978, les palabres entre armateurs, assureurs, affréteurs etc.…. avaient provoqué la marée noire de l'AMOCO CADIZ, dont le triste anniversaire des 35 ans est cette année.

Pour l'association MOR GLAZ, la mise en demeure est un élément que le Préfet Maritime de l'Atlantique doit utiliser sans se poser de question sur la solvabilité de l'armateur ou autres détails. Tout navire se trouvant en difficulté doit être remorqué le plus rapidement possible afin de libérer le remorqueur pour qu'il puisse être disponible.

D'ici peu La Région Bretagne à force de se poser des questions et d'ouvrir les parapluies ne laissera plus escaler aucun navire, et pourtant en cette période le port à besoin de montrer ses capacités et ses réactivités.

---

 

COMMUNIQUE Landerneau le 25 octobre 2013

Après le cargo " OSTGARD " en difficulté au large Belle-Ile le 22 juin 2013 et bien d'autres cas (dont une barge habitée etc.….) l'association MOR GLAZ constate que depuis le départ du remorqueur de haute mer du port de La Pallice les incidents se multiplient dans cette zone maritime non protégée.

 

 

Hier, jeudi 24 octobre 2013 le chimiquier " HIGTH STRENGHT " de 180 m de long, battant pavillon panaméen a connu une avarie de moteur vers 11 H à trois milles nautiques des Glénan.

" On a eu un peu peur, indique la préfecture maritime, mais finalement tout est rentré dans l'ordre ".

Deux heures d'angoisse à la Préfecture Maritime de l'Atlantique et cela est compréhensible, mais qu'attendent tous ces spécialistes de l'Action de l'Etat en Mer pour " exiger " les moyens nécessaires.

L'Abeille BOURBON a appareillé de Brest à 13 H30 ainsi que le CROISIC un remorqueur portuaire de Saint Nazaire qui se trouvait là tout à fait par hasard enfin presque !!!!, pour venir lui porter assistance. Jusque là tout va bien sauf que l'Abeille BOURBON est restée cette fois encore éloignée de sa zone plusieurs heures et que le CROISIC reste avant tout un remorqueur portuaire. L'association

MOR GLAZ réitère pour la énième fois le positionnement d'un remorqueur de haute mer dans un port de l'Atlantique sous l'autorité du Préfet Maritime afin que le Golfe de Gascogne soit de nouveau protégé dans les mêmes conditions qu'avant le départ du remorqueur en août 2011.

Depuis le départ du remorqueur de haute mer du port de La Pallice, l'association MOR GLAZ multiplie les rencontres sur le sujet , les dernières:

en aout 2013 lors des " Assises du Parti Socialiste " 5000 tracts distribués,

le 20 septembre 2013 rencontre avec les 18 Maires des 15 iles du Ponant,

le 24 septembre 2013 une rencontre avec le Cabinet du Ministre des transports sur la demande du Premier Ministre,

le 3 octobre 2013 l'association MOR GLAZ a demandé officiellement au Secrétaire Général de la Mer que cette question soit portée à l'ordre du jour du Comité Interministériel de la Mer ( il y a quelques jours deux Sénateurs Maires UMP du Poitou-Charentes ont demandé par courrier au Ministre des Transports de repositionner un remorqueur pour protéger la zone du Golfe de Gascogne).

Pour l'association MOR GLAZ, un moyen de sauvetage doit être mis en place rapidement. Les ports de l'Atlantique c'est plus de 6800 mouvements de navires par an dans 10 ports, des milliers de navires y compris des porte-conteneurs géants et des paquebots qui croisent au large du littoral du Golfe de Gascogne.

Dans le courrier du 3 octobre 2013 adressé au Secrétaire Général de la Mer, l'association MOR GLAZ apporte des idées qui sont confirmées par plusieurs de nos adhérents qui ont pratiqué le métier de sauveteur en mer durant des décennies pour certains en temps que Capitaine, Maitre d'Equipage etc.…. Pour l'association MOR GLAZ pas question de laisser tomber un tel dossier.

 

 

 

Landerneau le 13 octobre 2013

Risques industriels sur les ports et plus particulièrement à Brest Après une énième étude et une énième version le résultat est sans appel, certaines entreprises installées sur le port de Brest devront au nom de la gestion des risques, engager des frais pour sécuriser leurs salariés ou déménager….radicale lorsque l'on veut faire fuir les entreprisesd'un espace portuaire et donc industriel.

L'association MOR GLAZ qui entend défendre, la mer, les marins, la faune et la flore marines, la sécurité maritime,le développement du cabotage et dénoncer toutes les dérives du transport maritime ne pouvait que réagir au Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) autour des entreprises Imporgal et Stockbrest ….

 

 

oui il faut s'assurer d'une bonne sécurité…. oui mais jusqu'où peuvent aller les administrations pour se couvrir ?

La sécurité tant en mer que sur les quais reste une priorité pour l'association MOR GLAZ, l'association essaie depuis des années de défendre les activités sur le port de Brest en respectant toutes les normes sociales et environnementales, mais cette fois comme d'autres l'associaton MOR GLAZ émet un doute…….

Au nom du principe de sécurité et de la gestion des risques jusqu'où faut-il aller? Le port de Brest essaie de se développer en respectant les normes et voilà que l'Etat et quelques autres souhaiteraient imposer de nouvelles règles qui pour bon nombre sont inutiles et mettront en danger économique certaines entreprises du port de commerce de Brest qui ne pourront pas survivre à des investissements qu'ils jugent inutiles pour être aux normes " imposées " par cette énième étude.

Un port de commerce est par définition une zone à risques, par les marchandises qui y sont débarquées, par le stockage de produits divers et variés . Parce que Brest est un port ,il stock des matières dangereuses, carburant, gaz etc.….il joue le rôle d'un port rien de plus.

Sur les ports à Brest comme ailleurs les personnes qui y travaillent sont plus exposées, (manutentionnaires, dockers, douaniers, mais aussi paquebots en escales et marins embarqués sur tout type de navire etc...) que sur d'autres lieux de travail. Un port de commerce est par définition et par son rôle économique une zone à risques, oui il a comme motivation d'y stocker des marchandises y compris parfois dangereuses. C'est bien pour cela que l'association MOR GLAZ dénonce parfois les situations " dérives " qui lui paraissent dangereuses pour l'Homme et l'environnement.

Après renseignements pris, nous pouvons conclure qu'à Brest comme dans quasiment tous les ports français qui reçoivent et stock les marchandises identiques, que toutes les précautions sont prises, jusqu'où iront les surenchères.

Après les technocrates Bruxellois, la France va-t-elle, elle aussi créer ses " ces " réseaux de " pseudo-décideurs "

.ceux-là qui empêchèrent en juillet/août 2012 au " MSC FLAMINIA " de venir se faire " décharger " puis réparer dans le port de Brest,

.ceux-là qui ne sont pas choqués de voir des Marins du tiers monde naviguer sur des navires dangereux,

.ceux-là qui mettent les ports en concurrence,

.ceux-là qui sont incapables d'imposer sur tous les navires marchands et militaires un system de prévention tel que le JLMD Ecologic System ,

.ceux-là qui sont incapables d'imposer la déconstruction des navires en Europe,

.ceux-là qui sont incapables de prendre des décisions pour maintenir un pavillon français,

.ceux-là qui sont incapables de donner le bon cap pour former des marins français etc.…..

Alors avant de faire appliquer une norme, une de plus dans le port de Brest réfléchissez aux conséquences dévastatrices……et qui seront irrémédiables.

En 30 ans le volume transporté par la mer a progressé de plus de 450%, donc par les ports… oui il y des risques bien plus qu'ailleurs.

Les activités maritimes représentent plus de 320 000 emplois, plus que l'industrie automobile.

Lorsque le Président de la République cautionne le gigantisme des navires en assistant au Baptême du " CMA CGM Jules Verne " il cautionne plus de danger et de risques sur un seul navire que tous les produits stockés sur le port de Brest.

.Est-ce au nom du principe de la sécurité que des navires sont bloqués dans le port de Brest et abandonnés depuis octobre 2008 ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que les vieux navires ne peuvent pas être déconstruits à Brest ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que les navires militaires sont stockés dans une zone Natura 2000 à Landévennec ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que le Clemeceau est parti se faire déconstruire en Angleterre ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que l'exercice demandé par l'association MOR GLAZ sur les navires de la Penn-Ar-Bed reste sans réponse ?

.Est-ce au nom du principe de sécurité que le remorqueur dans le Golfe de Gascogne n'est pas remplacé ? Et bien d'autres questions qui restent sans réponse !!!!!!!!!

 

 

Landerneau le 2 octobre 2013

L'Association MOR GLAZ vient d'apprendre que le navire à passagers " FROMVEUR II " devrait reprendre le service dans quelques jours.

L'Association MOR GLAZ réitère la demande effectuée au Cabinet du Ministre de la Mer et des Transports le 24 septembre 2013 concernant l'évacuation des passagers sur les navires armés par la Penn-Ar-Bed.

 

Pour l'Association MOR GLAZ, les exercices demandés et défendus le 24 septembre 2013 doivent être effectués avant la reprise du service du navire..Exercice d'évacuation des passagers à bord des navires " FROMVEUR II " et le " ENEZ EUSSA III "

L'Association MOR GLAZ avait insisté sur le fait que le ministre des Transports devait exiger du Conseil Général du Finistère des exercices d'abandon comme il est suggéré dans notre courrier du 19 septembre 2013 adressé au ministre (www.morglaz.org )

Pour l'Association MOR GLAZ suite à l'échouement du " FROMVEUR III " le 3 septembre 2013, ces exercices auraient déjà dû être anticipé et planifié par le propriétaire des navires le Conseil Général du Finistère.

Le 3 septembre 2013, les conditions météorologiques étaient exceptionnelles, cette évacuation s'est passée à moins d'un mille de l'ile Molène.Le Bureau Enquête Accident déterminera les causes de ce : pas de chance.

L'Association MOR GLAZ demande également à l'utilisateur des navires la " PENN-AR-BED " d'exiger ces exercices auprès du Conseil Général du Finistère.

