Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

 

Landerneau le 6 février 2011

NOUVELLES DE CLAUDE FOKO

Le 6 décembre 2010, le marin Camerounais Claude FOKO oublié durant 16 mois le long d'un quai à Brest rejoignait sa famille au Cameroun., l'association MOR GLAZ a gardé des contacts avec ce marin, Claude va bien, mais son ex-employeur monsieur Armand FOKAM résident en Allemagne lui est toujours redevable de 4400€.

Lors du départ de Claude FOKO, les autorités françaises nous avaient assuré qu'elles allaient faire en sorte de récupérer auprès de monsieur FOKAM les 4400€ qu'il lui devait ?Le navire " EBBA VICTOR " est toujours amarré au quai de l'oubli dans le port de Brest.

L'association MOR GLAZ demande aux autorités maritimes et à toutes celles concernées par cette affaire, de faire pression sur le propriétaire de ce navire afin que Claude FOKO obtienne son dû.

Rappelons que ce navire est le long d'un quai en France sans pavillon, sans registre dans une totale illégalité. Qu'es-ce qui interdit aux autorités d'agir, pour l'association MOR GLAZ cette affaire n'est pas classée ?

 

 

 

 

Landerneau le 24 février 2011

Le cargo " WINNER " sera déconstruit à Brest en moins de 6 mois, comme quoi cela est possible mais ???????

L'association MOR GLAZ se félicite de la réussite de la déconstruction du cargo " WINNER " confiée à une entreprise privée locale.D'après nos informations, la déconstruction de ce navire bloqué à Brest depuis 10 ans se serait plutôt bien déroulée dans le respect de l'Homme et de l'environnement.

Cette réussite vient de démontrer que cette activité restepossible à Brest. L'association MOR GLAZ confrontée aux manques d'ambitions politiques sur cette activité reste convaincue que cette activité est possible en France puisque un Groupe Industriel vient de réaliser d'importants investissements dans le port du Havre.

Cette activité est aussi réalisable à Brest, pour cela il faut que l'Etat Français impose à la Marine Nationale de mettre à disposition lorsque cela est nécessaire une cale sèche et cela est possible. Les élus politiques doivent être convaincus de la faisabilité de cette activité, ils doivent être unis et insister auprès du gouvernement afin que tous les moyens soient mis à la disposition des industriels qui souhaiteraient réaliser cette activité industrielle complémentaire à Brest.

 

Landerneau le 25février 2011

POINT PRESSE

Le jeudi 3 mars 2011 à 11H00 à l'Hôtel des Gens de Mer au 34 quai de la Douane à Brest L'association MOR GLAZ organisera un point presse et un échange avec les candidats aux élections cantonales.

Les 20 et 27 mars prochains, les électeurs seront appelés aux urnes afin d'élire les Conseillers Généraux. En cette période électorale l'association MOR GLAZ souhaite échanger avec les candidats. L'association MOR GLAZ souhaite poser des questions précises aux candidats sur tous les sujets maritimes qui nous préoccupent maritimes et autres.

Michel GLEMAREC membre de l'association et l'un des vices Présidents sera présent.

 

 

Landerneau le 1 mars 2011,

L'association MOR GLAZ dédie un bon point " un carton vert " au Président, aux Cadres à toutes les équipes des personnels Sédentaires et Navigants de la société maritime française LOUIS DREYFUS ARMATEURS, pour avoir accepté de s'associer à la création " d'une voie maritime parallèle à la route entre les ports de Saint-Nazaire et de Gijón ".Ces initiatives ne peuvent qu'être bénéfiques pour l'Homme et l'environnement, ainsi que pour le développement durable du transport Maritime.

Si les objectifs sur 5 ans étaient atteints se seraient 100 000 camions de moins par an sur les routes entre ces deux ports. Ces initiatives doivent être encouragées à la création et au développement. L'association MOR GLAZ souhaite que cet armateur français puisse continuer à développer ces " Autoroutes de la Mer " défendues depuis 10 ans par l'association MOR GLAZ.

L'association MOR GLAZ souhaite que d'autres ports prennent les mêmes initiatives afin de développer les " Autoroutes de la Mer " et de créer ainsi une activité croissante dans les ports secondaires. Cette activité doit rester respectueuse de l'Homme et de l'environnement.

Bon vent et bonne mer au " NORMAN BRIDGE " à ses équipages, aux camionneurs et passagers qui embarqueront à bord de ce navire.

