Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

LETTRE OUVERTE ADRESSEE CE JOUR PAR FAX AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Objet : les marins du cargo " CAPTAIN TSAREV " bloqué à Brest

Landerneau le 4 mai 2009

 

Monsieur le Président de la République,

Que font les Etats de l'Union Européenne pour protéger les gens de mer, pour exclure des activités maritimes les " pseudos-armateur " et tous ceux que vous qualifiez vous-même en août 2007 de voyous des mers.

Aboli formellement le 20 décembre 1848, l'esclavage a pris de nouvelles formes sur les mers du globe. Si le commerce du " bois d'ébène " fait partie d'un passé révolu, les navires continuent de transporter, avec eux, un monde d'inégalités et de précarité sociale, où les mauvais " armateurs " trop nombreux sévissent encore et toujours. Les pavillons de complaisance, et les paradis fiscaux sont très proches, et restent souvent des refuges " des abris " pour les nouveaux négriers.

Monsieur le Président, depuis le 26 novembre 2008, 9 marins (1 Russe et 8 Ukrainiens) sont quasiment abandonnés par leur " armateur " sur un cargo dans le port de Brest (vous trouverez en pièce jointe la lettre que l'association MOR GLAZ lui a adressé par mail il y a quelques jours).

Monsieur le Président, pour ces marins la situation est de plus en plus préoccupante, l'un des officiers est embarqué sur ce navire depuis 8 mois et il n'a perçu que 2000 dollars (en trois acomptes) alors que l'armateur lui doit plus de 16 000 dollars, cet officier a dépassé son contrat de travail depuis le 26 avril 2009 (cependant sur nos conseils il continue de travailler). Ces situations sont fréquentes, en 2002, nous estimions que plus de 6000 marins se seraient retrouvés dans cette situation de quasi abandon, comment cela est-il possible dans la première activité mondiale.

L'association MOR GLAZ, a été reçu par le Secrétaire Général de la Mer le 16 avril et par monsieur le sous-préfet de Brest le 23 avril 2009, nous les remercions. Lors de ces entretiens, l'association MOR GLAZ, a suggéré que le fond de solidarité (de 3millions d'euros afin de pallier à ces situations) mis en place en 2000 par le ministre des transports et le directeur des affaires maritimes de l'époque soit activé. Les arriérés de salaires représentent à ce jour 77 000 dollars. L'Etat français devra ensuite récupérer son avance en saisissant les biens de cet " armateur " Russe qui réside au Pirée.

Monsieur le Président, je vous demande au nom de ces marins, de trouver une solution rapide. Ces marins commencent à en avoir assez de subir cette irresponsabilité de la part de cet " armateur ".

En l'attente, acceptez, Monsieur le Président de la République, mes très respectueuses salutations.

 

Pour l'association MOR GLAZ le Président J-Paul HELLEQUIN