Le 20 septembre 2013, l'Association MOR GLAZ était allée à la rencontre des Maires des 14 îles du PONANT et les avait sensibilisés sur ce sujet.

le Président du Conseil Général du Finistère vient d'être informé ( par mail) des inquiétudes de l'Association MOR GLAZ concernat l'évacuation des passagers à bord des navires de la PENN AR BED

 

 

Vous trouverez la lettre adressée au Ministre Frédéric CUVILLIER ainsi que notre communiqué de presse du 4 septembre 2013......CLIQUEZ.....

 

 

COMMUNIQUE Landerneau le 25 septembre 2013

Le 24 septembre 2013, l'Association MOR GLAZ

a été reçue par le Conseiller Mer du Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER.

Cette rencontre conforte l'Association MOR GLAZ sur les deux sujets qui étaient hier à l'ordre du jour de cette rencontre

 

1) Le remorqueur de Haute mer dans le Golfe de Gascogne : les propositions " exigences " de l'association MOR GLAZ restent inchangées :

. Un navire sous pavillon français 1er registre. "

. Un navire d'une puissance égale ou supérieure à 180T au croc.

. Un navire ayant pour seul mission la protection du littoral, sous l'autorité du Préfet maritime pour l'Action de l'Etat en Mer dans cette zone du Golfe de Gascogne bien plus fréquentée qu'il ne l'ait dit.

. Un effectif suffisant composé de marins professionnels ayant une bonne formation au sauvetage.

Dans les prochains jours, un courrier sera expédié à monsieur Michel AYMERIC, Secrétaire Général de la Mer afin que ce point figure à l'ordre du jour du prochain Comité Interministériel de la Mer. Le Conseiller du Ministre suite à notre entretien allait se rapprocher du Directeur de Cabinet du Ministre de la Défense Jean-Yves LE DRIAN.

 

2) exercice d'évacuation des passagers à bord des navires " FROMVEUR II " et le " ENEZ EUSSA III " L'Association MOR GLAZ a insisté sur le fait que le ministre des Transports devait exiger du Conseil Général du Finistère des exercices d'abandon comme suggérer dans notre courrier du 19 septembre 2013 adressé au ministre.

Pour l'Association MOR GLAZ, suite à l'échouage du " FROMVEUR III " le 3 septembre 2013, ces exercices auraient déjà dû être anticipé et planifié par le propriétaire des navires le Conseil Général du Finistère.

L'Association MOR GLAZ demande également à l'utilisateur des navires la " PENN-AR-BED " d'exiger ces exercices auprès du Conseil Général.

Le 20 septembre 2013, l'Association MOR GLAZ était allée à la rencontre des Maires des 14 îles du PONANT et les avait sensibilisés sur ces deux sujets. Certains Maires avaient évoqué la mise en place d'une pétition.

 

 

Landerneau le 23 septembre 2013

Le délit d'abandon des gens de mer adopté à l'Assemblée Nationale le 17 mai 2013 pourrait (devrait) être appliqué dès aujourd'hui dans le port de St Malo à l'encontre du " pseudo - armateur " du cargo " OLYMPIC LIGHT " pour non paiement des salaires.

L'Association MOR GLAZ avait soutenu les parlementaires lors du vote de cette loi. L'Association MOR GLAZ ne peut être que satisfaite, mais reste à voir jusqu'où iront les autorités françaises

La même procédure pourrait (devrait) être appliquée à l'encontre du " pseudo- armateur " du cargo " RIVER KING " en escale forcée depuis le mois de mai 2013 dans le port de à Granville, avec à son bord certains marins qui ne seraient pas payés.

 

 

Landerneau le 16 septembre 2013

Depuis le 11 septembre 2013, le navire " OLYMPIC LIGHT " sous pavillon du " BELIZE " (même pavillon que le " RIVER KING " scotché à GRANVILLE depuis le mois de mai 2013) provenant de Norvège avec 2500 tonnes de granit est bloqué dans le port de Saint-Malo par le Centre de Sécurité des Navires pour des déficiences graves…..très bien messieurs les fonctionnaires de CSN de Saint Malo

 

Ce navire appartient à un " pseudo-armateur " Grec et est affrété par la société " INTRADA-SHIPPING ".

L'équipage de ce navire est composé de 8 marins Albanais, il est actuellement en grève (sauf le commandant) suite au non paiement des salaires (un peu plus de 20.000 Dollars) et du remboursement des billets de transport.

Ces marins demandent à être payés et ils souhaitent un rapatriement le plus rapidement possible. Ce navire est saisi ( une saisie conservatoire) par une société en ROUMANIE pour soutes impayée.

L'association MOR GLAZ demande à l'Etat Françaisd'appliquer à l'encontre de ce " pseudo-armateur " la Loi 2013-619 du 16 juillet 2013 (notamment l'article L 5571-1) qui sanctionne lourdement les " pseudo-armateurs " qui ne respectent pas la loi envers les marins dont ils sont responsables.

Pour l'association MOR GLAZil y a encore beaucoup trop de " pseudo-armateurs " de ce type qui donnent une mauvaise image du transport maritime international.

.....

 

Landerneau le 16 septembre 2013

le 24 septembre 2013, l'association MOR GLAZ

sera reçue au Ministère des Transports et de la Mer sur deux sujets :

 

.... " Le remorqueur de Haute mer dans le Golfe de Gascogne suite à nos actions menées lors de l'Université d'été à La Rochelle (voir le site www.morglaz.org)

Pour l'association MOR GLAZ ainsi que pour plusieurs élus de la majorité et de l'opposition parlementaire, un remorqueur de Haute mer doit retrouver sa place dans le Golfe de Gascogne pour protéger les marins, les biens, le littoral et l'environnement.

Le 3 septembre 2013, le " FROMVEUR II " s'échouait avec 321 passagers au large de l'ile Molène (Bretagne) ce jour là le temps était particulièrement clément.

L'association MOR GLAZ demande au Conseil Général du Finistère propriétaire du navire, via le Ministère des transports, que des exercices d'évacuation soient pratiqués le plus rapidement possible afin de mettre à la disposition des équipages tous les moyens nécessaires pour évacuer les passagers dans toutes les conditions météorologiques et autres qui pourraient être rencontré.

L'association MOR GLAZ s'interroge également sur les effectifs de ces navires qui naviguent dans des zones à risque (récifs, courants, conditions météorologiques particulièrement difficiles).

lettre expédiée le 19 septembre 2013 àMonsieur Frédéric CUVILLIER, Ministre des Transports et de la Mer. CLIQUEZ...

 

 

Landerneau le 13 septembre 2013

Une information envoyée par une sentinelle de l’association MOR GLAZ qui devrait faire bondir tous les défenseurs des marins, de l’environnement et tous les professionnels du secteur maritime.....

....

Le « ferry » « PENTALINA B » devenu trop vieux pour naviguer en Irlande (en 2010) avait été de manière déguisée comme trop souvent exporté vers le Cap Vert pour reprendre du service.

Le « PENTALINA B » avait effectué une escale un peu forcée de plusieurs mois dans le port de Brest.

Ce navire en mauvais état avait failli sombrer avec son équipage et 40 tonnes de soute au large de la Bretagne le 12 décembre 2010.

Ramené vers Brest par le remorqueur « ABEILLE BOURBON » ce ferry fut à juste titre arrêté par le Centre de Sécurité des Navires de Brest, après une remise en état assurant la sécurité de l’équipage et du navire, il reprit la mer vers le Cap Vert le 29 mai 2011.

Le 3 septembre 2013 un journaliste photographie les membres de l’équipage du « PENTALINA B » qui effacent le nom du navire sur la coque, le 4 septembre 2013 au matin le navire avait disparu du port, vraisemblablement pour aller galérer ailleurs…..D’après nos informations (et nous sommes souvent bien informés) plusieurs centaines d’engins flottants seraient dans cette situation.

Imaginons la vie des marins qui sont embarqués sur ces « engins flottants » sans Nom, sans Pavillon et sans aucune règle. L’association MOR GLAZ aimerait que de temps en temps face à ces situations les professionnels des activités maritimes s’insurgent officiellement contre ces façons de procéder.

 

Landerneau le 7 septembre 2013

Première détention d'un navire battant pavillon du LIBERIA

pour non-conformité avec la Maritime Labour Convention 2006

Une adhérente (une sentinelle) de l'association MOR GLAZ vient de nous informer que dans le cadre de la Maritime Labour Convention 2006, le premier navire battant pavillon du Libéria venait de faire l'objet d'une détention par les autorités maritimes du port d'ESBJERG au DANEMARK.

Les Marins Philippins qui étaient embarqués à bord du Supply " ATLANTIC CARRIER " n'avaient pas de contrat de travail.

L'association MOR GLAZ est satisfaite de constater que ce grand port a choisi de faire appliquer la loi qui protège les Marins de toute nationalité et surtout les plus démunis.

L'association MOR GLAZ souhaite que tous les pays ayant signé la convention MLC 2006 auront le même comportant que les autorités du port d'ESBJERG.

Le port DANOIS de ESBJERG est le plus grand port du DANEMARK. Ce port de 65 hectares d'extension en cours d'aménagement pour répondre notamment à l'implantation d'industrie permettant l'assemblage d'éoliennes. Ce port peut aussi recevoir des conteneurs et répondre aux besoins de l'industrie gazière.

. ....

 

Landerneau le 6septembre 2013

Au nom de quoi toutes ces dérives sociales peuvent-elles encore exister ?

Pourquoi les professionnels sur les ports ne s'insurgent pas contre cette mondialisation injuste ?

L'Association MOR GLAZ sait pourquoi elle est interdite de quai à Brest (prétexte la sureté).

 

Le " MV MELOI " navire battant pavillon du Panama l'un des premiers pays à avoir signé la MLC 2006 qui devait assurer des garanties aux Marins.

Le " MV MELOI IMO 9392119 avec 21 marins Philippins à bord est en ce moment en escale dans le port de Brest pour débarquer 27 500 tonnes de soja pour le compte de CARGILL.

Doit-on continuer à recevoir ces navires dans les ports français et européens en sachant que des Marins ne sont pas aux normes sociale et salariale de l'Organisation Maritime Internationale qui est de 742 dollars mensuel minimum, alors que le salaire perçu par un matelot à bord du " MV MELOI est de 380 dollars .