Le 9 avril 2009 l'association MOR GLAZ avait dédié " un carton vert " à la société maritime CMA CGM .Le porte-conteneurs ANDROMEDA en plus de divers moyens respectueux de l'environnement, ce porte-conteneurs est équipé d'un système innovent mis au point par la société " JLMD ECOLOGIC SYSTEM GROUP " (en lien depuis 2001 sur le site www.morglaz.org ). L'association MOR GLAZ invite régulièrement des sociétés à ses Assemblées Générales, les concepteurs du système technologique JLMD en sont ".

 

 

Landerneau le 18 avril 2011,

Afin d'assurer la protection du littoral dans le détroit du Pas-de-Calais

" l'Abeille LANGUEDOC "

doit rejoindre rapidement le port de Boulogne

Le gouvernement britannique ne renouvellera pas le contrat d'affrètement du remorqueur Anglais " ANGLIAN MONARCH " au mois de septembre 2011, ce remorqueur assurait depuis 2000 la sécurité maritime dans le Pas-de-Calais, ce moyen nautique est payé par la France depuis 2000 à hauteur de 9400€ jour durant 6 mois de l'année.

Le trafic transmanche progresse, des centaines de milliers de passagers transitent chaque jour par le détroit du Pas-de-Calais et accroit à la fois le danger des collisions, de naufrages et d'accidents majeurs voire même de catastrophes maritimes jusque là souvent évitées grâce à la vigilance des Centres Régionaux Opérationnels de Sécurité et de Sauvetage et de la Préfecture Maritime de la Manche et de la Mer du Nord aidé par les moyens nautiques britanniques.

Le gigantisme des porte-conteneurs de nouvelles générations qui transportent 15000 conteneurs, (mais sachant aussi qu'il est évoqué aujourd'hui de construire des navires pouvant transporter 18 000 conteneurs), ce trafic maritime est de plus en plus dangereux par la dangerosité des produits transportés et parfois méconnus.

Le Pas-de-Calais est aussi confronté au développement des paquebots pouvant transporter 7000 passagers et 2000 membres d'équipage. Toutes ces réalités augmentent d'une manière significative les conséquences dramatiques d'un accident de mer, pouvant se transformer en accident majeur, en drame voire même en catastrophe maritime. Le 18 janvier 2007 la catastrophe majeure a été évitée lors de l'accident maritime du porte-conteneurs le " MSC NAPOLI " en Manche, les moyens développés par la France sous l'autorité des Préfets Maritimes auront évité le pire. La nature spécifique des remorqueurs de haute mer et de sauvetage " ABEILLES " ainsi que le professionnalisme reconnu de leurs équipages et de leurs équipes de sauvetages a permis d'éviter de nombreuses catastrophes maritimes.

Depuis la mise en place du dispositif en 1978 sous l'autorité des Préfets Maritimes et ce suite à l'accident de " l'AMOCO CADIZ " l'équivalent de 21 pollutions de la même ampleur a été évité. Sachant qu'un quart du trafic mondial emprunte le détroit du Pas-de-Calais soit certains jours environ 640 navires y compris les navires de pêches. L'association MOR GLAZ propose sans augmenter les budgets dédiés à la protection du littoral français qu'il est urgent de redéployer dans le Pas-de-Calais le remorqueur " ABEILLE LANGUEDOC " (sistership de "ABEILLE FLANDRE ") dont la qualité d'intervention est connue de tous, ce remorqueur sous l'autorité des Préfets Maritimes disponibles 24h/24h 365 jours par an à en 25 ans effectué plus de 750 interventions. Pour l'association MOR GLAZ le gouvernement français doit positionner ce moyen nautique efficace au plus près du danger dans un port qui pourrait être Boulogne, le port le plus approprié afin de recevoir ce type de remorqueur.

Le remorqueur " ABEILLE LANGUEDOC " est positionné depuis le mois d'octobre 2005 à La PALLICE, afin d'assurer la protection du littoral du golfe de Gascogne. Ce moyen doit être momentanément déplacé vers le détroit du Pas-de-Calais et remplacé par un moyen nautique plus polyvalent, afin que cette zone ne soit pas démunie de moyen d'intervention en cas de besoin.

