Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

de gauche à droite:

 

Michel BOUGEARD expert maritime

le Président de l'association MOR GLAZ

Guillaume NARCY expert maritime

Les activités maritimes en France

Marins" actifs " au commerce 12.000

Marins" actifs " à la Pêche 22.000

Pensionnés, veuves 120.000

(Sources F-D CGT des Marins)

 

310.000 emplois directs (bien plus que l'industrie automobile), en progression chaque année malgré les crises successives 52 Milliards de Chiffre d'affaire annuelle

En France les grands ports Dunkerque, Le Havre, Nantes-St Nazaire, Marseille, et dans quelques années le grand Paris.

Pour l'association MOR GLAZ les ports doivent redevenir des grands sites industriels et pas uniquement des zones de stockage ou de transit. Toutes les grandes métropoles sont des grands ports.

En France il y a 150 fonctionnaires pour contrôler les navires en escale dans les ports français. L'association MOR GLAZ estime qu'il en manque plus de 50 pour faire face aux obligations de contrôle des navires étrangers et de pêche. Des navires mieux contrôlés c'est moins de navires dangereux sur les océans. En Bretagne le manque de fonctionnaires pour le contrôle des navires de pêche est une réalité.

Les ports de Marseille, du Havre, Dunkerque manquent d'inspecteurs pour contrôler les navires étrangers en escale. Le Havre et Marseille voient entre 7000 et 7500 escales de navire chacun suivant les années.

En Europe il y a environ 500 inspecteurs.

L'association MOR GLAZ estime, affirme que l'Union Européenne et la Commission cèdent aux exigences des armateurs. Nous n'avons jamais cru que le nouveau système de contrôle allait augmenter la qualité des contrôles, que les navires allaient être plus et mieux contrôlés, après avoir rencontré des inspecteurs dans plusieurs ports nous affirmons que nous avions raisons.

Exemple à Brest, avec l'ancien système de contrôle, les inspecteurs étaient libres, ils contrôlaient de 100 à 150 navires étrangers par an. Aujourd'hui les inspecteurs en contrôle moins de 50 , le système mis en place interdit de visiter des navires vus ailleurs (exemple le TK BREMEN). La même règle est appliquée dans tous les ports. Le lobbying des armateurs a gagné. L'Europe développe un discours d'amélioration des contrôles. Il y a tout un monde entre la communication de la commission et la réalité. Comme toujours on prend les citoyens pour des imbéciles.

En Europe il y a 1200 ports, 6 millions d'emploi, plus de 3 Milliards de tonnes de marchandises y transitent (moins de 10% du trafic mondial). 495 Milliards de valeur ajoutée. Une progression annoncée de 10% annuelle jusqu'en 2015.

La plus grande progression sera réalisée dans la conteneurisation des marchandises. Celle-ci a commencé dans les années 50/60, le gigantisme de ces nouveaux porte-conteneurs pose de plus en plus des problèmes de sécurité et de sûreté. 18.000 conteneurs sur le même navire cela représente un train de marchandise de 220 kms soit Brest Rennes.

Le transport par la mer est le moyen le plus sûr même si trop souvent les navires sont des paradis fiscaux flottants.

Un navire pollue 5,5 fois moins et consomme jusqu'à 6 fois moins de carburant qu'un camion, d'où l'intérêt de développer le cabotage avec les autoroutes de la mer.

90% des échanges mondiaux s'effectuent par la mer, la flotte mondiale c'est plus de 50.000 navires de plus de 140 mètres (1/3 de la flotte mondiale est sous norme), 1.850.000 marins recensés (4/5 viennent de pays pauvres).

La volonté politique de maintenir un Pavillon national fort est de la responsabilité des Etats, et des parlementaires. Du Pavillon dépend l'indépendance et la stratégie d'un pays et d'un continent.

L'Union Européenne doit définir avec les Etats et non pour les Etats une politique maritime socialement et techniquement respectueuse des Hommes et de l'Environnement.

 

Texte Jean-Paul HELLEQUIN Président de l'Association MOR GLAZ

C'est Thétis le système informatique de l'European Maritime Safety Agency (Agence Européenne de Sécurité Maritime) qui gère les inspections.

Le navire étranger en escale à Brest peut être P1, ou P2 ou rien du tout.

P1 la visite est obligatoire

P2 la visite est facultative Autrement le navire n'est pas visitable.

Quand un navire a été vu à Varna en Bulgarie, le navire ne peut plus être vu avant 6 mois (il arrive à Brest ou ailleurs non visitable)