L'association MOR GLAZ souhaiterait que le propriétaire du navire signe sous l'influence de l'Etat du Panama un accord ITF (International Transport Fédération)qui permettrait au matelot de percevoiru n salaire minimum de 1003 dollars. Les marins philippins qui sont à bord pourraient espérer avoir d'autres conditions sociales, mais ces " pseudo-armateurs " savent faire jouer une concurrence " sociale " " déconcertante " entre les marins.

Construit en 2009 le " MV MELOI " serait nous dit-on en bon état sauf que La société propriétaire du navire DALEX SHIPPING CO SA (Grèce) se vante sur son site internet d'avoir acquis une dizaine de navires en activité, tous immatriculés sous des pavillons de complaisance (Panama, Malte, Iles Marshall). L'Association MOR GLAZ n'ose imaginer les conditions sociales de tous ces marins.

A bord du " MV MELOI " les marins ont des contrats de travail de douze mois ! Nous savons que certains ont plus de 13 mois de bord, forcés de rester pour des raisons évidentes! Des conditions de travail qui sont en -dessous de tous les standards internationaux pour10 heures de travail.

L'Association MOR GLAZ souhaite informer et sensibiliser l'ensemble des partenaires commerciaux qui affrètent ce navire et tous ceux qui auraient un lien avec l'escale de ce navire dont CARGILL, sur les conditions sociales des marins embarqués.

L'Association MOR GLAZ demande aux autorités portuaires de Brest de contacter le Panama afin qu'il fasse le nécessaire pour remettre de l'ordre chez ce " pseudo-armateur ".

Quand les Agents, Courtiers, Affréteurs et autres comprendront-ils qu'il vaut mieux recevoir des bons clients que des marginaux du transport maritime.

L'association MOR GLAZ dénonce les pratiques de ce " pseudo-armateur " qui prétend sur son site internet www.dalex.gr/? qu'il "concentre ses efforts pour un transport sûr et sécurisant", "qu'il respecte ses équipages "et "qu'il assure des conditions de travail d'un haut niveau".

Nous constatons cette fois encore que ces " pseudo-armateurs " créent une concurrence déloyale, une pauvreté sociale dans le métier reconnu le plus difficile dans une activité qui permet 90% des échanges mondiaux soit plus de 8 Milliards de tonne de marchandise en 2012, jusqu'où iront ces dérives ?

 

 

 

Landerneau le 4 septembre 2013

L'association MOR GLAZ félicite le commandant et l'équipage du " FROMVEUR II "

qui ont évacué les 361 passagers qui se trouvaient à bord au moment du talonnage du navire.

 

deux heures pour évacuer 361 passagers :

Pourquoi les moyens du bord n'ont-ils pas été utilisés ?

Ces moyens sont ils suffisants et adéquats dans toutes les situations ?

Durant des années, le " Collectif de défense des liaisons maritimes Ouessant " composé de marins et de professionnels a attiré l'attention sur le manque de moyens d'évacuations des passagers sur ces navires en cas de difficulté.

L'association MOR GLAZ lors d'un rendez-vous au cabinet du Ministre CUVILLIER en mars 2013, avait remis au conseiller du Ministre un dossier sur ce sujet sensible et très préoccupant.

Les moyens de sauvetage imposés par les autorités maritimes sur ces navires ne suffisent pas, les effectifs non plus….

Durant ces deux dernières années (preuves à l'appui) toutes les autorités maritimes civiles et militaires, mais aussi le Conseil Général du Finistère (armateur des navires de PENN AR BED) ont été informés sur ce qui paraissait insuffisant pour évacuer les passagers en cas de difficultés.

Le député Richard FERRAND a trouvé suffisamment important le risque puisqu'il a déposé en avril 2013 une question écrite ( CLIQUEZ..) au ministre chargé de la mer et des transports.

L'association MOR GLAZ souhaite que tous les moyens de sauvetage des passagers soient réétudiés sur tous les navires à passagers à la pointe Bretagne, mais aussi les effectifs sur les navires.

 

 

 

 

BRAVO

à L'Inspectrice ITF

Laure TALLONNEAU

qui a mené une négociation

QUI A PERMIS

Le 24 septembre 2013

AUX 4 MARINS ALBANAIS

du navire " OLYMPIC LIGHT"

DE RENTRER CHEZ EUX

AVEC LEUR SALAIRE

 

Landerneau le 23 septembre 2013

 

Le délit d'abandon des gens de mer

adopté à l'Assemblée Nationale

le 17 mai 2013

pourrait (devrait) être aappliqué

dès aujourd'hui dans le port de St Malo

à l'encontre du " pseudo - armateur

" du cargo " OLYMPIC LIGHT "

pour non paiement des salaires.

CLIQUEZ.....

 

Landerneau le 23 septembre 2013

Le délit d'abandon des gens de mer adopté à l'Assemblée Nationale le 17 mai 2013 pourrait (devrait) être appliqué dès aujourd'hui dans le port de St Malo à l'encontre du " pseudo - armateur " du cargo " OLYMPIC LIGHT " pour non paiement des salaires.

L'Association MOR GLAZ avait soutenu les parlementaires lors du vote de cette loi. L'Association MOR GLAZ ne peut être que satisfaite, mais reste à voir jusqu'où iront les autorités françaises

La même procédure pourrait (devrait) être appliquée à l'encontre du " pseudo- armateur " du cargo " RIVER KING " en escale forcée depuis le mois de mai 2013 dans le port de à Granville, avec à son bord certains marins qui ne seraient pas payés.

 

 

 

 

 

Landerneau le 30 août 2013

Alors que la Convention du Travail Maritime (MLC 2006) vient d'entrer en vigueur depuis le 20 août 2013, les règles minimales sur la sécurité des navires ne sont pas appliquées dans le pays qui a mis en place le Mémorandum de Paris (Paris MoU) en 1982. Ce Mémorandum de Paris qui visait pourtant à améliorer la sécurité maritime pour un meilleur contrôle des navires dans les ports des 27 pays signataires, cela fonctionne-t-il réellement, et comment ?

 

Le pétrolier " ERIKA " quitte en toute impunité le port de DUNKERQUE le 8 décembre 1999, le 12 décembre ( 4 jours plus tard) il se casse en deux au large de la Bretagne avec les conséquences que nous connaissons et que nous avons subies ….

L'association MOR GLAZ a des doutes sur le contrôle des navires dans les ports européens qui sont tous concurrentiels au détriment de la sécurité pour les Marins, les Biens et l'Environnement.

L'association MOR GLAZ constate qu'il y a malheureusement toujours un pays (pavillon), une société de classification, un affréteur, des autorités portuaires, un assureur, un " pseudo-armateur " pour faire naviguer tous ces navires en mauvais état (un tiers des 80 000 navires (recensés) existants).

Le cargo " RIVER KING " qui pourrait actuellement être autorisé à naviguer le long de nos côtes est une preuve d'une certaine " complaisance " " tolérance " en le laissant partir du port de GRANVILLE. Ce navire a fait l'objet d'une détention (la troisième détention en moins de douze mois !!) par le Centre de Sécurité des Navires de CAEN lors de son arrivée en mai 2013 à GRANVILLE en raison de nombreuses déficiences, détention justifiée par l'association MOR GLAZ et les syndicats maritimes.

Une partie de l'équipage du " RIVER KING " s'était mis en grève pour des impayés de salaires depuis plusieurs mois, mais aussi pour absence de contrat de travail et des dépassements de durée d'embarquement de plus de trois mois ! Après leur détermination pour régler leurs problèmes sociaux avec l'aide de l'inspectrice ITF Laure TALLONNEAU , les trois marins rentrèrent chez eux.

Le" RIVER KING" à son arrivée à GRANVILLE battait pavillon du BELIZE (celui-ci figure sur la liste grise des pavillons !) qui l'a supprimé de son registre ….. Puis ce même navire a été accepté par Le PANANMA…. que signifie cette acceptation ?

Les règles du Mémorandum de Paris sont claires : si le navire est détenu plus de deux fois dans le port d'un Etat membre du MoU au cours des 12 derniers mois, il est banni pour une durée de 3 mois. S'agissant du RIVER KING, sous prétexte que le navire est trop dangereux pour s'éloigner des côtes, les autorités françaises auraient décidé d'annuler le bannissement, pourquoi cette annulation ?

L'association MOR GLAZ dénonce des " négociations " avec un " pseudo armateur " qui est incapable d'assumer ses responsabilités " d'armateur ".

L'association MOR GLAZ rappelle que Le " RIVER KING " est dangereux, qu''il doit être banni de toute zone ( ici et ailleurs) pour des raisons évidentes.

Quand…l'Etat français comprendra-t-il qu'il ne faut pas " plus " négocier avec les " pseudo-armateurs " qui ne respectent aucune règle sociale, environnementale de sécurité et de concurrence.

Dans certains ports français des navires sont abandonnés depuis des années, le "MARGINELLA " est " abandonné " à CHERBOURG depuis 2006…

 

 

 

Landerneau le 25 août 2013

Lors de l'Université d'été du parti socialiste à La Rochelle, l'association MOR GLAZ

représentée par Laure TALLONNEAU, Jean-Philippe CHATEIL et Jean-Paul HELLEQUIN

s'est invitée et a distribué

5000 tracts aux participants CLIQUEZ. .

 

mais aussi à la population de Poitou-Charentes

 

L'association MOR GLAZ a passé la journée à rencontrer les Journalistes, les Elus, les responsables des sections du Parti Socialiste afin d'expliquer que le Golfe de Gascogne est une région maritime très sensible qui n'est plus protégée depuis le départ le 30 aout 2011 du remorqueur de Haute mer " Abeille Languedoc ". Cette zone est fréquentée par des navires de plus en plus gigantesques transportant des passagers, des produits de tout genre parfois certains très dangereux et pas toujours répertoriés.

Tout au long de cette journée du 24 juillet 2013, l'association MOR GLAZ a distribué des tracts certes, mais aussi expliquée les activités maritimes, les côtés positifs pour l'environnement, les économies d'énergie à la tonne transportée, mais aussi les dérives des " pseudo-armateurs ".

Lors de cette initiative, l'association MOR GLAZ a rencontré plusieurs leaders de la politique auxquels elle a pu remettre un dossier ou un tract en main-propre :

.au Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT,

.au Ministre des Transports Frédéric CUVILLIER,

.au Président du Groupe Europe Ecologie Les Verts au Sénat Jean-Vincent PLACE,

.au candidat aux élections municipales de La Rochelle Jean-François FOUNTAINE qu'il faudra motiver, car ce dossier de la protection du littoral est pour lui une décision du gouvernement.