 

 

Landerneau le 8 mai 2011,

Un Pétrolier et non un chimiquier suspecté de pollution, dérouté vers Brest ! Bravo aux Douanes, au Procureur de la République et au Préfet Maritime, qui viennent de surprendre puis de faire détourner ce Pétrolier battant pavillon des " Îles Marshall " suspecté de pollution. " Le KALTENE "

, un Pétrolier de 182 mètres a laissé derrière lui une traînée irisée d'hydrocarbures de 4 km de long et 100 mètres de large. Il a été détourné vers Brest pour suspicion de pollution.Une caution de 500 000€ est réclamée afin qu'il puisse repartir. L'association MOR GLAZ se félicite de cette " prise ".Rappelons qu'il est interdit de polluer au large des côtes Françaises, mais aussi partout dans le monde. Tous les océans et toutes les mers doivent être protégés et surveillés avec la même vigilance

. Depuis le 26 mai 2009, seuls deux navires auraient pollués au large des côtes Françaises. Cependant l'association MOR GLAZ se pose des questions.L'abandon du cargo le " MATTERHORN " aurait-il refroidi durant quelques mois les autorités Françaises ? cette " prise " deux jours avant l'ouverture des journées internationales " safer seas " à Brest n'est-il pas au plus un coup de communication comme savent le faire nos dirigeants ? ou alors les moyens sont-ils insuffisants pour détecter, surveiller puis pour juger les responsables des pollutions ?

De toute manière ne soyons pas dupes, une fois les 500 000€ de cautions réglés afin de pouvoir reprendre la mer. L'armateur s'il était condamné fera appel car la convention de Montego Bay sur le droit de la mer le lui permettra et comme toujours il se verra acquitté ……… La convention de Montego Bay doit être transformée mais qui le souhaite réellement.

En 2002 l'association MOR GLAZ avait souhaité que le montant des amendes soit reversé dans un fond afin de pouvoir mettre en place un vrai budget pour que les administrations, services et autres concernés par la lutte contre les pollueurs aient plus de moyens pour mener ces missions contre les pollueurs. Les abandons des navires dans le port de Brest ne doivent en rien freiner la chasse aux pollueurs et aux mauvais armateurs.

 

le 31 mai 2011

Navires abandonnés à Brest : peut être du nouveau......

L'association MOR GLAZ n'est pas très optimiste sur la destination de ces épaves.

Plusieurs navires abandonnés sont amarrés au quai du cinquième bassin de Brest depuis plusieurs années. L'association MOR GLAZ est consciente que ces vieilles coques doivent quitter Brest avant le mois de juin 2012, cependant ces navires non dépollués ne doivent pas quitter Brest avant d'être certain de leur destination. Ces navires abandonnés doivent être déconstruits au plus près, ils ne doivent pas sous prétexte d'appel d'offres et autres fantasmes se retrouver dans un chantier loin d'ici qui ne remplirait pas toutes les normes sociales et environnementales.

Le propriétaire du " Matterhorn " (cargo-frigo arrivé le 26 mai 2009 pour avoir pollué au large de la Bretagne) est déchu de ses droits. Les Affaires Maritimes attendent (comme toujours) d'avoir des réponses de chantiers européens pour l'étape suivante.... le démantèlement, et pourquoi ne pas réaliser le démantèlement en France et pourquoi pas à Brest.

Le " Captain-Tsarev " (cargo remorqué en novembre 2009) aurait encore un propriétaire, et quel propriétaire......... Une négociation de gré à gré pourrait être envisagée nous dit-on entre l'armateur et un chantier de démantèlement. Dans ces conditions, nous ne souhaitons pas voir ce navire quitter Brest, car il n'y a aucune garantie.

Le cargo " Ebba-Victor " arrivé depuis fin août 2007 a toujours un propriétaire et quel propriétaire (cet engin n'a ni Pavillon, ni assurance et surtout le propriétaire doit 4400 € au marin qu'il avait oublié à bord durant 18 mois le long du quai à Brest).

" Alima 2 " un bateau de pêche, présent depuis Brest 2008.

Lors du Colloque Safers Seas à Brest en mai 2011, le gouvernement a annoncé la modification de la loi de 1985, inadaptée car depuis, la gestion des ports a été confiée aux régions. Pour l'association MOR GLAZ, si ces textes sont inapplicables au sein de l'Union Européenne, ni approuvés par l'Organisation Maritime Internationale, ces textes n'auront aucun intérêt.

