Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

COMMUNIQUE Landerneau le 20 août 2009

Ce jeudi 20 août 2009, l'association MOR GLAZ est allée à la rencontre des marins Russes et Ukrainiens à bord des deux cargos " CAPTAIN TSAREV " et du " MATTERHORN " bloqués respectivement à Brest depuis le 28 novembre 2008 et le 26 mai 2009.

En ce qui concerne les marins du " MATTERHORN " la situation peut paraître plus compliquée, plus délicate car l'armateur de ce navire et le capitaine sont sous une action de justice.

Ces marins nous ont appris cet après-midi que leur " armateur " leur avait officiellement annoncé leur abandon... qu'il ne les paierait pas.. qu'ils se débrouillent... et que la société allait changer de nom.

Un des officiers pense que le montant de la caution pour pollution (300 000€) aurait précipité ou motivé le dépôt de bilan, le chef Mécanicien du bord nous a appris que le navire avait en pour une valeur de 300 000 dollars de fioul de propulsion (fioul lourd).Ils nous ont aussi appris que le 30 août il n'y aurait plus de vivres, ni de gasoil afin de fournir l'électricité à bord.

L'association MOR GLAZ préconise que l'Etat français vende le fioul pour payer les marins (les arriérés de salaires représentent 150 000 dollars) et leur rapatriement.

L'association MOR GLAZ est aussi très inquiète pour le devenir des marins du cargo " CAPTAIN TSAREV " ambiance déplorable qui se dégrade de jour en jour et les conditions de vie leurs sont de plus en plus difficiles.

L'association MOR GLAZ demande à l'Etat français d'activer toutes les possibilités y compris le fond de solidarité mis en place en 2000 et confié à l'AGISM afin de faire face à ces situations.

L'association MOR GLAZ demande à l'Etat de vendre ces navires afin de récupérer la totalité des frais qui seront avancés par l'Etat français.

L'association MOR GLAZ souhaite voir la situation évoluer rapidement.

aujourd'hui nous avons senti des marins perdus, abandonnés, l'un d'eux nous a même confié - " en nous abandonnant se sont aussi nos familles qu'ils ont abandonnées ".

Aujourd'hui nous avons senti des marins perdus, abandonnés.... l'un d'eux nous a même confié - " en nous abandonnant se sont aussi nos familles qu'ils ont abandonnées ".