 

Au moment où la taxe carbone fait débat, pour l'association MOR GLAZ le transport maritime est une priorité, une nécessité et un moyen de moins polluer. Ne faudrait-il pas aller plus loin dans le développement des autoroutes de la mer partout où cela est possible ?

 

 

 

Landerneau le 14 août 2013

L'accident dans le port de Brest du vraquier " DUBAÏ FAITH " long de 180 mètres aurait-il pu être évité ?

l'association MOR GLAZ à son analyse sur le sujet.....

 

 

Le 7 mai 2013, le drame dans le port de Gênes aurait dû rendre plus prudent ceux qui décident du nombre de remorqueurs pour servir un navire qui entre ou sort d'un port à Brest ou ailleurs…….Pour l'association MOR GLAZ les moyens dans le port de Brest s

ont insuffisants, les remorqueurs ne sont pas assez puissants, il faut un remorqueur de 50 tonnes de traction et deux de 40 tonnes.

 

Questions que se pose l'asssociation MOR GLAZ: .

Quels sont les pouvoirs des capitaines sur les navires marchands face au capitalisme du transport maritime ?

Les pilotes signalent-ils aux autorités les navires dangereux et leurs doutes sur la qualité et la fiabilité de certains navires qui escalent dans les ports ?

Les pilotes sont-ils suffisamment exigeants pour demander les moyens nécessaires ou alors la politique du clientélisme s'appliquerait-elle au détriment de la sécurité ?

Les capitaines sont-ils entendus lorsqu'ils demandent des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des marins, des navires et des biens. L'association MOR GLAZ sait par ses adhérents de la marine marchande et du remorquage portuaire que quotidiennement les professions portuaires sont confrontées aux pressions du monde économique. Des armateurs qui souhaitent toujours les prestations portuaires au coût le plus bas lors des escales. Certains pseudo-armateurs allant même jusqu'à dicter à leur capitaine de navire le nombre de remorqueurs à utiliser lors des escales. Les capitaines, les marins et les autorités portuaires sont de nombreuses fois confrontés à l'opposition de la notion de sécurité et de rentabilité. Les donneurs d'ordres qui ignorent tout du réel fonctionnement d'un navire mettent sans arrêt les ports en concurrence souvent au détriment de la sécurité.

Les pilotes de port à Brest et ailleurs devraient être moins frileux et signaler les navires dangereux. L'omerta, les arrangements, le clientélisme et les pouvoirs excessifs de certains ne sont pas la solution et nous constatons qu'une partie des quais du port de Brest est gravement endommagée et aura des conséquences pour l'activité économique du port.

L'association MOR GLAZ dénonce la concurrence déloyale entre les ports.

L'association MOR GLAZ dénonce les dérives qui s'instaurent en prétextant vouloir réduire le coût du transport dans l'intérêt du consommateur (qui n'a rien à dire). En France depuis des années, les effectifs sur les remorqueurs portuaires sont remis en cause (en discussions) pour se conformer nous dit-on à ce qui se ferait ailleurs.

Pour l'association MOR GLAZ le remorquage portuaire est le premier maillon essentiel à la sécurité maritime et que cela a un coût qui représente que peu lors de l'escale d'un navire et au vue des tonnages transportés. La sécurité maritime commence dans les ports avec des services portuaires fiables en quantité et qualité suffisante.

Le clientélisme dans le port de Brest va cette fois encore coûter très chère à la collectivité et à l'image du port……..

CLIQUEZ...

 

 

Landerneau le 8 août 2013

Le cargo " RIVER KING " est bloqué dans le port de Granville depuis plusieurs mois (85 jours)

avec 900 tonnes de gravier et un équipage réduit depuis le 26 mai 2013.

 

En charge de la gestion du port, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Granville voit cette présence d'un mauvais œil et déclare qu'elle mettra tout en œuvre pour faire partir ce navire, cela est compréhensible, mais des règles existent y compris dans la première activité internationale qui permet 90% des échanges mondiaux. !!!!!!!!!!!!!!!

Certes, ce caboteur grec battant pavillon du Belize est bloqué au port depuis le 15 mai 2013 par décision du Centre de Sécurité des Navires de Caen, à cause de " déficiences graves " mettant en danger la vie des marins.

Plusieurs des marins du " RIVER KING " s'étaient mis en grève pour non paiement des salaires et un dépassement d'embarquement de plus de trois mois pour certains. Ils obtinrent rapidement satisfaction après l'intervention de Laure TALLONNEAU Inspectrice du syndicat ITF et une forte mobilisation associative et syndicale.

Suite à un coup de force réalisé par ces marins et l'Inspectrice ITF le 19 juin 2013 aux affaires maritimes de Granville, les marins obtinrent les billets d'avion pour se rendre chez eux en Albanie.

L'association MOR GLAZ comprend cette situation gênante pour le port de Granville, Brest, St Malo, Lorient, Douarnenez ou ailleurs, mais pour l'association MOR GLAZ pas question de laisser partir un navire géré par des " pseudo-armateurs " peu " ou pas " scrupuleux " respectueux " sur les conditions sociales et de vie des marins et sur l'état des navires.

L'association MOR GLAZ soutient les inspecteurs qui ont bloqué ce navire, d'ailleurs comment ce navire a-t-il pu passer entre les mailles de la sécurité dans les derniers ports d'escale, (la complaisance de l'Etat du pavillon, la société de classification, l'assureur, les affréteurs etc.…...)

L'association MOR GLAZ demande aux autorités maritimes françaises de ne pas se laisser impressionner par qui que ce soit si tout n'est pas mis aux normes, ce navire ne doit pas partir, dommage pour la gêne dans le port.

Afin d'éviter ces situations dans les ports en France et ailleurs, il faudrait être très sévère envers ces " pseudo-armateurs " qui ternissent le métier d'armateurs et qui faussent la concurrence. Ces " pseudo-armateurs " sont de plus en plus présents dans tous les secteurs des activités maritimes.

Envers ces " pseudo-armateurs " il faut une tolérance zéro ……L'association MOR GLAZ fera en sorte de les combattre ici et ailleurs chaque fois qu'elle en aura l'opportunité. Ces navires sont certes gênants et indésirables dans tous les ports.

S'il-y-avait moins de "pseudo-armateurs" ces situations n'existeraient pas, il faut traiter ce problème " ces dérives " en amont et appliquer les mêmes textes partout en Europe, dans tous les ports avec la même rigueur. Il faut changer les us et coutumes qui nuisent aux marins à l'environnement et aux activités maritimes.

Avant d'accueillir un navire dans un port, les Courtiers, Agents et autres devraient être plus vigilants sur la solvabilité de certains armateurs, sur le statut des marins qui sont à bord (La MLC 2006 lorsqu'elle sera appliquée devrait résoudre ces situations) et sur la qualité des navires…….

 

 

Landerneau le 31 juillet 2013

La ratification par la France en février 2013 de la MLC 2006 (Maritime Labour Convention) ne peut

être qu'une bonne nouvelle pour tous les marins navigants chez des " pseudo-armateurs "

mais aussi pour l'association MOR GLAZ et tous ceux qui militent pour le mieux être des marins.

 

L'association MOR GLAZ qui s'est donnée comme cap de défendre tous les droits des marins du monde se félicite que la France ait enfin ratifié la MLC 2006, celle-ci permettra aux marins les plus démunis d'avoir en poche un contrat de travail qui pourra être contrôlé dans tous les pays qui ont ratifié la convention.

Tout pays (pavillon) qui ratifie cette Convention Internationale du Travail (MLC 2006) s'engage à donner plein effet de ses dispositions conformément aux prescriptions de l'article VI de la convention afin de garantir le droit de tous les gens de mer à un emploi décent en respectant certaines règles. Les armateurs français qui sont parmi les meilleurs devraient être plutôt satisfaits. Si cette MLC 2006 est appliquée comme elle devrait, la concurrence devrait devenir plus réglementée et plus lisible car désormais des règles sociales devront s'appliquer (une nouvelle mission pour les Centres de Sécurité des Navires).

Pour l'association MOR GLAZ, cette MLC 2006 vient récompenser des décennies de négociation pour tous les marins du monde, mais surtout pour les plus démunis, pour ceux qui viennent de pays pauvres et qui n'ont pas toujours la chance de naviguer chez des armateurs professionnels.

Quatre marins sur cinq viennent de pays pauvres, trop souvent ces marins sont exploités par des " pseudo-armateurs " qui ne respectent ni les marins, ni l'environnement, ni les règles concurrentielles.

L'association MOR GLAZ espère que les 33 pays qui ont ratifié cette convention " MLC 2006 " mettront tout en œuvre pour la faire respecter…….

 

 

Landerneau le 20 juillet 2013

Plusieurs magazines de la mer titraient cette semaine :

LA COUR DES COMPTES S'INTERROGE SUR LE SECRETARIAT GENERAL DE LA MER.

 

L'association MOR GLAZ souhaite par ce communiqué réagir et faire part de ses " ces " analyses. Supprimer le Secretariat Général de la Mer serait une grave erreur, celui-ci doit cependant être plus libre et indépendant de la Marine Nationale et autres administrations et lobbyings.

Pour l'association MOR GLAZ, le Secretariat Général de la Mer (SGMER) doit être maintenu, car il doit être (redevenir) utile aux marins et à toutes les activités maritimes.

Néanmoins, son Secrétaire Général doit être plus libre, indépendant et moins encadré par la Marine Nationale et autres conseillers issus de milieux hors " loin " du maritime.

Le SGMER doit être pour les syndicats (qui ne le connaissent que très peu ou pas du tout pour certains) et les associations qui se préoccupent des questions maritimes et des marins, un vrai interlocuteur capable de prendre des décisions en temps réel (MSC FLAMINIA et autres dossiers sensibles).

Comme en ce moment, le Secrétaire du SGMER doit être issu du monde maritime, il doit être un vrai levier, capable de résoudre les difficultés et répondre aux interrogations des professionnels du monde maritime, il doit être attentif aux doléances des professionnels et des militants du secteur, il doit être " redevenir " indépendant de toute influence ce qui n'est pas " plus " le cas depuis plusieurs années.