" Probo Koala " refusé par les autorités du Bangladesh : une belle victoire des amis de l'association Robin des Bois Informées par Robin des Boisdès le17 mai 2011 de l'arrivée imminente du Probo Koala sur les plages de Chittagong pour démolition, les autorités du Bangladesh par la voix du Ministre de l'Environnement viennent d'interdire l'accès au chantier de ce navire dont le dernier nom connu est le Gulf Jash, numéro OMI 8309816. C'est la première fois qu'un navire voué à la démolition est ainsi banni des eaux du Bangladesh.

 

le 23 juillet 2011

Un cargo de 87 mètres, battant pavillon des îles Cook a sombré à 18h30 le vendredi 22 juillet 2011 alors qu'il était sous remorque pour se rendre à La PALLICE (pour y faire une escale un peu forcé).

Ce cargo accusait depuis le matin plus de 45° de gite.

A 2H15 le CROSS Etel met en œuvre les moyens nécessaires. L'efficacité de la Marine Nationale permet d'hélitreuiller dès 3H00 une partie des membres de l'équipage.

Cette info peut paraître banale en cette période estivale sauf que ce navire contient 25 000 litres de gas-oil et 2000 litres d'huile………Ce cargo se trouve par 35mètres de profondeur, le risque de pollution est réel.

Cet incident de mer démontre que l'Etat français qui tarde à prendre la décision de remplacer l'Abeille LANGUEDOC dans cette zone (malgré la demande de toutes les tendances politiques Régionales et Locales) est une urgence et une réalité (voir les sites www.morglaz.org et www.brest-ouvert.net)

Cette zone doit être protégée, l'Abeille LANGUEDOC doit donc être remplacée avant son départ dans le Pas-de-Calais. Une loi devrait imposer à tous les navires d'être équipés de JLMD Ecologic Group( voir en lien) : afin de pouvoir remonter rapidement les carburants et autres produits lorsqu'un navire fait naufrage.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l'Association MOR GLAZ

 

Lettre ouverte adressée ce jour par fax au Premier Ministre le 12 août 2011

Monsieur le Premier Ministre ,

Le 22 juillet 2001, un cargo sombrait au large de l'île d'Oléron avec une cargaison non polluante nous dit-on. Ce navire de 87mètres, battant pavillon des îles Cook a sombré le vendredi 22 juillet 2011 alors qu'il était sous remorque pour se rendre à La PALLICE. Ce cargo accusait depuis le matin plus de 45° de gite, à 2h15 le CROSS Etel mettait en œuvre les moyens nécessaires afin d'évacuer l'équipage, et demandait à l'Abeille LANGUEDOC (qui se trouvait à la frontière Espagnole en patrouille) de se rendre sur zone. L'efficacité de la Marine Nationale a permis d'hélitreuiller dès 3h00 une partie des membres de l'équipage, tous ont été sauvés.

L'association MOR GLAZ félicite le CROSS et les services liés à l'Action de l'Etat en Mer pour cette réactivité.

Cet accident de mer peut paraître banale en cette période estivale sauf que ce navire contient 25 000litres de gasoil et 2000litres d'huile………Ce cargo se trouve par 35mètres de profondeur, le risque de pollution est réel.

Cet incident de mer démontre que l'Etat français qui tarde à prendre la décision de remplacer l'Abeille LANGUEDOC dans cette zone (malgré la demande de toutes les tendances politiques Régionales et Locales) est une urgence et une réalité. Voire les sites www.morglaz.org et www.brest-ouvert.net

Monsieur le Premier Ministre, cette zone doit être protégée, l'Abeille LANGUEDOC a effectué 37 opérations depuis le 1 avril 2006, elle doit donc être remplacée avant son départ pour le Pas-de-Calais au mois de septembre prochain, cette décision doit être prise par vous.

Monsieur le Premier Ministre, les dangers sont réels pour l'Homme et l'environnement, chaque fois qu'un navire fait naufrage, ses soutes sont toujours un réel danger.

Le 5 août 2011 le chalutier " Marco " de 36mètres, propriété d'un armateur Belge sombrait à quelques milles de l'ile de Sein avec à son bord une certaine quantité de gasoil et d'huile dans ses soutes. Les filets, aussières et divers matériaux de tout genre peuvent faire surface à tout moment et devenir un réel danger pour tout type de navigation.

