Association de citoyens qui défendent l'environnement maritime

 

Brest : le navire ventouse vendu à une société marshallaise

Publié le 04/04/2017 LE MARIN

Mis à prix à 5 000 euros, l'Antigone Z, navire ventouse du port de Brest, a été cédé aux enchères pour 3 950 euros à Ambrosia International, une société enregistrée aux îles Marshall. Une vente qui soulève des interrogations à Brest.

La vente aux enchères s'est déroulée devant le tribunal de grande instance de Brest le 7 février dernier. Elle a été organisée à la demande du conseil général du Finistère qui a cumulé environ 300 000 euros de créances (droits de port, remorquage, assurance...) depuis l'arrivée du cargo frigorifique à Douarnenez en avril 2012. Pour défaut de salaire, les marins s'étaient mis en grève avant de quitter le navire, qui a été déplacé à Brest en février 2013.

Depuis, il rouille dans le port et l'identité de l'acheteur ne rassure pas : qui est Ambrosia International ? Pourquoi avoir acheté le navire : pour le faire démolir ou pour le faire naviguer à nouveau ? Jean-Paul Hellequin, président de l'association environnementale Mor Glaz, estime que " cet engin ne doit surtout pas quitter le port de Brest, il doit être déconstruit au plus près ".

Les services de l'État " seront très vigilants " et " feront tout pour que la démolition se fasse localement, si capacités il y a ", a assuré un représentant de l'administration, rappelant qu'en vertu de la convention de Bâle un envoi hors-OCDE est interdit. En vue d'une démolition dans un pays de l'OCDE, le navire ne couperait pas à sa toilette de mer.

" Pour moi, il n'est plus en état de naviguer et s'il était remorqué pour démolition, il faudrait savoir s'il est en état d'être tracté, s'il reste suffisamment d'épaisseur de coque, note René Kérébel, responsable du centre de sécurité des navires à Brest. La meilleure solution, c'est le démantèlement sur place. "

Lucie LAUTREDOU