Des questions liées à la sécurité maritime comme dans le Golfe de Gascogne, la déconstruction des navires, le droit social des marins, les abandons des marins et des navires, la piraterie etc.. devraient être les dossiers prioritaires du moment.

Tous les sujets qui préoccupent l'association MOR GLAZ et les syndicats maritimes devraient passer par le SGMER pour y trouver des solutions.

Il y a quelques années le SGMER avait d'autres pouvoirs de décisions, il est devenu au fil du temps une administration de plus dans un environnement où les décisions sont certes difficiles à prendre (qui sont trop souvent prises par d'autres pour des raisons d'intérêts particuliers "conflits d'intérêts " etc.….. griefs formulés et retenus par la Cour des Comptes)

L'association MOR GLAZ est pour le maintien du SGMER, mais nous souhaitons un vrai changement de cap.

L'association MOR GLAZ demande une rencontre rapide avec le SGMER, afin de lui faire part de nos souhaits pour le futur et de notre soutien avec des pouvoirs renforcés, des prérogatives plus affichées.

Tous les sujets maritimes devraient attirer l'attention du SGMER et de son cabinet, ses priorités la mer, les marins, tous les sujets maritimes y compris la piraterie, en faisant fi des influences extérieures.

La disparition du SGEMER serait un signe du désintérêt du gouvernement pour les activités maritimes, du pavillon français et des marins.

Pour l'association MOR GLAZ le Président Jean-Paul HELLEQUIN

C/C : SGMER, Présidence de la République, Ministre des Transports.

 

le 3 juillet 2013

Suite à la question écrite déposée par le Député Paul MOLAC au Ministre des transports Frédéric CUVILLER sur le gigantisme des navires et des moyens de sauvetage, l'association MOR GLAZ rencontre le vendredi 5 juillet 2013 à 11h00 le Député Paul MOLAC à Ploërmel .

A la sortie de cette rencontre,

nous organiserons un point presse à 11h45

au 12 place de la Mairie à Ploërmel

Le 20 décembre 2012 dans un communiqué, l'association MOR GLAZ évoquait le gigantisme des navires (en ligne sur le site www.morglaz.org.

Le 9 mars 2013, un exercice de remorquage se déroulait au large de la Bretagne avec le remorqueur "ABEILLE BOURBON " et le porte-conteneurs " MARCO POLO ". Cet exercice était réalisé afin de vérifier si les moyens de remorquage étaient suffisants pour maintenir au cap souhaité ces géants des mers s'ils rencontraient des difficultés.

Les réflexions de l'association MOR GLAZ :

Quel est l'intérêt de construire de tels navires ?

Quels sont les critères de sûreté lorsque ces navires sont en escale ?

Quelles sont les garanties en cas d'incidents... d'explosion à quai... de panne de propulsion...et par grand coup de vent que se passerait-il ?

Quel est l'inventaire " le registre exact " et la connaissance des produits transportés lorsque ces navires transporteront 16.020conteneurs ? 18.000 dans quelques mois chez le transporteur MAERSK ?

Que se passerait-il, si ce genre de navire tombait en avarie dans la zone du Golfe de Gascogne hors de la zone de " l'ABEILLE BOURBON " qui a une zone assez limitée (80 milles d'Ouessant) et donc réduite (à juste raison) afin de respecter ce qui fut mis en place en août 1978 par Monsieur Marc BECAM sous l'autorité du Président Valery GISCARD D'ESTAING .

En janvier 2007, les deux plus puissants remorqueurs d'Europe furent mobilisés pour faire face à l'accident du " MSC NAPOLI " qui se trouvait dans la Manche, qui ne transportait que 2200 conteneurs (certains contenaient 1700 tonnes de produits toxiques (recensés), 4000 m3 de fioul lourd pour sa propulsion et 142 m3 de gasoil.

Le samedi 22 juin 2013 à 11h45 le cargo " OSTGARD " de 90 mètres, battant pavillon Néerlandais signale au sémaphore de Belle Ile un problème technique sur sa propulsion principale, son port de destination est Rochefort et il transporte en pontée une cargaison de bois. L'ABEILLE BOURBON doit quitter sa zone durant 30 heures pour se rendre à Saint-Nazaire afin de porter assistance au " OSTGARD " ( cela signifie que les moyens mis à la disposition des Préfets Maritimes manquent depuis le départ de " l'ABEILLE LANGUEDOC " qui était basé dans le Golfe de Gascogne jusqu'au 1er août 2011.

le 29 juin 2013, l'arrière du navire " MOL COMFORT " vient de sombrer en mer d'Oman avec 1700 conteneurs et 1500 tonnes de fioul.

L'association MOR GLAZ constate que les solutions proposées " avancées " par les uns et les autres ne sont que du bricolage……un morceau de sparadrap qui ne tiendra pas……

 

 

 

le 28 juin 2013

La partie arrière du porte conteneurs " MOL Comfort " qui s'était cassé en deux le 17 juin 2013

a sombré le 27 juin 2013

à 750km des côtes indiennes avec sa cargaison : 1700 conteneurs et 1500 tonnes de carburant ( fioul lourd)

Le " MOL comfort " porte-conteneurs de 315 mètres de long s'était cassé en deux le 17 juin 2013 après quelques heures d'ondulation en mer d'Oman. Le navire transportait 7.040 conteneurs.

La partie arrière a sombré le 27 juin 2013 avec 1.700 conteneurs et 1.500 tonnes de fioul lourd, des huiles ect….La mer d'Oman est l'une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, elle relie l'Océan Indien et la Méditerranée par le Canal de Suez. Le " MOL Comfort " venait du Japon à destination de l'Europe du Nord. Il devait escaler au Havre.

Cet accident maritime confirme la fragilité de ces géants des mers et justifie une fois de plus les inquiétudes de l'association MOR GLAZ. Cette partie arrière du navire va forcément polluer avec ses 1.500 tonnes de fioul lourd, et le contenu des conteneurs.

Tous ces conteneurs à la dérive vont devenir un véritable danger pour les navires qui devront croiser dans cette région.

Le " MOL Comfort " a cinq sister-ships : les " MOL Celebration ", " MOL Creation ", " MOL Charisma ", " MOL Competence " et le " MOL Courage ".

Pour l'association MOR GLAZ, tous ces navires auraient du être équipés du JLMD ECOLOGIE SYSTEM que défend l'association MOR GLAZ depuis 10 ans.

L'association MOR GLAZ salue au passage les armateurs français " CMA CGM " et " PLDA " qui équipent depuis quelques années leurs navires de ce SYSTEM qui permet de remonter les soutes du navire en cas de naufrage.

Lors du contrôle technique et des modifications qui seront apportées aux sister-ships du " MOL comfort ", nous demandons que ces navires soient équipés du JLMD ECOLOGIC SYSTEM.

L'association MOR GLAZ demande à l'Organisation Maritime Internationale (OMI) d'exiger des armateurs l'installation de ce SYSTEM sur tous les navires. Ce SYSTEM est peu onéreux et peut être installé sur tous les navires en activité mais faire ce choix au moment de la construction du navire est plus simple.

Le naufrage du" MOL comfort " paraît lointain. … il peut arriver demain en mer Méditerranée, à la pointe Bretagne, dans le Golfe de Gascogne ou en Mer du Nord. Quels sont les moyens dont dispose la France pour faire face à une telle situation.

 

 

le 24 juin 2013

Le remplacement du remorqueur de haute mer dans le Golfe de Gascogne est urgent

Le samedi 22 juin 2013 à 11h45 le cargo " OSTGARD " de 90 mètres, battant pavillon Néerlandais signale au sémaphore de Belle Ile un problème technique sur sa propulsion principale. Son port de destination est Rochefort et il transporte en pontée une cargaison de bois.

À 16h35, le capitaine formule une demande d'assistance, à 20h30, l'armateur conclut un contrat de remorquage avec une société de Saint Nazaire car depuis le 1 septembre 2011 le remorqueur de haute mer " Abeille Languedoc " ayant été déplacé vers le Pas-de-Calais, le Golfe de Gascogne n'est plus protégé par un moyen de sauvetage approprié. Les remorqueurs portuaires présentés comme la solution de remplacement par les technocrates et autres conseillers parisiens ne l'est pas. Chaque métier du remorquage étant bien spécifique.

Vers 1h10 dimanche, le remorqueur portuaire passe la remorque pour conduire le cargo en difficulté à Saint Nazaire, la remorque se rompt à 4h30 et le remorqueur de Haute mer " Abeille Bourbon " doit intervenir… …….elle avait été dépêchée sur zone mais entre temps reçoit l'ordre de rentrer vers Brest (normal la zone d'Ouessant étant sans protection).

Alors que " l'Abeille Bourbon " se trouve déjà à 38 milles dans le nord, celle-ci revient sur zone et passe la remorque à 6h30 à l'ouest de Noirmoutier pour conduire le cargo en rade de Saint Nazaire, et laisse le cargo sous surveillance de deux remorqueurs portuaires car " l'Abeille Bourbon " doit regagner son poste à Ouessant de toute urgence.

D'avoir fait remonter le remorqueur " Abeille Languedoc " dans le Pas-de-Calais pour assurer la protection du littoral (suite au désengagement des Britanniques) est une bonne initiative qui a d'ailleurs été soutenue par l'association MOR GLAZ, mais de laisser le Golfe de Gascogne sans protection est une grave erreur, une erreur de jugement et une erreur politique. Depuis le 1er septembre 2011 le Golfe de Gascogne se trouve sans protection, l'association MOR GLAZ constate que comme d'habitude nos administrations tardent (civiles et militaires) pour réagir afin de mettre en place un moyen pour remplacer l'Abeille Languedoc.

Les dangers dans le Golfe de Gascogne sont réels, le porte-conteneurs " MOL celebration " (sister-ship du porte-conteneurs " MOL Comfort " qui s'est cassé en deux le 17 juin 2013 en mer d'Oman) en escale au Havre y passait il y a quelques jours, le gigantisme des navires ne peut " ne doit" permettre aucune négligence envers la sécurité des Marins, des biens et des populations du littoral.