Pour l'association MOR GLAZ, ces deux naufrages représentent un vrai danger pour l'environnement marin et pour les Marins. Les mises en demeures effectuées par la France auprès des armateurs ne suffisent plus, d'ailleurs sont-elles suffisantes ? Il faut des exigences plus fermes auprès de ces armateurs, il faut agir rapidement et avec efficacité. Il faut exiger que toutes les opérations nécessaires et efficaces soient mises en œuvre par les armateurs de ces navires qui représentent un danger y compris pour la navigation puisque " l'Union Neptune " est toujours entre deux eaux.

L'association MOR GLAZ demande aux ministères concernés de donner les moyens nécessaires aux Préfets Maritimes pour faire face à ces accidents maritimes.

Une loi devrait imposer à tous les navires d'être équipés de JLMD Ecologic Group : afin de pouvoir remonter rapidement les carburants et autres produits lorsqu'un navire fait naufrage.

Monsieur le Premier Ministre, je vous prie d'accepter nos sincères et réelles salutations.

Jean-Paul HELLEQUIN Président de l'Association MOR GLAZ

 

C/C : Présidence de la République Secrétariat Général à la mer Ministère des transports

 

COMMUNIQUE Landerneau le 1er octobre 2011

Un grand quotidien économique (La Tribune) titrait le 30 septembre 2011 " Le fiasco de la déconstruction de la coque Q 790 a englouti plus de 20 millions d'euros " (information reprise par plusieurs quotidiens)

Depuis le retour de l'ex-Clemenceau de son périple quasi planétaire, l'association MOR GLAZ et d'autres avaient prédit le fiasco de la solution optée par l'Etat pour déconstruire l'ex-porte-avions. Les fonctionnaires de l'Etat et de la Défense recevaient l'Association MOR GLAZ par courtoisie mais avec une certaine hauteur (mais les lobbyings brestois opposés à ce projet avaient travaillé en amont afin que ne s'effectue pas la déconstruction de ce navire à brest et ce malgré l'engagement de certains industriels locaux et nationaux).

L'association MOR GLAZ ne défend pas la Marine Nationale cela se saurait, cependant il est un peu facile de faire payer ses erreurs à d'autres, c'est l'Etat qui a tout décidé.

D'après les informations que nous recevons des associations anglaises y compris dans le domaine social et environnemental ce chantier ne serait pas exemplaire loin de là. Pour l'association MOR GLAZ le chantier britannique Able UK d'Hartlepool n'était pas le bon choix, la page est tournée…. mais tous les autres navires civils et militaires qui croupissent ici et là , que vont-ils devenir après des années de réflexion, l'Etat va-t-il faire commettre les mêmes erreurs….

Autre sujet, le même ministère de la Défense tirera-t-il à boulets rouges sur la Marine Nationale lors du prochain naufrage dans le Golfe de Gascogne parce qu'il aura laissé cette zone sans moyen de sauvetage.

Le désengagement des Anglais du Pas-de-Calais est connu depuis plus de 10 mois. L'association MOR GLAZ attire l'attention des autorités (Elysée, Premier Ministre, les Ministres chargés de ce secteur, Secrétaire Général à la Mer, Affaires Maritimes etc.…………) depuis plusieurs années, mais là aussi la pensée unique est dominante et malgré la demande des Elus de proximité le Ministère de la Défense songe (peut-être) à une solution sparadrap…….

 

 

COMMUNIQUE Landerneau le 1er novembre 2011

Les intérêts de quelques-uns doivent-ils, peuvent-ils se faire au détriment de la sécurité maritime, des marins et des populations du littoral. Après la suppression du remorqueur de haute mer à La PALLICE, délivrer des " dérogations " à certains navires pour passer les chenaux du Four, du Fromveur et du Raz de Sein est-il raisonnable ?

L'Action de l'Etat en Mer va-t-elle se soumettre au lobbying de certains armateurs, voyagistes, agents portuaires et autres, pour lesquels la sécurité n'est qu'un vain mot.

Cette pression des lobbyings va-t-elle mettre fin à un système de surveillance et d'éloignement des navires qui ont pourtant fait leurs preuves depuis la mise en place de la voie descendante et montante empruntées chaque année par les milliers de navires (entre 78000 et 80000) qui croisent au large de la Bretagne.

Si ces lobbyings obtenaient satisfaction, que deviendra l'autorité indispensable exercée par les Centre Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sécurité qui sont sur le littoral français les vigils, les garants et le principal maillon de la sécurité maritime.

