Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 
- Accueil -

COMMUNIQUE 13 août 2009

Le port de Brest devient un refuge pour les marins oubliés par leurs " pseudo-armateurs " qui n'assument plus leurs responsabilités envers les équipages.

Jusqu'où iront ces dérives, ces abandons.....

Comment pouvons " devons " nous agir pour essayer de survenir à ces marins.

Que peuvent " que doivent " faire les autorités portuaires, les Administrations et l'Etat du port qui rencontrent ces abandons, ces situations délicates………. ??????

L'association MOR GLAZ constate que la situation se dégrade de jour en jour à bord du " CAPTAIN TSAREV " (et des autres navires) de pauvres marins subissent depuis plusieurs mois certaines dérives le long d'un quai dans le port de Brest, scandaleux inacceptable.

Le cargo " CAPTAIN TSAREV " est bloqué à Brest depuis le 28 novembre 2008 suite à une avarie de machine, avec à son bord 9 marins Ukrainiens. Les salaires auraient du être réglé depuis le 6 août pour une partie de l'équipage……..et le 12 août pour les autres.Si les salaires n'arrivaient pas... si cette fois il n'y avait pas d'homme à la valise (comme pour l'autre équipage qui est parti le 6 juin 2009 avec 100% des arriérés des salaires) que vont devenir ces hommes.... combien de temps sont-ils capable d'attendre.....

Nous savons que les conditions sont de plus en plus difficiles pour eux, plus de ventilation à bord, une chambre froide qui ne fonctionne plus, un approvisionnement en vivres de plus en plus compliqué, un navire qui se dégrade le long du quai .

En ce moment, plus de 450 navires sont abandonnés dans des ports de la Mer Noire, soit plus de 6500 marins………….

Les marins de ces deux navires ont peut-être " la chance " de se trouver plutôt à Brest... de quoi sont-ils coupables pour mériter un tel " désintérêt " de la part de leurs employeurs ……..

L'association MOR GLAZ qui défend depuis plusieurs années les activités dans le port de Brest est inquiète de voir ces places à quai occupées par des navires ventouses qui pourraient nuire à l'activité commerciale du port de Brest lorsque les activités reprendront.La CCI, le port de Brest, les professionnels du port doivent s'exprimer sur ces situations scandaleuses contre les marins et le port.

N'y aurait-il pas une opportunité pour activer un chantier de déconstruction de vieux navires. Pour l'association MOR GLAZ, un grand nombre de ces vieux navires n'aura plus d'affréteurs. D'ailleurs dans quelques mois dans quel état seront ces coques. Profitons-en pour les détruire……et pourquoi pas ici……….à Brest……..