Le remorqueur " Abeille Languedoc " qui était positionné dans le Golfe de Gascogne doit être remplacé par un remorqueur de type " supply " d'une puissance minimum de 150 à 180 tonnes de traction, il faut un moyen fiable capable d'affronter la houle de l'Atlantique en toute saison.

 

 

le 19 juin 32013

LE RAPATRIEMENT DES MARINS ALBANAIS DU " RIVER KING "

Les Marins Albanais sont enfin arrivés chez eux.

Le navire "RIVER KING" est à quai depuis plus d'un mois dans le port de " GRANVILLE ". Le navire appartient à un " pseudo-armement " Albanais, ce navire est géré par une agence en Grèce (IONIEN MARINE) ?operation@ionian-marine.com et était sous pavillon du " BELIZE " qui l'a supprimé de son registre.

L'inspectrice ITF CGT Laure TALLONNEAU avait reçu une plainte de l'équipage de ce navire qui avait des rappels de salaire de trois mois et des dépassements d'embarquement allant jusqu'à 5 mois. Après une mobilisation à tous les niveaux y compris de la hiérarchie des Affaires Maritimes (parisiennes et locales), du Secrétariat Général de la Mer, Cabinet du Ministre des transports etc… des relations de l'association MOR GLAZ et de plusieurs de ses adhérents les Marins Albanais sont enfin arrivés chez eux.

Après quelques péripéties hier matin à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle (billets d'avion non payés etc.….). Le " pseudo-armateur " a enfin assumé ses responsabilités, mais ne soyons pas dupe, la valeur du navire et la cargaison de 900 tonnes de gravier aura été la carte essentielle et maîtresse pour cet heureux dénouement ainsi que la ténacité de Laure TALLONNEAU inspectrice ITF.

L'association MOR GLAZ sait que les marins (la relève) embarqués hier à bord du " KING RIVER " n'ont pas de contrat de travail (un pré-contrat Grecque d'après nos sources).

L'association MOR GLAZ souhaite que ce navire soit rigoureusement inspecté avant son départ à tous les niveaux : social et technique par l'Etat du pavillon, l'Etat du port assureurs etc.….rappelons que ce navire même s'il est banni des ports européens doit naviguer en toute sécurité pour les marins qui sont à bord.

Ces " pseudo-armateurs " n'ont rien à faire dans le transport maritime ici et ailleurs, ils sont dangereux pour les Marins, l'environnement, les ports qui les reçoivent et fausse la concurrence.

L'association MOR GLAZ ne reviendra pas sur le rôle un peu ambigu joué par les autorités portuaires de " GRANVILLE ". Au moment où l'Assemblée Nationale reconnaît le délit d'abandon des Gens de mer, que se passe-t-il réellement sur les quais en France et en Europe et quelles sont les volontés réelles face aux " pseudo-armateurs ". L'association MOR GLAZ continuera à soutenir toutes celles et ceux qui défendent le droit social des marins ( le reste ne nous regarde pas).

 

 

Landerneau 17 juin 2013

l'Inspectrice ITF Laure Tallonneau

aux Affaires Maritimes de Granville

afin d'obtenir les billet d'avions pour les marins du " RIVER KING"

 

Monsieur le Ministre des Transports et de la Mer, Madame la Directrice des Affaires Maritimes,

L'association MOR GLAZ souhaite attirer votre attention sur une situation qui se déroule dans le port de " Granville " à bord d'un navire immatriculé au "Belize ". A bord de ce navire se trouve des marins Albanais (certains depuis 10 mois au lieu de 5).

Après que l'inspectrice ITF CGT ait obtenu les arriérés de salaire, les autorités portuaires locales se sont opposées (en toute illégalité) au débarquement de ces marins.

Les 3 marins du " River King " dont le contrat est terminé ont demandé leur rapatriement il y a 12 jours, ils l'attendent toujours, nous vous demandons d'organiser le rapatriement de ces 3 marins qui veulent rentrer chez eux au bout de 10 mois de séparation de leurs proches, après leur abandon par l'armateur

L'Etat du pavillon du "Belize " abandonne le navire. Le " Belize " interdit au navire de quitter le port tant qu'il ne sera pas enregistré sur un autre registre, cela en dit long sur ce " pseudo armateur " et sur l'état du navire. Rappelons que le "Belize " est un pavillon de complaisance qui figure sur la liste grise du (Mémorandum de Paris) …..

Monsieur, Madame, il revient donc à l'Etat du port (la France) d'assumer ses responsabilités et de se charger sous 48 heures des rapatriements (puis de se retourner contre, ce " pseudo-armateur ", l'Etat du pavillon, mais aussi contre l'affréteur du navire peu " pas " rigoureux sur le choix du navire.......

Monsieur, Madame, pourquoi l'administration Française ne réagit-elle pas face à cet embarquement forcé ?,... n'agirait-elle pas sous la pression du port de Granville?... Ces mêmes irresponsables qui ont fait venir ce navire en sachant très bien qu'il figurait sur la liste grise du Mémorandum de Paris.... Ces mêmes irresponsables qui par peur de voir le navire abandonné dans le port refusent que les marins partent sans que la relève ne soit assurée, ce qui ne changera en rien le devenir du navire.... Ces mêmes qui outrepassent leur pouvoir et menacent sans cesse l'équipage de pénalités, ces comportements sont impardonnables.

Nous rappelons que l'embarquement forcé des marins est illégal, cependant il dure depuis 12 jours.

 

 

 

 

 

Landerneau 12 mai 2013

Quels sont les pouvoirs des capitaines sur les navires marchands face au capitalisme du transport maritime ?

Les pilotes signalent-ils aux autorités les navires dangereux, et leurs doutes sur la qualité et la fiabilité de certains navires qui escalent dans les ports ?

Gigantisme des navires oui mais : tous les ports qui peuvent recevoir ces géants sont-ils équipés en moyens nautiques pour assurer la sécurité de ces navires lorsque ces derniers sortent et entrent dans les ports. Les capitaines sont-ils entendus lorsqu'ils demandent des moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des marins, des navires et des biens. Les pilotes ne devraient-ils pas être plus attentifs et signaler les navires dangereux qui rentrent et sortent des ports.

Le mardi 7 mai 2013 dans le port de Gênes en Italie, la tour de contrôle du port était heurtée par un navire suite à une panne de moteur. Cette fausse " manœuvre " qui a fait plusieurs morts et disparus et se transforme en drame. Une panne de machine du navire " JOLLY NERO " est dramatique en vie humaine et en dégât matériel. L'association MOR GLAZ sait par ses adhérents de la marine marchande et du remorquage portuaire que quotidiennement les professions portuaires sont confrontées aux pressions du monde économique. Des armateurs qui souhaitent toujours les prestations portuaires au coût le plus bas lors des escales. Certains pseudo-armateurs allant même jusqu'à dicter à leurs capitaine de navire le nombre de remorqueurs à utiliser lors des escales. Les capitaines, les marins et les autorités portuaires sont de nombreuses fois confrontées à l'opposition de la notion de sécurité et de rentabilité. Les donneurs d'ordres qui ignorent tout du réel fonctionnement d'un navire mettent sans arrêt les ports en concurrence souvent au détriment de la sécurité.

Les pilotes de port devraient être moins frileux et signaler les navires dangereux. Un capitaine de navire aussi bon soit-il est bien seul, s'il n'a pas à bord du navire un équipage compétent en particulier à la machine (la bonne marche d'un navire est un travail d'équipe). Les mécaniciens trop souvent recrutés à bas prix et n'ont pas toujours les compétences suffisantes. C'est pourquoi il ne faut pas s'étonner que les moteurs d'un navire stoppent de façon impromptue (Comme cela est arrivé dans d'autres ports y compris à de grands porte-conteneurs avec des conséquences miraculeusement minimes). Tout incident devrait être instantanément communiqué aux autorités, l'omerta n'est pas la solution.

L'association MOR GLAZ dénonce cette fois encore la mondialisation sociale du transport maritime et la concurrence déloyale entre les marins et les ports.

L'association MOR GLAZ dénonce les dérives qui s'instaurent en prétextant vouloir réduire le coût du transport dans l'intérêt du consommateur. En France depuis des années, les effectifs sur les remorqueurs portuaires sont remis en cause (en discussions) pour se conformer à ce qui se ferait ailleurs, comme dans le port de Gênes par exemple.

L'association MOR GLAZ est opposée aux diminutions des effectifs sur tous les navires et plus particulièrement sur les remorqueurs, maillon essentiel de la sécurité maritime. La sécurité maritime commence dans les ports avec des services portuaires fiables et en quantité suffisante, jusqu'où ira le profit du transport maritime international.

l'association MOR GLAZ condamne toutes les politiques maritimes qui permettent " autorisent " aux armateurs d'armer leurs navires avec des effectifs réduits.

L'association MOR GLAZ dénonce pour la énième fois, les sociétés de Manning, les pavillons de complaisance et tout ce qui y ressemble. Trop souvent les marins sont les victimes des gestionnaires invisibles du transport maritime international.

 
 

 

 

 

Landerneau le 8 avril 2013

Un ancien navire de croisière " ATLANTIC STAR " devenu pour la circonstance " ANTIC " ayant appartenu à STX France et bourré d'amiante envoyé " expédié " en Turquie ou en Chine " en toute illégalité " afin d'y être démantelé. La France s'est spécialisée dans ces manœuvres obscures et indélicates envers l'Homme et l'environnement. Ce navire pouvait être déconstruit en France, à Bordeaux Bassens par exemple. La France s'était offusquée du départ des deux ferrys de SeaFrance " CEZANNE et RENOIR " expédiés en Inde en 2011 après avoir été rachetés par un " pseudo-armateur-ferrailleur ".

 

L'association MOR GLAZ dénonce avec force cette nouvelle dérive scandaleuse, honteuse et immorale (un Tour de passe- passe), que l'association MOR GLAZ ne peut pas accepter et qui n'honore en rien la France. C'est le pavillon de complaisance, les paradis fiscaux très liés, (d'ailleurs ils sont domiciliés dans les mêmes régions, les mêmes îles) qui permettent toutes ces dérives.

L'association MOR GLAZ dénonce depuis des années ces paradis fiscaux. L'exportation de tout déchet doit être condamnée. Le transfère des vieux navires amiantés ou pas vers des pays sous le prétexte qu'ils seraient demandeurs d'emplois et d'activités industrielles. Chez nous aussi il manque des activités industrielles, cette fois encore le laisser faire est de mise et devrait faire réagir tous les mouvements politiques, syndicaux mais aussi les défenseurs de l'environnement et de la santé.