L'association MOR GLAZ s'oppose à toute modification des procédures existantes qui ont démontré une grande efficacité depuis l'accident de l'AMOCO CADIX survenue le 16 mars 1978 par l'absence de moyen de sauvetages et des voies maritimes.

L'association MOR GLAZ s'oppose à tout ce qui pourrait remettre en cause une sécurité maritime fiable, une remise en cause des autorités maritimes civiles et militaires chargées de la sécurité maritime, de la surveillance maritime et de la prévention du littoral.

Une fois encore, sous la pression des lobbyings nous passerions d'un extrême à l'autre. Une fois encore, dans le domaine du transport maritime la pression d'une minorité créerait un véritable paradoxe entre le discours et la mise en œuvre.

Une trop grande indépendance des capitaines des navires qui passent au large de la Bretagne serait une décision très grave. Tous nous connaissons le manque de veille sur les navires dû au manque d'effectif à bord de certains navires. Nous connaissons et subissons le mauvais état de la flotte mondiale, cette idée de faire passer les navires à proximité du littoral est une mauvaise idée qui nous ramenait au début des années 1970 avec tous les accidents, naufrages et les drames que nous avons connus au large de nos côtes.

L'association MOR GLAZ demande au Préfet Maritime de ne pas céder aux pressions, de ne pas donner raison aux armateurs et autres acteurs du transport maritime qui dérèglementent sans arrêt un secteur dans lequel les us et coutumes font la loi.

Les raisons évoquées pour laisser passer les navires à passagers et autres navires moins dangereux plus près des côtes sont aberrantes. D'évoquer un " laisser passer " aux paquebots est absurde et dangereux, d'ailleurs le gigantisme de ces paquebots n'est- il pas à remettre en cause.

 

 

 

COMMUNIQUE Landerneau le 11 novembre 2011

SeaFrance, filiale maritime à 100% de la SNCF a vendu cet été dans le port de Dunkerque les car-ferries " SeaFrance Cezanne " et " SeaFrance Renoir " à deux compagnies panaméennes qui ont immédiatement procédé au remplacement du pavillon français par le pavillon de Belize (la routine).

Le Cezanne et le Renoir étaient désarmés depuis février et septembre 2009. Le Renoir rebaptisé Eastern Light est aujourd'hui en face de la baie d'Alang, attendant l'autorisation d'être échoué et découpé. Depuis le " Grenelle de la Mer " et par communiqués de presse, l'association Robin des Bois alerte le gouvernement sur les risques de laisser partir ces vieux car-ferries.

Le Ministère de l'Ecologie ne se serait pas opposé à cette vente, feignant de croire contre toute logique que le Cezanne et le Renoir poursuivraient quelque part leur exploitation et notant au passage que les taux d'empoussièrement par l'amiante dans les coursives du Renoir ne dépassaient pas les seuils d'alerte. C'est quoi pour ces fonctionnaires et conseillers ministériels le seuil d'alerte ?

Aujourd'hui, l'Eastern Light, ex-Renoir est en attente de démolition à Alang. Puisse-t-il être bloqué et renvoyé en France où il pourra être convenablement démantelé.

L'association MOR GLAZ approuve cette demande de l'association Robin des Bois. L'association MOR GLAZ demande aux syndicats de cette société maritime SeaFrance de demander " d'exiger " et d'obtenir comme nous le faisons par ce communiqué, le retour immédiat de ces deux déchets, afin qu'ils soient déconstruits en France dans le respect de l'Homme, du droit social et de l'environnement. L'association MOR GLAZ après avoir décerné deux cartons verts à deux armateurs français (privés), délivre un carton rouge à la société maritime SeaFrance filiale à 100% de la SNCF.

En effet cette société SeaFrance exporte des déchets en Inde, cette information de " l'association Robin des Bois " ne surprend pas du tout l'association MOR GLAZ contrairement à certains " naïfs " l'association MOR GLAZ n'est pas dupe, la France malgré toutes ses " ces " déclarations est bien comme les autres pays incapables de respecter ses engagements et ses écrits. Dans ce cas bien précis elle devait se douter (ou alors quelle naïveté) que ces navires partaient à la casse car ça se passe toujours comme ça en catimini.