Les administrations concernées cette fois encore font-elles découvrir le départ de " l'EX-ATLANTIC-STAR " renommé pour la circonstance " ANTIC "? Lors de l'expédition des deux ferrys de SeaFrance la réponse avait été " il n'y a pas grand-chose à faire " et cette fois quelle sera l'excuse. Une réponse en effet de manche ne suffira pas cette fois, les conventions de Bâle et de Hong-Kong doivent être respectées elles viennent d'être bafouées, ignorées.

L'association MOR GLAZ demande à la Ministre Delphine BATHO, au Ministre Frédéric CUVILLIER et aux Ministres chargés de l'industrie de répondre officiellement sur l'exportation de ce déchet. L'Union Européenne, l'Agence Européenne de Sécurité Maritime et l'Organisation Maritime Internationale doivent mettre fin à tous ces montages qui permettent d'immatriculations des navires en fin de vie qui illustrent les pratiques des armateurs européens pour s'exonérer de leurs responsabilités au moment ou ils doivent faire déconstruire leurs navires.

c/c Présidence de la République et Premier Ministre

 

 

 

 

21 mars 2013

Le remorqueur " ANDRE B " et sa barge " EXCALIBUR "

en escale un peu forcée aux iles des Glénan..

 

 

 

e 21 mars 2013 la barge " EXCALIBUR " remorqué par un remorqueur Hollandais le " ANDRE B " ont bien failli se retrouver sur l'archipel des Glénan, l'un des lieux les plus protégé du littoral Sud du Finistère….

Lorsque des convois semblables se présentent dans ces zones surveillées, le rôle des Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage ne serait-il pas de leur conseiller un endroit refuge voire une escale dans le port le plus proche.

Ce convoi, parti des Pays Bas le 18 mars 2013 se dirigeait vers Saint Nazaire, n'aurait-il pas dû faire une escale à Brest en attendant une accalmie des conditions météorologiques ?

L'association MOR GLAZ s'interroge sur le choix et sur la capacité de ce remorqueur pour effectuer un tel remorquage, le choix du moins disant a-t-il été la priorité.

L'Association MOR GLAZ tient à féliciter la réactivité de la Préfecture Maritime, l'equipage de l'hélicoptère " CAÏMAN " de la Marine Nationale, la Gendarmerie Maritime et les trois navires de pêche qui se sont déroutés afin de porter assistance au convoi.

 

 

 

Le 16 mars 2013 :

L'accident de l'AMOCO CADIZ 35 ans après ?????

Le 16 mars 1978 à 22h00 le pétrolier " AMOCO CADIZ " s'échouait provoquant une marée noire en déversant sa cargaison de 220.000 tonnes de pétrole brut sur les côtes du nord Finistère. La marée noire de trop, celle qui mobilisa dans les rues de Brest (et partout en Bretagne) des milliers de citoyens venus de toute la France à l'appel des associations et des syndicats. Ces citoyens en avaient assez de ces naufrages à répétitions et de l'immobilisme des pouvoirs publics.

En août 1978 Monsieur Marc BECAM sous l'autorité du Président Valery GISCARD D'ESTAING et avec tous les pouvoirs nécessaires mit en place un remorqueur de haute mer " ABEILLE NORMANDIE " à Brest sous l'autorité du Préfet Maritime.

Dès septembre 1979, les trois Préfectures Maritimes furent dotées d'un remorqueur de haute mer plus puissant pour Cherbourg et Brest respectivement " ABEILLE LANGUEDOC " et " ABEILLE FLANDRE " et à Toulon " ABEILLE PROVENCE " ou " ABEILLE NORMANDIE " et le renforcement des Centres Régionaux opérationnels de surveillance et de sécurité de la navigation.

Enfin, après des années de revendication et la énième marée noire, la France s'était dotée de moyens pour prévenir " éviter " des accidents maritimes. Quelques années plus tard, le gigantisme des navires fit prendre conscience aux associations et syndicats maritimes des dangers croissants du transport maritime international dû trop souvent au manque de personnel dans les passerelles, à la dangerosité et des volumes croissants des produits transportés, mais aussi au manque de contrôle des navires, aux pavillons de complaisance, pseudo-armateurs, aux équipages insuffisants etc.…..

Au début des années 2000, après 10 ans de militantisme d'associations et du syndicat maritime CGT du Grand Ouest, avec l'aide d'un Préfet Maritime, de Guy GUERMEUR et l'engagement de BOURBON, deux nouveaux remorqueurs plus puissants remplacèrent les deux remorqueurs basés à Brest et Cherbourg.

En 1979 " les rails " (sens de circulation des navires) furent mis en place dans les endroits les plus fréquentés. Toutes ces mesures ont évité 21 catastrophes équivalentes à celle de " AMOCO CADIZ ".

L'association MOR GLAZ demande depuis septembre 2011, un remorqueur dans le Golfe de Gascogne afin de pallier au départ de celui qui était positionné en alerte à La Pallice depuis 2006. L'association MOR GLAZ est soutenue dans cette demande par plusieurs élus du littoral y compris Jean-Yves LE DRIAN lorsqu'il était Président de la Région Bretagne.

Dans un communiqué du 9 mars 2013, l'association MOR GLAZ tenait à féliciter tous ceux qui avaient permis la réalisation de l'exercice de remorquage avec " MARCO POLO " le plus grand porte-conteneurs du monde. Cet exercice a aussi démontré que les moyens de sauvetage mis à la disposition des Préfets maritimes évoluent moins vite que le gigantisme des navires de commerce y compris des paquebots.

Lors de ce triste 35 ème anniversaire de l'accident de " AMOCO CADIZ " l'association MOR GLAZ réitère sa demande de mettre des moyens supplémentaires pour effectuer ces missions de sauvetages sous l'autorité des Préfets Maritimes.

L'association MOR GLAZ demande également que les contrôles des navires ne soient en aucun cas des contrôles de complaisance, nous demandons que les navires y compris à double coques ne soient plus utilisés dès qu'ils peuvent nuire aux marins, aux populations du littoral et à l'environnement.

L'association MOR GLAZ souhaite que les règles de sécurité, les contrôles des équipages et des navires soient harmonisés partout en Europe et dans le monde.

Même si la protection du littoral peut paraître onéreuse pour certains, 21 catastrophes équivalentes à celle de" AMOCO CADIZ " évitées, des centaines de marins et un chiffre incalculable de biens sauvés, plus de 1000 opérations en 35 ans.

En 1978 un remorqueur de 140 tonnes de traction était affrété (76.000 frs) soit 11.600€ jour, 35 ans plus tard un remorqueur de 200 tonnes de traction est affrété 12.500€ jour…

 

 

Landerneau le 2 mars 2013

En ce moment ( le 9 mars 2013) , un exercice de remorquage se déroule au large de la Bretagne avec le remorqueur " ABEILLE BOURBON " et le porte-conteneurs " MARCO POLO " . Cet exercice est réalisé afin de vérifier si les moyens de remorquage sont suffisants pour maintenir au cap souhaité ces géants des mers s'ils rencontraient des difficultés.

L'association MOR GLAZ tient à féliciter tous ceux qui ont permis la réalisation de cet exercice et tous ceux qui en sont à l'initiative. Ces exercices sont utiles et ils devraient être plus fréquents. L'argent qui aura été utilisé aujourd'hui pour cet exercice aura été utilement dépensé, car c'est de la prévention.... pour tester les moyens, il faut les utiliser.

 

Cependant, jusqu'où ira la folie des hommes:

.....quel est l'intérêt de construire de tels navires,

.....quels sont les critères de sûreté lorsque ces navires sont en escale,

... .quelles sont les garanties en cas d'incidents... d'explosion à quai... de panne de propulsion...

.....et par grand coup de vent que se passerait-il, .quel est l'inventaire " le registre exact " et la connaissance des produits transportés lorsque ce navire transportera 16.020 conteneurs ???

......Que se passerait-il, si ce genre de navire tombait en avarie dans la zone du Golfe de Gascogne hors de la zone de " l'ABEILLE BOURBON " qui a une zone assez limitée et réduite (à juste raison) afin de respecter ce qui fut mis en place en août 1978 par Monsieur Marc BECAM sous l'autorité du Président Valery GISCARD D'ESTAING .

En janvier 2007 les deux plus puissants remorqueurs d'Europe furent mobilisés pour faire face à l'accident du " MSC NAPOLI " qui se trouvait dans la Manche qui ne transportait que 2200 conteneurs dont certains représentaient 1700 tonnes de produits toxiques (recensés), 4000 m3 de fioul lourd pour sa propulsion et 142 m3 de gasoil.

Même si cet exercice est déjà un succès par sa réalisation, les moyens de sauvetage et d'intervention ne sont pas suffisants sur le littoral Atlantique. Par ailleurs, si le " MARCO POLO " avait été en difficulté, vers quel endroit refuge puis vers quel port aurait il été remorqué? En cas de perte de conteneurs quels sont les moyens mis à la disposition des Préfets Maritimes…...

Lors de notre rencontre avec le Cabinet du Ministre Frédéric CUVILLIER le lundi 11 mars 2013 ces éventualités seront abordées ainsi que tous les sujets maritimes sociaux et économiques.

 

 

 

Landerneau le 24 février 2013

La politique pour se débarrasser des navires encombrants dans les ports est à peu près partout la même. Ces vieux navires achetés par des ferrailleurs bricoleurs avides de profits deviennent rapidement des dangers pour l'Homme, l'Environnement et les marins qui croisent ces navires fantômes. CLIQUEZ..

L'errance en Atlantique Nord depuis des semaines de l'ex paquebot russe " LYUDOV ORLOVA " montre que la même politique est mise en œuvre partout dans le monde y compris dans des pays qui nous expliquent trop souvent que chez eux tout serait plus maîtrisé et plus sérieux qu'ailleurs !!!!!!.

Lorsque l'autorité portuaire de Saint-John's à Terre-Neuve au Canada laisse prendre la mer au remorqueur " CHARLENE HUNT " pour remorquer le " LYUBOV ORLOVA " vers Saint Domingue pour y être déconstruit, cette autorité a-t-elle suffisamment apprécié la longueur du voyage (entre 10 à 15 jours selon les conditions météorologiques), les difficultés qui seraient rencontrées par ce petit remorqueur (qui aurait dû être consigné à quai pour des raisons de sécurité) qui n'était vraisemblablement pas le remorqueur idéal pour effectuer un tel voyage.

Le " LYUBOV ORLOVA " est un navire difficile à remorquer pour diverses raisons que comprendront les spécialistes du remorquage hauturier, le choix du remorqueur était important. Cet engin flottant aurait dû être équipé au minimum : de fanaux (doublés) afin que les autres navires puissent le repérer, il aurait dû être équipé d'une remorque de secours gréée sur une chaine et avoir de chaque bord du navire une échelle de pilote. Les " spécialistes " ou ceux qui se prétendent ainsi auraient dû savoir que le remorqueur était un peu juste pour effectuer un tel remorquage, mais le navire abandonné à Saint-John' depuis des mois devait partir…….

Comment, les assureurs qui se plaignent tout le temps peuvent-ils assurer un tel convoi (si celui-ci est assuré...) Comment la société de classification peut-elle donner son aval pour un tel voyage.….. Une fois encore c'est la stupéfaction générale et pourtant !!!!!!!

L'association MOR GLAZ cette fois encore n'est pas surprise, elle souhaite que l'Organisation Maritime Internationale (OMI), l'Etat du port et l'Etat du pavillon planchent sérieusement sur des obligations rigoureuses et sérieuses de sécurité avant le départ d'un port de ce type de convois…..sur le choix du remorqueur et de son équipage pour lequel nous avons une pensée toute particulière….

Les règles sont visiblement plus rigoureuses en France. Le cargo " ANTIGONE Z " abandonné à Douarnenez depuis plusieurs mois n'est toujours pas remorqué vers le port de Brest, il aura fallu plusieurs mois pour prendre la décision. Décision qui ne serait toujours pas prise à ce jour!!!!!

 

Landerneau le 12février 2013

L'association MOR GLAZ souhaite attirer l'attention sur les lenteurs pour déplacer le cargo " ANTIGONE Z " bloqué à Douarnenez depuis le mois d'avril 2012, puis abandonné par son " pseudo-armateur " depuis le mois de mai 2012.

Les administrations étaient bien plus actives !!!!!!! Pour faire quitter le quai de Brest au " TAIFUNS 1 " en octobre 2011 avec un équipage à son bord et pour faire pression sur les syndicats et les marins latino américains en grève à bord du " RSV ENDEAVOUR " en juillet 2012 afin qu'ils reprennent le travail.

D'après certaines sentinelles de MOR GLAZ, ce navire " ANTIGONE Z " ne gène en rien le trafic portuaire à Douarnenez, cependant ce navire doit venir à Brest, mais avant il devra évacuer du bord les eaux usées, huiles etc. ….

Lors de l'arrivée du " ANTIGONE Z " à Douarnenez toute la complaisance était réunie : affréteur Hollandais " Marine SEAFOOD " pavillon Panaméen, navire appartenant à un " pseudo-armateur " Grec, Georges STAMATIS (dont la société se trouve en Lituanie).Ce navire construit en 1969 de 78 mètres de long était dans un état douteux à son arrivée à Douarnenez, il avait été arrêté par le Centre de Sécurité des Navires pour des raisons graves (félicitations). Ce " pseudo-armateur " Grec est connu pour sa négligence, le 19 mai 2010, ce navire avait bien failli quitter le port de Brest sans vivres. En 2011 il avait laissé son équipage durant plusieurs semaines au mouillage face à Alexandrie sans eau potable et avec le minimum de vivres. Après avoir tenté de trouver un arrangement avec le pseudo-armateur du cargo, le département du Finistère par négligence et manque de réactivité face à une telle situation se trouve dans une position qui coûte de plus en plus chère aux contribuables, plus le temps passe plus la facture s'alourdit.

Les administrations (malgré les commissions de bien être des Marins et ses apparences humaines pour les marins) sont bien plus motivées pour faire quitter le port à certains navires comme les cas cités plus haut, mais aussi à passer parfois un deal comme avec le capitaine Russe du " ANTIGONE Z " Sergey SHISHKIN (qui n'avait pas reçu de salaire depuis six mois) qui avait refusé par solidarité avec son équipage, les petits arrangements qui lui avaient été proposés afin de quitter le port. Ce Capitaine avait été salué par des centaines de personnes pour son courage, sa détermination et son sens du commandement.

Pour l'association MOR GLAZ " ANTIGONE Z " doit certes libérer le quai à Douarnenez mais uniquement pour se rendre dans un port français qui accepterait de le déconstruire. Tous ceux qui chercheraient encore des arrangements pour restituer ce navire à ce " pseudo-armateur " ou à d'autres se rendraient complices de dérives graves à l'encontre des Marins, de l'environnement, de la concurrence, de la sécurité maritime etc. …….

L'association MOR GLAZ demande que ce navire soit déconstruit au plus près, dans les meilleurs délais. La Direction Nationale d'Interventions des Domaines (DNID) doit alléger toutes les procédures les procédures. Tous les élus doivent s'organiser et faire voter rapidement le texte demandé par le ministre de l'Economie Maritime Frédéric CUVILLIER pour redéfinir l'abandon d'un navire.

 

 

Landerneau le 3 février 2013

depuis le 1er janvier 2013, l'Association MOR GLAZ a retenu quelques informations maritimes plutôt positives

Le 3 janvier 2013 le ministre de l'Economie maritime Frédéric CUVILLIER propose un projet de loi sur l'abandon des navires dans les ports français. L'association MOR GLAZ a envoyé ses propositions au Sénat à la demande du Sénat . Vous trouverez le texte sur le site de l'association.

La nomination du Député Maire de La Rochelle, Maxime BONO à la Présidence du Conseil de la Mer et des Littoraux.

L'association a demandé un entretien au Président Maxime BONO, car nous défendons le même dossier (la même cause) sur le manque de moyen nautique dans la zone du Golfe de Gascogne depuis le départ de l'ABEILLE LANGUEDOC. Ce moyen devait être remplacé fin 2011 sur la demande du Premier ministre Francois FILLON et de Jean-Yves LEDRIAN devenu depuis ministre de la défense.

Nous notons avec satisfaction l'exercice de sauvetage programmé au large de la Bretagne en mars 2013 avec le porte-conteneurs " Marco Polo " navire capable de transporter plus de 16 000 conteneurs. Ainsi la France pourra faire le bilan des moyens excitants pour faire face à ces géants des mers et envisager des moyens supplémentaires au cas où !!!!!L'association MOR GLAZ sera très vigilante et réactive après cet exercice qui est plus que nécessaire.

Nous saluons l'initiative du salon Euromaritime " le premier salon de l'Economie de la Mer ". Réunir en un même lieu tous les professionnels des activités maritimes ne peut être qu'enrichissant pour les activités maritimes, que se soit pour la sécurité, la sureté et les emplois dans cette activité qui permet plus de 7 milliards de tonnes d'échange par an mais aussi la Recherche, l'Offshore et un grand nombre d'innovations. Lors de ce salon, plusieurs entreprises soutenues par l'association MOR GLAZ depuis plus de 10 ans seront présentes.

 

 

Landerneau le 11 janvier 2013

Ces navires laissés ici et là dans les ports français par des " pseudo-armateurs "

après avoir abandonné les équipages vont-ils enfin devoir assurer leurs responsabilités ?

L'Association MOR GLAZ est plutôt satisfaite par les projets de lois présentés par le ministre Frédéric CUVILLIER ministre de l'Economie Maritime sur des dispositions en matière d'abandon de navires dans les ports français, et le souhait d'une concurrence équitable entre les sociétés maritimes dont les navires pratiquent le cabotage. Nous lui demandons d'étendre ces lois lorsqu'elles seront applicables au niveau de l'Union Européenne et d'y impliquer la responsabilité de l'Agence Européenne de Sécurité Maritime.

Le projet de loi réduit le risque pour l'environnement et la gêne à l'exploitation des ports occasionnés par la présence de navires abandonnés, en rendant plus simples et efficaces les règles d'intervention des pouvoirs publics sur ces navires. L'Association MOR GLAZ compte sur les responsables qui auront en charge ces dossiers, d'avoir aucune indulgence envers les " pseudo-armateurs " qui abandonnent les marins et leurs navires.

Les législateurs devront avoir à l'esprit que ces " pseudo-armateurs " sont des " voyous " des mers qui ne respectent ni le droit social des marins, ni la sécurité et que ces derniers n'ont aucun respect pour l'environnement marin, ni maritime. Ces " pseudo-armateurs " lorsqu'ils abandonnent leurs navires doivent trouver face à eux une administration déterminée et juridiquement bien armée.

Abandonner un équipage et un navire devrait être un délit sévèrement punit dans toute l'Union Européenne et dans le monde entier. La définition d'abandon doit être courte, un navire qui reste le long d'un quai plus de 60 jours doit être considéré par l'Etat du port comme abandonné et encore plus courte lorsqu'il y a eu abandon d'équipage.

L'Association MOR GLAZ ne souhaite aucune clémence envers ces " voyous " des mers qui ternissent les activités maritimes et qui humilient les marins.

Enfin, afin d'assurer des conditions de concurrence équitables entre les entreprises maritimes françaises et étrangères dont les navires pratiquent le cabotage ou assurent une prestation de service dans les eaux intérieures, le projet de loi permet d'appliquer à l'ensemble de l'équipage du navire, quelle que soit sa nationalité, un ensemble de conditions prévues par le droit du travail social français.

L'Association MOR GLAZ approuve ces ambitions affichées par le ministre et ce projet de loi, car il y en a assez de la pauvreté des marins, il y en a assez de la règle du moins disant social pour effectuer y compris des missions payées par l'Etat.

L'Association MOR GLAZ demande au ministre d'exiger de la rigueur sur l'état des navires et sur les décisions des effectifs embarqués, ne faut-il pas enfin changer les règles qui définissent les décisions des effectifs sur tous les navires.

L'Association MOR GLAZ constate trop souvent et dénonce sans cesse le manque d'officiers et de marins sur les navires caboteurs, la sécurité des marins et des biens en dépend.