Nos dirigeants nous mentent sans arrêt et contrairement à leurs dires ils n'ont dans cette démarche aucun respect pour les Hommes qui vont déconstruire ces déchets qui appartiennent à une société nationale. Comment peut-il exister de telles distorsions entre le discours et la manière de procéder. C'est bien pour cela que l'association MOR GLAZ n'a jamais cru au " Grenelle de la Mer " et que nous sommes très méfiants lors des conférences et colloques qui pour l'association MOR GLAZ ne sont que de grandes mascarades où chacun y va de ses discours. Sans le communiqué de " l'association Robin des Bois " que nous remercions de nous avoir transmis, la méthode était " ni vu ni connu ", l'association MOR GLAZ note des méthodes peu ou " pas " très orthodoxes.

 

 

COMMUNIQUE Landerneau le 15 décembre 2011

Le " TK BREMEN " un vraquier de 109 mètres immatriculé à Malte

s'est échoué cette nuit à Erdeven à 2 kilomètres au sud de l'embouchure de la ria d'Etel dans le Morbihan.

 

L'Association MOR GLAZ dénonce avec force le manque de moyens mis à la disposition de l'Action de l'Etat en Mer afin d'assurer et d'effectuer une bonne protection des Marins et de notre littoral dans le Golfe de Gascogne.

Depuis le 1 septembre 2011 l'Etat français a décidé de ne pas remplacer " l'Abeille LANGUEDOC " qui effectuait la protection des Marins, des biens et du littoral dans le Golfe de Gascogne depuis 2006, rappelons que ce remorqueur durant cette période de présence dans le Golfe de Gascogne avait effectué 37 opérations.

Que vont bien pouvoir nous raconter tous ceux qui étaient convaincus que les moyens étaient suffisants voire même superflus dans le Golfe de Gascogne depuis le départ en catimini de "l'Abeille LANGUEDOC".

L'Association MOR GLAZ attire l'attention au plus niveau de l'Etat sur le fait qu'un remorqueur de haute mer armé 24h/24h 365 jours par an est indispensable dans le Golfe de Gascogne.

Alors que 47 départements français avaient été placés hier en vigilance orange par Météo France, la tempête Joachim a soufflé très fort. Des pointes de vent à 155 km/h et 140 km/h ont été enregistrées en Loire-Atlantique et dans le Morbihan. Le cargo " TK BREMEN " devait-il impérativement quitter le port de Lorient par de telles conditions météorologiques prévues depuis plus de 48 heures.

Le cargo " TK BREMEN " s'est échoué vers 2 heures du matin. Il avait quitté le port de Lorient dans l'après-midi d'hier pour mouiller au nord de l'île de Groix en attente de l'amélioration des conditions météorologiques pour reprendre sa route vers l'Angleterre. Ayant de grosses difficultés à tenir son mouillage il a tenté d'en rejoindre un autre endroit plus abrité mais a commencé à dériver. A 00H40 le navire a demandé assistance au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d'Etel. Les remorqueurs portuaires de Lorient ne pouvant appareiller à cause de la tempête, le remorqueur d'intervention " Abeille BOURBON " positionné vers Ouessant a reçu l'ordre d'appareiller, mais la distance était trop importante pour que ce bâtiment empêche l'échouement du vraquier. Le " TK BREMEN " est littéralement posé sur la plage adossé à la dune, après avoir été jeté à la côte par les puissantes rafales de vent qui ont balayé le secteur dans des conditions difficiles. Les 19 membres d'équipage dont un blessé ont été évacués par un hélicoptère Caïman Marine (NH90) de la Marine nationale. De nombreux gendarmes et pompiers étaient sur place ce matin.

Le Plan POLMAR a été déclenché puisque la coque du navire s'est déchirée laissant échapper son Fioul de propulsion. La pollution a déjà souillé la plage et aurait commencé à pénétrer dans la ria d'Etel.

Tous les moyens de l'Etat sont mis en œuvre pour circonscrire au plus vite cette pollution affirme-t-on à la préfecture maritime de l'Atlantique. Le remorqueur " Abeille BOURBON " a quitté sa zone pour se rendre à proximité du cargo " TK BREMEN " délaissant sa zone de surveillance au large d'Ouessant …. Les conditions étant encore trop défavorables pour une intervention depuis la mer, les autorités prévoient de pomper depuis la terre les cuves du vraquier qui contiennent 180 tonnes de fuel et 40 tonnes de gasoil, mais une bonne partie du carburant se serait déjà échappé en mer.